AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez| .

(A3) you're the hallelujah on my throne.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Invité
Invité

MessageSujet: (A3) you're the hallelujah on my throne. Lun 4 Juil - 23:20




et la luxure, c'est l'orage après le soleil.


C'est rare qu'ils se retrouvent ici, dans une intimité presque religieuse, un lieu conquis pour Nolan. Le manoir Rosier, vide de toute vie à cette heure matinale, incroyablement silencieux, même avec eux dans cette pièce presque sacrée. Nolan sait que c'est le jeu le plus dangereux auquel il a joué dernièrement mais il ne peut plus réfléchir convenablement, lorsqu'il lui a demandé de venir ici, lorsqu'il s'est senti submergé par une peur irrationnelle, lorsqu'il s'est demandé comment allait se dérouler la réunion des mangemorts prévue aujourd'hui. Lorsqu'il se dit, à chaque fois, que c'est peut-être la dernière fois qu'il reverrait Dayan.
Désolé de te faire venir aussi tôt. Nolan souffle sans pouvoir expliquer ce besoin incontrolable et soudain d'avoir le garçon face à lui, de pouvoir toucher sa peau, la caresser et l'embrasser, le sentir contre lui. Le Rosier est complètement dépasse par les évènements, parce qui le pousse à agir comme ça, par le manque de Dayan qui commence à se creuser de plus en plus en lui. C'est comme une addiction, une drogue, et il n'est pas sûr de pouvoir faire quelque chose pour se sevrer de ça, il ne sait pas s'il existe un réel moyen d'arrêter ce qu'il ressent. C'est tellement puissant, tellement fort, qu'il a l'impression de le sentir courir dans ses veines, pulser sous sa peau, il a l'impression de sentir le manque gratter en lui, aggrandir de plus en plus cette sensastion jusqu'à ce qu'elle ne soit comblée, jusqu'à ce qu'il ne soit là avec lui. Il n'ose même pas imaginer ce que ça serait sans lui, tous ces jours, toutes ces heures sans le voir.
La réalisation semble percuter un peu Nolan qui bat des cils pour se réveiller, se tirer de sa contemplation, s'arracher des yeux bleus, de la mâchoire du garçon, la ligne dans son cou où ses lèvres aimeraient se perdre. Tu m'as manqué. L'obsession grandit toujours plus, le ronge lentement et le dévore. Comment est-ce-qu'il pourrait faire sans lui ? La question se pose trop souvent dans son esprit et pourtant, elle est balayée par d'autres pensées lorsque Dayan est là, au milieu de sa chambre, une image de paradis, trop douce pour y croire vraiment. Il penserait presque à un sortilège de confusion lancé sur sa personne, ou son esprit, moqueur, qui se languit de l'amant. La tentation est plus forte que sa raison, le besoin de sentir sa peau sous ses doigts le fait prendre un pas en avant et poser ses mains sur les hanches du garçon pour tirer son corps au sien, le sentir contre lui, en lui, avec lui. Les pensées se mélangent et deviennent folles, dansent dans l'esprit de Nolan.
J'ai besoin de toi. Il chante en louanges, répète ces mots au creux de l'oreille de Dayan, et glisse ses doigts sou son t-shirt pour sentir sa peau. C'est presque comme une brûlure. Ses lèvres passent dans le cou de Dayan, s'attachent à sa peau et y tracent des baisers, il mord sa peau sent la marquer, juste pour sentir le corps du garçon trembler sous le sien. Dayan. Le Rosier souffle en appuyant ses doigts sur ses hanches avant de relever son regard vers le sien et l'observe un instant, il a l'impression de ne plus vraiment savoir comment respirer et il se force à fermer ses yeux, rien qu'une seconde. Ses doigts remontent pour se mêler dans les cheveux de Dayan et tire un peu dessus pour avoir un meilleur accès à ses lèvres, encore et encore.


love.disaster


Dernière édition par Nolan Rosier le Mer 20 Juil - 15:05, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

MessageSujet: Re: (A3) you're the hallelujah on my throne. Mar 5 Juil - 16:28

Il avait reçu un hibou de Nolan lui demandant de venir et il avait sursauté quand l’animal s’était posé à sa fenêtre pour lui délivrer le message. Il ne s’y était jamais fait, même après toutes ces années passées dans le monde de la magie.
Le message était concis et lui demandait de venir chez lui sans en expliquer les raisons. Alors il était venu, inquiet et agacé par le manque de détails des mots tracés à la va vite sur un bout de papier froissé. Il n’aimait pas venir au manoir Rosier aussi tôt : la plupart de ses habitants étaient encore là normalement et voir Callista en train de s’occuper d’Iris lui faisait toujours détourner le regard, un mélange profond de honte, de jalousie et de gêne implanté dans le cœur. Il n’aimait pas quand Nolan lui imposait sans s’en apercevoir ces scènes de famille qui ne l’avaient jamais dérangé jusqu’à ce que son amitié envers Nolan se change en quelque chose de plus profond. Il ne l’avait jamais dit à Nolan, refusant d’afficher son malaise et de s’immiscer dans la vie des deux femmes par le biais de Nolan. Il estimait qu’il était déjà bien assez fautif pour ne pas en plus faire une scène au blond pour un mode de vie et une famille sur lesquels il n’avait aucun droit.

Il était rentré sans soucis, l’elfe de maison le connaissant. Le manoir était silencieux et Dayan ressentit une vague de soulagement à cette constatation. Pas besoin d’affronter le regard de Callista sans sourciller, pas besoin de passer une main affectueuse dans les cheveux de l’adorable Iris, pas besoin de se dire « je vais foutre leur vie en l’air » à cause de son égoïsme et ce sentiment qui le poussait inlassablement vers Nolan. Car le problème était là, il avait eu beau essayer de chasser Nolan de sa vie et de ses pensées, ce dernier avait toujours réussi à s’imposer quand même, brisant ses murailles et franchissant les barrières qu’il s’était imposées. Et c’était trop tard maintenant, les trois mots qui changent tout avaient été prononcés et il était là, hésitant, devant le pas de la porte qui menait à la chambre de Nolan et Callista.
Il hésita à entrer quelques secondes avant de le faire. C’était le lieu sacré, celui interdit, celui qui, de tous, lui appartenait le moins. Nolan était à l’intérieur et pendant une seconde, Dayan le maudit de lui imposer ça.
- Salut …
C’était presque devenu sa phrase rituelle.
- Désolé de te faire venir aussi tôt.
Haussement d’épaules, il ne trouva rien à répondre et se contenta de poser son regard sur Nolan, balayant avec peine l’inquiétude et la joie dans ses yeux pour ne rien laisser paraitre. Il ne savait toujours pas les raisons de sa venue, mais la vue de Nolan le rassura. Il jeta un rapide coup d’œil à la pièce et eut l’impression de pénétrer dans l’intimité même du couple (ce qui était le cas et le fit se tendre : il se sentait comme un intrus en territoire ennemi qui risquait d’être repéré d’un moment à l’autre) avant de revenir poser ses yeux sur Nolan. C’était plus fort que lui.
- Tu m'as manqué.
La phrase résonna dans la chambre et il se dit pendant une seconde qu’elle n’aurait pas dû lui être destiné, et encore moins ici. Mais déjà Nolan était sur lui, déjà ses mains étaient ancrées à ses hanches et déjà leurs yeux bleus se rencontraient. Quelque chose s’éteignit au fond de Dayan quand les lèvres de Nolan vinrent frôler son oreille pour chuchoter des mots qui le firent frissonner malgré lui. Surement sa logique, qui, comme à chaque fois que Nolan s’approchait un peu trop près de lui, semblait mourir d’un coup, laissant l’ancien Serdaigle désarmé face au blond.
Le contact avec le corps de Nolan ne lui déplut pas et il resta contre lui quand une faible partie de sa conscience lui hurlait de mettre de la distance entre leur corps qui se connaissait maintenant trop bien, de sortir de cette chambre et de ce monde qui n’était pas le sien. Mais Nolan marchait sur lui comme un aimant et ses pensées se mirent à flotter paresseusement dans son esprit quand les lèvres du Rosier se perdirent sur son cou et se firent possessive. Il eut un léger sourire et rendit son baiser à Nolan quand il posa ses lèvres sur les siennes. Son cœur s’accéléra malgré lui et il se pressa sans se contrôler contre le torse du sang-pur, cherchant un contact qu’ils avaient déjà eu plus d’une fois.
Les lèvres de Nolan redescendirent lentement le long de sa mâchoire et ses mains quittèrent ses cheveux pour se perdre sous son t-shirt. Les paumes chaudes de Nolan contre son dos le firent s’arquer légèrement et alors qu’il avait fermé les yeux pendant leur baiser, il les rouvrit un peu, un léger sourire paresseux aux lèvres. Erreur ou pas, la vision d’un plafond qui n’était pas celui de son appartement lui fit l’effet d’un électrochoc et son sourire disparu. Il ne pouvait pas, pas ici.  Tu ne peux pas, pas ici. Il se répéta la phrase dans son esprit, la tête toujours renversée, essayant de faire abstraction des caresses de Nolan qui se faisaient insistantes, de ses baisers qui se faisaient plus marqués et de leur respiration, qui se faisait plus bruyante. Il en avait envie pourtant. Il avait envie de goûter à l’interdit, ça rendait la chose plus excitante, plus dangereuse, plus passionnelle.

Il rompit le contact. Ça lui fit presque mal. Il se passa la langue sur les lèvres, trahissant son désarroi.
- Pas ici Nolan. On ne peut pas.
Il ne dit pas pourquoi, Nolan le savait. Étrangement et sans doute parce qu’il avait déjà envie de céder, il ne quitta pas la pièce et ne mit pas plus de distance que ces deux pauvres pas entre eux. Pourtant, il savait pertinemment que Nolan risquait de revenir à la charge. Il l’attendait presque avec impatience. C’était idiot, mais il se sentait comme s’il avait fait sa part des choses, sa « bonne action » en refusant et que le reste ne dépendrait que de Nolan.

 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

MessageSujet: Re: (A3) you're the hallelujah on my throne. Mar 5 Juil - 17:46




et la luxure, c'est l'orage après le soleil.


Les corps s'attirent, maintenant habitués à ce genre d'étreinte, et Nolan en demande toujours plus, attiré par ce contact, ce besoin de toujours sentir Dayan contre lui ou de l'embrasser. Il ne sait pas si leur dernière nuit ensemble a accentué cette dépendance pour lui mais il se doute un peu qu'elle n'y est pas pour rien. Ses lèvres quittent celles de l'amant pour se poser sur sa mâchoire et y déposer quelques baisers, y tracer une ligne, et viennent s'attarder dans son cou, ses doigts retournant déjà sur sa peau pour la caresser et l'apprendre par coeur. Le Rosier sourit lorsqu'il sent le corps de Dayan s'arquer légèrement contre le sien et retient ses baisers pour redresser son regard vers lui, ses ongles glissant le long de son dos. C'est un vrai spectacle pour les yeux et Nolan ne veux pas s'en priver, le coeur tapant dans sa poitrine. Ses baisers reprennent dans son cou, remontent jusqu'à la mâchoire du garçon, en suit le tracé.
Pas ici Nolan. On ne peut pas.
Le Rosier sent sa bulle éclater un peu, surtout lorsque Dayan s'éloigne, de sans doute pas grand chose, mais de déjà trop pour lui. Et pourtant, la scène semble figée, comme si rien ne venait à l'arrêter, il est presque sûr de voir quelque chose dans le regard du brun, quelque chose qui veux dire qu'il est peut-être déjà trop tôt pour faire demi-tour. Ce n'est pas quelque chose que Nolan veux faire. C'est cet interdit qui le pousse à continuer et à demander plus, à ne pas laisser Dayan, c'est ce qui éveille cette envie en lui, le pousse à ne plus réfléchir à autre chose qu'au garçon face à lui. Elle ne saura rien. Il murmure, la voix faible, étranglée par l'envie, récité comme une promesse. Personne ne saura rien. Tu es à moi. Nolan affirme, possessif en reprenant ses deux pas vers Dayan, appuyant avec ses mains sur ses hanches pour le diriger, le forcer à tomber en travers du lit.
Ses doigts remontent sous le t-shirt, sous le bout de tissu devenu superflu et dégagent son torse à la vue de Nolan. La vision est loin de le lasser, toujours à lui couper le souffle, à lui donner envie de le toucher et de le caresser, encore et encore, jusqu'à s'en saouler. Et pourtant, il laisse ses doigts accrocher au vêtement pour le retenir un peu plus haut et penche son visage au-dessus de son torse, effleure sa peau du bout des lèvres, descend jusqu'à son bas-ventre pour venir mordre la peau sensible et y laisser une marque, y graver ses luxures. Nolan y appuie doucement sa langue ensuite, comme pour atténuer la sensation de brûlure que ses dents ont laissées. Ses doigts libres appuient un peu sur la hanche de Dayan, il y enfonce un peu ses ongles sans pouvoir combattre l'envie de se redresser et de tirer sur le t-shirt du garçon pour l'attirer vers lui, presser ses lèvres hâtivement contre les siennes. Lorsqu'il ne sent pas de résistance venir du brun, il approfondit le baiser et ne le rompt que pour faire passer son t-shirt par-dessus sa tête, se débarrasser du superflu.
Nolan revient embrassé Dayan, un peu brouillon, alors que ses mains caressent son torse avant de le repousser contre le lit. Ici, alors ? Ou alors je m'en vais ? Il demande, un sourire en coin, presque ronronnant alors que ses doigts glissent le long de son torse avant de s'attacher au haut de son jean et de tirer légèrement dessus. Qu'est-ce-que tu veux ? Le Rosier demande dans un souffle, retirant ses doigts pour venir les passer sur la marque qu'il a laissé sur son bas ventre.

love.disaster
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

MessageSujet: Re: (A3) you're the hallelujah on my throne. Mar 5 Juil - 21:36

- Elle ne saura rien. Personne ne saura rien. Tu es à moi.
Tu es à moi. Il ne trouva rien à redire à ça, n’eut même pas la force de protester parce que c’était la cruelle vérité.  Il était à Nolan et Nolan n’était pas lui. Il aurait dû le détester pour ça, mais il n’y arrivait pas. Il n’y arriva pas quand Nolan le regarda comme il le faisait. Comme il s’y attendait, le blond se rapprocha de lui et le poussa sur le lit. Il ne résista pas vraiment, mais ne put s’empêcher de penser que c’était le lit dans lequel Callista dormait tous les soirs.
Les doigts agiles de Nolan se glissèrent sous son t-shirt et il sentit le tissu remonter le long de sa peau. Il ne put s’empêcher de baisser son regard sur Nolan et la lueur d’envie qu’il trouva dans ses yeux le fit frissonner. La bouche du blond vint se poser sur sa peau et il ne put s’empêcher de se porter au contact. Il laissa la bouche de Nolan tracer un sillon qui lui fit l’effet d’une brûlure sur la peau, plus bas, toujours plus bas. Il sentit la morsure, il sentit la langue de Nolan se poser sur la peau sensible, trop bas pour qu’il n’étouffe pas un gémissement, trop haut pour que ça ne le frustre pas. Ses mains ne restèrent pas inactives bien longtemps et déjà, Dayan se sentit tiré en avant. De nouveau ses lèvres se pressèrent contre celle du blond, de nouveau il se sentit désarmé et sans défense, de nouveau il se sentit faible. De nouveau, il avait envie de lui, de ses lèvres, de sa peau, de son odeur et de ses soupirs. Cet homme le rendait dingue et il oublia tout, la chambre, le lit, les draps et le lieu sacré. Il ne perçut plus que le corps de Nolan et tout ce qu’il avait envie de recevoir de lui. Tout ce qu’il avait envie de lui donner aussi.

Le t-shirt fut ôté et avec lui ses dernières réticences. Comment pouvait-il résister à ça ?
- Ici, alors ? Ou alors je m'en vais ?
- Non !
Il s’exclama trop vite, trop fort. Ses mains vinrent se poser sous le haut de Nolan, dans le creux de ses reins et il murmura de nouveau, contre l’oreille de Nolan :
- Non …
- Qu'est-ce-que tu veux ?
Il sentit Nolan tirer sur son jean puis effleurer du bout des doigts la zone qu’il avait mise à feu avec ses baisers. Dayan sourit légèrement et souffla tout bas :
- Toi.
Il embrassa Nolan et d’un coup de hanche inversa leur position. Son sourire s’agrandit un peu et il posa ses lèvres, avide, contre celles de Nolan avant de descendre doucement, tout doucement, le long de sa mâchoire et de son cou. Une voix lointaine dans sa conscience lui chuchota de ne pas laisser de marques et à contre cœur il passa son chemin, s’arrêtant à la frontière de sa chemise. Tout aussi doucement que Nolan était descendu le long de son torse, il commença à déboutonner les premiers boutons de la chemise, continua sa lente course contre la peau chaude du blond. Embrassant doucement la peau, laissant un sillon humide de baisers derrière lui, il prit son temps. Il avait envie de prendre son temps. De ne pas se faire tout imposer. Il ne descendit pas jusqu’à la zone que Nolan s’était permis de marquer, se contentant de l’effleurer du bout des lèvres avant d’ôter la chemise et de remonter, s’attardant quelques instants pour laisser une marque similaire à celle qui ornait son bas-ventre.
Assis sur les hanches du sang-pur, il eut un petit sourire satisfait en admirant la vue et passa un doigt flemmard sur le chemin qu’avaient déjà suivi ses lèvres. Elles se portèrent au contact du cou de Nolan et là encore il ne se lassa pas de faire languir son amant. Regrettant sa prudence, il mordilla la peau avant de retourner embrasser Nolan, presque de peur de craquer, de se laisser aller complètement et de tout oublier, jusqu’à ce qui leur interdisait d’avoir une relation à peu près normale. Ses mains descendirent sur les hanches de Nolan et du bout des doigts, il fit ce que ses lèvres n’avaient pas fait, titillant la peau sensible avec indécence. Il n’aurait pas su dire combien de temps dura ce manège, mais il finit par passer ses doigts dans les passants du jean de Nolan pour l’attirer contre lui et avec un regard rempli de désirs, d’envie et d’une pointe de malice, il mordit la lèvre inférieure de Nolan avant de lui demander :
- Ça te convient mieux ?
Il passa avec provocation le bout de ses doigts sous le jean de Nolan et vint lui chuchoter dans l’oreille :
- Ou on arrête là ?
Il n’attendit pas la réponse de Nolan pour faire glisser ses doigts sur le devant du jean de Nolan, tirant légèrement dessus en l’embrassant. Il n’attendit pas plus pour le déboutonner, se laisser aller au plaisir charnel de l’instant et ôter maladroitement le vêtement avec empressement.

 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

MessageSujet: Re: (A3) you're the hallelujah on my throne. Mer 20 Juil - 15:40




et la luxure, c'est l'orage après le soleil.


Il y a quelque chose de mystique dans ce lieu, de sacré, et Nolan sait qu'il est à deux doigt de détruire cet aura, de tout corrompre en posant ses lèvres sur celles de Dayan, sur sa peau mise à nue, apprenant chaque parcelle de son corps, gravant chaque seconde dans son esprit. Le tissu qui couvrait le corps de Dayan se retrouve bien vite jeté plus loin, oublié, alors que le Rosier se transforme en tyran, trônant sur les hanches du garçon. Non ! La réponse du brun est claire, nette et précise, elle fuse aux oreilles de Nolan qui se met à sourire un peu, heureux d'entendre ce tout petit mot venir de lui. Non … A nouveau le même mot, prononcé d'une manière plus douce alors que Nolan passe ses doigts sur la peau de Dayan, effleure son bas ventre sans réussir à le quitter des yeux. Et lorsqu'il demande ce qu'il veux, c'est encore un seul mot qui passe les lèvres du brun. Toi.
Nolan ne peut s'empêcher de retenir son sourire en pensant qu'il s'agit sans doute des mots les plus doux prononcés dans cette chambre. Et ses lèvres retrouvent celles de Dayan sans une hésitation, approfondissant le baiser avant de se retrouver sur le lit et de perdre sa place royale. Et pourtant Nolan est loin de s'en formaliser, ses doigts se retrouvent sur la nuque du sorcier, appuyant contre pour garder ses lèvres aux siennes, y perdre son souffle. Ce n'est pas comme s'il a réellement été capable de faire quoi que ce soit lorsque Dayan est dans les parages, il n'arrive même pas à se concentrer comme il faut. Une légère torture s'installe lorsque les baisers descendent avec lenteur le long de son cou et de son torse, lorsque sa chemise est déboutonnée trop doucement et que les baisers enflamment avec douceur sa peau.
Il sent la marque que Dayan laisse sur sa peau et ne peut s'empêcher de frissonner, sachant pertinemment que c'est quelque chose qu'il aime et qu'il ne peux pas accorder trop souvent au brun. Mais aujourd'hui c'est différent, aujourd'hui Nolan n'est pas sûr de ce qu'il peut se passer, il ne sait pas s'il va revenir entier de ce qu'il va se passer ce soir. Il ne sait jamais, tout peux toujours arriver. Et Nolan veux garder une marque du brun, le sentir toujours près de lui, et si personne d'autre le sait, c'est avec une certaine jalousie que Nolan gardera le secret.
Le Rosier ferme ses yeux lorsqu'il sent le doigt de Dayan passer le long de son torse, suivant le chemin brûlant laissés par ses baisers, et il soupire doucement. Toute cette lenteur va finir par le rendre dingue, par lui donner envie de hurler, le sorcier joue trop avec lui et c'est qu'il ne va même pas s'en plaindre. Il ne pense même plus au lit marital sur lequel ils vont installer son adultère, à cette chambre qui n'est pas complètement à lui et qu'il occupe pourtant comme si elle l'était, partageant plus d'intimité avec son amant qu'il n'en a jamais eu avec sa femme. Ce sont les caresses de Dayan, la torture sur sa peau et son corps en feu qui lui font oublier ça, qui ne lui rappellent plus que son plaisir et celui de l'homme qu'il aime.
Ça te convient mieux ? Mais le blond n'a plus un mot entre ses lèvres, plus un souffle à lui donner, abasourdi par le jeu que mène le sorcier, par ses doigts qui l'attirent à lui encore et encore. Et pourtant, la torture ne prend pas fin puisqu'il sent les doigts bouger sur son pantalon, se glisser dessous et son bassin suivre le mouvement des doigts en se soulevant légèrement. Ou on arrête là ? Un gémissement s'échappe de ses lèvres pour réponse, réveillant un peu Nolan et le tirant de son état pour réagir. Encore. Il demande dans un souffle, aidant finalement le brun à se débarrasser de son pantalon et de sa chemise. Le brun l'a assez torturé, Nolan en veux plus et ses doigts passent sur ses hanches, appuyant contre au point sans doute de marquer sa peau. S'il te plaît, fais quelque chose, tu commence à me rendre dingue. Il demande dans un souffle, une supplice pour Dayan, son regard relevé vers lui, alors que ses doigts relâchent ses hanches pour glisser sur son jean et effleurer son entrejambe, ses lèvres viennent se poser sur le torse du garçon pour l'embrasser. Nolan interrompt ses baisers pour regarder Dayan, plus haut et laisser ses doigts venir déboutonner son jean, tous ces habits qu'il trouve superflus à présent, et fait passer ses doigts sous le tissu, le forçant à glisser sur la peau du garçon, caressant le brun à travers le sous-vêtement devenu gênant aussi. Retire-moi ça. Il demande, la voix rauque, légèrement déformée par l'envie.
love.disaster
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

MessageSujet: Re: (A3) you're the hallelujah on my throne. Mer 27 Juil - 0:55

- Encore.
Ça sonne bien à ses oreilles, comme une douce musique. Il a envie de l'entendre de nouveau de la bouche de Nolan. Ce n'est pas comme si le blond lui accordait souvent le privilège d'entendre ce mot dans ce contexte. Ce n'est pas comme si Nolan le laissait souvent trôner ainsi sur ses hanches et jouer un peu. Un peu trop doucement, un peu trop innocemment. Nolan ne respecte que le premier critère, l'innocence ne fait pas partie de leurs ébats quand Nolan se décide à jouer. Pas que Dayan s'en plaigne, mais des fois, il apprécie d'avoir la chaleur de son amant sous lui et non pas l'inverse. Ça redonne une fausse impression de pouvoir qui sera bien vite effacée la prochaine fois, quand Nolan reprendra le jeu.
Nolan ôte chemise et pantalon, laissant le champ libre à ses doigts pour venir parcourir la peau mise à nue sur presque l'intégrité de son corps. Il sourit un peu en voyant Nolan l'aider à ôter les vêtements devenus inutiles.
Ses yeux s'attardent une seconde sur la marque qu'il a laissée et celle qui orne son bas-ventre semble le brûler légèrement. C'est rare de voir de telles marques sur la peau blanche et immaculée du sang-pur. Il n'en a pas le droit d'habitude, comme il a refusé ce même droit à Nolan. Mais la marque rouge et son emplacement lui rappelle pourquoi ce plaisir lui ai interdit. Il préfère renoncer à ses pensées noires et se concentrer sur le moment. Il aura tout le temps plus tard de penser que Nolan est marié et qu'il ne sera jamais autorisé ne serait-ce qu'à lui sourire un peu trop en public. Il aura tout le temps de repenser à ça plus tard, comme il y a déjà pensé des dizaines de fois, de manière inlassable.
- S'il te plaît, fais quelque chose, tu commences à me rendre dingue.
Ses doigts contre ses hanches pressent sa peau et Dayan sourit en venant poser un baiser sur les lèvres de Nolan.
- Patience.
Il sourit, joueur et tendre. Mais Nolan ne l’écoute pas et Dayan rit légèrement en sentant les lèvres de Nolan sur son torse et ses mains s’agiter sur son bas-ventre, provoquant frissons et sourire béat. Finalement, Nolan arrête de l’embrasser et Dayan croise son regard. Il hausse un sourcil, l’air interrogateur. Le blond ne met pas longtemps avant de trouver le chemin de la fermeture de son jean et pas plus longtemps pour faire glisser le tissu le long de ses hanches, de ses fesses et de ses cuisses. Il doit mettre à peine quelques secondes de plus pour jeter du bout du pied le pantalon à l’autre bout de la chambre.
- Retire-moi ça.
Il sent les doigts de Nolan à travers le tissu, la force qu’il met dans les caresses. Il reconnait le ton employé pour l’avoir utilisé de trop nombreuses fois à demander à Nolan des choses similaires. Il presse ses lèvres sur celles de Nolan et se redresse finalement pour ôter le sous-vêtement. Les mains de Nolan sur ses hanches nues lui font du bien et si on les regardait sans les connaitre, eux et leurs vêtements éparpillés à travers la salle, lui sans un habit pour le couvrir et Nolan sur le point de le rejoindre dans cette tenue, eux et leur manque de remords, on pourrait croire qu’ils sont un couple normal.  

Il connait le corps de Nolan par cœur et pourtant, il ne se lasse jamais de le redécouvrir ou de l’apprendre à nouveau. Il ne se lasse pas de l’entendre soupirer quand il passe le bout de ses doigts dans le creux de ses reins. Il ne se lasse pas de voir ses yeux bleus se perdre dans le vide avant de se reposer sur lui. Il ne se lasse pas non plus des cicatrices qu’il peut effleurer du bout des lèvres sur le bras gauche du sang-pur, souvenir de Poudlard, quand le Quiddich a mené Nolan sur un balais et que la magie n’a pas effacé les marques des blessures. Ça ne dérange pas Dayan, au contraire. Il aime faire tout ça sans se lasser, mais il sait aussi que Nolan aime jouer et si le Rosier accepte ses plaisirs, il en apprécie des nouveaux. Alors il essaie de combler ses attentes.
Il apprécie la chaleur du corps de Nolan et il aime sentir le sien s’embraser. Il reconnait à sa juste valeur la respiration rapide et forte du sang-pur et quand il mêle la sienne à celle déjà galopante du blond, il se sent bien à sa place, dans ce lit qui n’est pas le sien, mais dont il a oublié le symbole, le temps de quelques minutes. Elles lui paraissent longues et courtes, infinies et inexistantes. C’est assez et pas assez. Ce sont de nouvelles caresses, quelques mots échangés, beaucoup de regards et pas mal de sous-entendus muets. C’est parfait finalement. Il ne sait pas quand leur position s’inverse une nouvelle fois puis une seconde et il s’en fiche bien. Il retient l’ensemble et le plaisir, le désir et la délivrance.

Quand ça se termine, il est heureux et fuit dans le salon, après s’être rapidement habillé. Il ne peut pas rester dans la chambre matrimoniale après ce qu’ils ont fait et il n’a pas envie que les remords et la honte l’assaillent immédiatement. Il n’a pas envie que sa logique se remette à hurler dans sa tête qu’il a fait la plus grosse erreur de sa vie (inlassablement, comme à chaque faux pas qu’il fait avec Nolan et Dieu sait qu’ils sont nombreux). Il veut juste profiter encore un peu, un tout petit peu et écouter ses sentiments avant de quitter Nolan sur un dernier baiser et de rejoindre son travail, sans doute en retard.

 
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: (A3) you're the hallelujah on my throne.

Revenir en haut Aller en bas

(A3) you're the hallelujah on my throne.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» HALLELUJAH!! YES YES YES! TROP D'LA BALLE!!
» [BLUES] Jeff BUCKLEY ---> HALLELUJA

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
VIPERA EVANESCA :: Weasleys' Wizard Wheezes :: animations-