AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez| .

(A3) nothing to give away - DOYLE

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Invité
Invité

MessageSujet: (A3) nothing to give away - DOYLE Mar 19 Juil - 4:41

nothing to give away
animation trois sur le thème de l'avarice - strugatsky & doyle

Le Quidditch. Un sport très réputé dans le monde sorcier, apprécié de presque tous. Aleksey n’en faisait pas exception. Comment le pourrait-il ? Batteur pendant trois ans lors de sa scolarité à Poudlard, ce sport avait bercé son enfance et il y était à présent fidèle. Quatre-cent-quarante-deux. C’était le nombre de coupe du monde qui avait fait l’histoire. Si l’on comptait déjà celle à laquelle ils étaient invités à assister. Car oui, cette année-là c’était la quatre-cent-quarante-deuxième coupe du monde de Quidditch qui se déroulait au Royaume-Uni. C’était donc à son plus grand plaisir qu’il s’était déplacé pour assister à cette grande finale qui s’annonçait déjà haute en couleur. Influencé par ses origines, évidemment Aleksey avait pris parti vers l’équipe de Bulgarie, qu’il jugeait plus robuste, mais surtout plus astucieuse que c’est bon vieux Irlandais. Il avait misé gros, ce soir-là, sur la réussite de son équipe, mais le pari le plus élevé qu’il avait fait s’élevait à cinq-cents galions d’or. En soit toute une somme, mais puisqu’il était certain de gagner ce pari, il n’avait pas à s’en faire. Son argent était en sécurité. Et en sortant de ce match, il aurait le double. Pourtant, il avait toujours cette amertume dans l’âme, cette rancœur à l’instar de celui qui avait osé insulté son équipe fétiche. Ce sale traitre à son sang de Doyle. Cobalt Doyle. Ou c’était ça. C’était le nom de ce traitre. Alors il se ferait un plaisir de lui dérober son argent. Et ce qui lui reste d’honneur. Car oui, ce soir, il pourrait se savoir encore plus riche. Encore et toujours plus riche. Un vrai et grand Strugatsky.
Ce fut un bon match, un grand match même. Et bien que les Irlandais aient mené toute la partie, il restait tout de même un espoir. Le vif d’or. Attraper par le jeune Viktor Krum, ce ne fut malheureusement pas assez. Et c’est finalement l’Irlande qui gagna ce match tant espéré. Au grand dam d’Aleksey qui voyait tout son argent glisser entre ses mains. Dix points. Dix points seulement était la différence entre l’Irlande et la Bulgarie. Dix points qui lui auront coûté cher, très cher même.  Tout son or. SON or. Qui partait en fumé. Aurait-il mieux fait de ne pas jouer avec le feu. Lui, mieux que personne, aurait dû savoir que miser une si grande somme n’était pas raisonnable. Pas du tout même. Mais il avait vu grand, Aleksey. Il avait voulu plus que ce qu’il ne possédait déjà. Chaque jour, les Strugatsky s’enrichissait de leur casino, mais ce n’était pas assez. Ce n’était jamais assez pour ce fils héritier. Il y avait toujours un moyen de faire plus d’argents, de s’enrichir plus. Mais à force de s’attacher à la matière, on en oublie presque le plus important. La prudence. Et il ne l’avait pas été, prudent. Alors il se savait vaincu, il savait qu’il avait tout perdu. Au profit de ce traitre à son sang. C’est lui, le voleur. Celui qui lui a monté la tête pour mieux lui dérober son argent. Ce sale menteur, sans scrupule ni honneur. Il aurait bien mérité qu’on lui coupe une main. Car Aleksey venait de se faire dérober un bien précieux. Cinq-cents galions d’or qui ne lui appartenaient plus dès à présent. Mais alors qu’il n’aurait pas dû s’en faire, cette perte ne changeant rien à la richesse de sa famille, il n’arrivait tout simplement pas à se vider la tête. C’était son or. C’est galion. On l’avait dupé. On avait triché. Ce n’était pas réel. Ah ça non. L’argent était encore le sien. Il serait toujours le sien. Alors il reprendrait bien vite ce qu’il avait perdu. Et bien plus encore.
Je ne te le donnerai pas. Cet argent est le mien. Le mien, et comprend-le. Cette victoire n’était en aucun cas loyal. Alors non, tu n’auras pas cet argent, Cobalt Doyle. Pourtant, un pari n’en restait pas moins un pari. Il n’avait pas le choix, Aleksey, et il le savait très bien. Il ne s’en réjouissait pas pour autant. Il ne l’acceptait pas pour autant. Mais malgré tout, il avait fait préparé ce sac de galions d’or. Cinq-cents, plus précisément. Et il faisait glissé cette poche très lourde entre ses doigts. Il en avait mal. Mal de devoir s’en départir, mal de savoir qu’il venait de perdre tout cet argent. Pourtant plus il l’observait, plus ça lui faisait mal de s’en départir. Alors il y glissa une petite note, à l’attention de celui qui recevrait ce paquet qu’il venait de gagner. Ou plutôt de volé. Et suite à la note, Aleksey lui avait laissé un doux dessin de ce qui l’attendait. Car oui, il n’allait pas en rester là. Il se vengerait, le Strugatsky, il fallait en être certain. Alors il lança ce paquet d’or sur celui ce traite avant de lui tourner le dos. Il était déjà humilié, Aleksey alors il préférait ne pas s’attarder.
Quelques paroles au nouveau propriétaire de cinq-cents galions d'or :
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

MessageSujet: Re: (A3) nothing to give away - DOYLE Dim 24 Juil - 2:22

nothing to give away

     

Le quidditch, plus qu’une passion,une religion Voilà ce que l’on pouvait lire sur la face interne de la trousse du jeune élève de gryffondor, ces mots gravées du bout de sa plume l’étaient aussi dans son cœur. Cobalt Doyle du haut de ses douze ans ne plaisantait pas avec le quidditch, le sport sorcier le plus répandu dans le monde entier. Voilà une des raisons pour laquelle il n’avait jamais trouvé beaucoup de pitié pour les moldus dans son cœur : ces derniers ne connaissaient pas ce sport. Et pour lui c’était une façon de vivre totalement inconcevable. Vous l’aurez compris, Cobalt est un grand passionné, ainsi la Coupe Du Monde De Quidditch se déroulant cette année là accaparait toute sa maigre capacité de concentration. L’évènement captivait en réalité une large majorité d’Hogwarts, ainsi c’était la seule période de l’année où l’on pouvait voir dans la cours des serpentrds et des gryffondor discuter sans différences, mais pas sans différents.

En effet cette saleté de Strugatsky avait osé proférer des insanités sur la méthode de vol de Morane, le joueur préféré de Cobalt appartenant à l’équipe d’Irelande. Aleksey lui supportait l’équipe des bulgares. Quelle ironie que le rouge supporte les verts et que le vert supporte les rouges. Cobalt n’aimait pas vraiment Aleksey, celui-ci étant désagréable au possible avec lui concernant la réputation de traître-à-son-sang des Doyle. Mais Cobalt connaissait aussi la réputation de la famille du blond, une réputation en or si on peut oser le jeu de mot - il y a vraiment peu de choses que Cobalt n’ose pas. Ainsi il savait qu’il avait de l’argent et rien ne ferait plus plaisir à Cobalt que de le lui prendre. Ainsi un pari fut organisé, la somme à gagnée fut dimée astronomique, sous les  yeux impressionnés de tous leurs camarades.

Cobalt n’avait absolument pas les moyens de perdre ce pari. Mais le brun avait toujours eu le sang chaud, le courage impétueux de sa maison cher à son cœur pouvait parfois se transformer chez lui en une stupidité éclairée. Quelques minutes avant le match Cobalt paniqua tout de même, pensant à ce qu’il allait devoir vendre pour financer son engagement s’il venait à perdre. Il pensa même à confectionner du felix felicis, avant de renoncer en se souvenant qu’il n’arrivait même pas à doser correctement son cacao en poudre dans son lait le matin. Mauvaise idée en effet. Il pria alors Merlin et tous les grands sorciers connus pendant tout le match, serrant le bras de son frère dans les moments de tension. L’étreignant en hurlant, quand enfin, les irlandais l’emportèrent. La plus belle victoire ne fut pas l’argent, mais l’expression de constipation distinguée qu’arborait Aleksey le lendemain lors de la remise de son prix. Cobalt savait parfaitement ce qu’il allait acheter avec sa nouvelle fortune, qui allait rejoindre ses propres économies dans l’achat de son obsession du moment. Cobalt rit quand la petit mot que lui avait laissé le serpentard dans la bourse tomba sur le comptoir du magasin de quidditch. Il se permit d’y répondre avec son trait d’esprit habituel.


Strugatsky
Les roses sont rouges
Les violettes sont bleues
Pleure tant que tu veux
Merci pour ce maillot très coûteux
<3


 
Revenir en haut Aller en bas

(A3) nothing to give away - DOYLE

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» give me pink 66
» Transports Give Svaergods (DK)
» Bonsoir je m'appelle Mark Doyle
» if i were sorry i’d give you all the glory
» H Cup 2010 / 2011

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
VIPERA EVANESCA :: Weasleys' Wizard Wheezes :: animations-