AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez| .

(animation iv) storms raging on the rolling sea.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Invité
Invité

MessageSujet: (animation iv) storms raging on the rolling sea. Mar 6 Sep - 0:07



- I've known it from the moment that we met
no doubt in my mind were you belong. -

(animation iv, theme)


Ses yeux d'émeraude rivés sur sa victime, elle s'amuse à esquisser des gestes pour la faire sursauter sans jamais réellement attaquer. La panique se lit dans les prunelles de la femme qui tente de lui faire face avec ce qu'il reste de sa fierté, déjà sérieusement amochée par les longues heures passées dans l'obscurité de son appartement. La prédatrice joue, comme si la vie d'une autre ne dépendait pas de son bon vouloir, ni de sa patience. Elle joue avec la même sournoiserie qu'un chat tournant autour d'une souris, elle danse, tourne, s'amuse, rit et parfois, d'un geste brusque, attaque. Les brûlures clairsèment la peau d'albâtre de l'ancienne Serdaigle. Elle ne l'a jamais vraiment aimée, même sans l'avoir fréquentée. Il y avait quelque chose en elle, déjà à l'époque, qui irritait la reine aux serpents. C'était son attitude, son besoin de justice, sa façon de mépriser les êtres qu'elle jugeait inférieurs à elle. C'était un condensé de tout ce qui est bon, tout ce qui est bien, tout ce qui est normal et qu'elle ne partageait pas. L'occasion arrivant, elle s'en était saisie sans la moindre hésitation, bien trop satisfaite de voir la flamme brûler dans le regard de l'opposante, et l'éteindre petit à petit, minute après minute, à coup de sorts qui pris individuellement l'auraient laissée vive, mais dont l'accumulation commençait à peser lentement sur son esprit. Elle perdait la raison, mais ne pliait pas encore sous le poids des sorts.

When the evening shadows and the stars appear,
and there is no one there to dry your tears,
I could offer you a warm embrace
To make you feel my...


La réalité refait surface. Il ne reste qu'elle et lui. Nash lui fait face et la fixe de son regard insondable. Le récit n'a fait qu'effleurer la sorcière, mais réveille en elle des souvenirs brumeux. Elle se souvient des sensations qu'elle a ressenties cette nuit-là, de l'émotion intense qu'elle a prise à torturer jusqu'à faire perdre la raison à cette autre femme, tuée pour la simple erreur d'avoir croisé son chemin. « Tu ne m'écoutes pas » déplore Nash en haussant un sourcil. Il le fait souvent, lorsqu'il est agacé, irrité, surpris, impatient. Et elle, elle se déteste de faire attention à ce genre de détails, pas tant pour ce qu'il est que pour ce qu'il représente. Connaître les autres, c'est leur laisser une voie d'entrée.

Love.

Elle se refuse à prononcer le mot, se refuse même à l'envisager. Elle n'aime pas, elle n'aimera plus jamais, la promesse est trop solennelle pour y renoncer. Il réveille quelque chose en elle, une émotion trop longtemps engourdie par le reste, et cette pensée l'effraie. Elle n'est pas faible. « Bien sûr que si » rétorque-t-elle, en secouant la tête d'un geste agacé. « Tu me parles de la mort de ta fiancée, et je te fais comprendre que je m'en moque. » Elle reste fidèle à elle-même, dénuée de scrupule, peut-être même dénuée d'âme. Parfois, il lui semble que Nash chercher à trouver quelque chose en elle qui n'existe pas, qui n'a sans doute jamais existé. Il n'y a rien à prendre chez elle, rien non plus à garder, elle est rongée jusqu'à la moelle par les ténèbres, et lui feint encore de l'ignorer. Les souvenirs ressurgissent, plus violents cette fois.

I'd go hungry, I'd go black and blue
I'd go crawling down the avenue.


Elle l'a suppliée. D'une voix tremblante, d'un ton implorant, ses yeux bleus gorgés d'eau, elle l'a suppliée. La Serpentard continue de la toiser, avant d'éclater d'un rire sans joie. Lui laisser la vie sauve serait un geste de miséricorde, un sentiment qui lui échappe. « Qu'est-ce que je gagne en échange ? » Sourire sinistre aux lèvres, elle fixe la victime d'un soir qui n'en ressortira pas vivante. Elle continue de jouer, son égo redoré par la réaction si prévisible de l'ennemie. Celle-ci lui offre n'importe quoi, littéralement, n'importe quoi qu'elle accepterait en échange de sa vie. La sorcière sourit, glisse sa baguette le long de la gorge laiteuse de sa victime avant de murmurer Diffindo, et voir la peau se couper d'elle-même à l'endroit où elle a posé sa baguette. Le sang coule, d'un rouge sombre et délicat qui provoque un frisson de satisfaction. Elle exhale un soupir ravi. « Comment t'appelles-tu ? » demande-t-elle doucement. La sorcière tremble sur sa chaise de fortune, peine à regrouper les mots en une phrase cohérente. « Je n'entends pas, parle plus fort. Sonorus. » La voix de la sorcière éclate, résonne contre les murs de pierre et rebondissent jusqu'à la prédatrice.

No, there's nothing that I wouldn't do to make you feel my...

« Tasha. » Le nom fait écho, les mêmes souvenirs embrumés tentent de revenir à la surface d'un esprit récalcitrant. « Elle s'appelait Tasha. » La voix de Nash s'éteint, il semble troublé. Elle ne lui connaissait pas cette capacité, lui qui ne tremble devant rien. Le colosse aurait-il finalement des pieds d'argile ? Un sourire malicieux étire les lèvres sang de la Serpentard. « Et tu l'aimais de tout ton cœur, voilà qui est tragique » soupire-t-elle, faussement émue par le récit qu'il lui fait. Que cherche-t-il à obtenir d'elle ? Quelque chose qui lui rappelle qu'elle est humaine ? Peine perdue. Elle a depuis longtemps perdu la capacité à faire preuve de compassion. « Qui l'a tuée ? » Toi. Toi, pauvre âme perdue assoiffée de violence, à l'esprit corrompu par l'enfer, à l'innocence dévorée par l'ambition. Toi, qui as arraché de sa poitrine le cœur d'une femme dont l'ironie veut qu'il appartint à l'homme auquel tu hésites à offrir ce qui reste du tien. « On ne l'a jamais su. » Nash a le regard sombre, colérique, celui qu'elle aime voir chez lui. Celui qui lui rappelle que, comme tous les autres, il n'est pas inébranlable et que même lui peut perdre pied. « L'amour rend faible. Il rend pathétique. » Nash la toise avec calme, la fixe comme s'il tentait de sonder son esprit, à la recherche d'une lueur vacillante d'humanité. « Non. Il rend humain. »

Love.

The storms are raging on the rolling sea
And on the highway of regret
The winds of change are blowing wild and free
You ain't seen nothing like me yet.
Revenir en haut Aller en bas

(animation iv) storms raging on the rolling sea.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» RE-animation leurre
» "Les diverses techniques d'animation des leurres durs"
» ROLLING CHASSIS
» Animation d'un Twist.
» Jigs : Quelle animation ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
VIPERA EVANESCA :: Weasleys' Wizard Wheezes :: animations-