AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez| .

meaner than my demons - narcissa

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar
SPELLS : 387
FACE & CREDITS : tonya v. / bé la déesse (av.) (pfl)
MULTINICKS : nila, l'indienne.

AGE : à quoi bon compter lorsqu'on recule d'années en années, son visage lui donne seize ans, son corps lui offre généreusement quatre vingt années.
BLOOD STATUS : la pureté avant tout, le carmin ne peut être plus magique
CIVIL STATUS : pompe à sang vidée de ses sentiments, il a tout pris en l'abandonnant.
HOGWARTS HOUSE : fière serpent aux reflets d'émeraude, bracelet d'argent.
MARAUDER'S MAP : cloîtrée entre les quatre murs d'une demeure sans âme
POINTS RP : 397

MessageSujet: meaner than my demons - narcissa Ven 13 Jan - 12:38




meaner than my demons



Prostrée entre les quatre murs de sa chambre bien trop sombre à son goût, elle ne souhaitait pas rejoindre les pantins qui formait sa famille, si loin de ce qu’elle espérait comme futur. Cependant elle ne jouait pas sa rébellion par le meurtre, mais par la fuite, futile acte devant le spectacle de débâcle présenté par sa sœur. Le mage noir pouvait crever, elle ne baiserait pas ses pieds pour son bon plaisir, plutôt mourir que s’asservir. Mais les voilà, toujours dans l’apparence, depuis sa naissance à cacher ses défauts trop importants pour être dissimulé pour toujours. Elle avait beau avoir réussi à sauver les meubles en rejoignant la maison de Daphné, si elle s’était trouvée chez les bleus et argents, ce n’est pas l’aigle qui aurait entraîné sa défaite, mais bien le serpent qui l’aurait étouffé dans son sommeil. Les volets clos, elle ne cherchait pas à découvrir le jardin ensoleillé au vue des quelques rayons qui s’échappaient de la cage de bois. Le monde ne l’intéressait plus, sa violence, et tout ce sang la répugnait tout autant que celle qui partageait son sang. Astoria ne pardonnerait jamais ce monstre qui lui a causé tant de cauchemars, qui s’est jouée de son amour pour le garçon aux yeux d’acier, qui a toujours regretté d’avoir à partager la place de Greengrass avec un autre être vivant. Raisonnement enfantin, elle en veut d’autant plus à ses parents d’avoir pardonné d’un clignement d’œil ses débordements alors qu’elle, pauvre brunette sans caractère, se retrouvait enfermée dans la demeure sans âme, la confiance de sa famille « perdue » avec sa disparition. La voilà obligée de les observer massacrer, aspirer toujours plus de pouvoirs. Si l’ambition l’a toujours dévorée, elle n’a jamais souhaité grimper les échelons en détruisant la vie de quelqu’un, cela ne lui semblait pas nécessaire, il y avait tellement plus simple pour faire du mal, ou pour atteindre ses buts. La mort était une facilité, la jeune femme en était certaine. Ses occupations se maintenaient à étudier la médicomagie pour se sentir utile plus tard, et à dessiner des plantes dans le moindre détail pour ne pas se tromper entre une variété mortelle et une bénéfique. Cela semblait assez répétitif, mais Astoria ne s’attendait pas à avoir de la visite et passer une délicieuse journée auprès d’une tasse de thé en bonne compagnie : A l’école, elle n’avait jamais eu beaucoup d’amis, on la craignait autant que sa sœur tant sa répartie était cinglante. Elle avait toujours eu un souci avec l’amitié par intérêt, et c’est ce que beaucoup faisait avec elle, que cela soit pour son statut ou son génie inné qui assurait une bonne compagne de devoirs. Elle n’avait trouvé qu’en Draco un compagnon réel et franc, fait des mêmes nuances qu’elle, l’envie de respecter sa famille, de prouver à tous qu’elle entrait dans le moule, mais depuis son arrivée sur Terre, elle était si fragile qu’elle voyait dans la fierté trop grande du garçon toute les fêlures vécus depuis bien trop longtemps. Mais la déception fut si grande, de le voir fiancé à l’autre partie de sa chair, s’en délecter en public, profitant du corps de l’ainée sans regret, puis du sien sans respecter la fleur qu’elle lui a offerte sur un plateau, détruisant son cœur et le peu de confiance qu’elle avait un jour réussie à donner à un homme. La gosse de seize ans à peine se sentait vieille dame.

Ca s’agite en bas, et comme toujours, la curiosité de la brune prend le dessus, il n’y a que la domestique et elle n’attendait pas de visiteurs. Si les barrières ont laissé passer le visiteur, il doit être bienveillant, cependant, Astoria n’est pas dupe, la guerre ne peut pas laisser place à la confiance. La baguette sortie, elle s’avance dans le couloir à pas de velours, longeant les appartements de sa sœur pour atteindre une meilleure visibilité. Le ton ne monte pas, et le ventre d’Astoria se retourne, soucieuse. Un fois près des escaliers, elle peut enfin voir la personne venu à la rencontre des Greengrass. Ses cheveux blonds platine ne laissent aucun doute sur l’identité du visiteur : Narcissa Malfoy. Ses traits lui sont douloureux à regarder. Elle lisse sa robe noire, et passe une main dans ses cheveux lisses, lâchés. Elle aurait aimé s’être maquillé, tout du monde être un peu mieux arrangée. La domestique se retourne vers l’escalier, et Astoria s’avance, la voix claire, bien que son regard trahisse une inquiétude certaine : la matriarche Malfoy était-elle venue pour la remettre à sa place suite aux révélations de sa sœur ? « Madame Malfoy. » Elle fit une légère révérence et descendit les marches de l’escalier. « Que puis-je pour vous, ma famille est absente, malheureusement. Mais je peux vous inviter dans le salon pour prendre une tasse de thé en attendant leur retour si cela vous convient ? » La bienséance suinte de ses mots bien alignées, elle jette un regard appuyé à la domestique afin qu’elle s’occupe de sa demande et entraîne la Lady dans une pièce plus chaleureuse que le hall d’entrée, les bras tremblants.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
SPELLS : 2049
IDENTITY : laufeyson ou tia.
FACE & CREDITS : katheryn winnick, by chloé love. pic gif by tumblr. signature sandy babe.
MULTINICKS : nest le chelou & az la guerrière.

AGE : quarante-trois ans qu'elle honore le monde sorcier de sa présence, un peu moins depuis qu'elle foule le sol de son port altier. encore dans la fleur de l'âge selon les critères sorciers, même si elle doute de parvenir au centenaire.
BLOOD STATUS : celui des black, celui qui lui a permis de se marier à un malfoy, soit le plus pur possible.
CIVIL STATUS : mariée depuis des décennies, amoureuse comme au premier jour, désespérée de retrouver l'homme qu'elle aimait, et non pas ce fantôme de lui-même. dix-sept ans qu'elle est mère, dévouée à son fils, prête à tout pour lui, chérissant le moindre de ses sourires.
JOB : mother. warrior queen. healer. protector.
HOGWARTS HOUSE : une black, future malfoy, ne pouvait être qu'un serpent. une vipère aux écailles argentées.
MAGIC WAND : depuis qu'elle a offert sa baguette originelle à son fils, elle utilise une baguette volée à un prisonnier par sa soeur. narcissa ignore de quoi elle est faite (en réalité de noyer avec un poil de centaure), mais elle mesure 23 centimètres et répond bien aux sorts de soin.
PATRONUS CHARM : étonnamment, elle est encore capable d'en produire un. et quand elle le fait, c'est une araignée qui apparaît, reflet du dévouement envers sa famille.
MARAUDER'S MAP : le plus souvent au manoir malfoy.
POINTS RP : 3251

LA MALLE DU SORCIER
RP BILINGUE : oui, uniquement les paroles.
COLOR OF MY LIFE : #9c0909
INTO THE MAGIC BAG AGO :

MessageSujet: Re: meaner than my demons - narcissa Mar 31 Jan - 17:13

Le manoir Greengrass. Narcissa ne s’y était rendu qu’à de rares occasions, lors d’impersonnelles réceptions dans le simple but de montrer leur richesse et d’impression les plus grands qu’eux, de montrer qu’ils méritaient eux aussi leur place dans la société et pas seulement à cause de leur sang. De ces rares fois, seules deux sortaient de l’ordinaire, restaient imprimées dans son esprit, marquées au fer rouge, d’une certaine façon. Il y avait cette fois où le contrat de mariage avait été décidé, où elle avait, comme le reste de sa famille, décidé de l’avenir de son fils, de qui serait l’heureuse élue a qui l’on confierait la charge de perpétuer la grande famille des Malfoy. Et le choix c’était porté sur l’aînée Greengrass, car il fallait quelqu’un d’un haut statut, il fallait quelqu’un à sa hauteur, il fallait des alliances alors que la famille vacille sous les coups qu’on lui assène. Et puis il y avait l’un de ces coups, magistral, humiliant, profond, le genre qui laisse des cicatrices et fait se retourner les gens sur son passage. Le genre d’un meurtre couplé à une annonce faisant trembler tous les sang-purs, le genre faisant faire tourner Narcissa sur ses talons et quitter une salle remplie le menton levé, alors qu’on murmure déjà sur son passage, sur cette alliance ratée, sur la destruction de cette embryon d’avenir. Et dans sa tête, les nouveaux plans se créent déjà, et dans son ventre la colère gronde, et dans son coeur la honte la prend. La honte de ne pas avoir vu, de ne pas avoir su, d’avoir raté la chose la plus importante de sa vie ; être une bonne mère. Alors elle change de direction, elle garde le menton relevé, car jamais elle ne courbera l’échine, et certainement pas devant une gamine capricieuse. Ce n’était pas maintenant que les Black et les Malfoy allaient se laisser abattre par une Greengrass. Elle s’humiliait déjà constamment à s’agenouille devant un sang inférieur au sien, elle ne risquait pas de mettre le genou au sol pour personne d’autre.

Alors le plan changeait. Les raisons, les envies, s’adaptaient au nouveau paramètre. Elle allait remplir ce devoir, elle allait y arriver, même si c’était la dernière chose qu’elle ferait. Elle ne partirait pas, ne quitterait pas ce monde sans assurer un avenir et un bonheur à la seule personne qui comptait. Et cela signifiait revenir sur les lieux d’une humiliation, cela signifiait marcher sur ce sol sali par le sang frais. Mais elle revenait en conquérante, elle revenait avec les cartes en main, elle revenait en tant que la Lady Malfoy qui obtenait toujours ce qu’elle voulait. Cela ne pouvait en être autrement. On l’annonça, et un instant plus tard, la cadette arrivait, comme une version moins réussie que la première, une pâle copie de ce qu’elle pourrait être. Elle allait devoir arranger cela. Elle ne laisserait pas sa famille et son fils descendre de leur piédestal à cause d’une gamine incapable d’assumer son vrai rôle, sa vraie place. Comme si être la dernière née lui enlevait tous ses privilèges, tous ses devoirs. Elle savait ce que c’était, que d’être la dernière, et cela ne l’avait jamais empêché de s’élever toujours plus haut que ses soeurs, même si cela dépendait souvent de sa propre volonté. « Que puis-je pour vous, ma famille est absente, malheureusement. Mais je peux vous inviter dans le salon pour prendre une tasse de thé en attendant leur retour si cela vous convient ? » “Astoria.” Elle la gratifia d’un signe de tête respectueux. “Cela sera avec plaisir, je vous en remercie.” Elle la laisse la mener dans le salon, intérieurement contentée d’apprendre qu’elle n’aurait pour le moment pas à affronter ses parents. Elle attendit d’être confortable installée pour reprendre, un air sérieux mais relativement ouvert sur le visage. “En réalité, c’était vous que je venais voir.” Elle posa ses mains croisées sur ses genoux. “Après les… révélations faites par votre soeur, j’avais besoin de parler avec vous. A propos de ce qu’elle a dit. A propos de Draco.” Elle scruta ses réactions, yeux d’acier perçants et affutés. “Rien d’indiscret, évidemment.”

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
SPELLS : 387
FACE & CREDITS : tonya v. / bé la déesse (av.) (pfl)
MULTINICKS : nila, l'indienne.

AGE : à quoi bon compter lorsqu'on recule d'années en années, son visage lui donne seize ans, son corps lui offre généreusement quatre vingt années.
BLOOD STATUS : la pureté avant tout, le carmin ne peut être plus magique
CIVIL STATUS : pompe à sang vidée de ses sentiments, il a tout pris en l'abandonnant.
HOGWARTS HOUSE : fière serpent aux reflets d'émeraude, bracelet d'argent.
MARAUDER'S MAP : cloîtrée entre les quatre murs d'une demeure sans âme
POINTS RP : 397

MessageSujet: Re: meaner than my demons - narcissa Mar 7 Fév - 12:40

Daphné l’avait déjà rabaissée. Torturée psychologiquement. Maltraité un peu, aussi, parfois. Mais la honte, c’était un ressenti tout autre. Draco l’avait souillé de cette manière, sa fierté s’était écrasée et tout ce qu’elle entreprenait de démontrer depuis des années : qu’elle était loin d’être la copie de sa sœur, que ses jambes étaient inaccessible avant le mariage, qu’elle était une vraie greengrass, forte et indépendante… Elle avait brisé le masque qu’elle évertuait à construire des décennies durant d’un coup de baguette ensanglanté. Narcissique, la gamine était persuadée que tous la regardait différemment. Et que même lui ne voulait plus d’elle. Elle est épuisée, aujourd’hui, la gamine. Elle a  passé des jours entiers à tenter de faire de l'amortentia. Elle se souvient très bien de cette fois à l’école, peu après sa révélation (elle était amoureuse du garçon aux yeux d’acier), son professeur de potion leur avait fait sentir la potion de l'amour, l'amortentia. Elle avait vite reconnu le citron, odeur distincte puisqu'elle est issue de son gâteau préféré, et l’encre sèche, celle qui noircit les pages qu’elle aime tant lire. Mais ce qui l'avait bousculé, c'était Son odeur. La cannelle, cette fragrance si particulière, inoubliable, musqué. Et après deux semaines sans voir celui qui avait partagé son coeur, elle ressentait une envie viscérale de retrouver son odeur, au moins une dernière fois. Après une semaine d'essai, elle senti à nouveau le parfum de celui qu'elle aimait tant. Draco suintait de la potion, et son cœur était légèrement pansé. Souvent, elle se demandait si elle serait tombée amoureuse du Malfoy si elle n’avait pas surpris cette conversation entre les deux patriarches. Mais plus le temps avance, plus elle est certaine que son amour est pure de toute manipulation d’esprit. Il avait des qualités qui la faisait vibrer, et un esprit plus complexe à apprivoiser que le sien. Et pour cela, c’était l’homme qu’elle recherchait, il n’y avait pas de doute à avoir là-dessus.

Alors, quand la mère du bien aimé se présente, ses intentions plus floues que la brume qui recouvre la demeure Greengrass, Astoria tremble. Son prénom sonne comme une douce mélodie à travers les lèvres de la parfaite, la reine est en place. La gosse voit ici tout l’héritage qu’elle espère un jour porter, et se sent si déplacé auprès de Narcissa, toujours si apprêtée. Elle n’est pas comme ça, la jeune fille, et ça lui brise le cœur de voir cette perfection la frapper de plein fouet. « Cela sera avec plaisir, je vous en remercie. » Astoria savait parfaitement qu’elle se devait de rester auprès de l’invitée le temps que ses parents reviennent, cela paraitrait offensant de l’abandonner devant le feu de cheminée. Une épreuve de plus pour la gamine. Elle prend place dans un petit fauteuil, et se revoit à l’annonce des fiançailles de sa sœur. « En réalité, c’était vous que je venais voir. » Le coup de massue ne se fait pas attendre. Son échine se redresse et son sang se glace. Les émotions fortes ne sont pas prêtes de se calmer. « Après les… révélations faites par votre soeur, j’avais besoin de parler avec vous. A propos de ce qu’elle a dit. A propos de Draco. » La brunette ne laisse pas le temps à la Malfoy de répondre, elle se fait un sang d’encre pour une broutille et se mord la lèvre inférieur. « Est-ce qu’il va bien ? » Soupir maladroit, précipitation révélatrice. Si la petite ne savait que dire, ne comprenait pas ce que l’adulte cherchait dans les méandres de son esprit, elle venait de révéler à fortiori toute l’affection qu’elle portait pour le blond. « Veuillez m’excuser. Je sais à quel point ces fiançailles lui tenaient à cœur, je suis simplement inquiète pour lui. J’espère réellement que les dires de ma sœur ne lui ont pas porté préjudice. » Elle sait que le père est volcanique, si astoria a réussi à se distancer de sa famille, ce n’était pas la même chose pour l’élu de son cœur. « Rien d’indiscret, évidemment. » elle fronce les sourcils, sans porter attention au fait que cela enlaidi son visage loin d’être parfait, les recommandations de sa mère loin derrière elle. « Madame Malfoy, je ne suis pas certaine de comprendre où vous souhaitez en venir. Que désirez-vous ? » Astoria passe une main dans ses cheveux lisses, reflexe incontrôlable qui dénote de son appréhension. « Je souhaite cependant revenir sur l’incident de Daphné. Ma sœur est perturbée ces derniers temps, ce meurtre et son discours nous a tous surpris. Ne pensez pas que cela était une quelconque attaque contre votre famille. Nous vous respectons et nous choyons le lien qui uni nos deux familles. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
SPELLS : 2049
IDENTITY : laufeyson ou tia.
FACE & CREDITS : katheryn winnick, by chloé love. pic gif by tumblr. signature sandy babe.
MULTINICKS : nest le chelou & az la guerrière.

AGE : quarante-trois ans qu'elle honore le monde sorcier de sa présence, un peu moins depuis qu'elle foule le sol de son port altier. encore dans la fleur de l'âge selon les critères sorciers, même si elle doute de parvenir au centenaire.
BLOOD STATUS : celui des black, celui qui lui a permis de se marier à un malfoy, soit le plus pur possible.
CIVIL STATUS : mariée depuis des décennies, amoureuse comme au premier jour, désespérée de retrouver l'homme qu'elle aimait, et non pas ce fantôme de lui-même. dix-sept ans qu'elle est mère, dévouée à son fils, prête à tout pour lui, chérissant le moindre de ses sourires.
JOB : mother. warrior queen. healer. protector.
HOGWARTS HOUSE : une black, future malfoy, ne pouvait être qu'un serpent. une vipère aux écailles argentées.
MAGIC WAND : depuis qu'elle a offert sa baguette originelle à son fils, elle utilise une baguette volée à un prisonnier par sa soeur. narcissa ignore de quoi elle est faite (en réalité de noyer avec un poil de centaure), mais elle mesure 23 centimètres et répond bien aux sorts de soin.
PATRONUS CHARM : étonnamment, elle est encore capable d'en produire un. et quand elle le fait, c'est une araignée qui apparaît, reflet du dévouement envers sa famille.
MARAUDER'S MAP : le plus souvent au manoir malfoy.
POINTS RP : 3251

LA MALLE DU SORCIER
RP BILINGUE : oui, uniquement les paroles.
COLOR OF MY LIFE : #9c0909
INTO THE MAGIC BAG AGO :

MessageSujet: Re: meaner than my demons - narcissa Mar 14 Fév - 19:19

Elle a l’impression de faire un bon dans le temps. De revenir à une époque semblant bien trop lointaine désormais. Une époque où entretenir de bonnes relations avec les autres familles était l’une de ses principales préoccupations, où elle passait des après-midi entière à prendre le thé, à partager les derniers potins et scandale de la haute société sorcière. Une époque où elle n’était dans aucun scandale. Une époque où Lucius n’avait jamais mis les pieds en prison. Une époque où on ne l’avait pas traîné dans la boue. Une époque où l’on n’avait pas encore humilié leur famille par pulsion passionnelle. Cette époque lui manquait. Tout était si simple, si facile à vivre. Le bonheur était là, auparavant, emplissant le manoir d’un doux sentiment de vie famille aisée et méritée. Personne ne remettait en question leur place auparavant - où s’ils le faisaient, cela n’était que de discret chuchotement loin de toute oreille pouvant venir rapport les mauvais mots aux trois têtes blondes. Fini le temps doré où on leur baisait les pieds. Désormais c’était à eux de courber l’échine pour rester en vie. Mais pas tout le temps. Il y avait encore de ceux qui prenaient la peine de les respecter, qui comprenaient que ce n’était pas non plus une raison de plonger la haute société sorcière dans une anarchie sans nom. En la demeure, Narcissa appréciait les Greengrass. Elle les avait toujours considéré comme des gens sachant rester à leur place, et ce n’était pas pour rien qu’elle s’était également tourné vers leur aînée pour marier son unique enfant. A croire qu’ils n’avaient pas compris le cadeau qu’elle leur faisait. Où peut-être que si. Peut-être qu’ils avaient compris eux, mais qu’ils n’avaient pas été capable de contrôler Daphné. Cela, Narcissa pouvait le concevoir. Elle avait vu Andromeda fuir de la maison, renier son nom, son portrait brûlé par un sortilège cuisant sur l’arbre familial à Square Grimmauld. Mais peut-être que tout espoir n’était pas perdu avec eux. Il en restait encore une. Une fille. Plus discrète, mais la blonde savait ne pas se fier aux apparences. Elle était elle aussi la plus discrète de la fratrie, et elle était celle s’étant élever le plus haut - avant la chute, avant tout le reste.

Les légères maladresses d’Astoria la font sourire légèrement. Elle l’étudie de son oeil critique, elle liste mentalement ce qui ne convient pas dans sa tenue, dans sa posture. Rien de bien grave, que des choses aisément corrigibles. « Est-ce qu’il va bien ? » Une légère impulsivité aussi, qui lui rappelle ses soeurs, créant un fin sourire au coin de ses lèvres. La gamine a des sentiments. C’est indéniable, c’est écrit sur son visage, dans sa façon de réagir et de se tenir. La Malfoy ne peut demander mieux. Parce que dans le fond, il n’y avait rien de plus pur et sincère. “Oui, il n’y a pas à s’inquiéter de ce côté-là. Je vous remercie d’être si prompt à s’enquérir de son état de santé.” Peut-être qu’elle se moque un peu, mais elle ne veut aucun mal en cela. Elle a toujours trouvé cela touchant, les amours de jeunesse. Elle se demande si elle était ainsi, au début de sa relation amoureuse. Peut-être. Elle ne savait pas à qui demander pour en avoir confirmation. « Veuillez m’excuser. Je sais à quel point ces fiançailles lui tenaient à cœur, je suis simplement inquiète pour lui. J’espère réellement que les dires de ma sœur ne lui ont pas porté préjudice. » Elle prend le temps de boire une gorgée de thé, avant de répondre, de façon légère et décontractée. “S’il vous plait. Nous savons très bien que Draco n’avait que faire de ces fiançailles arrangées.” Parce qu’il aurait dit oui à n’importe quelle fille de toute manière. Parce qu’il n’avait pas eu vraiment le choix. C’était ainsi. On lui avait toujours dit que cela serait ainsi. Il n’y voyait aucun inconvénient. Et elle non plus. Jusqu’à maintenant. Jusqu’à ce qu’elle sache que malgré ses protestations d’adolescent, il y avait quelqu’un qui comptait. « Madame Malfoy, je ne suis pas certaine de comprendre où vous souhaitez en venir. Que désirez-vous ? » “J’ai déjà eu en partie ce que je désirai, en réalité.” Parce qu’il ne lui avait pas fallu longtemps pour percer la gamine à jour. Mais le travail n’était pas terminé. Elle n’avait pas terminé son évaluation. Elle ne laisserait pas n’importe qui porter le nom de Malfoy. « Je souhaite cependant revenir sur l’incident de Daphné. Ma sœur est perturbée ces derniers temps, ce meurtre et son discours nous a tous surpris. Ne pensez pas que cela était une quelconque attaque contre votre famille. Nous vous respectons et nous choyons le lien qui uni nos deux familles. » Elle inclina poliment la tête, acceptant les excuses, le respect qu’elle lui témoignait. Elle était bien élevée, bien éduquée, elle savait quoi dire. Un peu comme elle, à son âge. “Nous ne tenons nul grief à l’encontre de l’entièreté de votre famille, simplement envers le comportement irrespectueux et insulant de votre soeur aînée. Nous n’avons cependant pas grand espoir de la voir se repentir pour ses actes, et espérons qu’elle saura en payer les conséquences.” Elle ne sait pas comment la famille a décidé de gérer cette situation, elle ne sait pas comment les parents ont réagi. Elle ne peut que faire des suppositions. “En preuve de notre bonne foi envers votre famille, toute idée d’alliance n’est pas rejetée avec votre famille. Evidemment Daphné n’est plus un choix envisageable pour cela, vous vous en doutez.” Elle ne prend pas la peine de terminer sa pensée. S’il n’y a plus d’alliance via la première des filles, il reste toujours la deuxième.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
SPELLS : 387
FACE & CREDITS : tonya v. / bé la déesse (av.) (pfl)
MULTINICKS : nila, l'indienne.

AGE : à quoi bon compter lorsqu'on recule d'années en années, son visage lui donne seize ans, son corps lui offre généreusement quatre vingt années.
BLOOD STATUS : la pureté avant tout, le carmin ne peut être plus magique
CIVIL STATUS : pompe à sang vidée de ses sentiments, il a tout pris en l'abandonnant.
HOGWARTS HOUSE : fière serpent aux reflets d'émeraude, bracelet d'argent.
MARAUDER'S MAP : cloîtrée entre les quatre murs d'une demeure sans âme
POINTS RP : 397

MessageSujet: Re: meaner than my demons - narcissa Ven 14 Avr - 22:55

Alors qu’elle s’était tissé une carapace doucement pendant son exil en France, face à la froideur et le désintérêt de sa mère, le contour s’effilochait au fur et à mesure des épreuves qui l’écrasait. Les fêlures ne la rendaient pas plus intéressantes, simplement plus faible. Si certains sortaient plus fort des épreuves de la vie, ce n’était pas le cas de la jeune femme. Elle n’y voyait que la fatalité d’une vie non méritée, surement peu désirée. Et depuis plusieurs années, elle ne cherchait pas vraiment à prouver qu’elle avait sa place où que cela soit. Subir, sans se défendre réellement. C’est sûrement pour cela qu’elle était si proche du Malfoy. Pourtant, telle sa digne personne, rancunière, son esprit ne passait pas au-delà de sa trahison. Son ventre s’était tordu si douloureusement qu’elle en oubliait presque de respirer lorsqu’elle se souvenait de son réveil ce matin-là. C’était dur, trop dur de le voir partir loin d’elle, d’enlever un par un les souvenirs à deux d’un amour qu’elle pensait franc et réel. Mais le pire, c’était de le voir lui, ses yeux gris dont elle ne se lassait jamais, s’avancer près de Daphné, son visage fermé qu’elle aurait aimé dérider d’un baiser, ses cheveux blonds dans lesquelles elle avait plongé ses doigts avec délectation tout en le regardant avec passion lorsqu’ils faisaient l’amour. Tout son être brûlait de l’intérieur, sa chair souffrait, ses os se brisaient de l’intérieur, elle n’était plus qu’une poupée de chiffon laissée à l’abandon dans des draps de coton.

Astoria se sent si maladroite, presque mal élevée face à la grande dame. Ses joues rougissent sans prévenir aux moments les moins opportuns et sa voix se fait faible quand elle parle de Draco. « Oui, il n’y a pas à s’inquiéter de ce côté-là. Je vous remercie d’être si prompt à s’enquérir de son état de santé. » La blonde semble s’amuser de la gamine, et pour cacher sa gêne, Astoria remercie un peu promptement l’elfe de maison qui dépose le thé sur la table de marbre. Ne voulant pas regarder les yeux clairs de la mère, elle observe le thé chuter dans les tasses par magie et congédie l’elfe, ne souhaitant pas qu’elle écoute leur conversation. « C’est… C’est tout naturel. J’en suis ravie. » Rien de leur échange est naturel pour Astoria, si ce n’est cela. Draco. Tous les sentiments qu’elle portait pour le garçon étaient sans réflexion, d’une facilité déconcertante. Sans y réfléchir, elle touille manuellement son thé, offrant à leurs douces oreilles un son des plus désagréables. La lèvre pincée, elle retire la cuillère maladroitement de la tasse, éloignant cet objet qui dénotait de son stress. La brune mit un soin tout particulier à se souvenir des cours de bienséance qu’elle avait reçue enfant pour ne pas paraître ridicule à nouveau. « S’il vous plait. Nous savons très bien que Draco n’avait que faire de ces fiançailles arrangées. » La conversation n’avait ni queue ni tête aux yeux d’Astoria, la demoiselle ne comprenait pas l’humour de la Malfoy. Ce discours lui semblait être peu conventionnel. Ou entrait-elle dans le monde des adultes, celui où les rôles étaient un peu moins dessinés ? Cela la surprendrait beaucoup de ce monde préfabriqué. « J’ai déjà eu en partie ce que je désirai, en réalité. » Astoria ne savait plus où se mettre. Au vue des sourires moqueurs et aux quelques mots échangés, elle était certaine que les chances de réconciliation entre les deux familles s’étaient éteintes à cause de son comportement peu adéquat à cette haute famille. Ne parlons pas de Daphné… Ses parents allaient lui faire payer cette rencontre, elle en était persuadée… « Nous ne tenons nul grief à l’encontre de l’entièreté de votre famille, simplement envers le comportement irrespectueux et insultant de votre soeur aînée. Nous n’avons cependant pas grand espoir de la voir se repentir pour ses actes, et espérons qu’elle saura en payer les conséquences. » Un léger rictus se dessine sur le visage d’Astoria, tant cette réflexion sur sa soeur était pertinente. Elle restait cependant légèrement dubitative quant au fait qu’un jour Daphné paye réellement ses actes. Elle avait un talent certain pour éviter les réprimandes et une indépendance qui sauvait régulièrement les mauvaises décisions du paternel. Une affranchie, voilà la plus grande qualité de la blonde. « En preuve de notre bonne foi envers votre famille, toute idée d’alliance n’est pas rejetée avec votre famille. Evidemment Daphné n’est plus un choix envisageable pour cela, vous vous en doutez. » Elle s’étouffe avec son thé, se maudissant d’avoir si peu de classe et d’être tout ce qu’elle est : fragile, hors du temps, hors du monde quand elle pourrait être Narcissa Malfoy. Elle se redresse, pose ses mains sur ses genoux et se tend légèrement en avant pour poser sa tasse afin d’arrêter la catastrophe. Elle ferme les yeux, et respire un bon coup. Ses sourcils se froncent, et elle entortille ses chevilles entre elles. « Si vous cherchez à satisfaire votre fils, je ne suis pas certaine d’être la bonne personne avec qui le fiancer, si c’est là que vous souhaitez en venir… » Quel homme abandonnerait sa belle au petit matin s’il l’aimait vraiment ?
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
SPELLS : 2049
IDENTITY : laufeyson ou tia.
FACE & CREDITS : katheryn winnick, by chloé love. pic gif by tumblr. signature sandy babe.
MULTINICKS : nest le chelou & az la guerrière.

AGE : quarante-trois ans qu'elle honore le monde sorcier de sa présence, un peu moins depuis qu'elle foule le sol de son port altier. encore dans la fleur de l'âge selon les critères sorciers, même si elle doute de parvenir au centenaire.
BLOOD STATUS : celui des black, celui qui lui a permis de se marier à un malfoy, soit le plus pur possible.
CIVIL STATUS : mariée depuis des décennies, amoureuse comme au premier jour, désespérée de retrouver l'homme qu'elle aimait, et non pas ce fantôme de lui-même. dix-sept ans qu'elle est mère, dévouée à son fils, prête à tout pour lui, chérissant le moindre de ses sourires.
JOB : mother. warrior queen. healer. protector.
HOGWARTS HOUSE : une black, future malfoy, ne pouvait être qu'un serpent. une vipère aux écailles argentées.
MAGIC WAND : depuis qu'elle a offert sa baguette originelle à son fils, elle utilise une baguette volée à un prisonnier par sa soeur. narcissa ignore de quoi elle est faite (en réalité de noyer avec un poil de centaure), mais elle mesure 23 centimètres et répond bien aux sorts de soin.
PATRONUS CHARM : étonnamment, elle est encore capable d'en produire un. et quand elle le fait, c'est une araignée qui apparaît, reflet du dévouement envers sa famille.
MARAUDER'S MAP : le plus souvent au manoir malfoy.
POINTS RP : 3251

LA MALLE DU SORCIER
RP BILINGUE : oui, uniquement les paroles.
COLOR OF MY LIFE : #9c0909
INTO THE MAGIC BAG AGO :

MessageSujet: Re: meaner than my demons - narcissa Lun 5 Juin - 18:11

Elle a le sourire fin aux lèvres et la posture droite. Elle a beau porter le poids d’une famille sur ses épaules ces temps-ci, une destinée et une pression bien trop importante qui ne lui étaient au départ pas destiné, elle s’escrimait à se tenir aussi droite que la Justice. Elle ne ploierait ni sous les coups, ni sous les humiliations. Elle ne faisait pas partit de ceux qui courbaient l’échine. Elle ne l’avait jamais été, et elle ne le serait jamais. Elle était de ceux qui se battent, jusqu’au bout, la tigresse qui protège sa portée et son territoire toutes dents dehors. Elle était une guerrière, et même si ses stratégies de combat n’étaient pas considérées nobles ou dignes par certain, elle ne laisserait rien tomber. C’était son rôle désormais, à elle de porter la couronne du roi, plus lourde que celle de la reine. Elle est celle qui incarne la famille désormais. La représentante, celle qui n’a pas encore perdu de sa superbe malgré les brimades à répétition. Elle, elle ne se terrait pas dans un bureau. Elle, elle ne refusait pas de voir la vérité en face. Elle, elle sortait affronter le monde et continuait de leur montrer et de leur rappeler qui ils étaient. Ils allaient s’en sortir, et tout ceux qui leur auraient tourné le dos le regretterait.

Elle croyait au fait que les Greengrass ne seraient pas assez stupide pour ainsi leur tourner le dos. Et quelque part, Narcissa savait également qu’elle ne pouvait pas se permettre de perdre le soutien de cette famille. Et surtout, il semblerait qu’un avenir un peu plus lumineux pour son fils dépende de la cadette, et cela, jamais elle ne pourrait l’ignorer. Elle ne pouvait pas, ne pouvait plus. Car tout semblait se jouer maintenant. Elle protégeait les arrières, plaçait ses cartes de façon habile et réfléchie. Elle ne survivrait peut-être pas, mais lui si. Et il survivrait pour vivre, réellement, enfin, même si elle devait forcer la main du destin pour cela.

Et c’était ce qu’elle faisait en quelque sorte, en venant s’entretenir directement avec la demoiselle concernée, buvant son thé délicatement et s’amusant quelque peu de la gamine face à elle. Elle veut voir si elle est vraiment à la hauteur. Si c’est elle, qui lui faut. Si elle n’est pas corrompue comme l’aînée. Et ce qu’elle voit lui plaît. Les hésitations, les joues un peu rouges, les mains qui s’entortillent. Evidemment, tout cela sera à corriger plus tard, car l’on ne pouvait se permettre une Lady Malfoy avec de tels comportements. Mais cela trahissait un coeur qui plaisait fortement à Narcissa. Un coeur qu’elle voudrait bien voir, complètement et officiellement, dans les mains de son fils.

Evidemment, la plus jeune ne croit pas vraiment à ce qu’elle peut lui sous-entendre. Parce qu’elle est la cadette, car elle ne convient pas, car on lui a sûrement toujours fait comprendre que l’aînée importait plus, et car elle se doutait que son fils avait dû la traiter d’une manière qui lui donnerait honte. Mais son sourire se veut complaisant, rassurant. Un peu malicieux, aussi. “Ma chère Astoria, je traite avec des Malfoy depuis bien plus longtemps que vous. Au plus grand désarroi de mon fils, il ressemble énormément à son père sur certains points, et je crains que celui-ci en face partit.” Parce que Lucius n’avait jamais aisément reconnu ce qu’il pouvait ressentir, parce qu’on ne l’avait jamais élevé ainsi, parce qu’il se renfermait toujours sur lui-même pour se protéger. Et Draco avait toujours fait pareil, malgré tout ce qu’elle avait pu tenter de lui apprendre également. Il restait, malheureusement parfois, le fils de son père avant tout. “Je connais mon fils. Je sais que vous êtes celle qui lui faut. Je le sais par sa réaction lorsque je lui ai parlé de vous. Je le sais à votre réaction, en cet instant même.”

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: meaner than my demons - narcissa

Revenir en haut Aller en bas

meaner than my demons - narcissa

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» DEMONS CYCLES
» les demons de jesus
» Remise en état demon collecteur d'echappement !
» chti-demon
» Moto qui roule sur les eaux

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
VIPERA EVANESCA :: all time-turner and owl box :: flashback-