AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez| .

(rowena) - toward the sun (délai: 01/02)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Invité
Invité

MessageSujet: (rowena) - toward the sun (délai: 01/02) Mar 17 Jan - 22:44


Rowena Maeve Rookwood

Let the shadows fall behind you
‹‹ silencio

âge, date et lieu de naissance ≈ Elle a vu le jour, il y a de cela vingt-six années. L’air lourd du quinzième jour de juillet se faisait sentir même entre les murs de la demeure des Rookwood. nationalité et origines ≈ Anglaise pure souche, on peut le repérer à son accent ainsi qu’à la fierté de faire partie du peuple anglais. Cependant quelques racines clairsemées, nous montre que le Royaume Uni se reflète dans ses veines. En effet, on peut aussi y trouver des origines galloises. sang de sorcier ≈ Sang mêlée, mais contrairement à ce que pense sa famille, ce n’est pas une humiliation pour Rowena. En effet, peu importe la nature du sang, La magie coule dans les veines de n’importe quel sorcier. C’est le plus important. profession ≈ Loin d’être sa première ambition, elle est la propriétaire et gérante du Balai Tordu. Elle en est plutôt fière, d’ailleurs. Commerce prospère jusqu’au début de la guerre. Cependant, même par les temps qui courent, elle arrive tout de même à sortir ses épingles du jeu. statut civil ≈ Veuve, elle a perdu tragiquement son mari. Malgré ses tentatives ou même ses rencontres au fil du temps, elle ne semble pas pouvoir sortir de la solitude de son célibat. Avec la guerre, ce n’est pas sa préoccupation première alors elle se contente de quelques relations sans lendemain lorsque le manque de chaleur humaine se fait ressentir. maison à l'école ≈ On pourrait croire au destin lorsque l’on voit de quel prénom ses géniteurs l’ont affublé et dans quelle maison, le choixpeau l’a envoyé. Serdaigle a été son foyer pendant toute sa scolarité à Poudlard. Cette maison a, en partie, forgé la femme qu'elle est devenue aujourd'hui. parcours scolaire ≈ Plutôt bonne élève, elle a toujours eu une certaine soif de connaissance ainsi qu’une certaine curiosité intellectuelle. Pourtant, elle était bien loin d’être recluse au fin fond de la bibliothèque. Par ailleurs, quelques retenues ont été à son actifs. Elle faisait aussi partie de l’équipe de Quidditch de sa maison, ce qui l’a aidé en tout point pour sa boutique. baguette magique ≈ La baguette de Rowena se compose d'un bois de chêne blanc, la baguette est rigide et mesure vingt-six centimètres et soixante-quinze millimètres. On y trouve un cœur, une plume d'hippogriffe  ainsi qu'une prédisposition pour les incantations. sortilège du patronus ≈ Elle produit un golden retriever. Le reflet d’elle-même, loyale et douce. épouvantard ≈ On pourrait associer cela à du narcissisme, mais c'est simplement de reflet des doutes qu'elle a sur sa personne. Les limites qu'elle pourrait franchir pour arriver à son but. Lorsqu'elle voit un épouvantard, elle se voit, le visage recouvert de sang, un sourire carnassier et une lueur dangereuse dans le regard.  effluves d'amortentia ≈ A Poudlard, l'odeur de la potion rappelait l'herbe, l'air frais et la crème à polir spéciale manche à balai. Cependant, elle ignore si la potion aurait toujours la même odeur à présent.  localisation ≈ Elle déambule « librement » en Angleterre. Pourtant on a plus de chance de la trouver entre les murs de sa boutique ou bien à son logement qui se situe à Londres ou encore parfois – ce qui est plus rare – dans le manoir familial. Cependant, elle n’est pas vraiment la plus heureuse de parcourir le sol des Rookwood. don magique ≈ Aucun. Pourtant, il fut un temps où elle aurait aimé avoir ce « petit plus » qui l’aurait rendu exceptionnelle, mais avec le temps, elle s’est aperçu qu’elle n’avait pas besoin de cela. signe physique distinctif ≈ Une tâche de naissance en forme d’étoile sur son épaule droite. Cependant, ce n’est pas la chose que l’on remarque en premier. Ces cheveux et ses yeux sont noirs presque d’une couleur similaire, ce qui peut sembler fascinant. casier judiciaire ≈ Vierge jusqu’à un an auparavant. En effet, elle a fait un petit tour du côté d’Azkaban lorsqu’elle a été accusée - sans preuve et à tord - de complicité quant aux attaques du ministère pour lesquelles son père est condamné.
‹‹ crystal reed

— Voldemort s'est bel et bien emparé du pouvoir en Grande-Bretagne, plaçant l'un de ses plus fidèles sbires à la tête du ministère. Une guerre contre la France a été déclarée, mais les conflits grossissent surtout sur le territoire britannique. Que pensez-vous de la situation ? L'étau se ferme peu à peu autour des vies des habitants du Royaume Uni. On peut le voir chaque jour, au détour de chaque rue. On peut être dans les bonnes grâces avant de tomber tel un ange déchu, en un claquement de doigts. Cette situation est angoissante, personne ne sait de quoi demain sera fait ni même si ses actions seront les bonnes. Ce que Voldemort fait est de jeter un voile sombre sur la société sorcière, il obnubile chaque pensée en annihilant le reste. Il révèle le pire en chaque citoyen, et c'est ce qui est alarmant. Tellement d'adjectifs pourraient s'associer dans la description de ce qui se passe en Grande Bretagne. Abominable, effroyable ... La liste est interminable.

— Harry Potter est le symbole de l'espoir, le dernier rempart face aux mangemorts, mais il se cache et reste introuvable. Que pensez-vous de lui et de tous ceux qui le défendent et meurent pour lui ? Lui, ainsi que les personnes qui se battent à ses côtés, représentent la lumière au travers des nuages après un violent orage. Ils auraient tord de ne pas se battre pour ce qu'ils croient juste. Il faut énormément de courage pour faire ce qu'ils font. Se battre en sachant que ce jour-ci pourrait être le dernier. Quant à Harry Potter, je ne sais pas si j'aurais la force de me cacher en laissant les autres agir en mon nom. Mais peut être qu'il manœuvre dans l'ombre, personne n'en sait rien.  

— Plongé dans le chaos, le monde change et le sang prend une importance majeure ! Que pensez-vous de la valeur du sang ? Quel est votre ressenti vis à vis des nés-moldus ou encore des cracmols ? J'ai été élevée dans l'importance de la valeur du sang. J'ai été endoctrinée pendant des années, j'étais honteuse de mon statue de sang mêlé et j'ai cru ce que l'on m'a raconté avant de me faire mes propres opinions. Pendant mes années à Poudlard, j'ai bien vu qu'il n'en était rien. Le sang n'est qu'un liquide rouge qui coule dans nos veines, il ne définit pas ce que nous sommes. Mon opinion n'a pas changer même avec la guerre qui s'est déclarée. Chaque personne détenant une once de magie est en droit d'apprendre, et de l'utiliser.  
— gentille ; émotive ; patiente ; manipulatrice ; sociable ; impulsive  ;  discrète ; menteuse ; généreuse ; mystérieuse ; maligne ; loyale ; têtue ; battante ; méfiante ; rancunière ; intelligente ; jalouse
(blended family) Enfant, Rowena a toujours été élevée comme un petit joyau, celle qui permettrait aux Rookwood de redorer leur image en s'alliant à une famille de sang-pur par le mariage.  Pourtant, loin, était la tendresse familiale. Il lui fallait suivre les directives, plonger au plus profond des préjugés du sang, chaque jour. Elle a, donc, été éduquée de manière à ce qu'elle fasse honneur à sa famille en société. C'était le quotidien chez les Rookwood : apprendre - mais seulement ce qui était autorisé -, rester sur le droit chemin et s’entraîner à se battre. Alors, la petite princesse au destin important se comportait chaque jour comme elle avait été conditionnée : comme si tout lui était dû, comme si elle valait bien mieux que le monde autour d'elle. Cela a bien changé à son arrivée à Poudlard. (red warrior) Elle fut entraînée dès son plus jeune âge à l'art de la bataille. Beaucoup de ses adversaires se sont laissés avoir par son apparence de petite poupée. C'était d'ailleurs son jeu favori : leur prouver qu'elle était loin d'être faible, qu'elle pouvait tout aussi bien leur botter les fesses sans encore savoir manier une baguette magique. Elle a fini par développer un goût prononcé pour les dagues et les arbalètes.  (flying high) A son arrivée à Poudlard, elle s'est tout de suite passionnée pour le Quidditch et a fini par intégrer l'équipe de Quidditch de Serdaigle en tant que poursuiveuse. La vie à l'école de magie était totalement différente comparée à celle qu'elle vivait entre les quatre murs du manoir Rookwood. C'est à partir de ce moment que Rowena a pris de la distance avec sa famille, même si elle ne leur a jamais tourné le dos. A présent, les matchs de Quidditch sont loin, seul sa boutique la rattache encore à ce sport. Alors, parfois, elle peut passer des heures à voler sur un balai juste pour se vider la tête. (do you remember ?) Il lui a fallu un certain temps pour faire le deuil de son mari, de la famille qu'ils allaient fonder tous les deux. Heureusement, elle ne fut pas seule pour surmonter son chagrin, sa grande amie, Isla, l'aida à panser ses blessures. Elle garde alors dans son coeur, seulement le meilleur des années passées aux côtés de son seul et unique amour. Personne n'a réussi à remplacer ce dernier, ce n'est, d'ailleurs, peut être pas le meilleur moment. (die trying) Malgré la distance qu'elle a prit avec sa famille, elle n'en reste pas moins une Rookwood. Elle est prête à tout pour aider son paternel, le faire libérer d'Azkaban. Pour cela, il lui faut parvenir à remettre la famille sur les railles. Il faut que les Rookwood redeviennent bon à quelque chose aux yeux de la société sorcière. Il en est fini de se terrer dans son trou, il est temps d'agir.  
— Laura

quel âge avez-vous ? hm, hm, on va taire ma vieillesse comment avez-vous découvert le forum ? via bazzart à l'origine que pensez-vous du forum ? il est tellement nul que je me fais un DC vous voyez le genre ? avez-vous des questions ? NON    un dernier mot ? j'vous kiffes les gens    voulez-vous être parrainé(e) ? ≈ non, thanks  

— personnage inventé [] ; scénario d'un membre [x] ; personnage de la saga [] ; personnage prédéfini []
© VIPERA EVANESCA 2016





Dernière édition par Rowena Rookwood le Dim 22 Jan - 15:26, édité 19 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

MessageSujet: Re: (rowena) - toward the sun (délai: 01/02) Mar 17 Jan - 22:46


Don't look back, just carry on

And the shadows will never find you
Les rires d'enfants s'élevaient dans le pré derrière la demeure familiale des Rookwood. C'était un de ces jours ensoleillés où l'on ne souhaitait rien d'autre que de se prélasser sous les rayons du soleil. Cependant, pour le plus âgé de la fratrie, pas le temps se relaxer. Il était l'heure de l'entraînement, celui qui ferait de lui, un sorcier apte à se battre. Avec ou sans baguette.  « Ne baisse jamais ta garde !», pouvait-on entendre le paternel Rookwood, recadrant sa progéniture. Alors, âgée de cinq ans, j'interrompais de temps à autres mon jeu pour regarder mon aîné. Mes grands yeux clairs suivant ses moindres mouvements, comme pour en aspirer la complexité. Je sentis la présence de la gouvernante dans mon dos, et je détournais mes prunelles pour la fixer. Elle était toujours derrière moi, alors que j'avais qu'une envie : qu'elle cesse. Elle était en charge de notre éducation, avant que Père ne se charge à mi-temps de notre entraînement. Elle ne souriait jamais, ne riait jamais mais pour nous éduquer avec un bras de fer, elle était championne en titre.  « Il est l'heure pour votre leçon d'histoire. », je soupirais avant de tourner les talons pour la suivre, non sans lancer un dernier coup d’œil à mon paternel.

 « Fillette ? Où est-tu ? ». J'étais cachée dans un buisson à l'arrière d'un énième manoir d'une famille de sang pur. Encore une réception où toute la famille devait se rendre pour faire bonne impression. Nous devons être dans leurs grâces. Pour moi, c'était de la torture. Mon apparence frêle avait faite de moi, la cible idéale, pour les autres enfants.  Mon attitude sérieuse et sûre de moi n'allait pas me sauver. Je ne savais pas encore me défendre alors ma seule option restait de courir et de me cacher. Je n'avais pas encore débuté mes leçons avec mon paternel. Celles que j'attendais avec impatience. Alors, accroupi derrière les feuillage, j'essayais de contenir ma respiration pour ne pas me faire repérer par ceux qui me courrait après.  « BOUH ! », entendis-je en même temps que le visage apparaissait au dessus de moi. Je lâchais un cri de surprise avant que la main ne se saisisse de mon bras pour m'entraîner hors de ma cachette.  « Mais arrêtez ! », couinais-je, les sourcils froncés. Un rire s'en suivit, pas le mien cependant.  « Quoi, tu vas le dire à tes parents ? Je croyais que les Rookwood étaient les maîtres du monde ? », eus-je droit en réponse. Je pinçais des lèvres. Je rêvais de pouvoir lui rendre la pareille à cette brute. Je me tortillais pour échapper à sa poigne. Puis une  main s'abattit sur son épaule. Un visage inconnu.   « Cela suffit, tu la laisses tranquille. », dit-il d'une voix froide.  « Sinon quoi ? », répondit le lourdeau d'une voix un peu moins assurée.  « Sinon ... », commença mon sauveur en lui faisant une clé de bras. Il  n'en fallu pas plus, et l'abruti disparu.  « Merci », chuchotais-je les yeux baissés au sol. C'était la première fois qu'il venait à ma rescousse, je ne le connaissais ni d’Ève ni d’Adam. Il hocha la tête avec un sourire. Il devint alors comme l'ombre protectrice d'un arbre face au soleil pour moi.

« Pousse-toi, né moldu ! », m’écriais-je, en donnant un coup d’épaule à un gamin, d’à peu près mon âge sur le Chemin de Traverse. Ce dernier m’adressa un coup d’oeil apeuré et continua son chemin, le bras de sa mère sur son épaule. Au fur et à mesure des années, j’avais  continué  mon ascension de princesse au cœur de la famille Rookwood, croyant que tout m’était du. Je m’étais défaite de l’image de petite fille faible qui me suivait à chacun de mes pas. A présent, je copiais les agissements de mes parents en public, je me croyais plus forte et plus intelligente que les autres avec mon éducation, mon entraînement. Je n’avais pas réellement d’ami, mis à part, mon frère ainé. Et même temps,  ce dernier n’était pas réellement présent car il résidait entre les murs de l’école magique. C’était mon tour à présent, de fouler les pavés de pierre, de m’installer à bord d’une barque pour rejoindre les bancs en bois de la Grande Salle. Serdaigle. C’était avec un large sourire arrogant que je m’étais assise aux côtés de mes camarades bleu et argent. Les cours de défense contre les forces du mal, de potions, d’astronomie ... Ces cours là m’ont appris des leçons bien plus importantes que celles que l’ont trouve entre les pages d’un livre. En effet, entre les murs des salles de classes, personne n’a d’avantage grâce à la nature de son sang. Tout le monde est égal,  mes camarades de Poudlard ne s’étaient pas gêné pour me démontrer à quel point, j’avais tord de me prendre pour le centre du monde. Les premières leçons avaient été difficile à digérer. Quant à ma fierté, cela avait été un véritable challenge pour la mettre de côté. Mais, j’avais réussi. Je m’étais construite sans ma famille. J’étais simplement Rowena, amoureuse du savoir et amicale avec chaque camarade croisant mon chemin. Je grandissais en dehors du chemin tracé par mes parents, cela avait quelque chose de libérateur ... De savoir que j’avais toujours ma place quelque part, que je valais quelque chose dans les yeux de quelqu’un et pas seulement pour redorer l’image ternie par le temps de la famille. « Rookwood, attention ! », hurla un de mes coéquipiers lors d’un entrainement. Je me baissais juste à temps pour que mon crâne ne rencontre pas le cognard qui se dirigeait vers moi. Je soufflais de soulagement, ces petites bêtes étaient terribles et savaient vous envoyer à l’infirmerie pour un bon bout de temps. Au fur et à mesure de mes études à Poudlard, je m’étais découvert une nouvelle passion. Celle du Quidditch. Rien de mieux que de voler sur un balai pour relâcher la pression. Qui aurait cru que cette passion me permettrait de rencontrer l’homme de ma vie ?

« Vous pouvez embrasser la mariée. », déclara le prêtre avant que je ne croise le regard fier et malicieux de l’homme qui était à présent mon mari. Mes lèvres rencontrèrent les siennes dans un moment de bonheur d’indescriptible. Quelques applaudissements de félicitations retentissent, surtout provenant de ma belle famille, mais rien de plus. Je croise les yeux de mon paternel. Un mélange de déception et de colère s’y mélangent, mais je ne le laisse pas m’atteindre, pas même lorsque les souvenirs de notre dernière dispute remontèrent à la surface. « Je l’aime, j’ai déjà dis ‘oui’, père ! », ma voix résonnant entre les murs du bureau de mon géniteur. Ses mains se crispent sur le bois de meuble. Je ne suivais pas le plan qu’il m’avait tracé depuis ma naissance. « C’est un sang mêlé ! », s’écria t’il et j’eus un rire froid. « Tout comme nous père ! », répliquais-je en lui lançant un regard noir. C’était certain, si je lui avais annoncé que j’épousais un sang-pur de renom, il aurait sûrement sauté au plafond en me félicitant de remettre la famille sur les rails des bonnes grâces du monde magique. Mais là, il était certain que mon futur mari n’allait pas trouver grâce aux yeux de mes parents. « Au moins, on ne descendra pas plus bas ! », cracha t’il avant d’agiter sa main pour que je parte. Je tournais les talons, bouillonnant de colère. Heureusement, Poudlard allait m’héberger pour quelques mois encore puis j’emménagerais avec Alekseï avant notre mariage. Alors, je m’étais tu et j’avais continuer mon chemin sans l’approbation de ma famille ... Encore une fois. Je secouais la tête, en revenant au moment présent. La main de mon mari se saisi de la mienne, m’entraînant à sa suite dans un éclat de rire. Jeune et insouciante, j’avais l’impression de tomber amoureuse de lui encore un peu plus chaque jour. Comme si j’étais foudroyée par le coup de foudre de notre première rencontre, encore et encore. « Oh, pardon ! », m’exclamais-je, alors que mon épaule rencontrait le bras d’une personne dans un choc un peu douloureux. Mon frère continua son chemin dans la masse de supporter comme si de rien n’était, alors qu’une main se posa sur mon bras comme pour m’empêcher de tomber ou me retenir, je n’avais jamais trop su. « Il y a pas de mal. », me répondit le jeune homme dont je croisais le regard. Aucun doute possible, son fort accent laissait supposer son appartenance au fan club de l’équipe Bulgare. Aucun mot ne pu sortir de ma bouche pendant quelques instants, j’étais bien trop occupée à sourire comme une idiote. « Je suis désolé, il faut que j’y aille, je viens de perdre mon frère dans la foule ... », commençais-je en reprenant mes esprits. « Je peux peut être vous aider ? », me proposa t’il, et je hochais la tête puis il me tendit la main. « Alekseï », se présenta t’il et je me saisis de ses doigts en souriant. « Rowena », répondis-je, avant de commencer ma recherche à ses côtés. C’était ainsi que tout avait commencer, notre rencontre à un de ses matchs de Quidditch, des lettres échangées, plus de rencontres et puis notre mariage. Il fallait croire que la vie avait décidé de me sourire un tant soit peu.  

Les larmes coulèrent lentement sur mes joues, mon visage figé dans une expression douloureuse. Trois ans plus tard, mon monde s’écroulait. Alors que nous commencions à nous imaginer dans une grande maison avec des enfants autour de nous ... La vie avait fini par me reprendre ce qu’elle avait donné. Sans aucun signal d’alarme, juste comme cela, en un claquement de doigts, il n'était plus là. Une main s’empara de mes doigts froids. « Il faut que tu manges, Rowena. », dit une voix douce. Je relevais mes prunelles pour croiser celles de ma plus proche amie, Isla. La rouquine affichait une mine inquiète, alors je tentais de lui sourire, mais ce dernier se figea dans un rictus ridicule. « Je n’ai pas faim. », tentais-je d’argumenter, mais je sais que je ne suis pas convaincante. Un soupir s’échappa alors des lèvres de mon amie, elle savait bien à quel point, j’étais têtue. Alors, elle se tu et enroula son bras autour de mes épaules dans un signe de soutien. C’était tout ce dont j’avais besoin : de savoir qu’elle serait là, à mes côtés. Je fermais les yeux, la tête dans son cou, en écoutant le rythme rassurant du sang pulsant dans ses veines. Les souvenirs de notre rencontre restaient encore clairs dans mon esprit. Lors d’un match de Quidditch de l’équipe dAlekseï – j’avais toujours mis un point d’honneur à le suivre dans ses divers match et compétitions. A croire que le Quidditch était le seul moyen de rencontrer les personnes les plus importantes dans ma vie. L’assurance qui émanait de cette rouquine qui suivait son cœur et ses rêves avaient été la choses qui avait fait de cette rencontre, l’une des plus vivifiante que j’eus l’occasion de vivre en un bout de temps. Puis, elle était passée régulièrement au Balai Tordu. Les occasions de se voir n’étaient jamais ratées. On dit souvent que les vrais amis se montrent dans les bons moments mais surtout lors des épreuves les plus difficiles. Cette expression s’était révélée être vraie. C’est en pensant cela que je me rendais compte que si je n’avais pas eu Isla à mes côtés en cet instant, mon monde se serait écroulé et je me serais fissurée en un milliers de morceaux. Tout cela en même temps.  

Les mains plaquées sur mes oreilles, les yeux clos, essayant de faire abstraction des cris et de l’horreur qui m’entoure. Ma poitrine glaciale se soulève et s’abaisse dans un rythme irrégulier. Malgré  toutes les heures d’entrainements que m’avait prodiguer mes parents, rien ne m’avait préparé à cela. J’avais entendu parler d’Azkaban, des histoires à vous glacer le sang, et jamais au grand jamais, je ne me serais imaginer atterrir parmi les nombreux prisonniers qui peuplent les murs de la forteresse. Souvenirs. « Baissez vos baguettes !», entendis-je hurler. Je me précipitais hors de la bibliothèque pour trouver des aurors au milieu du manoir familial. Un sentiment de panique commença son parcours dans mes veines. Mon regard s’arrêta sur mes parents, baguettes pointées sur les aurors. « Mais qu’est ce que vous faites ? Qu’est ce qui se passe ?. », demandais-je, incrédule. Je ne savais pas vraiment à qui je m’adressais, mais les deux camps m’entendirent. Quelques baguettes se tournèrent vers moi, les autres restèrent pointées sur mes géniteurs.  «  Rowena  et  André  Rookwood, vous êtes en état d’arrestation pour votre participation aux attaques du ministère de la magie. », m’annonça un des aurors et mon regard dériva sur le visage de mon paternel dans un regard incrédule. Puis un rire nerveux suivi. « Vous vous foutez de moi ?. », m’exclamais-je. Je reculais d’un pas, il était hors de question que je les suives et que j’atterrisse en prison pour une action que je n’ai pas commise. Mais il était évident que j’étais aussi coupable que mon père à leur yeux. Un flash de sortilèges puis c’est le noir complet.  Fin. J’étais à présent confinée dans la prison d’Azkaban en attendant mon procès. Ces quelques jours semblaient avoir un goût d’éternité. Les détraqueurs sur le dos, jour et nuit, l’expression « les prisonniers sont enfermés dans leur esprit » prenait tout son sens. Souvenirs. Je levais mes doigts à hauteur de mon regard, un rouge carmin les colorant, une douleur me tordant les entrailles. Un frisson de panique me souleva le cœur. Je jetais un coup d’œil à l’intérieur de mes cuisses, le même rouge s’imprégnant sur l’étoffe du bas de mon pyjama. « Non, non, non .... », murmurais-je dans un sentiment d’impuissance. Je ne pouvais pas perdre un être cher à nouveau, je pouvais pas le perdre même avant sa naissance. La vie n’avait-elle aucune pitié ? Les larmes perlant sur mes joues de porcelaine, je me laissais glisser à terre. Croire que ce n’était qu’un cauchemar était tellement plus facile que d’affronter la réalité. La douleur se fit de plus en plus forte, annihilant mes forces et la lumière s’éteignit. « Rowena ! », un murmure ne cessait de se répéter au creux de mes oreilles, m’appelant comme une sirène. Lorsque j’ouvris les yeux, je croisais le regard d’Isla puis en regardant autour de moi, je m’aperçu que le décor avait changé. Je n’étais plus chez moi, mais à l’hôpital. Cela ne pouvait pas être bon. « Le bébé ? », demandais-je, pleine d’espoir. Mais le visage de la rousse se décomposa. J’eus ma réponse. « Pourquoi tu ne m’as rien dit ? », me demanda t’elle et je savais qu’elle parlait de ma grossesse. J’eus un rire triste et las avant de lui répondre.  « Je l’ai appris, il y a deux, trois semaines, à peine. Je ne savais pas comment aborder le sujet, j’apprends que je suis enceinte de mon mari qui a quitté ce monde, il y a, à peine, un mois et quelques jours ... Je ... Je ...  ». Je perdais mes mots, mais comme toujours Isla compris et s’empara de mes doigts, les portant à ses lèvres. Je fondis alors en larmes. Fin. « Laissez moi en paix ! », criais-je en me recroquevillant sur moi même et en faisant écho aux autres prisonniers autour de moi.

J’avais fini par être innocentée quelques temps plus tard. Quant à mon père, il était resté entre les murs de la prison magique. Je ne savais pas si il était réellement coupable ou non. Mais il restait mon père et j’avais vu ce qu’il se passait derrière les barreaux d’Azkaban, je ne voulais pas le laisser pourrir là bas. Cette idée commença à germer, à grandir au fin fond de mes pensées. Il fallait que j’aide mon paternel à se sortir de cette impasse. Cependant, pour le moment, je devais aider mon amie Isla, à se cacher. La clochette à l’entrée de ma boutique tinta, m’informant qu’un client ou simplement, une personne avait fait son entrée. Je levais alors les yeux de mon livre de compte. Le visage des deux hommes ne me disaient rien de bon. Ils transpiraient le mot ‘mangemort’. Je fermais le livre, tentant de prendre une voix aussi aimable que possible.   « Bienvenue au Balai Tordu, que puis-je faire pour vous ?  », demandais-je en les regardant dans les yeux. Un des deux s’approcha du comptoir alors que l’autre continua son chemin pour aller fouiner dans le reste de la boutique. « Nous sommes à la recherche d’une née moldue (...) » Quelle surprise !, pensais-je sans rien en dire, il valait mieux pour mon bien – comme pour celui de mon amie – de rester sur le droit chemin. « (...) Isla Clearwater, de nombreuses personnes nous on indiqué que vous étiez amies. », finit-il en crachant le mot ‘amie’ comme si il lui brûlait la gorge. J’étais préparée à recevoir de la visite comme celle-ci, pour n’importe quelle raison.. La famille Rookwod faisait toujours partie des moins que rien aux yeux de la société magique. Un seul faux pas et notre peau ne vaudrait pas bien cher. « Oui c’est vrai, nous l’étions. », admis-je, il ne servait à rien de mentir, c’était comme jouer avec le feu. « Mais cela fait un moment que je ne l’ai pas revu depuis un bon moment.  ». Un air sceptique traversa les traits de l’homme me faisant face. Je soupirais avant de lever ma main pour l’interrompre alors qu’il allait reprendre la parole d’un air mauvais. « Si vous pensez que je la cache, je vous en prie, cherchez à votre guise dans ma boutique et mon appartement mais pensez à ceci : ne serait-il pas la chose la plus stupide à faire ? », ajoutais-je, le cœur battant à cent à l’heure. Je l’entendais battre dans mes oreilles, assourdissant mes sens. J’espérais être convaincante pour qu’ils lâchent l’affaire. L’air suspicieux ne s’effaça pas un instant. « Bien. Mais n’oubliez pas qu’il y aura toujours un œil sur vous. », me dit-il, une menace implicite. Je hochais la tête. « Je ne l’oublierais pas. », affirmais-je, sans dérober mon regard au sien. Ils tournèrent alors les talons, repartant aussi vite qu’il étaient apparu. Dans un souffle soulagé, je repris mes occupations. J’avais hébergé Isla pendant près de deux mois, avant qu’elle ne rejoigne le camp des Insoumis. « Viens avec moi, on sera en sécurité. », ne cessait-elle de me répéter. Je comprenais son inquiétude, mais je n’avais aucune raison de fuir. Je ne pouvais pas non plus laisser ma famille, même si je savais qu’ils sauraient s’en sortir sans moi. Cependant, je ne voulais pas que ma fuite ne les précipites dans un danger sans fin. Je tenais aussi à ma liberté. C’était peut être stupide à dire, mais je voulais être capable de marcher dans la rue sans avoir peur pour ma vie. De plus, sans liberté, comment faire libérer mon père ? C’était impossible. Je devais rester loin des ennuis, retrouver grâce aux yeux de mes pairs. Chose ardue pour une Rookwood qui n’avait plus chercher la reconnaissance de qui que ce soit pendant des années. Il me fallait alors commencer par rejoindre des réunions de fédérés, chose que je réussis à faire. Cependant, tout reste à faire.
© VIPERA EVANESCA 2016



Dernière édition par Rowena Rookwood le Mar 31 Jan - 17:37, édité 18 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

MessageSujet: Re: (rowena) - toward the sun (délai: 01/02) Mar 17 Jan - 22:54

okay, t'es bonne.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

MessageSujet: Re: (rowena) - toward the sun (délai: 01/02) Mar 17 Jan - 23:00

Toi aussi (enfin pas "bonne" techniquement, t'es un mec )
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

MessageSujet: Re: (rowena) - toward the sun (délai: 01/02) Mar 17 Jan - 23:12

MAMAMAAMAPOIHUBHJNK
ROWENAAAAAAA
AVEC TOIIIIIIIIIIII
je dois sortir prendre l'air

la vérité
c'est ultra cool, pcq on a avoir un bon lien, et je dis oui pcq je veux un bon lien avec toi depuis 352563 ans et tout, BREF LE CONTENTEMENT QUOI
re-bienvenue, tu connais les lieux, mets tes pieds sur la table, à l'aise
Revenir en haut Aller en bas
avatar
SPELLS : 2552
IDENTITY : ultraviolences (bé)
FACE & CREDITS : holland ; queen clunnis (av)
MULTINICKS : cassandre ; rhea ; riley

AGE : twenty five years that the doll has marked the world with her volatile footprint.
BLOOD STATUS : muggle-born.
CIVIL STATUS : she loves her past (scrimgeour) but she's in love with her future (snyder).
JOB : former professional quidditch player, she proudly wore the emblem of the holyhead harpies at the pursuing post.
HOGWARTS HOUSE : gryffindor has been her home for years.
MAGIC WAND : carved in mahogany wood, in his heart, a tear of a unicorn. it measures eighteen centimeters and is predisposed to unformulated spells.
PATRONUS CHARM : incorporeal but once it took the form of a lion.
SPECIAL CAPACITY : none.
MARAUDER'S MAP : a lost house in the muggle countryside with rich, dimitri, ernest and a bunch of people.
POINTS RP : 1874

LA MALLE DU SORCIER
RP BILINGUE : oui, uniquement les dialogues pour commencer
COLOR OF MY LIFE : #006633
INTO THE MAGIC BAG AGO :

MessageSujet: Re: (rowena) - toward the sun (délai: 01/02) Mar 17 Jan - 23:53

rowena
j'espère bien que ça sera la dernière et la bonne
ce titre j'adore

(re) bienvenuuuue
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://stydiabond.tumblr.com/
avatar
SPELLS : 866
IDENTITY : red strings (manon)
FACE & CREDITS : alycia debnam carey. @wildbeast. (avatar, bazzart)
MULTINICKS : coré et marla.
AGE : vingt-et-un ans, quelques années qui saupoudrent, effleurent parfois le temps des autres.
BLOOD STATUS : de sang-mêlé, c'est un mélange homogène qui se distille dans ses veines, le sang bleu français et le noir écossais.
CIVIL STATUS : pucey mais c'est une love story d'amours impossibles.
JOB : ancienne étudiante en soin aux créatures magiques, elle a tout quitté, un soleil se levant, pour aller le suivre jusqu'en grande-bretagne avant qu'il ne s'y couche définitivement.
MAGIC WAND : taillée dans le bois du peuplier et d'une longueur de dix-neuf centimètres, la baguette de mathilda contient en son coeur une larme de licorne et est prédisposée aux sortilèges informulés.
PATRONUS CHARM : un raton laveur.
MARAUDER'S MAP : le campement des insoumis.
POINTS RP : 386

MessageSujet: Re: (rowena) - toward the sun (délai: 01/02) Mer 18 Jan - 0:18

ce choix de dc.
rebienvenue à la maison. I love you
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité

MessageSujet: Re: (rowena) - toward the sun (délai: 01/02) Mer 18 Jan - 7:56

ma lauraaa
faudra qu'on trouve un truc avec ernest
t'as fait un super choix en tout cas
rebienvenue à la maison
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

MessageSujet: Re: (rowena) - toward the sun (délai: 01/02) Mer 18 Jan - 9:49

Vous êtes des choux

chloé, il y a intérêt qu'on ai un bon lien depuis le temps
Merci à toi pour l'enthousiasme en tout cas
bé, merci non mais c'est sur, je pose mes fesses je pars plus moi
manon, merci beaucoup
tia, mais oui c'est obligatoire
merci beaucoup ma tia
Revenir en haut Aller en bas
avatar
SPELLS : 1209
IDENTITY : LAURA (VINYLES IDYLLES)
FACE & CREDITS : TERESA OMAN (ADL, AMR)
MULTINICKS : ADONIS, ELRONOR, PERCEVAL, ERNIE.

AGE : DIX-NEUF LARMES.
BLOOD STATUS : VENGEANCE MÊLÉE.
CIVIL STATUS : SON CŒUR ET SON CORPS APPARTIENNENT À JAMAIS À CHO CHANG, AUSSI MORTE PUISSE-T-ELLE ÊTRE.
JOB : ANCIENNEMENT JOUEUSE DE QUIDDITCH POUR LA CHINE. RAFLEUSE, ESPIONNE POUR L'ODP.
HOGWARTS HOUSE : SERRES D'AIGLES.
MAGIC WAND : BAGUETTE CHINOISE, MESURANT DIX CENTIMÈTRES , BOIS DE GLYPTOSTROBOIDES, LANGUE DE DRAGON.
PATRONUS CHARM : CYGNE NOIR.
SPECIAL CAPACITY : METAMORPHOMAGE.
MARAUDER'S MAP : LÀ OÙ HÉLÈNE EST SUPPOSÉE ÊTRE.
POINTS RP : 1693

LA MALLE DU SORCIER
RP BILINGUE : seulement pour les dialogues.
COLOR OF MY LIFE : #375D81
INTO THE MAGIC BAG AGO :

MessageSujet: Re: (rowena) - toward the sun (délai: 01/02) Mer 18 Jan - 11:12

TOI AVEC ROWENA
décidément, tu aimes bien faire des heureuses
rebienvenue, et hâte de lire tout ça



( she got horns like a devil, pointed at me and there’s nowhere to run from the fire she breathes,)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité

MessageSujet: Re: (rowena) - toward the sun (délai: 01/02) Mer 18 Jan - 12:16

c'est le but ultime de ma vie mais bon en même temps ces personnages sont magnifiques
merci beaucoup I love you
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

MessageSujet: Re: (rowena) - toward the sun (délai: 01/02) Jeu 19 Jan - 14:23

c'est dingue comment le rôle il te va trop trop bien gosh j'suis fan meuf, t'es toute belle et tu vas pimpée rowena au max du max. What a Face
rebienvenue à la maison petit chat et bonne chance pour ta fiche!
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

MessageSujet: Re: (rowena) - toward the sun (délai: 01/02) Jeu 19 Jan - 16:40

oh momo ça me fait tellement plaisir
merci beaucoup !
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

MessageSujet: Re: (rowena) - toward the sun (délai: 01/02) Jeu 19 Jan - 17:16

crystal.
bienvenue sur VE. I love you
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

MessageSujet: Re: (rowena) - toward the sun (délai: 01/02) Jeu 19 Jan - 17:52

merci beaucoup
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: (rowena) - toward the sun (délai: 01/02)

Revenir en haut Aller en bas

(rowena) - toward the sun (délai: 01/02)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Sujets similaires

-
» liste des équipages pourJavron les Chapelles

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
VIPERA EVANESCA :: accio wizards! :: les dossiers sous-scellés :: aux oubliettes-