AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez| .

(ANIMATION VII) ELLE A LES YEUX REVOLVER

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar
SPELLS : 1700
IDENTITY : KFAG (MOMO)
FACE & CREDITS : DAISY RIDLEY, MYSELF (AV, PROFIL)
MULTINICKS : PANSY, PENELOPE, HANNAH

AGE : VINGT-TROIS IMPRUDENTES ANNÉES
BLOOD STATUS : SIMPLE SANG-MÊLÉ
CIVIL STATUS : PORTE LE VEUVAGE DE SON AMANT, MAIS ÉGALEMENT SON HÉRITAGE DANS SON VENTRE QUI LUI EST INCONNU
JOB : PALMARÈS D'ANCIENS EMPLOIS : DRESSEUSE DE DRAGON, GARDE DU CORPS PERSONNEL DE LA PRINCESSE FRANÇAISE PUIS SOLDAT VENGEUR ENVOYÉ EN ANGLETERRE POUR RETROUVER SA SOEUR JUMELLE
HOGWARTS HOUSE : BEAUXBÂTONS : RÉPARTIE DANS LA MAISON DU FEU
MAGIC WAND : BOIS DE FRÊNE (DÉTERMINATION), GRIFFE DE FLÉREUR, VINGT-CINQ CENTIMÈTRES, PRÉDISPOSÉE AUX SORTILÈGES DÉFENSIFS
PATRONUS CHARM : LION
SPECIAL CAPACITY : SA RAGE DE VIVRE
MARAUDER'S MAP : PLANQUÉE AUX DOUZE SQUARE GRIMMAURD
POINTS RP : 1357

MessageSujet: (ANIMATION VII) ELLE A LES YEUX REVOLVER Mar 7 Fév - 21:55


elle a les yeux revolver.

animation vii

Elle a les yeux revolver, elle a le regard qui tue,
Elle a tiré la première, m'a touché, c'est foutu.

Ariane
Jolie Ariane. un peu spéciale, elle est célibataire. La solitude ça la ronge, la solitude ça fait pas d'mal dans l'fond, quand on voit ses yeux cernés et d'aciers bouffis par le temps et la fatigue. Un peu spéciale, elle est solitaire, le visage pâle, les cheveux en arrière. Et elle sort de ce gros sac, l'énorme viande pour le dragon affamé, petit Orion dont elle prend soin. Et j'aime ça, que pense le petit Galway quand il observe la silhouette se pencher violemment pour traîner le festin de la bête, quand il observe ses formes de femme et son regard tranché par l'amertume.
Elle se dessine sous des jupes fendues, certainement déchirées et jamais recousues. Elle a pas l'temps de s'affaisser à sa beauté, elle n'en a jamais vraiment eu envie ; et c'est dans cette beauté presque désinvolte que réside son charme. Et je devine des histoires défendues, c'est comme ça. Fallait pas s'étonner qu'une femme comme elle trouve facilement un homme avec qui vivre. Oh, la belle est pas du genre bavarde, ni-même cocasse ; les années la fatiguent et elle se surprend à ne préférer rien dire. Pourtant, elle sait porter sa voix à l'autre bout de la terre, sait montrer en un regard toute la fatalité de ses émotions.


Tell'ment si belle quand elle sort
Tell'ment si belle, je l'aime tell'ment si fort


Il l'admire ainsi, observer l'horizon devant ce magnifique lac alors que la main de la belle caresse le pelage reptilien de la bête. Une ode à la beauté, une naïade dont la beauté attristée et colérique la rend si magnifique ; et le jeune Galway adore observer la harpie. Elle a les yeux revolver, elle a le regard qui tue, elle a la fatigue en-dessous des iris et pourtant ses yeux restent la plus jolie des armes. Elle a les yeux revolver, elle a le regard qui tue, elle a tiré la première, elle m'a touché, c'est foutu. Il le pense trop fort, l'idiot, qu'elle est jolie sa muse. C'est vrai que derrière son air blafard et fantomatique se dégage une réelle beauté. C'est pas dans sa démarche qu'on voit la finesse de ses bras, ni-même dans son accent faussement anglais qu'on entend les voluptés mélodieuses de sa voix. Pourtant, elle fait partie de ses nymphes fabuleuses, des phénomènes si rares qu'il est rare de ne pas en profiter. Ces beautés sauvages dont les reins font les plus grands ravages, portant au fond du coeur un amour sincère et réel. Pourtant, le coeur est protégé par une armure de plomb et d'acier, et tout empêche de le pénétrer. Et elle est follement ravageuse, dans les instants de faiblesse où son regard se lève vers le firmament, implorant la paix et la merci pour vivre en paix.

Un peu larguée, un peu seule sur la terre, elle préfère la solitude aux vacarmes, préfère les souvenirs à l'avenir. Elle est dépendante de son esprit et de sa mémoire, de son sourire et son visage. Et il la regarde, le petit Galway, il la regarde pleuré un autre, pleuré son soldat déchu. Il sait, Galway, que dans son ventre y a pas que des organes, il sait qu'il lui a laissé un héritage. Mais il dit rien le petit Galway, il dit rien parce qu'il voit ses yeux rougis les nuits où elle sort pour caresser de ses mains la lune, le matin à la rosée où le son de son corps régurgite les joies de la grossesse ignorée. Les mains tendues, les cheveux en arrière et j'aime ça. Qu'il pense encore, le médicomage. Il ne cesse de penser à sa Ariane, parce qu'il l'imagine sienne alors qu'il la veut libre comme l'air, volant au-dessus de lui sur Orion. A faire l'amour sur des malentendus, on vit toujours des moments défendus. Et il en rougie à l'imaginer nue dans ses draps, le petit Galway. Parce que la belle est fugace et il serait certain qu'il hurlerait plus qu'elle ne le ferait ; et dans ses fantasmes il se voit homme au côté de la femme guerrière. Athéna brûle ses pensées, ses fantasmes, ils se consument au fond de son âme. Tell'ment si femme quand elle mord et les joues deviennent des plus vermeilles quand il pense à cette sauvage. Tell'ment si femme, je l'aime tell'ment si fort.

Son corps s'achève sous des draps inconnus et moi je rêve de gestes défendus. Il ne retient que son corps, il ne retient que sa tête. Il n'a à l'esprit que le bambin qui la maintient en éveil. Elle a l'esprit amer, la volonté de venger, de tuer. Et elle aura sa vengeance, il lui promet, elle aura sa vengeance. Un peu spéciale, elle est célibataire, le visage pâle, les cheveux en arrière. Et j'aime ça. Folle Ariane, bête d'Ariane, on ne ne peut lui donner qu'une caractéristique. Son regard respire la froideur et pourtant brûle du plus fou désir de vengeance. Et quand elle murmure à l'oreille de sa bête, et quand elle lui chante des poèmes d'une voix de tête, là, dans les paroles, on y sent la colère. A l'image de la marseillaise, son chant de guerre est morte, et la guerrière ne fait que rugir le dernier vers.

Elle a les yeux revolver, elle a le regard qui tue,
Elle a tiré la première, m'a touché, c'est foutu.



So when your hope's on fire but you know your desire. Don't hold a glass over the flame, don't let your heart grow cold. I will call you by name, I will share your road. But hold me fast, hold me fast, cos I'm a hopeless wanderer. w/ mumford & sons
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

(ANIMATION VII) ELLE A LES YEUX REVOLVER

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Les yeux bandés...
» "Les diverses techniques d'animation des leurres durs"
» Animation d'un Twist.
» Jigs : Quelle animation ?
» d'ou viennent les yeux bleus de nos dadou

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
VIPERA EVANESCA :: Weasleys' Wizard Wheezes :: animations-