AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez| .

and they had forever, for a moment. [krumione]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar
SPELLS : 966
IDENTITY : divalex.
FACE & CREDITS : jaad, adl.
MULTINICKS : luna, blaise, kyeon, steve, darcy, toma.

AGE : twenty-one years old.
BLOOD STATUS : halfblood.
CIVIL STATUS : young and in love.
JOB : world class seeker.
HOGWARTS HOUSE : durmstrang.
MAGIC WAND : hornbeam, dragon heartstring.
MARAUDER'S MAP : where he belongs.
POINTS RP : 2342

LA MALLE DU SORCIER
RP BILINGUE : YES.
COLOR OF MY LIFE : CRIMSON DUH.
INTO THE MAGIC BAG AGO :

MessageSujet: and they had forever, for a moment. [krumione] Mer 15 Fév - 6:02

la tête hors de l'eau. elle tombe en arrière pour laisser l'air reprendre sa place dans leurs poumons. ils se regardent, ses boucles mouillées cadrent son visage qui reprend ses plus belles couleurs. il s'attendait à la voir, sous l'eau. quel autre trésor les sirènes pouvaient-elles bien garder loin de lui ? il n'y avait rien de plus précieux à ses yeux que ceux d'hermione, mais ils cessèrent de se noyer dans les siens et couverts de leures douces paupières, ils nagèrent vers la plateforme où on les attendait. le regard de krum suivit le sien, puis ils se mirent à crawler jusqu'au point d'arrivée, viktor tentant d'impressionner hermione en lui montrant, à quelques reprises, ses talents de nageur. il disparaissait parfois sous l'eau pour effacer le rouge de ses joues après qu'elle ait remarqué son petit jeu de crâneur. krum était habituellement un garçon sûr de lui, mais avec elle, les règles changeaient. elle les chamboulait toutes et chacun de ses battements de cils transformait son cœur d'attrapeur en véritable cognard fou. et c'était peut-être stupide, mais c'était simplement comme ça. viktor lui-même ne pouvait rien y faire. il avait vu tant de jolies filles, certaines demandant des photos, d'autres des autographes, d'autres les deux. mais hermione n'était pas de celles-ci, hermione était plus rayonnante, la plus brillante de toutes les sorcières de son âge. les étoiles, en la voyant, éteignaient leurs feux pour se prosterner. elles renaissaient toutes dans le regard de viktor, comme lorsqu'il l'avait vue au bal de noël. il chérira toujours le jour où hermione jean granger avait accepté de l'y accompagner, lui, viktor, viktor krum. qui était-il, si ce n'est la coqueluche ? l'idole du moment ? ce n'était que superficiel, avec viktor, il n'a toujours été que ce garçon au charme bien à lui qui se débrouillait assez bien sur un balai pour faire perdre la bulgarie avec magnificence. rien de plus qu'un joli sourire, un talent d'attrapeur et des centaines de fans à ses pieds alors qu'elle,  elle était à la fois belle et intelligente, douce au regard et à l'oreille.

viktor avait, à plusieurs reprises, essayé d'aller vers elle à la bibliothèque. il ne savait pas comment l'aborder, il ne savait pas si elle allait accepter de lui parler. il ne savait pas si elle penserait au fait qu'ils venaient de deux univers différents, ou si ce que disaient les rumeurs était vrai - qu'elle aurait déjà quelqu'un d'autre dans sa vie (mais ça ne dérangeait pas krum, tant qu'elle le remarquait, tant qu'ils pouvaient être amis, juste amis, ça signifierait beaucoup pour lui). il avait eu les mains moites et les oreilles roses toutes ces fois, mais elle avait dû penser que cela faisait partie de son jeu de séduction, de la regarder de loin, sans jamais venir lui adresser un mot, l'empêchant de lire puisqu'il ramenait avec lui le gloussement incessant de ses groupies. viktor ne les remarquait plus, il n'y avait qu'elle. elle avait capturé son regard et son cœur dès le premier jour et à la fois romantique et maladroit, il s'était renseigné sur elle un peu partout, pour savoir s'il n'était pas vain de vouloir se rapprocher de la belle. peut-être qu'elle avait une aversion pour les joueurs de quidditch, après tout ? mais non, lui assura-t-on, son meilleur ami n'était autre que LE harry potter, attrapeur lui aussi, et champion de trop choisi par la coupe de feu. ce jour-là, on se le dirait pas, krum était très anxieux à l'idée qu'elle refuse son invitation. on se posait toujours la question, avec krum, on se demandait comment une personne d'une telle sensibilité pouvait vraiment porter le titre de champion de durmstrang, mais c'était bien le cas. de tous ces mâles robustes et sauvages, qui n'auraient jamais peur de demander quoi que ce soit à qui que ce soit, la magie avait voulu que viktor, aussi dur qu'eux d'extérieur, mais qui n'était, comparé à eux, pas fait de verre pilé, mais de sucre, soit celui qui ouvrirait la danse au bras d'une cavalière de son choix, pourvue qu'elle veuille bien qu'il lui mette la main à la hanche et la paume contre la sienne. et cette nage lui rappelait cette danse, c'était un moment rien qu'à eux, où aucun mot n'avait besoin d'être prononcé, où ils coordonnaient leurs pas ou le battement de leurs pieds.

arrivés, un professeur leur donna des couvertures et l'épreuve terminée, scores annoncés et tout le monde sain et sauf, viktor décida de faire un pas de plus vers hermione et de lui demander de le suivre loin de la foule, un instant, rien qu'un, rien qu'eux encore. parce qu'il savourait ces moments loin des conventions sociales, loin des regards, où hermione pouvait être elle-même, à la fois naturelle et libérée, les cheveux dans tous les sens. oh, qu'il l'aimait, la crinière indomptable de la lionne. ils s'éloignèrent et allèrent au bord du lac, ou viktor lui fit signe de s'asseoir près de lui, sur de l'herbe un peu boueuse. il n'attendit pas qu'elle vienne pour enlever son débardeur encore gorgé d'eau glacée, dont le contact contre sa peau faisait trembler ses lèvres, et de remettre sa couverture autour de ses épaules. il restait un peu pudique, face à elle, il voulait lui plaire, mais pas de cette façon, pas en usant de son physique, il voulait lui plaire comme elle lui plaisait lui, tout simplement, sans artifice. si on pouvait apprécier hermione malgré tous ses "défauts", viktor, lui, l'aimait pour ceux-là. j'imagine que tu es contente pour harry ? ce qu'il a fait été très honorable, il mérite sa place. je n'ai pas réussi à me transformer totalement et au final, j'aurais même pu te blesser, s'il n'avait pas été là pour m'aider. il haussa les épaules, un peu déçu de lui-même. puis envoya un sourire flotter jusqu'à elle. de nous deux, je pense que tu seras toujours la meilleure en sortilèges. il dit de nous deux comme si rien d'autre que cela n'existait, comme si ça allait de soi. quelques oiseaux s'envolèrent comme pour leur laisser leur intimité et le bruissement des arbres se tût pour laisser leurs mots à eux éclore.



— you're more than the brightest witch, you're the brightest star. the one and only that will shine forever, even in the darkest nights of my life.


Dernière édition par Viktor Krum le Jeu 23 Fév - 13:23, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
SPELLS : 570
IDENTITY : solaris. (cam).
FACE & CREDITS : dear watson. (timeless)
MULTINICKS : le fanatique à l'air froid. (feliks)

AGE : dix-sept, l'âge de rimbaud.
BLOOD STATUS : mudblood.
CIVIL STATUS : elle se croyait indomptable cette lionne, elle se trompait.
JOB : survivante.
HOGWARTS HOUSE : lions écarlates.
MAGIC WAND : bois de vigne, ventricule de dragon, vingt-sept centimètres.
PATRONUS CHARM : une loutre, maligne, curieuse, quasi taquine.
MARAUDER'S MAP : en fuite.
POINTS RP : 1258

LA MALLE DU SORCIER
RP BILINGUE : oui, mais uniquement les dialogues si tu veux.
COLOR OF MY LIFE : #cc6666
INTO THE MAGIC BAG AGO :

MessageSujet: Re: and they had forever, for a moment. [krumione] Sam 18 Fév - 0:26



And they had forever,
for a moment.

Le temps de deux heures peut-être, elle s’était vue mourir. Elle s’était aperçue, dévastée et tremblante, la bouche grande ouverte dans ce lac sans fond, ses poumons se vidant d’oxygène et ses grands yeux noisettes confrontés à sa propre mort. Noyée, dévorée par les strangulots, oubliée au fond de l’eau, heurtée par les mâchoires d’un énorme requin, elle avait eu le temps de se confronter aux plus terribles de ses peurs. Elle, la fière, la lionne, la crinière aux reflets quasi- vermillions, l’indomptable : s’était faite véritable petit moineau en cage devant cette immensité lugubre à la teinte verdâtre, s’étendant autour d’elle, sans qu’elle ne puisse clairement l’apercevoir.  Un sortilège avait suffi pour la faire glisser dans un drôle de coma, imperceptible et d’apparence paisible, dans lequel elle avait pourtant véritablement angoissé. Elle se voyait prise dans un carcan, une cage aux barreaux invisibles, une angoisse imperceptible, d’autant plus menaçante. D’un coup de baguette pourtant, on lui avait dit que ce ne serait pas long, qu’elle n’aurait aucun souvenir. Mais c’était sans compter sur l’imprévisible Granger, trop sensible encore, trop pénible toujours.



Un air vivement frai vint réveiller ses bronches imbibées d’eau, éveillant en elle des instincts primaires d’animal sauvage. Les yeux écarquillés et toussotant un peu, elle eut le réflexe de s’accrocher aux épaules de son sauveur, qui repris alors forme humaine : abandonnant ses mâchoires terrifiantes de squale pour son visage osseux au teint sombre. Elle s’agrippa à cette carrure d’aigle royal avec une force qu’elle ne se connaissait pas, comme tout juste échappée d’un cauchemar, alors qu’il la faisait remonter jusqu’à la plateforme. Ce fut le silence entre eux, comme il y en avait beaucoup. Viktor n’était pas un grand bavard, elle en avait eu l’intime conviction avant même qu’il ne vienne lui parler pour la première fois, ce jour là, pour l’inviter au bal. Observatrice la Granger, elle avait vu chez le Bulgare une apparente froideur, un drôle de mystère qui planait sur ses lèvres maltraitées, un physique de sportif au nez cabossé par une finale pas encore si lointaine. Elle avait cependant compris qu’elle s’était en vérité trompée dans ce jugement hâtif habituel de jeune sorcière pressée, ayant toujours besoin de tout classer. Un erreur d’étiquette peut-être sur un bulgare faussement distant. Discret peut-être, c’est sans doute ce qui lui avait plu, dans ce silence coutumier qu’il abordait. Mais elle avait par la suite identifié un nouveau langage chez le bulgare, quelque chose comme un dialecte quasi corporel. C’était ses yeux qui l’avait frappé en premier, dans ce regard dont elle avait pu percevoir toute une chaleur quasi familière, lorsqu’il l’avait posé sur elle, ce soir là. Il avait tendu cette main puissante vers sa cavalière de bal, l’avait accueilli avec un tel enthousiasme illisibles par l’ouïe, seulement perceptible dans ses prunelles noires. Depuis ce soir là, elle n’avait plus eu aucun doute sur l’océan de passion qui se disputaient derrière ce physique d’ours insensible. C’était peut-être là, qu’elle avait réellement flanché.



Leurs silhouettes encore glacées s’installèrent près du lac, leur bourreau de quelques heures. Du moins l’eut-elle cru. Elle serra contre elle cette serviette réconfortante, n’osant tout à fait regarder Viktor dans sa pudeur de jeune fille. Ce fut lui alors, qui engagea la conversation, sa voix doucement grave, presque suave, lui semblant si rassurante, qu’elle ferma presque les yeux, ne l’écoutant qu’elle et le bruit de l’eau, presque immobile à cet endroit. Viktor avait une drôle de façon de parler de lui, lorsque ce fut avec la jeune sorcière. Comme si rien n’était évident, ni joué encore. Loin de l’apparence vantarde que les envieux pouvaient lui attribuer, c’était presque dans une drôle d’incertitude qu’il s’exprimait sur lui même. Comme si le monde entier monde entier et lui compris ne se cantonnaient qu’à des doutes, quand elle, Hermione, pouvait atteindre la vérité. « Je ne doutais pas de la réussite d’Harry, fit-elle doucement alors, c’est toujours dans les épreuves les plus impossibles qu’il surprend ceux qui l’entourent. » Et par épreuve, elle englobait tellement de choses. Quatre ans défilèrent devant ses yeux à cette pensée. « Mais tu ne devrais pas être mécontent de ta propre victoire, je devrais d'ailleurs peut-être te remercier. » Elle releva les yeux vers  lui, remarquant alors seulement qu’il était torse nu. Le rouge lui monta aux joues avant même qu’elle n’eut le temps de détourner le regard, et elle planta ses dents dans ses propres lèvres pour les mordiller. Alors, se raclant la gorge en frottant lentement ses mains l’une contre l’autre, elle poursuivit : « Je veux dire, après tout… Tu m’as sauvée, Viktor. » Elle réalisait à l’instant ce qu’elle n’avait pu percevoir dans sa détresse. C’était grâce à Viktor, qu’elle avait pu échapper aux limbes aquatiques, qu’elle pouvait lentement tâcher de calmer les battements acharnés de son coeur contre sa poitrine : mais était-ce seulement à cause de l’épreuve ? Un léger sourire vint se poser sur ses lèvres en entendant le bulgare et elle glissa délicatement une mèche de ses cheveux mouillés derrière son oreille. « Tu as d’autres talents que je n’ai pas. » Elle assura en hochant la tête. « Comme celui d’exceller en plein vol, ou d’apparement charmer les jeunes sorcières. » Elle ajouta presque dans un souffle, comme si elle ne s’étant rendue compte qu’en prononçant ces mots de ce qu’elle disait. De nouveau, le feu s’empara de ses joues et elle détourna les yeux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
SPELLS : 966
IDENTITY : divalex.
FACE & CREDITS : jaad, adl.
MULTINICKS : luna, blaise, kyeon, steve, darcy, toma.

AGE : twenty-one years old.
BLOOD STATUS : halfblood.
CIVIL STATUS : young and in love.
JOB : world class seeker.
HOGWARTS HOUSE : durmstrang.
MAGIC WAND : hornbeam, dragon heartstring.
MARAUDER'S MAP : where he belongs.
POINTS RP : 2342

LA MALLE DU SORCIER
RP BILINGUE : YES.
COLOR OF MY LIFE : CRIMSON DUH.
INTO THE MAGIC BAG AGO :

MessageSujet: Re: and they had forever, for a moment. [krumione] Jeu 23 Fév - 14:10

le son de sa voix était, aux oreilles de viktor, comparable aux plus douces mélodies. il lui rappelait ces jeux de guitare face à un feu qui crépite, il lui rappelait une musique chaleureuse qui fait rougir et sourire. elle avait cet accent qui criait qu'eux deux n'étaient pas nés sur le même sol, cet accent au parfum anglais que viktor voulait porter sur lui. sa bouche contre la sienne, rien qu'un instant, leurs langues respectives s'entremêlant dans un silence religieux. ils étaient assis, là, sous les arbres, bardes vespéraux agitant leurs branches pour chanter l'arrivée du soir. ils étaient proches, l'un de l'autre. proches et seuls, l'occasion était parfaite. mais viktor ne voulait pas bousculer les choses, il ne voulait pas gâcher leur relation en faisant un faux pas, alors il attendrait, jusqu'au bon moment, jusqu'à ce que tous les éléments soient réunis pour lui faire comprendre qu'elle est prête pour ça, elle aussi. viktor, lui, n'avait que peu d'incertitudes. surtout à son sujet. il savait depuis un moment, déjà,qu'elle lui plaisait plus que n'importe qu'elle autre fille, qu'elle avait ce charme que les autres ne possédaient pas. ce petit quelque chose qui faisait toute la différence. hermione était une oeuvre d'art et il pourrait passer des heures à la contempler sans dire un mot, car il n'y avait rien à dire, tout était là, sous ses yeux. sa beauté était bien assez éloquente. et même les cheveux mouillés, et même tremblotante, elle restait un fragment d'opale, précieuse et atomaire. une couleur sur ses joues, des milliers dans son cœur. et ses mots lui arrachèrent un petit rire, dévoilant ses canines aiguisées, celles du prédateur qu'elle avait réussi à amadouer. du requin qui, plutôt que la dévorer, l'avait sauvée de la noyade.

oui, après tout, elle avait raison. il ne devait pas être déçu de ce qu'il avait accompli, puisqu'il avait réussi à la sortir de l'eau malgré tout. parce qu'elle était là, avec lui, et que la coupe, à ce moment très précis, n'était à ses yeux qu'un distant et vulgaire pot, quand elle était le plus fabuleux de tous les prix. mais elle ne se gagnait pas si facilement et elle n'appartiendrait jamais vraiment à quelqu'un. hermione, si jeune, était déjà une femme de caractère, une femme qui ne se laissait pas marcher sur les pieds, une femme d'esprit et de mordant, une femme indépendante et guerrière. elle ne cherchait pas son preux chevalier, mais sa pieuse épée. elle était l'héroïne de sa propre histoire, une lionne émérite, portant dignement les couleurs de sa maison. et viktor l'aimait comme ça. il aimait ses lèvres pincées en un petit sourire quand elle voulait montrer qu'elle avait raison (et elle avait souvent raison), ses yeux pétillants quand elle faisait preuve de logique (et elle faisait souvent preuve de logique), ses cheveux en bataille comme si elle en avait traversé quelques unes (et elle en avait souvent traversé). malgré la force de son caractère, elle était avec lui d'une douceur phénoménale, d'une fragilité d'oisillon. et viktor l'était tout autant avec elle. le feu qui brûlait en chacun d'eux s'essoufflait quand ils étaient ensemble, ils n'étaient plus que des versions édulcorées d'eux-mêmes, attendriss par des sentiments faisant battre l'organe au creux de leur poitrine dans tous les sens. du moins, c'était le cas pour viktor, qui sentait le fantôme de son brasier intérieur venir réchauffer ses joues à ses derniers mots. il ne prit pas le temps de réfléchir à sa réponse, elle vint d'elle même, alors qu'il reposait les yeux sur la belle. et ferais-tu partie de ces jeunes sorcières ? fit-il, un sourcil levé comme une de ses commissures, un air charmeur sur le visage, charmeur et joueur. l'accent bulgare appuyant sur les mauvaises syllabes et écorchant ses mots.



— you're more than the brightest witch, you're the brightest star. the one and only that will shine forever, even in the darkest nights of my life.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
SPELLS : 570
IDENTITY : solaris. (cam).
FACE & CREDITS : dear watson. (timeless)
MULTINICKS : le fanatique à l'air froid. (feliks)

AGE : dix-sept, l'âge de rimbaud.
BLOOD STATUS : mudblood.
CIVIL STATUS : elle se croyait indomptable cette lionne, elle se trompait.
JOB : survivante.
HOGWARTS HOUSE : lions écarlates.
MAGIC WAND : bois de vigne, ventricule de dragon, vingt-sept centimètres.
PATRONUS CHARM : une loutre, maligne, curieuse, quasi taquine.
MARAUDER'S MAP : en fuite.
POINTS RP : 1258

LA MALLE DU SORCIER
RP BILINGUE : oui, mais uniquement les dialogues si tu veux.
COLOR OF MY LIFE : #cc6666
INTO THE MAGIC BAG AGO :

MessageSujet: Re: and they had forever, for a moment. [krumione] Sam 15 Avr - 22:42



And they had forever,
for a moment.

Il rit des plaies celui qui n’a jamais été blessé. Intrépide Hermione, indomptable Hermione qui ne pensait pas qu’un jour elle pourrait imiter celles dont elles se moquait tant. Elle est là pourtant, jetant des regards en coin à celui qui l’a sauvé de la noyade et tâchant de redresser menton pour regarder l’horizon. Elle y aperçoit des silhouettes indéchiffrables qui fêtent sans doute déjà la victoire, elle y entend les cris des plus grands supporters. Elle est pourtant là, silencieuse, douce Hermione, le coeur battant et comme protégée par la magie d’une bulle, d’un dôme autour de leurs deux corps trempés. Elle l’est en effet, l’eau colle à sa peau couleur céruse, soulevée peu à peu par les mouvements de son souffle court, de ses mots qu’elle trouve mais qu’elle ne prononce pas. Parce qu’elle aime cet instant, ce calme avant la tempête. Elle qui ne connaît que trop la beauté et la puissance des grands discours, réduite au silence, qu’elle découvre plus paisible qu’elle ne le pensait. Elle l’adopte le temps d’un court instant, le temps d’une parenthèse dans sa vie d’héroïne.

Elle ne s’est jamais reconnue dans le désir des jeunes filles de son âge. Elle ne voyait dans leurs yeux brillants d’hormones que des fantaisies ridicules, loin de son désir d’apprentissage, de connaissance, d’enrichissement perpétuel. Elle leur jetait un regard tantôt amusé, tantôt agacé mais jamais songeur, parce qu’elle avait toujours été l’exception irritante, la brillance d’un esprit trop agile, trop hétéroclite. Pourtant comme ne pas douter lorsque se posaient sur elle les regards d’un bulgare que n’importe quelle fille de son âge désirait infiniment, dont le corps entier inspirait à un inconnu irrésistible. Cette année Hermione était devenue papillon aux yeux de ceux qui l’avaient toujours considérés comme une chenille. Jamais n’eut-elle pourtant songé que cela puisse affecter son coeur sans que son esprit si rationnel ne la rappelle à l’ordre. Elle aimait être désirée, elle aimait se sentir plus spéciale encore à ses yeux, qu’elle ne l’avait jamais été aux yeux des autres. Parce qu’elle avait pour lui une vision cartésienne de son être, parce qu’elle lui trouvait même malgré toute sa retenue, des qualités inattendues lorsqu’ils étaient seuls.



Lui saisit évidement l’occasion qu’elle lui avait donné, s’en rendant compte trop tard, pour se pencher vers cette faille apparente à laquelle elle n’avait pas forcément de réponse. Le charme était pour elle une notion si abstraite jusqu’à ce jour, mais surtout était-elle d’un tempérament si fière et forte, qu’elle ne s’imaginait pas un jour devoir répondre à cette question. Elle releva les deux perles fauves que constituaient ses pupilles vers le visage osseux de son sauveur. « Serait-ce alors ce que je suis, une groupie charmée parmi tant d’autres, Viktor ? » L’idée lui était insupportable, la lionne en elle rugissait à cette simple pensée. Douce Hermione qui pourtant n’avait jamais manqué de volonté, de fierté et d’honneur. C’était sans doute une partie intégrante de son charme dont elle n’aurait jamais conscience et qui constituaient les vrais joyaux de sa couronne. Sa beauté, aussi neuve aux yeux des hommes pouvait-elle être, n’en était que la l’ornement. Le tout, formait cet ovni si étrange qui avait fait tant fait jacasser au bal d’hiver. « Non dans ce cas. » Fit-elle dans un pincement de lèvres en tournant les yeux vers le lac qui lui parut plus sombre, le ciel gris ne suffisant plus à lui trouver de la lumière. Inspirant alors, elle glissa sa tête contre l’épaisse épaule du bulgare, dont elle ne feignit pas de percevoir la respiration, beaucoup plus douce qu’elle ne pourrait paraître, beaucoup plus tendre depuis qu’il l’avait sentit s’appuyer contre lui. « Mais oui si tu, comme moi, peut nous imaginer un peu spéciaux et uniques l’un pour l’autre. » Sans y mettre les mots qu’elle maitrisait pourtant si bien, elle préférait envisager cet instant si étrange et si inconnu pour elle, comme la preuve d’une alchimie intime et exceptionnelle, que même des années plus tard elle ne saurait tout à fait maîtriser. Pour la première fois de sa vie, Hermione trouvait trop laids les mots qu’elle envisageait pour décrire l’intensité et la complexité de ce qu’elle pouvait vivre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
SPELLS : 966
IDENTITY : divalex.
FACE & CREDITS : jaad, adl.
MULTINICKS : luna, blaise, kyeon, steve, darcy, toma.

AGE : twenty-one years old.
BLOOD STATUS : halfblood.
CIVIL STATUS : young and in love.
JOB : world class seeker.
HOGWARTS HOUSE : durmstrang.
MAGIC WAND : hornbeam, dragon heartstring.
MARAUDER'S MAP : where he belongs.
POINTS RP : 2342

LA MALLE DU SORCIER
RP BILINGUE : YES.
COLOR OF MY LIFE : CRIMSON DUH.
INTO THE MAGIC BAG AGO :

MessageSujet: Re: and they had forever, for a moment. [krumione] Sam 22 Avr - 2:03

les mots vont de travers, comme prévu. krum est plus habile avec ses mains, bien plus habile qu'avec ses mots. il est plus habile avec son corps, bien plus habile qu'avec son cœur. combinez donc ces deux éléments et vous vous retrouverez avec un garçon bien maladroit, qui croit savoir quoi dire pour charmer les filles, mais qui se rend compte finalement que c'est pas ça qui marche le mieux. pas avec lui. il y a des filles qui aiment les poètes, il y a des filles qui aiment les sérénades, il y a des filles qui aiment qu'on leur fasse la cour (surtout les françaises qui accompagnent sa rivale, delacour). encore faut-il savoir le faire. encore faut-il tomber sur une fille comme ça. le problème - non, au pluriel : les problèmes sont que viktor n'a ni le charisme d'un orateur, ni la belle qui tombe pour les beaux parleurs. elle doit être habituée aux romans sans paroles, plus qu'aux romances en paroles. son monde tourne au milieu du silence des bibliothèques. il gravite dans les rangées muettes de livres tacites. alors elle n'a sûrement pas l'habitude d'entendre des avances, ou simplement des les écouter. pourtant viktor est sûr qu'une fille comme elle doit avoir tous les garçons à ses pieds. il y a déjà harry, selon rita skeeter, même si krum pense que ce n'est que son ami. il y a le jeune roux qu'il a déjà aperçu avec elle, aussi, dont il a déjà oublié le nom. il n'oublie pas son regard, en revanche. des yeux qui racontent la même histoire que les siens. il était une fois, un roturier qui en pince pour la princesse, inaccessible pour bien de différentes raisons. des raisons qui veulent le faire pousser un énième soupir, mais il se le gardera. il se retiendra, devant elle, de laisser paraître sa désillusion. mais il sait bien qu'elle est l'heroïne d'une toute autre histoire et que leurs plumes ne font que se croiser. il sait bien que son aventure à elle ne fait que commencer, qu'elle est jeune encore - trop jeune, pourtant seulement quatre ans les sépare. tandis que la sienne est déjà bien entamée et se poursuit dans des contrées différentes. dans un monde qui n'est pas le sien. dans un monde où elle ne se sentirait sans doute pas à sa place. dans un monde fait des cris de la foule en délire et de feintes de wronski, dans un monde habités par ces groupies précédemment évoquées. elles n'ont rien à voir avec hermione et n'auront jamais autant d'éclat que l'étoile granger, mais elles sont là et le seront sans doute toujours, tant qu'il jouera, tant qu'il sera passionné, tant qu'il pourra monter sur un balai.

elle pose sa tête et le contact de sa peau fait exploser des pâquerettes dans tout son corps et fleurir des feux d'artifice au fond de ses yeux. ses poils qui sèchent se hérissent tous à la fois et son cœur rate un battement. mais encore une fois, il garde le contrôle. il ne se montre pas vulnérable. en portant sans cesse cette carapace, cette armure, il se protège non pas d'elle, mais de lui-même. parce qu'il tombe, il tombe, il tombe. parce qu'il tombe amoureux d'elle. et qu'il risque de s'écorcher vif, de se déchirer tout entier, quand il faudra la quitter, quand il faudra admettre qu'ils ne pourront être ensemble pour toujours. et elle revient sur ce qu'elle a dit. et intérieurement, viktor brûle. extérieurement, il porte un faible sourire sur la bouche. faible, mais tendre. avec, peut-être, une pointe de satisfaction.

tu n'as rien à voir avec elles, crois moi. depuis le début, ces filles me font peur. elles passent leur temps à me courir après ! "viktor, pourrais-je avoir un autographe ?" "viktor, une photo ?" "viktor, je peux te faire un câlin ?" "viktor, peux-tu signer mon écharpe ?" - sérieusement, comment tu veux que j'écrive sur de la laine ? eh puis y a toi, toi t'es pas comme elles. toi t'es pas aveuglée par ce que j'ai pu faire dans ma carrière - j'ai même pas réussi à faire gagner mon équipe en attrapant le vif d'or ! toi. c'est moi qui te cours après, c'est moi qui suis sous ta charme. toi je t'aime, toi c'est différent.

mais aucun mot ne vient. il passe son bras au dessus de sa tête et l'attrape par l'épaule, il la rapproche un peu, sa tête glisse jusqu'au creux de son cou. de son autre main, il se débarrasse d'une bestiole coincée dans les boucles de granger. il libère son front d'une mèche rebelle et y dépose ses lèvres.



— you're more than the brightest witch, you're the brightest star. the one and only that will shine forever, even in the darkest nights of my life.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
SPELLS : 570
IDENTITY : solaris. (cam).
FACE & CREDITS : dear watson. (timeless)
MULTINICKS : le fanatique à l'air froid. (feliks)

AGE : dix-sept, l'âge de rimbaud.
BLOOD STATUS : mudblood.
CIVIL STATUS : elle se croyait indomptable cette lionne, elle se trompait.
JOB : survivante.
HOGWARTS HOUSE : lions écarlates.
MAGIC WAND : bois de vigne, ventricule de dragon, vingt-sept centimètres.
PATRONUS CHARM : une loutre, maligne, curieuse, quasi taquine.
MARAUDER'S MAP : en fuite.
POINTS RP : 1258

LA MALLE DU SORCIER
RP BILINGUE : oui, mais uniquement les dialogues si tu veux.
COLOR OF MY LIFE : #cc6666
INTO THE MAGIC BAG AGO :

MessageSujet: Re: and they had forever, for a moment. [krumione] Lun 1 Mai - 15:51



And they had forever,
for a moment.

Le silence est à la hauteur de leur conversation. Il n’y a rien de gênant dans leurs lèvres closes et leurs regards fuyants, fixant l’horizon. Elle se sent communiquer avec son coeur. Il bat si fort au creux de sa poitrine qu’elle craint soudainement qu’il ne l’entende. Elle soupçonne le lac même de frétiller sous la puissance de ses battements, alors qu’attentive à tout, elle joue les jeunes premières parfaitement détendues. Elle se demande s’il y croit lui, à ce drôle de numéro qu’elle est loin de maîtriser et c’est bien l’une des rares choses qui lui échappe. Finalement, ce sont les signes les plus simples qui lui paraissent les plus étrangers, parce qu’Hermione s’épanouit dans ce qui n’est pas normal, dans ce que les autres ne peuvent comprendre. Les regards interrogatifs ne suffisent plus à taquiner son sourire lorsqu’elle entreprend quelque chose. Dès lors les grands soupirs de ses camarades de classe ne sont plus que le signe d’un nouvel intérêt pour la jeune sorcière. C’est une croix autant qu’un étendard, sa propre fierté que son originalité. Sans doute que c’est ce qui a plu au bulgare, cette étrangeté jusque là repoussante, effrayante, intimidante aux yeux des hommes. Mais ce n’était pas le cas pour Viktor, car elle décelait derrière ses grands yeux noirs toute l’admiration du monde lorsqu’elle se mettait à lui faire la lecture ou à l’aider à parfaire son anglais. C’était un nouveau public pour elle, une nouvelle expérience pour cette professeur amatrice qui n’avait jusque là su entrainer que des soupirs agacés. Parce qu’elle ne lisait pas que de l’intérêt dans les yeux du bulgare, parce qu’il n’y avait rien d’aussi simple derrière ses pupilles aux reflets pluriels, regorgeant de secrets insoupçonnés, de poèmes à faire trembler le coeur de son Rimbaud interne.

Face à la simplicité d’un premier amour alors, elle n’était plus le même roseau face au vent. Elle s’improvisait rose derrière des pétales maladroits pourtant bien réels qui ne faisaient que ravir encore sa jeune beauté. Incapable de la soupçonner pourtant. Le silence alors avait quelque chose de réconfortant. Elle jura un instant que c’était lui qui venait lentement se glisser le long de son cou pour la réchauffer un peu. Mais elle comprit qu’il s’agissait du visage de Krum en reconnaissant l’odeur familière de son souffle sur lequel elle s’arrêta le temps d’une minute. Non pas qu’elle eut peur de l’oublier car elle était de celle qui depuis bien longtemps, n’oublient plus rien, mais parce qu’elle se plaisait dans ses minutes interminables qui semblaient figer le temps jusqu’aux mouvements de l’eau. Le bulgare n’était pas bien bavard. Ce n’était même plus une question de langue désormais, elle n’en voyait plus l’intérêt non plus. Alors elle se laissait aller contre son épaule qui lui parut en cet instant, être l’unique source de chaleur sur la terre, si forte et si persistante, qu’elle en défierait le soleil. Et elle ferma les yeux. Lorsqu’il se redressa cette fois, c’était pour glisser ses lèvres contre son front et elle aurait juré que cette tendresse dura des heures. Cela lui parut pourtant trop court, et elle glissa ses doigts le long de son bras pour qu’il ne bouge pas, en appuyant un peu plus sa joue contre lui. Alors son coeur n’est plus qu’un tas de glaïeuls duquel s’échappe mille senteurs, prêtes à être cueillie. L’image lui apparait nettement. Cette tendresse qu’elle réclame tant fait naître en elle des vers garnis de métaphores florissantes. C’est le printemps au creux de sa cage-thoracique, mais dans sa tête c’est déjà la frénésie de l’été.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
SPELLS : 966
IDENTITY : divalex.
FACE & CREDITS : jaad, adl.
MULTINICKS : luna, blaise, kyeon, steve, darcy, toma.

AGE : twenty-one years old.
BLOOD STATUS : halfblood.
CIVIL STATUS : young and in love.
JOB : world class seeker.
HOGWARTS HOUSE : durmstrang.
MAGIC WAND : hornbeam, dragon heartstring.
MARAUDER'S MAP : where he belongs.
POINTS RP : 2342

LA MALLE DU SORCIER
RP BILINGUE : YES.
COLOR OF MY LIFE : CRIMSON DUH.
INTO THE MAGIC BAG AGO :

MessageSujet: Re: and they had forever, for a moment. [krumione] Mar 9 Mai - 0:57

et juste comme ça, le monde aurait pu être à eux. ils auraient pu être les seuls survivants, ou les premiers à marcher sur terre. ils auraient pu être créés l'un pour l'autre. ils auraient pu être complémentaires. juste comme ça, il n'y aurait eu que cet endroit. que le bord du lac, que le tour de ses bras. il n'y aurait eu qu'eux deux, étoiles filantes qui entrent en collision, big bang originel ou final. atomes qui s'unissent après tant de temps à se tourner autour. adam et ève avant le péché originel qui n'ont croqué dans aucun autre fruit que celui de l'amour. juste comme ça il n'y aurait eu que la bise du vent qui fait onduler ses cheveux comme celle de la libellule fait onduler l'eau. il n'y aurait eu que le chant des oiseaux diurnes qui sifflent leur bonsoir aux étoiles avant de se mettre au nid. il n'y aurait que lui et elle, qu'elle et lui. mais ce n'est jamais si simple et viktor le sait très bien. viktor se doute qu'il n'y a pas moyen que tout s'arrête et qu'il n'y ait plus qu'eux qui tournent dans l'univers. viktor se doute que leur comète ne se croiseront jamais. elles s'effleureront, tout au plus, et continueront leur course dans des directions opposées. ses yeux sont tournés vers un futur prometteur, une carrière dans la révolution, dans la refonte du monde. ses cieux à lui sont remplis de balais et de gueules cassées par des cognards, de beaux coups de battes et de beaucoup d'coups bas. auront-ils le temps, l'un pour l'autre, avec des futurs déjà si bien remplis ? pensera-t-elle à lui, quand il sera reparti ? viktor s'imagine bien qu'il s'agit d'une amourette qui fleurit sur quelques mois, puis qui se meure très vite. la fleur fanera car il n'y aura plus personne pour l'arroser, car c'est quelque chose qu'il ne pourra faire seul. car c'est quelque chose à faire à deux. la plante aura l'eau, mais pas le soleil. à quoi bon! il l'observe, elle est belle. il refuse de la laisser partir si simplement. hermione, écorche-t-il. il aime l'agacer en fracturant son prénom en syllabes barbares. il sait très bien le dire, il l'a répété tant de fois. tu viendras me voir en bulgarie ? le berceau de la légende, krum celui qui, même avec le nez cassé, arrive à faire perdre son équipe dignement à la quatre cent vingt-deuxième coupe du monde de quidditch. chez lui. sa maison. osera-t-elle s'aventurer dans les coulisses de sa vie, là où le grand attrapeur n'est plus qu'un jeune homme comme un autre, qui se prend toujours les lustres dans le front et qui ne sait pas éplucher les pommes de terre. cet été, ou un autre, peu importe, tant que tu viens. parce qu'à la maison il n'y a que sasha, l'homme, l'ami. il n'y a que lui pour le faire rire, que lui pour rendre beau le moindre rayon de soleil. mais sasha, c'est pas un amour pareil. sasha c'est le frère, le grand ami, sasha c'est pas comme elle. alors s'il y avait elle à la maison aussi, bulgarie ne rimerait jamais mieux avec paradis. ici, on a pas le temps de faire grand chose, de partir loin. de voir du monde, main dans la main. on pourrait aller nager ensemble, je connais un bon endroit. promis, c'est pas infesté de sirènes et de strangulots. clin d’œil à ce qu'ils venaient de vivre. puis, je pourrais t'apprendre à voler aussi ? il aime bien cette idée qu'il lui donnerait des ailes. il lui donnerait les siennes, même, s'il le fallait. et tu m'apprendrais à lire. à mieux comprendre, il veut dire. à cerner les métaphores et les jeux sur les mots, à dévorer les lignes sans jamais être repu.

chaque mot a été dit sur un ton de plus en plus doux, de plus en plus faible. la dernière phrase a presque été couverte par les battements de son cœur. il s'est redressé, a enlevé son bras autour d'elle et ne fait que la regarder dans les yeux en attendant sa réponse. puis sa main se lève et se porte à se joue. son pouce redessine la forme de son oreille, une fois. deux fois. puis sa main glisse jusque sous son menton et il se rapproche, son nez effleure le sien et leurs lèvres sont dangereusement proches. leur souffle se croise. si leur amourette est une fleur, le bourgeon est en train d'éclore. c'est à elle de décider si les pétales sont prêts à être déployés.



— you're more than the brightest witch, you're the brightest star. the one and only that will shine forever, even in the darkest nights of my life.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
SPELLS : 570
IDENTITY : solaris. (cam).
FACE & CREDITS : dear watson. (timeless)
MULTINICKS : le fanatique à l'air froid. (feliks)

AGE : dix-sept, l'âge de rimbaud.
BLOOD STATUS : mudblood.
CIVIL STATUS : elle se croyait indomptable cette lionne, elle se trompait.
JOB : survivante.
HOGWARTS HOUSE : lions écarlates.
MAGIC WAND : bois de vigne, ventricule de dragon, vingt-sept centimètres.
PATRONUS CHARM : une loutre, maligne, curieuse, quasi taquine.
MARAUDER'S MAP : en fuite.
POINTS RP : 1258

LA MALLE DU SORCIER
RP BILINGUE : oui, mais uniquement les dialogues si tu veux.
COLOR OF MY LIFE : #cc6666
INTO THE MAGIC BAG AGO :

MessageSujet: Re: and they had forever, for a moment. [krumione] Dim 2 Juil - 4:10



And they had forever,
for a moment.

C’est eux et le silence. Deux âmes à l’abri du monde dont ils ne soupçonnent pas encore toute la laideur. Au fond déjà, quelque chose brûle au creux de la terre et se prépare à exploser. Déjà courent-ils un danger certain qui un jour fera trembler le sol et le recouvrira d’écarlate. Mais ils sont jeunes et loin de tout. Ils n’envisagent le lendemain qu’avec leurs yeux d’adolescents qui pensent avoir tout connu et tant à apprendre pourtant. Aujourd’hui ils sont libres, angoissés peut-être un peu et demain leurs ongles creuseront des crevasses qu’ils ne pourront jamais soigner. Ils sont jeunes et découvrent la tendresse infime dans leur monde de brute. Elle aime cette particule, Hermione, cette infinie découverte qu’elle touche du doigt sans oser la saisir, qu’elle pense avoir tout le temps de déceler. Elle ne peut s’ouvrir à toute vitesse, de peur d’éclater ses si jolis pétales, de cueillir une fleur pas encore tout à fait éclose. Elle ne voudrait pas prendre le risque que de s’envoler au vent pour une fraction de secondes volées qui pourtant lui seront si précieuses, des années plus tard.



Elle ne remarque même pas qu’il s’est remis à parler. Sa voix grave ne la fait pas sursauter ni rouvrir les yeux. Elle les garde clos alors qu’une brise vient délicatement embrasser son visage. Le ton de Krum a quelque chose d’aussi léger que le zéphyr, si bien qu’il s’y perd volontiers, raisonne à ses oreilles sans jamais la brusquer. Comment fait-il ? Comment des mains si brutes peuvent-elles user d’une telle délicatesse ? Comment un timbre si grave peut-il se confondre avec le vent ? Même le déchirement de son prénom a quelque chose de plus doux qu’habituellement. Elle ne manque cependant pas de pousser un léger grognement à l’entente de ces sons trop anglais pour être prononcés d'une telle façon. Elle sait qu’il le fait exprès, il y a bien longtemps que ce bulgare là a appris à prononcer la barbarie anglaise. « Voudrais-tu faire traverser l’Europe à une casanière petite anglaise ? » Elle taquine elle aussi parce que ses cheveux mouillés par l’eau des profondeurs a un parfum contraire à toute ermitisme. C’est un cas aussi paradoxal qu’un livre plongé dans un océan, pourtant, voilà qu’Hermione aime s’aventurer plus loin que de raison. « Je crois que j’aimerais beaucoup venir en Bulgarie. » Ce pays bien trop étranger a des saveurs d’interdit et d’été interminables. Sans doute qu’elle s’y plairait en cette terre inconnue, relisant d’anciens livres d’aventure. Elle se documenterait et passerait des semaines à s’y préparer. Elle serait avec Viktor, vraiment ? À l’autre bout d’un petit monde juste avec Viktor ? Sur le coup tout lui semble possible et l’inquiète autant que cela l’éveille. Elle sait bien qu’au fond elle n’oserait jamais. Elle sait déjà ce qu’elle a prévu pour ces vacances interminables où Poudlard lui manquera déjà. Elle resterait dans le petit jardin des Granger, assise sous un arbre à admirer la beauté d’une encre tapée jadis contre des livres plus lourds qu’elle. Pas de lettres dansantes, pas d’imprimés animés, un retour au monde moldu. La Bulgarie, non, ça ne faisait pas parti de ses plans. Pourtant elle a tant envie d’y croire, la rose devant le si bel enthousiasme de son sauveur, que ses yeux s’illuminent à la manière du soleil sur les quelques vaguelettes du lac. « Tu me montrerais ta maison, là où tu vis, ce que tu aimes y faire et ce à quoi tu passes tes journées en pensant au futures lettres que tu vas m’écrire. » Elle souffle lentement en se parant d’un sourire. « Tu pardonnerais mon déséquilibre certain sur un balais tout comme je pardonne tes fautes de grammaire que tu fais semblant de ne pas exagérer. » Et son regard s’illumine de la chaleur d’un rire. « Oui, je crois que ça me plairait bien. »



Alors l’évidence se posent sur leurs lèvres. Viktor convoite lentement les siennes en se rapprochant d’elle. La voilà qui peut sentir son souffle contre son visage et qui se fige devant cette sensation inédite. Son coeur s’emballe encore et la voilà qui tremble presque, de peur de briser ce moment. Ses yeux cherchent les siens, comme une bouée à laquelle elle peut s’agripper de peur de se noyer. C’est le piège pourtant, car c’est dans le regard de Krum qu’elle trouve le véritable tsunami, désireux pourtant de l’aider à flotter. Mais elle se tend. Elle aime pourtant ce souffle chaud qui se glisse le long de ses joues jusqu’à les faire rougir encore, le contact de sa main contre les ossatures de son visages. Elle rêverait de ne jamais s’en défaire. Pourtant quelque chose s’emballe, comme une enfant réalisant trop tard qu’elle marche au dessus du vide. Elle freine, panique, et se recule brutalement. « Je… Désolée. » Elle est idiote, la rose, elle veut du temps et du bonheur alors qu’elle s’élance vers le fugace et qu’elle se condamne à faner sans jamais qu’on l’ait sentie. « Harry doit probablement se demander où je suis. On devrait rejoindre les autres. » Comme toujours elle se raccroche à son inséparable pour se protéger. Elle réalise peut-être qu’elle lui fait de la peine et son coeur se brise à cette pensée. Non, jamais ne serait-elle capable d’heurter son bulgare.  « Tu viens ? » Fait-elle d’un air à la fois désolé et tendrement dévoué en lui tendant la main.C'est sans doute son pardon qu'elle réclame alors. Pardon de te faire attendre encore, pardon de t'aimer mal, pardon peut-être de te décevoir, je tiens tant à toi pourtant. Elle est jeune, tendre et pense encore avoir tout le temps, elle ignore tout mais elle sent qu’il n’y a rien d’éphémère, pourtant, dans les profondeurs parnassiennes des pupilles de Viktor Krum.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
SPELLS : 966
IDENTITY : divalex.
FACE & CREDITS : jaad, adl.
MULTINICKS : luna, blaise, kyeon, steve, darcy, toma.

AGE : twenty-one years old.
BLOOD STATUS : halfblood.
CIVIL STATUS : young and in love.
JOB : world class seeker.
HOGWARTS HOUSE : durmstrang.
MAGIC WAND : hornbeam, dragon heartstring.
MARAUDER'S MAP : where he belongs.
POINTS RP : 2342

LA MALLE DU SORCIER
RP BILINGUE : YES.
COLOR OF MY LIFE : CRIMSON DUH.
INTO THE MAGIC BAG AGO :

MessageSujet: Re: and they had forever, for a moment. [krumione] Jeu 13 Juil - 21:28

mais la fleur se fane prématurément. il aurait dû s'y attendre, il se sent con, là, devant celle qui lui refuse ce baiser. il aurait tout donné pour faire marche arrière et ne pas précipiter les choses comme il l'a fait. attendre le voyage, attendre d'être vraiment plus qu'eux deux, attendre de se connaître mieux. attendre qu'elle soit prête, qu'elle se penche d'elle même et non pas lui forcer la main. viktor voit son geste comme une erreur, alors que ça ne l'est peut-être pas, mais sur le moment, tout s'effondre un peu pour lui. le sorcier a été élevé avec des règles peut-être un peu trop machistes, dans une école où les hommes sont rois. il a évolué dans le monde du sport où les femmes ont tardé avant de vraiment y faire leur place. on lui a sans cesse répété que les hommes avaient toujours l'avantage. on lui a toujours dit qu'ils avaient des désirs et que les femmes n'étaient là que pour les satisfaire. il a bien fallu qu'il entre dans le moule, à force qu'on le pétrisse de ces concepts ridicules, mais au fond il n'y a jamais vraiment adhéré. il n'a jamais voulu affirmer sa supériorité sur l'autre genre. il n'a jamais voulu considérer les femmes comme des objets à ajouter à sa collection. et c'est bien pour ça qu'à l'instant, il n'en veut pas à hermione, de s'être brusquement éloignée de lui. il ne lui en veut pas pour le priver de ce bécot innocent. il s'en veut à lui-même pour l'avoir mise dans une situation pareille. pour l'avoir surprise, peut-être même mise mal à l'aise. il l'entend dans sa voix, elle a été prise de court et ce n'était pas ce qu'elle voulait, pas maintenant. alors viktor doit se contenter de cette discussion, des quelques occasions où ils peuvent partager un moment tous les deux. il y aura d'autres occasions, il l'espère, d'ailleurs. il y a encore la vie devant eux, si elle le veut bien, pour lui prêter enfin ce baiser qu'il rendrait avec passion. ils ont le temps, si elle le demande, avant d'arriver là. ces lèvres sont les siennes et il ne peut les lui voler, même si toutes les pulsions au fond de lui veulent s'y accrocher, sa raison le remet sur le droit chemin. il attendra ce qu'il faut attendre, et comprendra si elle lui refuse sa bouche pour le reste des temps. que peut-il bien y faire, de toute façon, si son cœur n'y est pas ? alors oui, il est un peu déçu que ça ne se passe pas maintenant, quand le sien bat à si vive allure, mais il ne pourrait lui en vouloir pour ça. elle ne lui doit rien, ni ce soir, ni tous ceux passés, ni tous ceux à venir. et il comprend viktor, c'est pourquoi il la laisse s'en aller. il lui sourit, non grandement, mais tendrement. vas-y, tu dois retrouver tes amis. on se revoit plus tard. sans une once de peine dans sa voix, il essaie de ne pas la faire transparaître car elle n'a aucun sens. il se le répète dans la tête. il reste assis là et la regarde partir, lui filer entre les doigts. leur amour-fleur voit ses pétales s'envoler au gré du vent. mais le pollen, sauvée par les papillons qu'il a encore dans le ventre, en pensant à elle, fleurira des champs entiers, quand sera venu le bon moment. il prend une grande inspiration en y pensant et se retourne pour dire : hermione ! cela fait plusieurs mois, il ne sort pas avec elle, mais il sait ce qu'il ressent au fond de lui. (je t'aime.) non, rien. 



— you're more than the brightest witch, you're the brightest star. the one and only that will shine forever, even in the darkest nights of my life.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: and they had forever, for a moment. [krumione]

Revenir en haut Aller en bas

and they had forever, for a moment. [krumione]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Quel est le meilleur moment pour pêcher à la mouche ?[Saison, Horaire]
» en ce moment minikiki chez quick !
» la bouillette adéquate pour le moment!
» Topic voyage maroc xt forever
» La pêche se fais difficile en se moment ...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
VIPERA EVANESCA :: all time-turner and owl box :: flashback :: les anciens écoliers-