AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez| .

i swear i'll love you more (azera)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar
SPELLS : 224
IDENTITY : tia.
FACE & CREDITS : nery by queen bé. signa by sandy love. gif & pic by both queen bé & tumblr.
MULTINICKS : malfoy & strugatsky.

AGE : eighteen years old, the fire of the youth.
BLOOD STATUS : ancestral half-blood.
CIVIL STATUS : fly little bird, fly towards the lighting bolt.
JOB : warrior, badass girl, big sister of the little ones.
HOGWARTS HOUSE : she's never been a school girl. she never finished her studies in uagadou, and never went to hogwarts. nevertheless, she has a gryffindor heart.
MAGIC WAND : she got one when she first arrived in the uk. 13 inches longs, made of willow and a heart of unicorn hair. she hates to need it to concentrate her magic, and does not use it often.
PATRONUS CHARM : let the lioness roar.
SPECIAL CAPACITY : she may not speak to the snake, but she can see through its eyes. (sorcelien)
MARAUDER'S MAP : fighting and protecting the untamed.
POINTS RP : 531

MessageSujet: i swear i'll love you more (azera) Mer 22 Fév - 22:49


I SWEAR I'LL LOVE YOU MORE

Elle n’aimait pas s’éloigner. C’était un peu stupide, parce que les autres savaient se débrouiller sans elle. Mais elle se sentait responsable. Elle avait l’impression de devoir être là en cas de danger, en cas de besoin, au cas où, tout simplement. C’était comme si fuir avec ces personnes, les retrouver après le chaos total, avait créé un lien spécial entre eux, un lien qu’elle ressentait au plus profond d’elle-même. Elle ne savait pas ce qu’il allait advenir du camp, des insoumis, de l’ordre, de leurs convictions et de leurs objectifs. Elle attendait un signe, cachée avec les autres sous des tonnes de sortilèges de protection régulièrement relancé. Pour être certain. Elle avait beau fanfaronner et faire comme les grands, elle restait une gamine. Elle n’était pas réellement certaine de quoi faire, de comment s’en sortir, de comment être certaine de bien les protéger. Elle se demandait souvent ce qu’Hermione ferait, à sa place. Ce que son esprit si affuté lui dicterait, alors que celui d’Az était sauvage et indomptable. Elle avait toutes les peines du monde à ne pas être trop impulsive, à penser sur le long terme, à être rationnel et non pas passionnel. Elle se sentait perdue, parfois. Elle regardait le grand ciel illuminé d’étoiles, et elle se revoyait enfant sur le toit de sa maison, entrain de se demander si les étoiles étaient les mêmes partout. Elle tentait se souvenir de ses cours d’astrologie et d’astronomie, tentait de savoir ce que l’avenir lui réservait, quels présages étaient écris dans les astres. Mais tout semblait s’embrouiller dans son esprit et devant ses yeux, et elle refusait d’accepter le moindre mauvais présage. Car trop de choses risquaient de s’effondrer ou de disparaître autour d’elle. Trop de personnes en danger. Et tout avait déjà failli partir en fumée, tout ce qu’elle avait tenté de construire. Elle avait failli tout perdre. Et soudainement, elle avait besoin de tout avoir à nouveau, de s’assurer de la présence des gens qu’elle aimait. Et ce n’était pas possible pour tout le monde. Mais pour certaines personnes, si. Pour l’une d’entre elle, surtout.

Alors ce soit elle les abandonnait, mais elle allait vers quelqu’un d’encore plus important. Quelqu’un qu’elle avait horriblement eu tendance à trop mettre de côté, car elle se disait qu’elle était plus en sécurité loin du campement et de ses dangers. Elle avait été égoïste. Elle avait préféré laisser sa propre soeur au loin, la remettre à plus tard, dans un coin de sa tête, plutôt que de venir la récupérer à l’instant-même où elle avait eu de ses nouvelles. Comment avait-elle pu la laisser dans cet endroit ? Rien que la façade lui donnait la chaire de poule. Elle n’osait imaginer les choses se passant à l’intérieure, les immondes transactions. Elle prit une profonde inspiration, laisse le courage glisser dans ses veines, et entra en poussant les portes fermement, pénétrant dans l’antre de la débauche. Evidemment on ne la remarqua pas vraiment, ce qui l’attrista quelque peu, mais elle ne se démonta pas. Elle repéra le bar un peu plus loin, et fonça dessus, refusant de regarder ce qui pouvait se passer autour d’elle. Elle allait très certainement écraser son poing dans la figure d’un homme avec le regard trop lubrique se connaissant. Cela ne la dérangeait pas du tout de déclencher une bagarre en temps normal, mais elle était là pour Héra. Et rien d’autre. Elle aplatit ses deux mains contre le bar en bois vernis, et parla d’une voix forte, attirant l’attention du barman. “Hey ! Is Héra here ?” Elle devait avoir tellement l’air décidé, ou alors l’autre avait l’habitude qu’on demande des filles, qu’il lui désigna simplement un coin de la salle. Az pivota sur ses talons, sa main venant se plonger dans le petit sac de cuir à sa cuisse, caressant Layl du bout des doigts. Elle le sentit vibrer contre sa peau. Visiblement, lui non plus n’aimait pas cet endroit. L’Egyptienne fit glisser ses yeux le long… est-ce que cela était des sortes de cages ? La colère gronda dans le ventre d’Az, et elle se força à prendre une profonde inspiration pour éviter toute effusion de magie involontaire. Héra. Elle s’occuperait du reste une prochaine fois. D’abord, elle la sortait d’ici.

Elle arriva devant une série de rideaux opaques, et la simple idée de ce qu’il se passait derrière lui donnait la nausée. Elle se pointa devant le premier employé qu’elle trouva, l’un bien trop jeune pour être ici et qui semblait particulièrement inoffensif. “I'm looking for Héra.” Il la dévisagea de haut en bas, avant de hausser les épaules. “Third box. But she's busy. Though I'm not sure if she does girls. For the right amount, maybe.” Il s’éloigna, alors qu’Az bouillonnait intérieurement. Comment ça, pour le bon prix ? C’était encore pire que ce qu’elle pensait. Pire que tout. Elle allait être malade. Plus elle se rapprochait de la cabine désignée, plus elle avait l’impression de se jeter dans les griffes du mal absolu. Comme si elle acceptait de rendre réel un cauchemar. Elle aurait probablement dû le faire par étape, tranquillement, pour s’acclimater. Mais elle n’était pas comme ça. Elle était du genre à mettre les pieds dans le plat, à manquer de délicatesse et à tirer le rideau d’une main brusque. Elle identifia deux formes, clairement masculine et féminine. Elle attrapa l’homme par les cheveux, le tirant vers elle violemment, glissant la lame froide de la dague qu’elle avait sortit de sa ceinture contre son cou. La complainte de l’inconnu s’évanoui lorsqu’il se rendit compte de sa présence. “Get out. Go get suck somewhere else.” Elle le balança littéralement à l’extérieur, se fichant bien qu’il soit habillé ou complètement à poil. Un geste de la main et le rideau se referma. Et enfin, elle se tourna, dévisageant la jeune femme. “Héra ?” Sa voix hésita, submergée par l’émotion.  
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
SPELLS : 292
IDENTITY : CHLOE (BALACLAVA)
FACE & CREDITS : HADID, @DIY (GIFS), FAUSTINE CHATOUNE (AVA)
MULTINICKS : DAPHNE, RICHARD, GINEVRA, ISAK

AGE : 21 YO
BLOOD STATUS : SANG-MÊLÉE
CIVIL STATUS : AMANTE D'UNE NUIT
JOB : FILLE DE JOIE A LA COURONNE BRISÉE
HOGWARTS HOUSE : UAGADOU, AFRIQUE
MAGIC WAND : BOIS D'ACACIA, ÉCORCE DE SAULE COGNEUR, 28 CENTIMÈTRES, PRÉDISPOSÉE AUX INCANTATIONS
PATRONUS CHARM : SERVAL
SPECIAL CAPACITY : VOYANTE, SPÉCIALISÉE DANS LES RÊVES ET LA BOULE DE CRISTAL
MARAUDER'S MAP : LES RUELLES SOMBRES, CAMPEMENT DES INSOUMIS, CHAUDRON BAVEUR
POINTS RP : 419

MessageSujet: Re: i swear i'll love you more (azera) Sam 11 Mar - 23:35



Nothing's gonna hurt you baby
Nothing's gonna take you from my side

Baise, souris, t'arrête pas, Héra. Trois ordres, trois étapes qui s'entremêlent, c'est un cheminement inévitable auquel on prend goût, petit à petit. Même pas besoin de réfléchir, ni même de penser. On s'exécute, et on pose pas de question, que ce soit aux autres ou à soi-même. On la ferme, et c'est beaucoup mieux comme ça, sûrement. C'est la seule règle d'or dans ce bordel : s'abandonner. C'est ce qu'Héra fait, sans même s'en rendre compte. Elle s'abandonne, nuit après nuit, oubliant toujours une parcelle supplémentaire de son corps, jusqu'à ce que d'elle ne reste plus rien. Strictement rien si ce n'est une âme souillée, dépourvue de raison. C'est un cercle vicieux, schéma répétitif. Elle est la spirale même, devenue dépendante à cette routine pourtant hasardeuse au départ. Un sourire se dresse sur son visage. Il est narquois, taquin, beaucoup trop malsain. Elle bluffe, elle essaie, prétend, qu'ils pensent. Elle ne fait pas semblant, elle y a simplement prit goût. Aux danses, aux regards, aux violentes caresses. Et elle en redemande, encore et encore. Peut-être bien qu'elle est plus affamée que tous ces autres mendiants. L'argent ? Peu important. C'est la sensation qui est nécessaire. Celle de se sentir utile, d'une certaine manière. De vérifier si son corps vit toujours, et jusqu'où est-il possible de l'épuiser. Ce qui compte, c'est ce qui reste de la jauge, celle de son énergie, celle de sa propre vie. Elle veut savoir combien de temps cela prendra pour que le compteur indique zéro. Et quand elle n'en pourra plus, c'est qu'elle aura tout donné d'elle, pièce par pièce, son âme dévouée. Et seulement là, elle s'en ira, tirant sa référence de catin dépravée, de femme assumée à faible gamine. De grandes ambitions se sont enflammées, ont fini en cendres, éparpillées. Et Héra ne cherche pas, surtout pas, à les rassembler. Se reconstruire serait bien trop compliqué et trop peu libérateur. L'insatiable attente occupe le vide, occupe le creux de ses reins, en attendant que la douleur vienne, qu'une dimension tout autre prenne forme, juste là, sous ses yeux. Sourire du diable. Elle regarde la foule une dernière fois, sort son air aguicheur, avant de faire peser ses deux yeux éteints vers celui qui a posé la plus grosse mise. Avec le temps, Héra est devenue l'une des favorites, puisqu'elle les enchaîne, les uns après les autres, le même air sur le visage, la même cadence entre ses jambes. Rien ne semble la meurtrir, et pourtant, ils la détruisent plus qu'ils imaginent. Et c'est ce qu'elle veut. D'un signe de la main qui fait apparaître une brume dorée légèrement pailletée, elle indique à l'homme de la suivre. - Don't be gentle. Et son "travail" débute. Mouvements répétitifs, pression souvent maladroite, rapidité déconcertante. Elle chante une mélodie orchestrée et elle aussi répétitive, mélange simulé de perversion et de surréalisme. Une habitude, soudainement brisée. En une fraction de seconde, une routine envolée. Ses yeux se braquent sur l'intrus. Silhouette frêle et fine, petit gabarit. Et des cheveux, boucles en cascades, ébouriffées. Une deuxième fraction de seconde : l'homme est tiré en arrière, et pour la première fois depuis bien longtemps, le cœur d'Héra bat. Pas rapidement, mais elle le sent fort au creux de sa poitrine. Souffle saccadé. Azeneth ? Non. Impossible. Héra est immobile, totalement dénudée, le corps encore meurtri d'ecchymoses - comme tout le temps, mais ils sont plus nombreux depuis que Morgan est passé par là. Elle agrippe furtivement un maigre bout de drap sale, enveloppe son corps à l'intérieur. C'est Azeneth. C'est obligé. - You ? Here ? You came.. for me ? Elle ne croit pas l'image que ses yeux lui renvoient. Elle ne croit pas la vision qui imprègne sa rétine, qui transperce ses sens, qui lui retourne l'intérieur. Azeneth. Elle ne l'a plus revu depuis des années. Elle ne se souvient même plus de la dernière fois qu'elle a vu son doux visage d'enfant, au teint halé, à la carrure fragile mais à l'esprit déterminé. Ce n'est pas Azeneth. Ça ne peut pas être elle. Ici ? Elle n'irait jamais dans des endroits pareils.  - You're lying. Leave. It's not you. Héra s'approche de celle qui ressemble à ce membre de sa famille d'antan, elle enjambe maladroitement les coussins pour venir se rapprocher près de son visage, à seulement quelques centimètres. - No. La bouche entrouverte, les yeux qui ne se ferment plus. - Why are you here, what do you want from me ?



you got your unkind of ravens and your murder of crows, catty eyelashes and your dracula cape, been flashing triple a passes at the cemetary gates.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
SPELLS : 224
IDENTITY : tia.
FACE & CREDITS : nery by queen bé. signa by sandy love. gif & pic by both queen bé & tumblr.
MULTINICKS : malfoy & strugatsky.

AGE : eighteen years old, the fire of the youth.
BLOOD STATUS : ancestral half-blood.
CIVIL STATUS : fly little bird, fly towards the lighting bolt.
JOB : warrior, badass girl, big sister of the little ones.
HOGWARTS HOUSE : she's never been a school girl. she never finished her studies in uagadou, and never went to hogwarts. nevertheless, she has a gryffindor heart.
MAGIC WAND : she got one when she first arrived in the uk. 13 inches longs, made of willow and a heart of unicorn hair. she hates to need it to concentrate her magic, and does not use it often.
PATRONUS CHARM : let the lioness roar.
SPECIAL CAPACITY : she may not speak to the snake, but she can see through its eyes. (sorcelien)
MARAUDER'S MAP : fighting and protecting the untamed.
POINTS RP : 531

MessageSujet: Re: i swear i'll love you more (azera) Lun 10 Avr - 21:17

L’entrée fracassante. Celle qui brise des portes, fait crier de surprise, et lever sa baguette. Elle a toujours été comme ça l’Egypte. C’est l’enfant du soleil, celle qui a été façonné avec du feu liquide, avec un sourire qui illumine la pièce et brasier ardent brûlant au fond de son coeur. Elle est la passion incarnée, celle qui aime jusqu’à la mort et déteste toute sa vie. Elle est pas la fille officielle, elle est rejeton pas voulu par une mère ouvrant trop facilement les cuisses. Mais elle est là. Elle a le nom, elle a le sang, elle a la magie, elle a le don. Elle est là, et elle vit, elle vit de toutes ses forces, elle se débat sans cesse, elle hurle à la lune et danse pour le soleil. Faut pas la mettre en cage Azeneth, c’est une lionne qui a besoin de courir dans les plaines sauvages, qui a besoin de la proximité de sa meute, de dormir entassée avec les siens. Alors faut pas la mettre en cage la gamine, et faut pas mettre les siens en cage non plus. Oh non, à ceux qu’elle aime faut pas y toucher. Car le premier doigt qui effleure sa famille, elle le coupe avec sa lame aiguisée. La première main qui heurte celui qu’elle aime, elle la brise en un geste de main. Alors ceux qui veulent prendre le sang de son sang, l’enfermer dans l’établissement des Enfers et transformer son corps de poupée en jouet pour le plus offrant… eux, il faut qu’ils courent vite, très vite, plus vite que le vent. Car la lionne est déjà en chasse et elle ne va pas les laisser s’en sortir. Jamais. Pas après ce qu’ils ont pu faire. On ne brisait pas sa propre soeur sans en payer les conséquences.

Elle ne sait pas comment elle fait pour ne pas briser chacun des os de l’homme répugnant qu’elle trouve dans ce misérable semblant de chambre. Peut-être le fait qu’elle ne veut pas devenir un monstre comme les autres, qu’elle ne veut pas que celle qu’elle vient sauver ne la voit comme cela. Car ça ce n’est pas elle, la douleur et la torture ne sont pas des choses qu’elle est censée semer sur son passage. Elle est censée être la flamme ardente, pas l’incendie dévastateur. Elle veut s’accrocher à ça, au fait qu’elle n’est pas passé dans le camp de ceux sans honneur, de ceux qui prenaient l’excuse d’une guerre sans fin pour commettre les pires méfaits. Elle, elle veut pouvoir se regarder dans un miroir. Elle veut pouvoir prendre la main de celui qu’on appelle l’Elu et lui affirmer qu’il se bat encore pour des gens purs. Elle veut ça, alors elle laisse l’autre partir, elle contient sa magie comme elle peut et elle se concentre sur la raison de sa venue. Sur son rayon de soleil à elle, ce diamant brut qu’on l’on avait voulu façonner de la mauvaise façon, qu’on avait recouvert de poussière pour l’empêcher de briller trop fort. Mais elle est là désormais. Elle va arrondir les angles et faire de nouveau briller le joyau. “You ? Here ? You came.. for me ?” Elle est sous le choc, et dans le fond la gamine l’est aussi, car enfin, enfin, elle est là, face à elle, en vie. Enfin, elle peut la prendre dans ses bras et l’amener en sûreté, la traîner hors de cet horrible endroit, la libérer de sa prison. Enfin. “Yes, yes I’m here for you.” Elle ose à peine approcher, comme si l’autre était un animal sauvage qu’elle devait apprivoiser à nouveau. Et Héra hésite, et Azeneth s’en veut, car elle l’a laissé pourrir ici tellement longtemps qu’elle ne croit même plus à sa présence. Elle a ce pauvre drap pour cacher des formes vues par trop de personnes, et le coeur de la gamine se sert en remarquant la maigreur de ses bras. Sa soeur, sa si fragile soeur. “Why are you here, what do you want from me ?” Elle peut sentir son souffle s’échouer contre le sien, et elle sent les larmes monter à ses yeux. Ses doigts viennent effleurer les siens. “I’m bringing you out of here.” Elle a le coeur qui bat dans sa gorge, et elle fixe des yeux ayant trop changés, qui sont hantés de trop de fantômes, qui sont bien trop de loin de ce regard d’enfant empli de rire qu’elle avait connu. Elle est loin, l’époque où elles courraient toutes les deux dans le sable et se cachaient dans le labyrinthe à l’extérieur d’Alexandrie. “This place… it’s over Héra. It’s over, I swear to you, sister. ”
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: i swear i'll love you more (azera)

Revenir en haut Aller en bas

i swear i'll love you more (azera)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» 2010 - [Hyundai] Azera restylée
» Joli Black Love ...p..6
» 10 - 49 IC... Love me do des Légendes Celtiques (New P2 ! )
» 2012 - [Hyundai] Azera/Grandeur
» True Geek Love

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
VIPERA EVANESCA :: all time-turner and owl box :: flashback-