AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez| .

DROP THE GAME (DAPHONIS)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar
SPELLS : 1674
IDENTITY : blaclava (chloé)
FACE & CREDITS : nicoco, @freesia (ava), mes fans (awards)
MULTINICKS : richard, noor, isak.

AGE : eighteen.
BLOOD STATUS : pure-blood.
CIVIL STATUS : she once was the fiancée of draco malfoy, but now, she's deeply in love with hadriel parkinson, who's her future husband.
JOB : she's the first secretary of the wizengamot.
HOGWARTS HOUSE : slytherin : a tradition.
MAGIC WAND : twenty-six centimeters, larch wood, a veela's hair, and predisposed to evil spells.
PATRONUS CHARM : a ferret : deceitful.
SPECIAL CAPACITY : baddest bitch in town.
MARAUDER'S MAP : at the greengrass' manor (or at the parkinson's), in luxurious boutiques.
POINTS RP : 1981

MessageSujet: DROP THE GAME (DAPHONIS) Dim 12 Mar - 22:14



Give me things that I've wanted to know
Tell me things that you've done

Il faut agir vite. Être méthodique, réfléchir de manière efficace. Il faut œuvrer intelligemment, mais surtout, il faut rester discret. Le plus longtemps possible, pour que la faille, la tâche obscure, soit notre, exclusivement notre. Le monde est un réel désastre, il n'y a plus aucun repère, plus aucun ordre. Le Mage noir n'est en réalité maître de rien si ce n'est de sa propre perte. Mais le Mage, il sera au courant. De la double facette, du côté sombre et caché de l'attaque du campement. Nous avons eu peu de temps pour réfléchir, trop peu de temps, mais maintenant, nous ne pouvons plus retourner en arrière. Greengrass. Parkinson. Une évidence. Nouvelle alliance, furtive mais qui à la fois, va perdurer. Puisqu'il y a Hadriel, et Pansy. Puisqu'il y a Adonis, nouveau patriarche, synonyme de changements et de mises à jour. Père est d'accord. C'est tout ce que nous pouvons faire pour nous sauver : trahir les autres, et contre tous, se liguer. Le Cercle ? Sa fin ne va pas tarder à arriver. Le Lord va découvrir son existence d'ici bien trop peu de temps, et alors, nous mourrons tous, nous, opposants de l'ombre. Le désordre général n'a fait qu'empirer, précipiter les événements. Et a partir de maintenant, c'est chacun pour soi et pour la cause qu'il défend.
- Tu es prête ? Père se tient fièrement devant l'immense porte d'entrée boisée. L'air arrogant n'a jamais quitté son visage depuis le premier jour. Peu importe la situation, il garde toujours ce même sourire en coin, celui que j'ai appris à arborer sans arrêt. Digne fille de son père. Tout le monde connaît la grandeur de Tiberias Greengrass. Celui qui dirait ne pas le connaître se mentirait à lui-même. Je descends les marches une par une, seul l'écho de mes talons sur le marbre blanc brise le silence de plomb qui hante le manoir. Mère n'est plus à la maison ces temps-ci. Astoria, dieu sait où elle se trouve, certainement planquée au fin fond d'une bibliothèque moldue à l'heure qu'il est. J'enfile une cape en soie noire, lance un regard confiant à mon modèle ultime. La nuit sale et opaque ne laisse pas apparaître ses étoiles ce soir. Différentes teintes de bleu-gris se mêlent en des volutes de fumées épaisses. La brume ne nous permet pas de voir à plus d'une dizaine de mètres. Le moment est parfait. J'attrape la main de Père, et nous voilà envolés.
Domaine des Parkinson, lieu hautement sécurisé, renforcé depuis l'attaque. Adonis connaît la raison de notre venue, et c'est avec aucun étonnement que je le vois déjà attendre à la porte, les yeux brillants. Je lui lance un sourire, lève les yeux vers le ciel pour regarder vaguement la façade ancienne, mais divinement sophistiquée. Cela fait bien longtemps que je n'étais pas venue ici. Des semaines, que j'ai cessé de compter. J'aperçois la fenêtre de la chambre d'Hadriel, et un soupir s'échappe d'entre mes lèvres. Il n'est pas censé être là. J'espère qu'il ne le sera pas. Personne à part Adonis lui-même ne doit être présent sur les lieux, ou aux environs. Personne ne doit nous voir. Je reprends ma route, assurée, au bras de Père, tentant de chasser ces pensées constantes, celles de ce dernier soir en compagnie d'Hadriel, inachevé. - Parkinson. Père lui fait un signe de tête, léger. - Bonsoir, Adonis. Ma voix est mielleuse, mon cœur, battant. - Il faut faire vite. Nous avons peu de temps devant nous. Voldemort saura, plus tôt que nous le pensons. Nous n'avons plus le choix. C'est maintenant. - Père scellera le serment entre toi et moi. Ensuite, nous irons le voir. "Le". Le traître, le maître, le pseudo tout puissant.




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
SPELLS : 6119
IDENTITY : VINYLES IDYLLES (LAURA)
FACE & CREDITS : RAMI (vava by balaclabidule, gif by queen bé, awards by amr)
MULTINICKS : ELEONOR, PERCEVAL, MARIETTA, ERNIE, MORGAN.

AGE : VINGT-SEPT TÉNÈBRES.
BLOOD STATUS : PLUS QUE PUR.
CIVIL STATUS : VEUF, EPOUX SECRET DE SA SOEUR.
JOB : DIRECTEUR DE GRINGOTT'S, SUITE A LA MORT DE SON PERE.
HOGWARTS HOUSE : SERPENT.
MAGIC WAND : BOIS DE CORNOUILLER, ÉCAILLE DE SIRÈNE, VINGT-NEUF CENTIMÈTRES.
PATRONUS CHARM : AUCUN.
SPECIAL CAPACITY : OCCLUMENS.
MARAUDER'S MAP : MANOIR PARKINSON.
POINTS RP : 3539

LA MALLE DU SORCIER
RP BILINGUE : les dialogues.
COLOR OF MY LIFE : darkseagreen
INTO THE MAGIC BAG AGO :

MessageSujet: Re: DROP THE GAME (DAPHONIS) Lun 3 Avr - 8:58

Il est temps, temps de laisser le cercle se glisser dans le trépas dans lequel il se précipite petit à petit. Le lord ne va pas tarder à découvrir son existence. Et il éliminera chaque homme, chaque femme, chaque gosse qui a osé prétendre qu'il pourrait le combattre, ou pire le faire tomber. Chaque traître embrassera une fin douloureuse. Ils ont bien joué, ils ont découvert l'existence des horcruxes, ils ont cru à une victoire mais ça s'arrêtera là. Leur défaite est déjà signée, c'est une question de nombre. Combien vont tomber? Combien vont regretter, payer au prix du sang cette belle idée, ce stupide rêve? Adonis ne tombera pas, pas pour des idéalistes. Il s'agissait d'une bonne carte à avoir en main, ils auraient pu être vainqueurs, il nécessitait de se maintenir dans un camp victorieux. Il ne l'a pas été, l'heure est seulement à la défaite. Les Parkinson ne seront pas défaitistes. Dans l'ombre, traîtres parmi les traîtres, murmurant à l'oreille du grand puissant. Adonis agira avant que le sort du cercle leur tombe aussi dessus. Les détruire de l'intérieur quand ils ne se doutent de rien, quand les larbins de Feyne se sentent toujours aussi puissants. Ils n'ont pas vu la (les?) menace intérieure. Leur fin a sonné.
D'une fenêtre, il observe le duo d'approcher. Un vieux et une adolescente. Rapidement il se retrouve face aux deux Greengrass. « Greengrass. » Un signe de tête en direction du patriarche. Ancien partenaire de manigances de Tobias, Adonis a pris sa place. Aurait-il agit de même? Il est évident qu'il croyait au cercle, davantage que son fils qui n'y espérait qu'en tirer profit. C'est Tobias qui les a entraînés là-dedans, Tobias qui demeurait entre les cuisses de la vieille Ravenscal, Tobias qui a causé sa propre perte. Place à une nouvelle jeunesse qui saura tirer son épingle du jeu. « Daphné. » Un autre salut - plus souriant pour la jolie nymphette. Visage d'enfant, coeur de femme. Elle sait déjà cacher son jeu à la perfection. Il écoute père, puis fille. Il faut faire plus vite que prévu, rien de si gênant. Ca peut signifier s'élever, s'allier plus rapidement. « Entrons. » Il n'y a qu'eux trois. A l'abri des regards indiscrets. Il n'a pas d'Hadriel ni même de Pansy, seulement le trio de manipulateurs. Il observe déjà Tiberias sortir sa baguette. L'humeur n'est pas à remplir les verres, ils trinqueront quand ils auront terminé; effectuer le serment puis tout révéler au seigneur des ténèbres. « Tu es prête? » Elle lui évoque un peu de sa soeur. Toutes deux des femmes-enfants; celles qui ont été plongées dans cette guerre, celles que l'on a voulu contrôler, celles qui ont poignardées pour devenir des adultes, celles qui comptent bien marquer leur empreinte dans ce monde, celles qui jouent avec le coeur des Parkinson. Les doigts d'Adonis se lient à ceux de Daphné - celle qui sera aussi patriarche quand Tiberias rejoindra Tobias. Les traîtres ne se font pas confiance, ils savent avec qui ils s'engagent; des menteurs qui mettent en avant leur profit, peu importe les dommages collatéraux qui se créent sur leur passage. Les traîtres ne font pas si aisément confiance aux traîtres, jamais confiance. La baguette au-dessus de leurs mains. Le serment débute, celui qui ira à son encontre causera son trépas, un filet de lumière liant les deux. Ainsi, l'alliance entre Parkinson et Greengrass est formée. Promesses prononcées; promesse de trahir ensemble, promesse d'unir les deux familles, promesse de ne jamais nuire à l'autre, assurance de devenir roi et reine. Ensuite, ils iront voir le maître. Confiance du grand maître au sang-mêlé qui les hissera au sommet.



( Underneath it all, we're just savages hidden behind shirts, ties and marriages. how could we expect anything at all? we're just animals, still learning how to crawl. we live, we die. we steal, we kill, we lie, just like animals. but with far less grace. we laugh, we cry like babies in the night ) marina diamandis.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
SPELLS : 1674
IDENTITY : blaclava (chloé)
FACE & CREDITS : nicoco, @freesia (ava), mes fans (awards)
MULTINICKS : richard, noor, isak.

AGE : eighteen.
BLOOD STATUS : pure-blood.
CIVIL STATUS : she once was the fiancée of draco malfoy, but now, she's deeply in love with hadriel parkinson, who's her future husband.
JOB : she's the first secretary of the wizengamot.
HOGWARTS HOUSE : slytherin : a tradition.
MAGIC WAND : twenty-six centimeters, larch wood, a veela's hair, and predisposed to evil spells.
PATRONUS CHARM : a ferret : deceitful.
SPECIAL CAPACITY : baddest bitch in town.
MARAUDER'S MAP : at the greengrass' manor (or at the parkinson's), in luxurious boutiques.
POINTS RP : 1981

MessageSujet: Re: DROP THE GAME (DAPHONIS) Sam 6 Mai - 20:44

Give me things that I've wanted to know
Tell me things that you've done


L'heure est venue, et le moment me provoque mille palpitations. Le goût de la puissance, de la menace naissante, se plaque au fond de ma gorge, et ne cesse de me faire sourire. Nous ne sommes pas des traîtres, nous sommes seulement plus intelligents qu'eux. Le Cercle était une idée qui relevait du génie. Et même si j'ai adoré en faire partie, je suis aujourd'hui plus heureuse encore de masquer le danger, de passer à autre chose et d'en plus profiter de nouvelles opportunités : une autre forme de puissance, une récompense plus agréable à savourer. Celle de la mort de ceux qui n'auront pas su anticiper. Il faut croire que l'égoïsme a du bon, dans toute cette mascarade. Ils mourront tous, ou presque, les autres seront, de toute manière, poursuivis jusqu'à ce qu'il ne reste d'eux que des corps sans vie. Tant pis pour ces derniers. Le principal est que je sais pertinemment qu'aucun mal ne viendra me toucher, et qu'une trahison pourtant si terrible n'est rien comparée à la menace qui se lève et qui risquerait, si nous ne faisons rien, de nous tuer. La survie avant les alliées. Le Cercle était sûrement trop utopique, au fond. Un rêve qu'ils croyaient tous pouvoir réaliser. Oui, il aura duré. Oui, il aura eu des réussites, des petites victoires. Et oui, il va s'arrêter, maintenant. Et au prix du sang. Voldemort finira bien par se réveiller, et actuellement se déroule la fin de son sommeil. Il faut le tirer de ses rêveries avant qu'il n'ait le temps de lui-même se dégourdir. La ruse ne va pas tarder à se mettre en place. Un serment éternel, beau et puissant. Un serment qui, lui, ne pourra pas connaître de retour en arrière ni de destruction. Parce que si cela devait arriver, ce ne sera pas aux autres de payer, mais bien à notre sang de couler, jusqu'à ce que plus une once de vie ne parcoure nos êtres. J'ai confiance. En mon père. J'espère simplement que rien ne se mettra en travers de notre chemin, et que cet Adonis que je connais finalement peu n'est pas un autre de ces égoïstes sans valeurs. Parce que oui, les valeurs, cela reste important. Adonis est le frère - enfin, l'amoureux-amant-frère, ou peu importe la manière dont il veut s'appeler - de Pansy. Et je connais Pansy. Adonis me regarde, et j'y retrouve le même regard qu'elle, un regard fou, des yeux légèrement ressortis de leurs orbites, ce qui leur donne cet air de fouine que je n'ose pas envier. - Toujours prête. Je lance un fier regard à Père, suivi d'un léger sourire, qu'il affiche également sur son visage. Sa main se pose sur le dos de mon épaule. Nous pouvons commencer. Ma main se lie à celle d'Adonis, et dès le moment où le lien lumineux est formé, il est impossible de se détacher. Un filet d'énergie parcoure l'entièreté de mon corps, le serment est engagé. Quelques secondes à peine suffisent, voilà les Parkinson et les Greengrass liés pour l'éternité. La lumière s'atténue, et Père souffle une brève expiration. - Adonis, tu détiens désormais la vie de ma fille, tout autant qu'elle détient ta vie à toi. Mes filles sont tout ce que j'ai de plus cher au monde, souviens-t'en. Tu as ma parole, nous allons tout faire pour que cette alliance perdure jusqu'à la fin des temps. L'enjeu est trop important pour que le mensonge, ou même le doute, ait sa place ici. Je compte sur toi, et sur le reste de ta famille. Tu sais très bien ce qui risque de t'arriver si tu fais le moindre faux pas. - Tout ira bien, Père. Une étape est achevée. La suivante est la plus importante, la majeure, la concrétisation de notre pure trahison. - Allons le voir directement, nous n'avons plus de temps à perdre. Père acquiesce. Nous voilà partis, direction le Poudlard. Il y a bien longtemps que je ne m'y suis pas rendue. La dernière fois doit certainement remonter au temps où mon affreuse obsession pour Malfoy était à son paroxysme. Sombre époque, heureusement révoquée. Les lieux n'ont pas changé. Ce sont toujours des pierres froides qui constituent ces hauts murs, toujours ces marches obscures et innombrables qui sont à gravir. Il s'y trouve. Au beau milieu des marches, symétrie parfaite entre les deux extrémités. Il est de dos, sa baguette roulant entre ses doigts et son fidèle Nagini rampant à ses pieds. Il semble seul. J'espère qu'il l'est. Père est l'un des plus fidèles Mangemorts du sang-mêlé, et il est naturel que ce soit lui qui d'avance en premier. - Maître. Son regard est baissé, il est rare de voir Père ainsi. Heureusement que ce n'est pas la réalité, qu'il ne se comporterait jamais de cette manière en temps normal. Cela fait partie du jeu. Il faut s'y plier. - Pardonnez-moi de vous perturber dans vos pensées. Père marque une pause, attend que le sang-mêlé daigne se retourner. - Il s'agit d'une affaire de la plus haute importance, Maître, qui, je le regrette, vous concerne directement. J'amène avec moi ma fille, Daphne, et mon plus fidèle allié, Adonis Parkinson. Je suis sûre que la vermine nous connaît. J'affiche un air légèrement tragique et choqué sur mon visage, pour ne pas trop en faire mais pour quand même avoir l'air d'être abasourdie par cette fameuse affaire. - Nous avons le regret de vous annoncer que certains de nos soit-disant confrères vous ont trahit, et ce, de la plus affreuse des manières. Si vous voulez bien me croire, Maître, et je vous en conjure, je laisse Daphne et Adonis vous livrer les affreux détails de cette trahison. Qui est en réalité la notre, mais soit, il ne le saura jamais.




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: DROP THE GAME (DAPHONIS)

Revenir en haut Aller en bas

DROP THE GAME (DAPHONIS)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Tony Parker aux All Star Game 2006 !
» DROP SHOT TECHNIQUE
» drop shot
» drop shot pour truite???
» agrafes drop shot

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
VIPERA EVANESCA :: all time-turner and owl box :: flashback-