AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez| .

WICKED GAMES

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
avatar
SPELLS : 1674
IDENTITY : blaclava (chloé)
FACE & CREDITS : nicoco, @freesia (ava), mes fans (awards)
MULTINICKS : richard, noor, isak.

AGE : eighteen.
BLOOD STATUS : pure-blood.
CIVIL STATUS : she once was the fiancée of draco malfoy, but now, she's deeply in love with hadriel parkinson, who's her future husband.
JOB : she's the first secretary of the wizengamot.
HOGWARTS HOUSE : slytherin : a tradition.
MAGIC WAND : twenty-six centimeters, larch wood, a veela's hair, and predisposed to evil spells.
PATRONUS CHARM : a ferret : deceitful.
SPECIAL CAPACITY : baddest bitch in town.
MARAUDER'S MAP : at the greengrass' manor (or at the parkinson's), in luxurious boutiques.
POINTS RP : 2076

MessageSujet: WICKED GAMES Sam 25 Mar - 16:37


daphne greengrass

He calls me the devil, I make him wanna sin
Every time I knock, he can't help but let me in
‹‹ crucio

âge, date et lieu de naissance ≈ La Greengrass est née un onze juillet, à Sainte Mangouste. Elle a aujourd'hui plus de dix-huit ans. nationalité et origines ≈ Anglaises, depuis la nuit des temps, mais quelques notes françaises se sont ajoutées il y a quelques dizaines d'années. sang de sorcier ≈ Les Greengrass font parti des familles de sang-pur les plus renommées d'Angleterre. Leurs mariages se font par intérêt et non par amour, c'est bien connu, et même revendiqué. Ils sont reliés aux Lestrange et aux Rosier. Leur sang immaculé est ce qui les protège, ce qui font d'eux ce qu'ils sont aujourd'hui. profession ≈ Grâce à de nombreux contacts, Daphne a pu accéder directement au poste de secrétaire du département de la justice magique. Son oncle, Rabastan Lestrange, en est le directeur. statut civil ≈ Daphne venait à peine d'avoir dix-huit ans lorsqu'elle a été fiancée à Draco Malfoy. Mais ce mariage courrait à sa perte. L'union a été rompue quelques mois à peine après les fiançailles, mais bien avant déjà, Daphne s'était éprise du traître Hadriel Parkinson. Ayant assumé leur relation depuis peu, c'est finalement séparés qu'ils ont décidé d'avancer. Mais Daphne aime toujours Hadriel, tout autant que lui l'aime, malgré la haine et le cadavre qui gît entre eux. maison à l'école ≈ Daphne a arboré les couleurs vert et argent, fière et arrogante, parfaite Serpentard qui perpétue la tradition familiale. parcours scolaire ≈ Élève moyenne, intelligente, mais qui n'a jamais su dépasser sa cadette. L'insolence et l'arrogance étaient ses maîtres-mots, ce qui lui a valu de nombreuses retenues. baguette magique ≈ Bois de mélèze, cheveux de vélane, vingt-six centimètres, et prédisposée aux maléfices. sortilège du patronus ≈ Un furet, furtif, discret et fourbe, parfaitement à son image. épouvantard ≈ Il se manifeste sous la forme de son propre corps, gisant au sol, sans vie. effluves d'amortentia ≈ Le parfum d'une rose rouge humidifiée par la rosée du matin, celui amer de l'or pur, et enfin, l'odeur du sucre vanillé. localisation ≈ Daphne Greengrass est partout et nulle part. Elle déambule entre la manoir Greengrass et le manoir Parkinson. On la trouve aussi dans toutes les soirées prisées, ou dans les boutiques de luxe londoniennes. don magique ≈ Aucun, son existence est déjà un don. signe physique distinctif ≈ Une longue chevelure d'une blondeur rare extrême, dorée et tirant vers le blanc. Elle est la seule de sa famille à être dotée d'un cadeau aussi unique. casier judiciaire ≈ Vide. De toute manière, travaillant au ministère, elle sait parfaitement comment se faire pardonner ses crimes, sans le moindre effort et sans aucune sanction.
‹‹ nicola peltz

Voldemort a réussi à installer un climat chaotique et ne cesse de lutter contre la résistance d'une manière de force. Que pensez-vous de ce combat ? Qu'en tirez-vous à votre profit ?
Le combat est juste, et le chaos sert à brouiller les pistes. Les sang-purs sont les plus favorisés dans ce monde sans merci, alors pourquoi ne pas en profiter ? Que le chaos continue, que les impurs finissent par mourir. Tous, s'il le faut. Je crois au destin, et le destin n'a pas l'air décidé à arrêter ce massacre ambulant. Tant mieux pour moi.

Dans ce monde où les meurtriers sont victorieux et les fous heureux, que ressentez-vous de toute cette dégradation ? Le chaos a-t-il besoin d'ordre ? Le cercle est-il pour vous une bonne option ? (ne pas mentionner le cercle si votre personnage ignore ce que cela est) Le Cercle, j'y crois. Enfin, j'y croyais. Mon père en est le dirigeant, alors pourquoi je ne lui ferais pas confiance ? L'idée relève du génie. Dans un désordre pareil, il est facile de préparer dans l'ombre une contre-attaque. Mais nous avons fauté. L'attaque du campement des Insoumis a eu raison de la dangerosité de nos actes. Voldemort ne vas pas tarder à être au courant de ce qu'il se trame derrière son dos, et ce n'est pas le chaos qui va nous aider à camoufler le Cercle une nouvelle fois. La menace est réelle. J'agirai. Sans aucune culpabilité. Papa et moi, on sait exactement comment la jouer. Les autres ? Tant pis pour eux. Nous ? Victorieux.

Vivre, c'est tuer. Vivre c'est souffrir et faire souffrir. Quand tout vous accable, que vous reste-t-il en mémoire ? Vous êtes de ses partisans lâches ou bien de ces furies qui ne cessent de répandre le chaos et la mutinerie ? Je m'accroche à mes convictions. Je m'accroche à ce qui me garde en vie, à l'ambition qui me dévore et me rend toujours plus forte. Jamais je ne choisirai de fuir, et toujours je préférerai assumer. C'est comme ça que j'ai été élevée. Tuer ? Aucun problème, je ne vois pas même l'ombre du danger. J'ai tous les droits, ici. Papa me l'a dit.
— CAPRICIEUSE, ÉGOÏSTE, ÉGOCENTRIQUE, PESTE, DÉTERMINÉE, SNOB, MOQUEUSE, MESQUINE, BORNÉE, TÊTUE, SUSCEPTIBLE, FROIDE, FAUSSE, MIELLEUSE, PERSÉVÉRANTE, DOMINATRICE, CURIEUSE, ROMANTIQUE, PRAGMATIQUE, IMMATURE, AMBITIEUSE, MYSTÉRIEUSE, FIDÈLE, IMPATIENTE, JALOUSE, POSSESSIVE, INTOLÉRANTE, INSATIABLE.
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]  [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
— BALACLAVA ; chloé, clunnis, cloclo, pupute, duo, bidule, petite caille, maroufler la tapisserie de janine
quel âge avez-vous ? la majorité dans 2 mois pile putain d'sa race comment avez-vous découvert le forum ? c'était y'a si longtemps, feels, par momo j'crois bien que pensez-vous du forum ? d'la merde, c'est pour ça que j'suis admin et que j'ai 5 persos dessus avez-vous des questions ? yasmina es-tu là ? encule pas daphne une 2ème fois stp un dernier mot ? niquer des mères c'est le scénario, + oui, j'vais foutre des rps en guise d'histoire, tu coco la flemme ? moi oui voulez-vous être parrainé(e) ? ≈ tchip
— personnage de la saga [X]
© VIPERA EVANESCA 2016




[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


Dernière édition par Daphne Greengrass le Lun 10 Avr - 2:30, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
SPELLS : 1674
IDENTITY : blaclava (chloé)
FACE & CREDITS : nicoco, @freesia (ava), mes fans (awards)
MULTINICKS : richard, noor, isak.

AGE : eighteen.
BLOOD STATUS : pure-blood.
CIVIL STATUS : she once was the fiancée of draco malfoy, but now, she's deeply in love with hadriel parkinson, who's her future husband.
JOB : she's the first secretary of the wizengamot.
HOGWARTS HOUSE : slytherin : a tradition.
MAGIC WAND : twenty-six centimeters, larch wood, a veela's hair, and predisposed to evil spells.
PATRONUS CHARM : a ferret : deceitful.
SPECIAL CAPACITY : baddest bitch in town.
MARAUDER'S MAP : at the greengrass' manor (or at the parkinson's), in luxurious boutiques.
POINTS RP : 2076

MessageSujet: Re: WICKED GAMES Sam 25 Mar - 16:38


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
BLOW YOUR MIND

If you don't like the way I talk,
then why am I on your mind?
1 - young and beautiful, Greengrass, Greengrass, Greengrass. Puissance prononcée du bout des lèvres qui restent entrouvertes une fois le "grass" formulé. C'est ce que Daphne a toujours aimé, qu'on énonce son nom, qu'on clame sa pureté. Plus d'une fois, "Greengrass" a parcouru les couloirs, les salles de classe, pour bien évidemment référer à Daphne. Et c'est avec un sourire arborant son visage qu'elle les entendait parler. En bien ou en mal, peu lui importait. Ce qui comptait réellement, c'était qu'on parle d'elle, qu'on l'évoque dans chaque conversation, qu'on vienne glisser son nom dans chaque parole. Avec le temps, Daphne est devenue la plus populaire, connue pour ses histoires d'amour avec des élèves tout aussi réputés qu'elle, dont Marcus Flint (lors de ses belles années) ou encore Cormac McLaggen. Mais Daphne Greengrass n'a pas toujours été "Queenie" - surnom qui lui était souvent attribué durant sa scolarité. En effet, arrivée à Poudlard lors de sa première année, la blonde était totalement perdue, et sa première rencontre, Lilith Hodgkins, a su déceler en elle le potentiel d'une réelle garce. Elle ne s'était pas trompée. En réel guide spirituel, Lilith a hissé Daphne jusqu'au sommet, lui apprenant toutes les ficelles pour être aimée des plus importants et crainte des minables. Les deux sont rapidement devenues amies, et c'est tout naturellement que Daphne a progressivement intégré le club d'amis - très sélectif - de Draco Malfoy, composé notamment de Pansy Parkinson et de Blaise Zabini, deux vipères qui, comme elle, jouaient de leurs apparences et faisaient tout pour avoir une parfaite réputation. Les deux sont devenus ses meilleurs amis. La scolarité de Daphne Greengrass à Poudlard était tout simplement parfaite, entourée des meilleurs et rythmée de nombreuses aventures.

2 - once upon a dream, A peine les dix-huit ans de Daphne fêtés, celle-ci a été fiancée à Draco Malfoy. L'alliance était purement stratégique, puisque d'un commun accord, Tiberias Greengrass a décidé d'intégrer les Malfoy au Cercle des Émeraudes. Cependant, ce n'est pas de suite que les Malfoy devaient être au courant. En effet, le Cercle doit absolument rester secret, et tant que les deux adolescents n'étaient pas mariés, il était hors de question d'informer les Malfoy, très proches de Voldemort, de l'existence de ce camp annexe. Le mariage de Daphne et Draco était prévu pour fin décembre, afin de marquer la fin d'année 1997 dans le monde sorcier. Tout n'était cependant pas si rose, même si Daphne, elle, le croyait. Draco était parfait pour elle, d'après ses propres critères. En y repensant aujourd'hui, elle se donnerait des claques, ne pouvant démentir sa naïveté de l'époque. Daphne a toujours eu un faible pour Draco dès le moment-même où elle a rejoint sa bande. L'annonce des fiançailles entre les deux Serpentards sonnait parfaitement aux oreilles de la blonde. Elle allait devenir reine, avec pour roi quelqu'un d'aussi fourbe et ambitieux qu'elle. En réalité, il n'en était rien. Draco n'était rien d'autre qu'un menteur et surtout un lâche. Parce que oui, Draco souriait au bras de Daphne, il aimait se pavaner à ses côtés, la tête haute toujours arborée. Il aimait l'embrasser lors de soirées importantes, lui tenir la main, lui faire "l'amour" en lui disant des mots doux. Sauf qu'en parallèle, il baisait la propre sœur de Daphne, Astoria. Et ça, la blonde a mit un certain temps à l'apprendre. Il n'a rien dit, et c'était à Daphne de tout découvrir par elle-même. Alors elle a épié chaque fait et geste pour en être certaine, et un moment enfin, elle les a vu, les deux tourteaux. Il lui disait qu'elle l'aimait elle, gentille Astoria, elle et ses cheveux d'un brun miel, et ses lèvres d'une douceur incomparable. C'est à ce moment-là que le cœur de Daphne a été brisé. Et pourtant, elle n'a pas quitté Draco. Elle pensait à la fierté de son père, aux exigences qu'elle se forçait de respecter. C'est alors qu'a débuté une compétition malsaine entre Daphne et Astoria. Toutes les deux voulaient Draco. Daphne, de la manière forte, et Astoria, en cachette. Les deux sœurs n'ont absolument rien à voir, elles sont le jour et la nuit. L'une attaque, l'autre agit silencieusement. Ce triangle malsain a duré de nombreuses semaines, mais à l'instant de sa vie (comme Daphne aime l'appeler), l'aînée Greengrass a commencé à doucement baisser les bras.

3 - burning desire, Draco commençait à l'épuiser, Astoria aussi. Un soir, choisi tout à fait aléatoirement, Daphne a décidé de sortir pour s'aérer l'esprit et surtout se retrouver elle-même. Elle est longuement restée seule, tard, pendant la nuit, à simplement vagabonder entre les ruelles sombres de l'Allée des Embrumes, essayant de faire le vide, de trouver ce à quoi elle pouvait s'accrocher. Et puis, comme une lumière illuminant ses idées noires, elle a fini par tomber sur Hadriel Parkinson. Ou plutôt, Hadriel est tombé sur elle. Jeté lâchement d'un bar, il n'a pas su retenir sa chute, et s'est écroulé aux pieds de la Greengrass. Elle n'a pas pu l'ignorer. Elle a reconnu son visage, qu'elle a du voir une ou deux fois lors de soirées dorées. Hadriel, Hadriel, Hadriel. C'était la première fois de sa vie que Daphne a fait preuve de bonté. Elle l'a aidé, pauvre homme, de six ans son aîné. Elle ne savait pas réellement pourquoi, mais elle était attirée. Terriblement attirée par l'homme à la dérive, celui qui était à deux doigts de mourir à ses côtés. Il a eu un effet électrique sur la blonde qui, ce soir-là, a tout fait pour le sauver. Elle lui a parlé, l'a réconforté, l'a serré dans ses bras, l'a embrassé, l'a déshabillé, a continué à l'embrasser et est restée à ses côtés toute la nuit. Et cette fameuse nuit a été la meilleure de toute sa vie. Enfin, elle n'avait pas à se battre pour que quelqu'un se concentre sur elle et seulement elle, elle n'avait pas à jouer des grands airs ou encore à se pavaner devant les autres. Cette nuit-là, tout ce qu'elle avait à faire était d'être elle même, et de tout simplement se laisser aller. Elle a tout oublié. Les conflits avec sa sœur, Draco qui ne l'aimait pas, la pression constante qui l'entourait. Grâce à Hadriel Parkinson, Daphne a pu se libérer. Alors elle a continué à le voir, cachée de tous. Elle s'infiltrait au manoir Parkinson, prétendant rendre visite à Pansy, sa meilleure amie, qui a vite été au courant. Leur idylle secrète a duré de nombreuses semaines, et Daphne a fini par réellement tomber amoureuse d'Hadriel, et a complètement oublié Draco. En effet, elle idéalisait plus le blond qu'autre chose, et le faux amour qu'elle lui portait n'étaient en réalité qu'illusions. Mais Hadriel, beau Hadriel, n'était pas assez parfait pour elle. "Traître" était placardé sur sa personne, car oui, Hadriel, avant de rencontrer Daphne, avait tout quitté : les idéologies familiales, les codes de conduite. Il sortait avec cette née-moldue, Silde Heights, qui lui a demandé de tout abandonner pour elle. Il a flanché. Il l'a suivie, elle et son sang maculé. Puis tout s'est arrêté, brusquement, Silde l'a rejetée, et Hadriel a rencontré Daphne. Et depuis cette rencontre-ci, tout entre eux n'a fait que s'intensifier.

4 - ultraviolence, Daphne est insatiable. Daphne veut tout, et elle le veut tout de suite. Vivre la plus belle histoire d'amour cachée de tous ? Trop peu pour elle. Daphne, elle voulait que le monde sache qu'elle était heureuse et qu'elle avait trouvé en Hadriel un bonheur et une passion rares. Elle s'est peut-être trop emballée. Mais les jours passaient, les uns après les autres, et rien ne changeait. Daphne était prisonnière aux bras du Malfoy qu'elle n'aimait pas, et lui ne l'aimait pas non plus en retour. Elle était loin de celui qu'elle aimait, forcée à le voir en faisant attention que personne ne la voit. Le moment est venu où Daphne ne pouvait plus supporter une telle situation. C'était une fin d'après-midi ensoleillée de mi-septembre, Hadriel venait de partir, alors Daphne errait dans la demeure familiale, entièrement vide. Elle se plaisait à s'imaginer maîtresse des lieux un beau jour, en compagnie de l'homme de sa vie. Un bruit étrange est cependant venu la perturber, alors qu'elle s'aventurait près du sous-sol du manoir Parkinson. Des chaînes. Lourdes, glissant en un bruit lent. La curiosité était trop forte. La blonde a descendu les marches, une par une, pour finir par tomber nez à nez avec celle qu'elle imaginait le moins trouver là. Silde Heights. L'impure, la coupable, la minable. Celle qui avait réussi à manipuler un Parkinson. Peu de temps lui était nécessaire pour réfléchir. Daphne se fichait de la raison pour laquelle la rousse se trouvait là, mais l'occasion était trop belle. Elle l'a détachée, puis l'a emmené avec elle, au manoir Greengrass, sans réellement penser aux conséquences, futiles sur le moment. Trois jours après, c'est avec une réelle mise en scène que Daphne Greengrass a décidé de tuer Silde. Devant une foule de sang-purs, et surtout, devant Hadriel. Ce soir là a tout changé. La romance de Draco et d'Astoria a été révelée aux yeux de tous, et enfin, le monde savait que Daphne aimait Hadriel. Les deux allaient enfin pouvoir vivre leur histoire d'amour sans avoir à se cacher. Si seulement tout ceci s'était passé comme Daphne l'imaginait. Le meurtre de Silde Heights a déclenché la colère noire d'Hadriel, qui a préféré rompre tout contact avec la blonde, totalement brisée.

5 - gods & monsters, La vie de Daphne Greengrass n'a plus aucun sens, et pourtant, elle s'efforce de s'en occtroyer un. Parce qu'une Greengrass doit assumer ses actes et affirmer sa puissance, coûte que coûte. Les jours suivant le meurtre de Silde ont été rudes, mais désormais, ils sont derrière elle. Daphne s'affirme. Daphne tue d'un regard charbonneux et de pulpeuses lèvres carmin. Elle ne connaît ni la pitié, ni la compassion. Elle n'agit que pour elle, mais au fond, que veut-elle ? Elle veut Hadriel. Elle recherche la sécurité de l'être aimé, le regard de celui qu'elle chérit au plus profond de son cœur. Elle veut faire honneur à son père, suivre ses pas, s'engager dès qu'elle le pourra. Et toutes ces envies, tous ces besoins, sont sur le point de se réaliser. La mise en danger du Cercle des Émeraudes suite à l'attaque du campement des Insoumis le 9 octobre a entraîné d'innombrables conclusions. Les Greengrass doivent se protéger. Daphne, l'aînée, doit se marier. Les Parkinson ? Leurs futurs alliés. Et comme un puzzle qui se construit, jour après jour, chaque pièce trouve sa place. Et le bonheur tant espéré de Daphne, ne saurait tarder à arriver.
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
THINKING 'BOUT YOU

I've been sleeping later, I've been breathing stronger
I've been digging deeper but the memories won't stop
- FIRE AND THE FLOOD
(15 juillet 1997)

- Souris, Draco. Je jette un coup d'œil satisfait, accompli, à ma bague, au bijou brut et réel, décorant mon annulaire. Il brille autant que ce petit rien dans mon regard lorsque je le lève, attirant ces vautours crevant à mes pieds, rampant pour le prestige de mon nom et de mon sang. Mon bras entoure fermement le tien, je sentirais presque mes veines gonfler sous l'accaparement que je lui porte. Je tourne mon visage vers toi, et y voit mon reflet parfait, mon miroir infini, ùon double, mon futur et mon au-delà. Puis je pense à Astoria. Goût amer, acre dans ma gorge, sourire estompé le temps d'un instant. Je vois ma sœur, l'opposé de moi-même, oser poser ses yeux naïfs sur toi, mon fiancé, et c'est le dégoût qui vient et s'installe. Qstoria est bien trop faible, bien trop fragile pour toi. Elle ne t'aura jamais. C'est trop tard pour elle, trop tard pour s'affirmer. Je suis sûre de moi, d'une fierté douloureuse, mais méritée à la fois. Je pavane, sachant pertinemment que tout est gagné. Je lance des éclairs que je fais fuser de mes iris couleur translucide. Daphne Greengrass et Draco Malfoy, couple princier et promit à grand, à tout conquérir, à tout détruire pour ensuite tout remodeler, à leur façon. J'y crois, j'y pense, constamment. Le mariage, l'alliance finale et divine, ce n'est qu'une question de temps.
Les rayons à la chaleur vive d'un soleil criard viennent glisser sur ma robe moulante et épouser parfaitement les courbes de ma silhouette un peu trop fine. Le bruit de la ville dans ces rues populaires s'éteint l'instant d'une tempête haletante lorsque je fais claquer mes talons aiguilles sur les pavés, et mes iris s'illuminent à la vue de ses mines béates, le vert émeraude de mes yeux transperce les cœurs en un éclair et les font tous baisser la garde. Je rehausse mon visage aux traits fins, à la peau d'un pâle immaculé, et dévisage chaque façade humaine, affrontant les insignifiants, pour ensuite venir poser mon regard sur le seul et l'unique, mon seul et unique. Toi. Toi, et ton bras entourant le mien. Toi, et ton sourire léger au bord des lèvres, prestance incroyable, démarche assurée, fierté exposée. Toi, ton sang, ton nom. Toi et les mille promesses d'une famille à la puissance sans égale, un mariage, en fin d'année, une union, plus qu'évidente, plus que méritée. tu es mon double. tu es ce qu'on appelle une âme-sœur, une perle rare. l'ébauche parfaite d'un prince, futur roi, cette vie future qui t'es offerte, avec moi. Deux Serpentard, deux vipères, promises l'une à l'autre, prête à déverser ce venin toxique sur un monde déjà empoisonné de toutes ces âmes souillées. Je t'offre un sourire sincère avant que mon regard finisse son cheminement une nouvelle fois vers ce diamant brut dont le soleil fait ressortir les éclats et le fait se refléter au travers des corps et des esprits, provoquant un pincement au cœur à ceux dont les économies de toute une vie ne suffiraient pas à s'offrir ce bijou si précieux. - Entre, à toi l'honneur. Nous arrivons, et passons la porte de cette boutique dont les robes et les costards débordent des vitrines. Un frisson me parcoure l'échine, mes lèvres s'étirent face aux tissus, aux dentelles, aux cravates, aux souliers. Ma main se détache de ton avant-bras, s'en va caresser les broderies de ces créations fraîchement réalisées au prix exorbitant, mais ne représentant seulement un détail supplémentaire pour moi. - Assieds-toi. Je danse et virevolte entre les portants, tout est beau, tout est réel, tout est sur le point de se produire. "Ce n'est que le début", que je me répète sans cesse. Début d'une victoire assurée, d'un avenir grand dont la richesse débordera de tous les côtés. Nous écrirons l'histoire. Nous serons grands. Nous serons nous. Je m'arrête, nettement. Une robe, pièce d'un grand couturier, rêve éveillé. - Tu penses quoi de celle-là ? Elle m'irait ? Fierté mielleuse dans mes mouvements, j'arbore la robe d'une blancheur sans défaut contre mon corps. - Forcément qu'elle va t'aller. Tout te va, tu le sais. Ce parfum de luxure me monte au nez, je ne vois que les étincelles et les éclats sur ces tissus de qualité. La flamme de ton regard pourtant glacé me tire de mes rêveries brodées, m'amène à la réalité. Tout ceci se produit, réellement, alors qu'au dehors, tout est gris, sombre et funeste, alors qu'au dehors, c'est l'âge d'or d'une colère qui fait ombre et mirage, la rage que nous partageons en est tout autre. Elle est pure, bestiale, réelle. Elle est la seule rage au monde qui peut doter deux démons profonds de deux paires jumelles d'ailes. Nous sommes nos démons et nous sommes les démons des autres. Nous appartenons à un univers qui n'est propre qu'à nous. Un univers qu'on ne décrit pas, dont on ne parle pas. Un univers parallèle à ceux des autres, dont nous serons les dieux ultimes et uniques. Démons au pouvoir de s'envoler. C'est ce que je vois lorsque mon regard croise le tien, cet avenir animant la flamme de tes prunelles, cette alliance immortelle.

- SMOKE & RETRIBUTION
(24 août 1997)

Ce soir. La cabane abandonnée. Rabastan Lestrange, et un invité. Une invitée ? Peu m'importe. Cela faisait des jours, des semaines, que j'attendais impatiemment ce moment. Le moment où Lestrange allait m'emmener au cœur de l'action. Et voilà que ça arrivait. Ce dans quoi il m'embarquait ce soir avait tout d'une mission. Je ne savais pas laquelle, aucune information, juste ces trois maigres indications. Le sous-ton dans le message qu'il m'a envoyé avait des allures secrètes, personnelles, personne ne devait être au courant. Alors je n'ai rien dit. J'ai gardé ce sourire figé sur mon visage - volontairement, fièrement narquois - afin de laisser ceux que je croisais penser ce que bon leur semblaient. Et j'ai attendu, durant des minutes qui paraissaient des heures. J'ai réfléchi, pensé, retourné tout le présent ainsi que le passé. Les situations probables étaient infinies. Il pouvait s'agir de n'importe quoi. J'avais hâte. Grandement hâte. Daphne Greengrass en mission avec son tendre oncle, qui détient tout pour lui apprendre. Je ne serai plus une enfant. Une partie de mon masque s'arrachera ce soir, et la réelle Greengrass se forgera davantage. Œuvrer dans l'ombre, suivre les bonnes personnes, apprendre auprès de ceux qui ne me trahiront pas. Rabastan était l'homme parfait pour cela. Sa réputation était des plus intéressantes, déjà à l'époque. Homme terrifiant, violent, dont la folie lui collait à la peau tel un parasite. Enfant, il me fascinait. J'entendais, j'espionnais les conversations faussement discrètes, lorsqu'on abordait le sujet de ses exploits, ses presques aventures, au manoir familial. Alors je m'étais mise à l'observer, moi aussi, à vouloir comprendre, tout savoir à son sujet. Je m'étais rapprochée de lui en grandissant, avec une admiration que je ne cachais pas. Je savais qu'il ne me ferait aucun mal, même s'il ne se gênait pas pour torturer sans scrupule d'autres sorciers et sorcières de son propre rang. J'étais sa nièce. La première Greengrass, directement liée aux Lestrange de par ma mère. On attendait beaucoup de moi, alors j'avais agi en conséquence. Se rapprocher des bonnes personnes. Rabastan en faisait parti. Et maintenant, le voilà qui tient ses promesses. Celles où il m'avait assuré qu'il m'apprendrait, la torture, la manipulation, toutes ces pratiques qui sont encore aujourd'hui vues comme inhumaines. Mais nous ne sommes pas des humains. Nous sommes ces purs élevés pour un but précis, celui de défendre nos intérêts, d'agir pour soi et pour sa famille sans pour autant se faire démasquer.
Je jette un coup d'œil à la pendule. Il est temps. J'enfile l'indispensable cape noire et transplane en direction de la Cabane abandonnée. La nuit étouffe chaque bruit. Je ne sens que les battements de mon cœur résonner dans tout mon corps, impossibles à atténuer. Je lève la tête. De la lumière vive provient d'une des fenêtres, je distingue deux silhouettes, mais pas assez pour reconnaître qui est qui. Mes pas s'activent, un sourire pressé s'affiche automatiquement sur mon visage. La hâte colore mes traits, ce soir veut dire tellement de choses. Je me prouverai à moi-même que j'en suis bien capable, que j'en ai la capacité, de faire comme mes aînés. Grande victoire personnelle.
J'arrive à l'entrée de la vieille bâtisse en bois délabré. Des voix me parviennent, celle rauque du Lestrange, puis une voix féminine, que je reconnais, que je n'ai pas entendue depuis longtemps, oui, c'est celle de.. Lilith ? Je pousse la porte. Décomposition totale. Je réalise à peine, et pourtant, c'est bien elle. C'est sa chevelure dorée qui tombe en cascade bouclée sur ses épaules, c'est cet air haut et fier qui prône sur un visage doux et sévère à la fois. Lilith Hodgkins. Non. C'est cette sorcière qui, à mes débuts, m'a guidé. Plus qu'une amie, elle était au fil du temps devenue un réel pilier, même si je ne l'avais pas revue depuis des semaines. C'est elle. Pour de vrai. Je reste un instant, le corps tout entier figé sur place, à l'entrée de la pièce. - Lilith. Son prénom s'échappe de mes lèvres en un souffle presque inaudible. Et puis, petit à petit, à l'image de plusieurs rouages qui se mettent en place, l'énigme se résout. Le flou de l'incompréhension s'atténue, et, enfin, je comprends. Je comprends les différentes étapes, comment de Pansy la situation s'est retournée contre Lilith, comment le complot du mariage et la colère des français se sont infiltrés dans sa vie et dans celle de Rabastan. Lui ne joue que le rôle de bourreau. Et je suis son assistante. La petite nouvelle dans cette cruelle et funeste réalité. Aucun retour en arrière n'est possible, je serai décrédibilisée à vie. J'attends ce moment depuis si longtemps que lâchement fuir serait comme signer mon arrêt de mort. Je n'ai pas le choix. Lilith a donné sa vie pour Pansy, mais je ne donnerai la mienne pour rien au monde. Pas même les êtres les plus chers. Le piège de Rabastan envers Lilith se révèle être secrètement un piège pour moi aussi. Des milliers de poignards me transpercent les organes, mais je dois continuer. Pour mon honneur, pour mon futur. Ses intérêts avant tout, n'est-ce pas ? C'est cela. J'avale ma salive, re-hausse la tête. Mes talons claquent sur le sol alors que je m'avance plus imprudemment de Rabastan, faisant par la même occasion réellement face à Lilith. Mon regard ne flanche pas. Pas une seule seconde. Le sien non plus. Nous sommes les mêmes, c'est elle qui m'a forgée, et moi qui l'ai surprise. Elle sait tout de moi, comme je sais tout d'elle, et pourtant, je suis sur le point de la trahir au profit de mon avenir. La décision est prise. J'assumerai les conséquences. - Prête. Lestrange me tend sa propre baguette, que je prends d'une main malgré tout tremblante, impossible à dissimuler. Je lui souris tout de même. D'un geste rapide, je ferme la porte à clé. Le vieux bout de corde tapi au fond de la pièce me paraît bien pour commencer. D'un sortilège, je la fais se léviter doucement pour la faire finalement venir se refermer sur les poignets de la sorcière, et de la même manière autour son cou. Juste assez pour qu'elle soit prisonnière, mais trop peu pour qu'elle commence réellement à souffir. Un frisson me parcoure le corps. Je viens replonger mes prunelles dans celles de Lilith. Je ne veux pas voir ses écorchures, ses plaies, son corps meurtri et tâché. Je ne sais pas si je pourrai le supporter. Je veux seulement garder ma concentration de par mes yeux dans les siens, quitte à m'y plonger. Je prends une brève respiration, et fait se resserrer l'emprise des cordes sur ses bras et autour de sa nuque. Je rend la baguette à son propriétaire, pour venir sortir la mienne de ma poche. - Je tiens à assumer pleinement ce qui se passera ce soir. Ce qui viendra de moi se manifestera par ma baguette. Je sais que Lilith ne me pardonnera jamais cette trahison. Et peut-être qu'au fond, moi non plus.

- RIP TO MY YOUTH
(18 septembre 1997)

L'ambiance est lourde, le ciel semble s'être définitivement écroulé. Je ne ressens ni appréhension, ni remords. Je ne ressens qu'un sentiment en réalité simple, celui d'un cœur qui bat réellement. Je ne peux qu'arborer un énième sourire en coin, fière de mes complots. Légèrement, mon visage se tourne, fait signe à l'elfe de maison d'effectuer sa tâche. Une cage recouverte d'un drap blanc opaque fait son apparition vers la droite, que je fais ramener vers moi. Objet mystérieux, énigme pour les autres à la solution toute tracée dans mon esprit. Je m'avance, caresse du bout des doigts le tissu encore immaculé. - Ce qui se trouve sous ce drap vous montrera réellement qui je suis, et ce que je suis prête à faire pour mes convictions. D'un mouvement de baguette, le drap vole alors, s'échoue quelques mètres plus loin. Quelques audacieux exclament leur stupéfaction, tandis que d'autres, encore muets, ne font que s'approcher davantage. La cage n'est pas plus grande qu'un mètre à peine, les barreaux sont rouillés et humides. A l'intérieur, celle qui ose se proclamer sorcière. Ce n'est que l'indigne, l'impureté même, sous forme humaine, et encore. Le corps tremblant de la traîtresse est recroquevillé sur lui-même, presque dénudé, la peau noircie par certains endroits. Ses cheveux d'un roux habituellement flamboyant sont désormais ternes, la fille ne ressemble qu'à un monstre affaibli, qu'à une bête déchue. Elle respire. Encore, et si fort, si saccadé. - Je vous présente Silde Heights. Née moldue. Un léger rire s'échappe de mes lèvres, ironie, moquerie incontrôlée. - Elle n'apparaît pas ici sous son meilleur jour, j'en conviens. Elle et moi ne nous connaissons pas. Du moins, pas directement. Malgré la honte d'un sang atrocement impur qu'elle arbore depuis sa naissance sur son visage pâle, elle et moi avons un point commun. Un seul, point commun. Je sens mes traits se tirer, mes yeux brûler comme ils n'ont jamais brûlé. D'un instinct qui ne trompe jamais, je n'ai pas besoin de chercher Hadriel à travers la foule. Mon regard comme constamment aimanté au sien, le trouve dès que je rehausse la tête. Je m'égare durant une fraction de seconde synonyme d'éternité dans notre monde à deux, puis reprends. - Hadriel Parkinson. Oui. Il est le seul, l'unique, que Silde Heights et moi-même avions partagé. La seule différence dans ce point qui nous rejoint est qu'elle ne l'a pas mérité. Elle ne l'a jamais mérité. et pourtant, il s'est fait prendre au piège de celle qui disait l'aimer. Car Silde Heights, en réalité, n'a fait que le manipuler. Ma paume gauche tient ma baguette que la main droite vient effleurer subtilement, plume destructrice. - Pourquoi ? Pourquoi irais-je alors vous présenter celle qui n'est rien mais qui a pourtant réussi à rendre l'homme faible ? Pourquoi, là, maintenant, je me tiens face à vous, défendant Hadriel Parkinson, traître à son sang ? La réponse est si simple, si évidente. Je marque un temps d'arrêt, le regard fixé sur cette baguette qui ne fait que rouler entre mes doigts. - Hadriel et moi avons une relation. Nous nous aimons, et nous continuerons de nous aimer jusqu'à ce que nous n'en ayons plus la capacité. Et rien, jamais rien ne pourra nous briser. Des chuchotements incessants viennent rompre l'unique parole, s'entremêlent entre eux. - Revenons donc à notre sujet principal, si vous me le permettez. Silde Heights a fait du mal à l'homme que j'aime. Heights mérite donc de payer pour ses mauvaises paroles et pour ses soi-disant maladresses. Je m'arrête, ne prends pas la peine de m'abaisser à sa hauteur. Deux ou trois téméraires sanglots daignent encore couler le long des joues pâles, presque translucides, de la rousse. Ses yeux sont à peine ouverts, ses mains sont emmêlées. Elle n'est qu'objet parmi la foule, que divertissement d'une soirée un peu trop morose. Elle n'est que la première, douce sacrifiée, symbole d'un amour qu'il était interdit de révéler. A jamais je me souviendrai de ce jour, à jamais ils se souviendront de ce discours. Je lance un regard brûlant de rage et de haine envers la captive, et vient enfin pointer ma baguette à travers les barreaux. - Sectumsempra ! Un éclair jaillit d'entre le bois et heurte de plein fouet la faible, qui se met alors à trembler davantage, le sang se déversant de plusieurs parties de son être. Sa bouche est entrouverte et ses yeux partent et se tournent vers l'arrière, ne laissant apparaître qu'un blanc infâme, impur. La foule s'anime de plus belles, les silhouettes se bousculent. - Regardez son corps trembler sous la douleur, couvert de plaies à vif. Regardez-la souffrir, comme elle a tant fait souffrir les autres. Sale impure. J'offre ce soir la plus belle mort que jamais une misérable sang-de-bourbe n'aura. Qu'elle se sente privilégiée, dans l'au-delà. Je lui souhaite une bonne éternité bien loin de l'être aimé. Son sang ne cesse de couler, son regard ne cesse de dévier. Une haine plus puissante que toutes les autres, un mépris plus grandiose encore que le mépris lui-même, s'empare de mon être et me fait plus que jamais vivre. Je respire cette odeur déjà macabre, ce sang amer et cet odeur d'âme s'évadant lentement d'entre le corps de Silde Heights. Je redresse un instant le visage, retombe instantanément avec celui d'Hadriel. il est l'évidence même, celui qu'on ne cherche pas à trouver mais qui pourtant nous tombe dessus, donnant naissance à ce péché finalement avoué. - Si je fais tout ça, c'est pour toi, Hadriel. Pour toi, et pour nous. C'est la meilleure chose à faire, la meilleure preuve de notre amour. Celle d'une promesse qui jure que plus rien n'ira s'immiscer entre nous. Jamais. Je viens me re-concentrer sur la seule qui peut venir nuire à l'union que nous partageons. - Crucio ! La puissance est surprenante, joussive, juste réelle et dévouée. Pour la première fois, j'ose, j'entreprends, je construis et détruis entièrement. Pour la première fois, je sens la mort épouser mes doigts, soumise au désir de la reine, qui ne paraissait encore que l'innocente il y a de ça quelques dizaines de minutes à peine. Les respirations de la faible s'arrêtent progressivement de se faire ressentir, son corps cesse alors doucement de se mouvoir, noyé dans l'océan de son propre sang sale. Le marbre s'imprègne de ce liquide rouge, de cette minable. Tout au long de sa vie, Silde Heights a cru qu'elle obtiendrait un jour ce dont elle a toujours voulu; l'amour véritable, le salut. Elle ne l'aura jamais trouvé. Toute sa vie ne se résume qu'en une seule et unique soirée, celle d'un vulgaire divertissement, ce qui est déjà beaucoup pour une sorcière indigne. Peu de secondes s'écoulent, puis plus aucun battement. Plus aucun geste, plus rien. Rien sauf un cadavre, presque grisâtre, gisant au centre de sa cage posée sur la pierre noble. Bouquet final, le spectacle est terminé. Un dernier sourire s'affiche fièrement sur mon visage, alors que je viens descendre les quelques marches, tournant le dos à la défunte. La foule s'écarte, certains sorciers se rapprochent du corps inanimée de la née-moldue, d'autres n'osent tout simplement pas, ont le regard vers le bas, et d'autres encore, ceux qui ont comprit, laissent faire retentir quelques applaudissements. Je marche à travers les visages divers vers l'extérieur du manoir, en direction de l'une des terrasses menant aux jardins. Sourire toujours triomphant au bord des lèvres, mes pas s'alignent d'une sûreté totale. Voilà la réelle Daphne. Cette soirée était un franc succès.

- HOLD ON, WE'RE GOING HOME
(20 septembre 1997)

Pauvre homme. Quand tu te rendras compte que tout cet acharnement n'est provoqué qu'en l'honneur de notre amour éternel, il sera trop tard pour me rattraper, et trop tard pour te sauver. Nous aurons le cœur brisé, en mille morceaux que nous ne nous donneront même pas la peine de rassembler. Nous serons deux sorciers malheureux, un pied carbonisé par les flammes de l'enfer, et la seule chose à faire sera d'appendre à vivre, à faire perdurer notre maudite existence, avec notre âme déjà sous terre. C'est donc ça que tu veux ? Mourir avant l'heure, mourir vivant. Mourir sans s'être battu pour un amour qui en vaut vraiment la peine. Mourir en lâche, en traître. Tu es peut-être né fort et puissant, Hadriel, mais en choisissant la facilité, tu meurs en faible. - Je souffre déjà, pauvre abruti. Et toi aussi. Mais la différence ici, c'est que moi , je saurais me relever. Seule. Mais toi, qui va t'aider, qui va te supporter, si je ne suis plus là ? Personne. Tu n'as plus aucune crédibilité, et seul quelqu'un de digne pourrait te remettre sur pieds. Livré à toi même, tu ne fais que creuser ta propre tombe, sans même t'en rendre compte. Parce que sans moi, tu meurs à petits feux, et en me laissant partir, tu scelles ton funeste destin. - Je vais te dire un secret. Personne ne voudra plus jamais de toi. Tu ne connaîtras plus la joie, plus le bonheur, et encore moins l'amour. Tu mourras seul, vieux, et fou. Fou, parce que tes paroles sont dénuées de sens. Tu ne t'entends pas parler, et tu réfléchis encore moins à ce que tu dis. Tes mensonges sont ridicules, naïfs, crachés sous une impulsion perverse et dévorante. Pure folie qui finira par t'envelopper entièrement, si ce soir, je repars sans toi. Et c'est exactement ce que je vais faire. Partir sans dire au revoir, te lâcher à l'apogée de nos éclats. Quand ta baguette sera pointée sur moi, prête à prononcer le sortilège interdit, celui qui prononcé, ôte la vie. A ce moment-là, seulement là, je partirai, et tu ne feras rien. Parce que tu as trop peu de courage, parce que l'amour que tu as pour moi t'en empêchera. Parce que ta faiblesse et ton état ne suffiront pas pour anéantir la tornade que je suis. Je te regarde, l'air impassible, las de tes actes démesurés. Tes yeux brûlent, ton visage est rouge, de sang, de colère. Tu n'es pas le roi du monde, tu n'es qu'un Parkinson raté, et tu viens de laisser passer la seule chance que tu avais pour te sauver de ton titre souillé. - Tu t'entends parler ? Fait pour gagner. Sois réaliste, Hadriel. Si je n'étais pas là ce soir-là, tu serais mort à l'heure qu'il est. Si tu es plus fort aujourd'hui, c'est grâce à moi. Tu n'as aucun mérite. Provocation supplémentaire. Tu parles dans le vide, tu parles, encore et encore, pour ne rien dire. Si je veux jouer ? La partie est déjà programmée d'avance. Qui irait croire qu'un idiot comme toi pourrait abattre la femme qu'il aime, l'aînée Greengrass, qui plus a tout donné pour lui ? Peut-être que tu pourrais y arriver. Mais les conséquences seraient beaucoup plus douloureuses, et finiraient par te tuer. Alors, tout ça pour quoi ? Je ne mourrai pas de ta main, et tu ne mourras pas de la mienne. Je resterai digne, tandis que toi, tu te noieras comme tu l'as déjà fait, dans tes liqueurs et dans l'oubli. - J'ai déjà joué, Hadriel. Je ne vais pas continuer à me battre avec un lâche, j'ai d'autres choses à faire, plus importantes, qui ne te concernent plus désormais. Je ne regrette strictement rien de tout ça. A toi de vivre avec, seul, si tu refuses d'assumer avec moi. Je me détache, me recule brusquement. Je ne veux plus de tout ça. Je veux de toi, mais pas dans cet état. Ma main baisse la baguette, vient la ranger dans la poche de mon manteau tâché de sang. Ma tête cogne dans tous les sens, je sens mon cœur battre dans les moindres recoins, jusqu'au creux des paumes. Je relève la tête, haute. - J'aimerai te dire adieu. Mais je resterai toujours là, à tes côtés. Et tu t'en mordras les doigts. Puis je quitte les lieux, sans me retourner.

- LOVE IS A LASERQUEST
(1 octobre 1997)

L'irréalité-même. Nous étions là, toi et moi. Nous ne nous connaissions même pas, et pourtant, l'alchimie qui nous liait ce soir-là n'a jamais connu une telle apogée. Toi, moi, un désir partagé. C'était simple, et à la fois beaucoup trop compliqué. Pourtant, nous nous en fichions totalement, et en cette soirée, nous avions seulement décidé de nous écouter, ne serait-ce qu'un maigre instant, l'instant d'une nuit, qui ne devait surtout pas perdurer. Une échappée de quelques heures à peine, rien de plus. Avec seulement ton corps et le mien, deux entités, unies sans aucune limite, à part celle du temps accordé. Nous nous l'étions promis, que cette histoire ne durerait pas plus qu'une nuit. Nous nous l'étions promis, et nous nous sommes mentis à nous-même, brisant cette promesse à l'instant précis où nous l'avions prononcée. La passion surplombait toute raison, nous a fait nous abandonner, complètement. Il n'y avait plus de Greengrass, ni de Parkinson. Seulement deux amants, trop irréalistes sûrement, mais qui n'en avaient rien à faire du dehors, rien à faire de tout, sauf de l'instant présent.
"Je voudrais brûler avec toi ce soir, Daphne",
"Allons brûler là où nous le pourrons vraiment".


Une nuit pour une vie. Je m'en souviens comme si c'était hier. Ce souvenir, figé dans ma tête, ancré au fer rouge sur chaque parcelle de mon corps. Tes mains parcourant l'épiderme de ma peau, ton regard, brillant, brûlant, s'amusant à consumer chaque fragment de mon âme. Je ne m'en lasserais jamais, de ces mêmes images, dansant dans mon esprit, l'une après l'autre. Scène délicieusement inédite, qui prend plaisir à se jouer en boucle, à se récréer sous mes yeux. Je nous revois, insouciants que nous étions. Nous ne formions qu'un, qu'une seule lumière, dans cette ruelle sombre. La pluie glaçante nous tombait sur le visage, les vapeurs de fumée caressaient nos cheveux. L'air était beaucoup trop frais pour deux corps comme les nôtres, mais nous n'étions pas effrayés, nous n'en avions que faire, de ces éléments amers. Seule notre symbiose totale importait. C'était beau, c'était grand. C'était ce qu'on appelle un coup de foudre inattendu, une attraction soudaine. Tu n'étais qu'une carcasse, ce soir-là. Un corps sur lequel la vie n'était pas passée depuis longtemps, une force, presque à néant. Puis je suis venue, un peu par hasard, le destin décidant. Instantanément, tu as ressuscité sous mes yeux, tu t'es transformé en la meilleure version de toi-même. L'Homme charmant, l'Homme dans toute sa splendeur. Tu m'as envoûté, ce soir-là. Tu as déposé sur moi un parfum qui ne s'en va pas. Totalement épris l'un de l'autre, nous ne réalisions pas. Avait-il vraiment ce besoin de réaliser ? Encore aujourd'hui, rien de cette nuit ne me paraît réel, et pourtant. C'est bien toi, des bras grands comme le monde, une passion démesurée, un corps et un cœur tout entier, rien que pour moi.
"Tu es à moi ce soir, Daphne",
"Je le suis, et tu ne m'oublieras pas".


Un coup de foudre s'est transformé en un coup de tonnerre. L'amour n'a fait que se décupler. Sentiments, émotions, amour, rejet. De l'amour est né une folie plus dévorante encore, une folie qui, finalement, n'a fait que tout ravager. Coup de vent puis réel ouragan, et tu es parti. Parti pour ne plus jamais te retourner, parti pour m'oublier. Ou du moins essayer. Tu m'as tourné le dos, me laissant moi, seule, dépourvue de tout sentiment. J'étais livrée à mon propre sort, un amour non partagé me dévorant les entrailles. Je voulais détruire le monde entier, rongée par tes ecchymoses qui tachaient ma peau de tous les côtés. Nous nous étions quittés l'âme déchirée, l'esprit meurtri. Les larmes ne se donnaient même plus la peine de se déverser, seuls la magie et la violence, parvenaient à nous faire nous s'échapper. Je voulais que l'amour n'existe plus, que je n'ai plus à le connaître, qu'il ne m'ait même jamais effleuré. Mais je n'arrivais pas à m'en défaire, au fond, je ne suis même plus sûre que je le voulais réellement. Je persévère, je me force à croire que tu reviendras, de la même manière que tu m'es apparu ce soir-là.
"Je ne suis même pas certain de vouloir encore de toi, Daphne",
"Ne sois pas aveugle. Tu m'aimes".


Mais tu ne me remplaceras pas. Effacer ne supprime pas. L'amour véritable est indélébile, ancré en toi, ancré en moi. Je t'aimerai toujours, Hadriel Parkinson, alors ne me laisse pas.

- DROP THE GAME
(10 octobre 1997)

Il faut agir vite. Être méthodique, réfléchir de manière efficace. Il faut œuvrer intelligemment, mais surtout, il faut rester discret. Le plus longtemps possible, pour que la faille, la tâche obscure, soit notre, exclusivement notre. Le monde est un réel désastre, il n'y a plus aucun repère, plus aucun ordre. Le Mage noir n'est en réalité maître de rien si ce n'est de sa propre perte. Mais le Mage, il sera au courant. De la double facette, du côté sombre et caché de l'attaque du campement. Nous avons eu peu de temps pour réfléchir, trop peu de temps, mais maintenant, nous ne pouvons plus retourner en arrière. Greengrass. Parkinson. Une évidence. Nouvelle alliance, furtive mais qui à la fois, va perdurer. Puisqu'il y a Hadriel, et Pansy. Puisqu'il y a Adonis, nouveau patriarche, synonyme de changements et de mises à jour. Père est d'accord. C'est tout ce que nous pouvons faire pour nous sauver : trahir les autres, et contre tous, se liguer. Le Cercle ? Sa fin ne va pas tarder à arriver. Le Lord va découvrir son existence d'ici bien trop peu de temps, et alors, nous mourrons tous, nous, opposants de l'ombre. Le désordre général n'a fait qu'empirer, précipiter les événements. Et a partir de maintenant, c'est chacun pour soi et pour la cause qu'il défend.
- Tu es prête ? Père se tient fièrement devant l'immense porte d'entrée boisée. L'air arrogant n'a jamais quitté son visage depuis le premier jour. Peu importe la situation, il garde toujours ce même sourire en coin, celui que j'ai appris à arborer sans arrêt. Digne fille de son père. Tout le monde connaît la grandeur de Tiberias Greengrass. Celui qui dirait ne pas le connaître se mentirait à lui-même. Je descends les marches une par une, seul l'écho de mes talons sur le marbre blanc brise le silence de plomb qui hante le manoir. Mère n'est plus à la maison ces temps-ci. Astoria, dieu sait où elle se trouve, certainement planquée au fin fond d'une bibliothèque moldue à l'heure qu'il est. J'enfile une cape en soie noire, lance un regard confiant à mon modèle ultime. La nuit sale et opaque ne laisse pas apparaître ses étoiles ce soir. Différentes teintes de bleu-gris se mêlent en des volutes de fumées épaisses. La brume ne nous permet pas de voir à plus d'une dizaine de mètres. Le moment est parfait. J'attrape la main de Père, et nous voilà envolés.
Domaine des Parkinson, lieu hautement sécurisé, renforcé depuis l'attaque. Adonis connaît la raison de notre venue, et c'est avec aucun étonnement que je le vois déjà attendre à la porte, les yeux brillants. Je lui lance un sourire, lève les yeux vers le ciel pour regarder vaguement la façade ancienne, mais divinement sophistiquée. Cela fait bien longtemps que je n'étais pas venue ici. Des semaines, que j'ai cessé de compter. J'aperçois la fenêtre de la chambre d'Hadriel, et un soupir s'échappe d'entre mes lèvres. Il n'est pas censé être là. J'espère qu'il ne le sera pas. Personne à part Adonis lui-même ne doit être présent sur les lieux, ou aux environs. Personne ne doit nous voir. Je reprends ma route, assurée, au bras de Père, tentant de chasser ces pensées constantes, celles de ce dernier soir en compagnie d'Hadriel, inachevé. - Parkinson. Père lui fait un signe de tête, léger. - Bonsoir, Adonis. Ma voix est mielleuse, mon cœur, battant. - Il faut faire vite. Nous avons peu de temps devant nous. Voldemort saura, plus tôt que nous le pensons. Nous n'avons plus le choix. C'est maintenant. - Père scellera le serment entre toi et moi. Ensuite, nous irons le voir. "Le". Le traître, le maître, le pseudo tout puissant.
© VIPERA EVANESCA 2016



[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


Dernière édition par Daphne Greengrass le Lun 10 Avr - 2:20, édité 7 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité

MessageSujet: Re: WICKED GAMES Sam 25 Mar - 16:39

LA BEAUTÉ
Revenir en haut Aller en bas
avatar
SPELLS : 1674
IDENTITY : blaclava (chloé)
FACE & CREDITS : nicoco, @freesia (ava), mes fans (awards)
MULTINICKS : richard, noor, isak.

AGE : eighteen.
BLOOD STATUS : pure-blood.
CIVIL STATUS : she once was the fiancée of draco malfoy, but now, she's deeply in love with hadriel parkinson, who's her future husband.
JOB : she's the first secretary of the wizengamot.
HOGWARTS HOUSE : slytherin : a tradition.
MAGIC WAND : twenty-six centimeters, larch wood, a veela's hair, and predisposed to evil spells.
PATRONUS CHARM : a ferret : deceitful.
SPECIAL CAPACITY : baddest bitch in town.
MARAUDER'S MAP : at the greengrass' manor (or at the parkinson's), in luxurious boutiques.
POINTS RP : 2076

MessageSujet: Re: WICKED GAMES Sam 25 Mar - 16:45

PAS AUTANT QUE TOI


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
SPELLS : 5811
IDENTITY : .wings (laurie)
FACE & CREDITS : dasha s. - myself (av), myself (manips)
MULTINICKS : nate, l'amoureux transi.

AGE : dix-sept ans de vie en ce monde. sept ans qu'elle foule cet univers, ce monde pleins de magie qui fait tant rêver.
BLOOD STATUS : née-moldue. son sang est rouge, tout aussi fluide que celui des autres, mais pas accepté.
CIVIL STATUS : il y a lui, quelque part dans son coeur, c'est encore incertain. elle ne sait pas. et puis il y a elle, souvenir d'une romance passée, qui n'avait jamais vu le jour mais hante ses pensées. alors elle est seule.
JOB : ménagère au camps des insoumis, aidant parfois les guerisseurs.
HOGWARTS HOUSE : jaune et noir, couleurs fièrement portés pendant six années, s'accordant avec elle et son attitude. un honneur, du passé.
MAGIC WAND : en bois d'acajou, avec des ailes de fée, mesurant vingt centimètres.
PATRONUS CHARM : s'il avait une couleur, il serait aussi roux que ses cheveux, aussi sauvage qu'elle mais en apparence innocent. un renard, son image.
SPECIAL CAPACITY : aucun, c'est une sorcière tout ce qu'il y a de plus banale.
MARAUDER'S MAP : vagabonde, en recherche de ses proches
POINTS RP : 5803

MessageSujet: Re: WICKED GAMES Sam 25 Mar - 16:47

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] a écrit:
avez-vous des questions ? yasmina es-tu là ? encule pas daphne une 2ème fois stp
MORTE

GG pour la refonte de ta fiche botey
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://des-astres.tumblr.com/
avatar
SPELLS : 4197
IDENTITY : KILLER FROM A GANG (MORGANE)
FACE & CREDITS : ELLA PURNELL, ADL (AV) MOMAN BE D'AMOUR (GIF)
MULTINICKS : ARIANE, PENELOPE, HANNAH

AGE : DIX-HUIT ANS
BLOOD STATUS : PURE PURE PURE
CIVIL STATUS : CÉLIBATAIRE POUR LA BIENSÉANCE, ÉPOUSE DE SON FRÈRE DANS LE PLUS GRAND DES SECRETS
JOB : SECRÉTAIRE DU MINISTRE DANS LE MINISTÈRE DE LA RÉGULATION DES ANIMAUX MAGIQUES
HOGWARTS HOUSE : SLYTHERIN
MAGIC WAND : BOIS D'ÉRABLE, GRIFFE D'HIPPOGRIFFE, TRENTE-DEUX CENTIMÈTRES, SORTILÈGES OFFENSIFS
PATRONUS CHARM : RENARD
SPECIAL CAPACITY : SA PERSUASION
MARAUDER'S MAP : DANS LE MANOIR PARKINSON
POINTS RP : 6229

LA MALLE DU SORCIER
RP BILINGUE : non pour l'instant. (ou simple dialogue)
COLOR OF MY LIFE : rosybrown
INTO THE MAGIC BAG AGO :

MessageSujet: Re: WICKED GAMES Sam 25 Mar - 17:13

GENRE, CA OUVRE SA FICHE ET CA PREVIENT PAS
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
J'SORS LA BFF POUR TOI
GENRE MES FEELS
T'ES TJRS AUSSI BELLE
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]  [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Is our secret safe tonight ? And are we out of sight ? Or will our world come tumbling down ? Will they find our hiding place ? Is this our last embrace ? Or will the walls start caving in ? It could be wrong, but it should've been right.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
SPELLS : 6119
IDENTITY : VINYLES IDYLLES (LAURA)
FACE & CREDITS : RAMI (vava by balaclabidule, gif by queen bé, awards by amr)
MULTINICKS : ELEONOR, PERCEVAL, MARIETTA, ERNIE, MORGAN.

AGE : VINGT-SEPT TÉNÈBRES.
BLOOD STATUS : PLUS QUE PUR.
CIVIL STATUS : VEUF, EPOUX SECRET DE SA SOEUR.
JOB : DIRECTEUR DE GRINGOTT'S, SUITE A LA MORT DE SON PERE.
HOGWARTS HOUSE : SERPENT.
MAGIC WAND : BOIS DE CORNOUILLER, ÉCAILLE DE SIRÈNE, VINGT-NEUF CENTIMÈTRES.
PATRONUS CHARM : AUCUN.
SPECIAL CAPACITY : OCCLUMENS.
MARAUDER'S MAP : MANOIR PARKINSON.
POINTS RP : 3634

LA MALLE DU SORCIER
RP BILINGUE : les dialogues.
COLOR OF MY LIFE : darkseagreen
INTO THE MAGIC BAG AGO :

MessageSujet: Re: WICKED GAMES Sam 25 Mar - 19:28

BIDULE
DUO
BEAUTE
SE FAISANT CARESSER LE ASS DES LE PREMIER POST DE SON RP


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
( Underneath it all, we're just savages hidden behind shirts, ties and marriages. how could we expect anything at all? we're just animals, still learning how to crawl. we live, we die. we steal, we kill, we lie, just like animals. but with far less grace. we laugh, we cry like babies in the night ) marina diamandis.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
SPELLS : 2552
IDENTITY : ultraviolences (bé)
FACE & CREDITS : holland ; queen clunnis (av)
MULTINICKS : cassandre ; rhea ; riley

AGE : twenty five years that the doll has marked the world with her volatile footprint.
BLOOD STATUS : muggle-born.
CIVIL STATUS : she loves her past (scrimgeour) but she's in love with her future (snyder).
JOB : former professional quidditch player, she proudly wore the emblem of the holyhead harpies at the pursuing post.
HOGWARTS HOUSE : gryffindor has been her home for years.
MAGIC WAND : carved in mahogany wood, in his heart, a tear of a unicorn. it measures eighteen centimeters and is predisposed to unformulated spells.
PATRONUS CHARM : incorporeal but once it took the form of a lion.
SPECIAL CAPACITY : none.
MARAUDER'S MAP : a lost house in the muggle countryside with rich, dimitri, ernest and a bunch of people.
POINTS RP : 1994

LA MALLE DU SORCIER
RP BILINGUE : oui, uniquement les dialogues pour commencer
COLOR OF MY LIFE : #006633
INTO THE MAGIC BAG AGO :

MessageSujet: Re: WICKED GAMES Sam 25 Mar - 19:30

SODOMETTE
CHLOETTE
;);)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://stydiabond.tumblr.com/
avatar
SPELLS : 1674
IDENTITY : blaclava (chloé)
FACE & CREDITS : nicoco, @freesia (ava), mes fans (awards)
MULTINICKS : richard, noor, isak.

AGE : eighteen.
BLOOD STATUS : pure-blood.
CIVIL STATUS : she once was the fiancée of draco malfoy, but now, she's deeply in love with hadriel parkinson, who's her future husband.
JOB : she's the first secretary of the wizengamot.
HOGWARTS HOUSE : slytherin : a tradition.
MAGIC WAND : twenty-six centimeters, larch wood, a veela's hair, and predisposed to evil spells.
PATRONUS CHARM : a ferret : deceitful.
SPECIAL CAPACITY : baddest bitch in town.
MARAUDER'S MAP : at the greengrass' manor (or at the parkinson's), in luxurious boutiques.
POINTS RP : 2076

MessageSujet: Re: WICKED GAMES Dim 26 Mar - 21:45

VOUS ÊTES MIIIIIIIIIIIIIIIMS
pas cool d'me charrier sur la sodomie surprise, j'vous jure, j'ai encore mal au cul et tout
anyway,
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
SPELLS : 2561
IDENTITY : vinyles idylles. (LAURA)
FACE & CREDITS : teresa palmer. (wildbeast, bb pour l'award)
MULTINICKS : adonis, percy, marietta, ernie.

AGE : trente-trois ans, adulte au coeur d'enfant ravagé.
BLOOD STATUS : pur, mais ça ne vaut pas grand chose.
CIVIL STATUS : très seule.
JOB : ancienne princesse française.
HOGWARTS HOUSE : beauxbatons, air.
MAGIC WAND : bois d'if, corne de licorne, dix-huit centimètres.
PATRONUS CHARM : un cygne.
SPECIAL CAPACITY : elle a du sang de semi-vélane.
MARAUDER'S MAP : chaumière aux coquillages.
POINTS RP : 877

LA MALLE DU SORCIER
RP BILINGUE : les dialogues.
COLOR OF MY LIFE : #375D81
INTO THE MAGIC BAG AGO :

MessageSujet: Re: WICKED GAMES Lun 27 Mar - 11:24

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] a écrit:
VOUS ÊTES MIIIIIIIIIIIIIIIMS
pas cool d'me charrier sur la sodomie surprise, j'vous jure, j'ai encore mal au cul et tout
ton anus semble si fragile ma pauvre fille


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
( calm. obedient. who work fast-paced. with good breeding. and a tiny waist. you'll bring honor to us all ) mulan.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
SPELLS : 1674
IDENTITY : blaclava (chloé)
FACE & CREDITS : nicoco, @freesia (ava), mes fans (awards)
MULTINICKS : richard, noor, isak.

AGE : eighteen.
BLOOD STATUS : pure-blood.
CIVIL STATUS : she once was the fiancée of draco malfoy, but now, she's deeply in love with hadriel parkinson, who's her future husband.
JOB : she's the first secretary of the wizengamot.
HOGWARTS HOUSE : slytherin : a tradition.
MAGIC WAND : twenty-six centimeters, larch wood, a veela's hair, and predisposed to evil spells.
PATRONUS CHARM : a ferret : deceitful.
SPECIAL CAPACITY : baddest bitch in town.
MARAUDER'S MAP : at the greengrass' manor (or at the parkinson's), in luxurious boutiques.
POINTS RP : 2076

MessageSujet: Re: WICKED GAMES Mar 28 Mar - 0:56

LA FAUTE A QUI ?????????


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
SPELLS : 677
IDENTITY : Marine
FACE & CREDITS : Kate Harrison by faustine / icarus
MULTINICKS : Dimitri

AGE : 28 ans
BLOOD STATUS : Sang-mêlé
CIVIL STATUS : Louve solitaire, effrayée par trop de proximité.
JOB : Potionniste à Ste Mangouste
HOGWARTS HOUSE : Gryffondor
MAGIC WAND : Un manche en bois de cerisier symbolisant sa force, renfermant une larme de licorne. Une taille de 18cm en fait une baguette prédisposée aux sortilèges de guérison.
PATRONUS CHARM : Un jeune renard polaire
SPECIAL CAPACITY : Lycanthrope
MARAUDER'S MAP : Cachée
POINTS RP : 610

LA MALLE DU SORCIER
RP BILINGUE : Uniquement les dialogues, si vous souhaitez.
COLOR OF MY LIFE : #cc6600
INTO THE MAGIC BAG AGO :

MessageSujet: Re: WICKED GAMES Mar 28 Mar - 10:19

quelqu'un m'explique? J'suis curieuse!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité

MessageSujet: Re: WICKED GAMES Mar 28 Mar - 10:22

bonne refonte d'anus mon petit chat
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

MessageSujet: Re: WICKED GAMES Mar 28 Mar - 10:22

j'allais dire bienvenue mais je viens de capter :d j'ai parlé de toi dans ma fiche que je suis en train de finir, genre deux lignes parce que mon kif perso c'est que daphnée et tracey soient potesses (mais tu me dis et je change ça, après tout on est la plèbe :D), en tout cas canon la demoiselle
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

MessageSujet: Re: WICKED GAMES Mar 28 Mar - 19:50

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: WICKED GAMES

Revenir en haut Aller en bas

WICKED GAMES

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Sujets similaires

-
» Natural Games 2011
» Games Day 2010
» les X Games Supermot'
» Table Epic pour le games day
» ESOX GAMES

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
VIPERA EVANESCA :: accio wizards! :: les dossiers sous-scellés :: les sorciers légalisés-