AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez| .

épistolaire-nous (nathaelys)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar
SPELLS : 594
IDENTITY : melaluly (mélanie)
FACE & CREDITS : suki waterhouse, faust (av) laurie d'amour (image profil)
MULTINICKS : none

AGE : vingt-quatre ans
BLOOD STATUS : aussi pur que possible, cause de ses privilièges comme de ses tourments
CIVIL STATUS : fiancée, instrument d'une ambition qui n'est pas sienne. subir et consentir voilà ce qui lui reste mais son coeur a décidé de lutter pour son véritable amour nathanaël
JOB : médicomage, elle sauve tous ceux qui peuvent l'être avec le sentiment d'être utile, à défaut de savoir comment se sauver elle-même
HOGWARTS HOUSE : la patience mêlée à l'intelligence ne pouvait aboutir qu'à serdaigle
MAGIC WAND : vingt-trois centimètres, bois d'if, symbole de sa sagesse contient en son cœur une aile de fée. sa baguette est prédisposée aux soins de guérison.
PATRONUS CHARM : un cygne, majestueux et élégant. d'une beauté pure mais d'un caractère fort, il lui correspond bien.
MARAUDER'S MAP : ste mangouste
POINTS RP : 1383

LA MALLE DU SORCIER
RP BILINGUE : jamais essayé en réalité, paroles oui.
COLOR OF MY LIFE : lightseagreen
INTO THE MAGIC BAG AGO :

MessageSujet: épistolaire-nous (nathaelys) Ven 14 Avr - 23:40




Chez Fleury & Bott se trouve un livre dans la dernière étagère tout au fond de la boutique. Ce n’est qu’un tout petit livre qui ne paye pas de mine. Oubliés de tous, il attend qu’un beau jour un lecteur se décide à l’emmener avec lui. Mémoires de Susan Foster voilà le titre de ce petit livre. En attendant ce fameux jour, il servira de prétexte, de moyen, de support à deux amants : Nate et Aelys. Ne pouvant se voir, ne pouvant se parler, ils échangeraient des lettres qu’ils glisseraient à l’intérieur du livre. Susan serait alors leur confidente, gardienne et protectrice de leur amour.



04 août

Mon amour,
Cela fait seulement deux jours que je t’ai serré dans mes bras, que tes lèvres ont capturé les miennes et que je me suis sentie de nouveau pleinement vivante… pourtant le temps me semble comme figé, bloqué depuis. Je suis comme une addict en phase de sevrage, au fond du trou. A peine mon corps c’est habitué au tien qu’il a retrouvé toutes ses habitudes. Maintenant qu’il est de nouveau privé, il ne le supporte plus. Ô mon amour, je te suis tellement dépendante que parfois cela me fait peur. Et si je n’étais pas capable de supporter cette distance ? Et si… Tu me rends tellement forte et en même temps tu me déstabilises tellement. Tu as chamboulé ma vie. Ta présence m’a transformée, a changé la personne que j’étais en cette femme que je suis devenue. Me dire que sans toi je ne serai pas celle que je suis est un sentiment à la fois délicieux et déconcertant. T’écrire me fait dire bien des choses je crois. A peine sortie de l’hôpital le jour de notre rendez-vous, avais-je envie de t’écrire sans forcément savoir quoi. Je trépignais seulement de pouvoir communiquer avec toi. J’ai dû faire preuve d’une grande maîtrise pour que mon frère ne se doute de rien. Il me connait tellement qu’il m’est très difficile de lui dissimuler mes émotions. Comme j’aimerais lui parler de nous, lui dire tout ce que je ressens pour moi et à quel point tu me rends heureuse. Je sais bien que je ne peux pas, que mon frère ne le tolèrerait pas. Pourtant il m’aime je n’en doute pas. Il m’a portée depuis que je suis née. Il m’a toujours protégée et fais ce qui est bon pour moi. Je sais que si les choses étaient différentes, il est la première personne à qui je me serais confiée. Je crois bien que c’est la première fois de toute mon existence que lui et moi ne sommes pas en parfaite harmonie. Ça aussi ça me fait peur. Peut-être que j’ai aussi trop pris l’habitude de me reposer sur lui. Et pourtant j’ai l’impression de le trahir, d’être ingrate après tout ce qu’il a fait pour moi. Peut-être que je pense trop au final.

Je ne sais pas si je dois te le dire mais je sais que plus j’attendrais plus cela sera pire pour toi alors mieux vaut en finir dès à présent. Hier, lors d’un repas familial, ma mère et ma belle-mère ont convenu d’une date pour le premier essayage des robes de mariée c’est en fin de semaine prochaine. Tu sais bien que je ne veux pas mais je n’avais aucun moyen de contrer cela. Je t’en prie ne t’énerve pas, ça ne sert à rien. Ce n’est qu’une marque visible de la situation, ça ne change rien. Je suis à toi, rien qu’à toi. Ce n’est pas une robe qui changera ça. Jamais. De toute façon, je suis sûre qu’elles vont me choisir quelque chose d’horrible, de vieux qui me sera semblable à une camisole. C’est peut-être mieux comme ça tu me diras mais ma coquetterie ne peut s’empêcher de se plaindre. Quand on partira, qu’on vivra d’amour et d’eau fraîche, je me contenterai bien d’une ou deux tenues roulées en boule dans un sac à dos. C’est assez contradictoire quand on applique cette image à moi. Crois-tu que tu m’aimerais si je n’étais pas jolie ou que je ne prenais pas soin de moi ? Je ne suis pas sûre… après tout c’est une partie de moi. Comme je ne t’aimerais sûrement pas sans tes si beaux cheveux dans lesquels j’aime glisser mes doigts. Je crois que je pourrais passer des heures rien qu’à les toucher mais je pense que tu t’en doutes.

Il me tarde d’avoir de tes nouvelles. Je dois me retenir de passer plusieurs fois par jour dans la boutique afin de voir si tu n’as pas laissé un mot ou pour te voir. Je n’arrête pas d’y penser, de me dire après tout on peut se servir du hasard mais je sais que si on le fait une fois, on sera incapable de ne pas recommencer. Alors je me fais violence pour toi, pour moi, pour nous, mon amour. Si tu dois douter de tout ne doute jamais de mon amour pour toi car il reste intact, imperturbable et même il ne cesse de grandir si cela est possible de plus t’aimer.

Ta bien aimée
ay
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
SPELLS : 1766
IDENTITY : .wings (laurie)
FACE & CREDITS : bederov - american heist. (av), ceriztoxic (sign)
MULTINICKS : astrée, la rousse vierge.

AGE : vingt-cinq années de calvaires
BLOOD STATUS : un sang qui fait parler, un sang auquel personne ne peut réellement faire confiance, sang-mêlé, double tranchant
CIVIL STATUS : aelys yaxley, la seule et l'unique, the true love.
JOB : serveur à la couronne brisée, pas le job rêvé mais on fait ce qu'on peut
HOGWARTS HOUSE : vêtu de vert et d'argent, de glace et de sournoiserie. slytherin jusqu'au bout, preuve de sa folie.
MAGIC WAND : taillée dans un bois de sycomore, au cœur de dard de billywig, mesurant vingt-sept centimètres, prédisposée aux maléfices.
PATRONUS CHARM : l'impossibilité d'en faire apparaitre un, juste l’esquisse d'un corbeau amer.
SPECIAL CAPACITY : aucune, a part d'être exactement comme la plupart des sorciers
MARAUDER'S MAP : un peu partout et nuls part à la fois
POINTS RP : 859

MessageSujet: Re: épistolaire-nous (nathaelys) Dim 30 Avr - 2:52

épistolaire-nous

   

07 août –

Ma tendre aimée,
Je ne saurais comment décrire les sentiments qui me serre le cœur alors que je t’écris ses lignes. Lire tes mots, lire ton amour me rend vivant, me donne la force de continuer cette routine, qui pourtant me tue peu à peu. Je ressens comme un vide a présent que je ne suis plus contre toi, que je ne sens plus ton corps entre mes bras. Je me languis tant de retrouver le goût de tes lèvres. Je ne t’ai jamais dit combien tu as, toi aussi, chamboulé ma vie. Je n’aurais jamais cru aimer autant, si longtemps, aussi fort. Je n’aurais jamais cru me battre pour ça. Mais depuis que tu es apparu dans ma vie, j’ai l’espoir de pouvoir vivre quelque chose d’unique. Dès le premier regard, tu m’as capturé, alors que dans tes yeux bleus, je lisais des promesses de nous deux. Écrire ces mots, me donnent l’impression d’avoir seize ans à nouveau, de me cacher comme avant, comme un enfant pour communiquer avec toi. Mais les enjeux sont bien plus grands à présent. Je suis las de me cacher, de devoir te laisser, de ne pas réussir à te sauver. Cela sonne bien preux, je le conçois, un peu chevalier aussi. Mais je ne supporte plus de te savoir là-bas, de savoir que l’étau se resserre de jour en jour. Et d’être aussi inutile. Mais je te l’ai promis, et je tiens toujours mes promesses, je te sortirais de là, même si je dois me battre jusqu’au bout. Car tu mérites mieux que tout ça, tu mérites même mieux que moi. Je me sais chanceux, de détenir ton amour, et je le garde précieusement, en faisant mon arme contre ceux qui veulent nous faire défaut. Ton frère par exemple, ne m’apprécie déjà que peu, et j’ai peur, je l’avoue de ce qu’il pourrait faire s’il l’apprenait. Mais tout se sait un jour, et il devra bien faire avec. Car même s’il veut te forcer, à avoir cette bague au doigt, je ne laisserais pas faire. J’aurais tant aimé, partager notre amour, le confier à un autre, à ma sœur. Mais, celle-ci n’aurait pas aidé notre liaison, ayant perdu la tête. Et maintenant, la voilà disparue. Je m’inquiète vraiment pour elle, j’ai peur qu’il ne lui soit arrivé quelque chose de grave.

Tu me connais si bien, et lorsque je suis arrivé à ces lignes, je n’ai pu réfréner un élan de colère. Rassure-toi, je n’ai rien fait de répressible. Mais, de t’imaginer dans une robe blanche, devant cet autel me rend fou. Pas avec lui, jamais. Il ne te mérite pas, tu es bien trop unique, bien trop pour n’être qu’une poupée à ses bras. Brûler chaque boutique serait un peu trop excessif, et élèverait des soupçons. Pourtant, c’est une idée folle qui m’a traversé l’esprit. J’ose espérer, que de mon côté, je pourrais contenter ta coquetterie, peu importe l’occasion. Quand on partira oui, il nous faudra nous contenter de peu, mais, peu importe ce que tu portes, je t’aime et je t’aimerais. Des morceaux de tissu n’enlèveront jamais ce que tu es. Un autre homme te dirait surement, que sans ta beauté, il ne t’aimerais, mais moi, c’est tout ton être, et ton âme dont je suis épris. Je ferais tout pour te combler, t’offrir tout ce dont tu mérites. Tu me rends fou, j’ai l’impression de n’exister que pour toi. Et dans cette folie, je suis heureux d’être tiens.

Je cache ces mots aujourd’hui, dans la hâte d’avoir ta réponse. L’attendre me semble une éternité. Une limite que nous nous sommes imposée, mais qui me torture tout autant que toi. J’ose imaginer te croiser dans une des allées, à te prendre dans mes bras loin des yeux indiscrets. Tu es, ma drogue, quelque chose qui me rend dépendant, et la hâte de te prendre dans mes bras me feraient presque changer de plan, si je n’avais pas si peur que tu en payes les conséquences. Je t’aime, autant qu’au début, et jusqu’à la fin.

Ton aimé,
nd
(c) naehra.


Dernière édition par Nathanaël Dolohov le Dim 16 Juil - 2:54, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://des-astres.tumblr.com/
avatar
SPELLS : 594
IDENTITY : melaluly (mélanie)
FACE & CREDITS : suki waterhouse, faust (av) laurie d'amour (image profil)
MULTINICKS : none

AGE : vingt-quatre ans
BLOOD STATUS : aussi pur que possible, cause de ses privilièges comme de ses tourments
CIVIL STATUS : fiancée, instrument d'une ambition qui n'est pas sienne. subir et consentir voilà ce qui lui reste mais son coeur a décidé de lutter pour son véritable amour nathanaël
JOB : médicomage, elle sauve tous ceux qui peuvent l'être avec le sentiment d'être utile, à défaut de savoir comment se sauver elle-même
HOGWARTS HOUSE : la patience mêlée à l'intelligence ne pouvait aboutir qu'à serdaigle
MAGIC WAND : vingt-trois centimètres, bois d'if, symbole de sa sagesse contient en son cœur une aile de fée. sa baguette est prédisposée aux soins de guérison.
PATRONUS CHARM : un cygne, majestueux et élégant. d'une beauté pure mais d'un caractère fort, il lui correspond bien.
MARAUDER'S MAP : ste mangouste
POINTS RP : 1383

LA MALLE DU SORCIER
RP BILINGUE : jamais essayé en réalité, paroles oui.
COLOR OF MY LIFE : lightseagreen
INTO THE MAGIC BAG AGO :

MessageSujet: Re: épistolaire-nous (nathaelys) Sam 13 Mai - 14:07




16 août

Mon amour,
Comme je revis de lire tes mots. Peut-être me trouveras idiote mais comme j’ai promis de tout dire, je te raconte. La première nuit après avoir reçu ta lettre, j’ai dormi avec elle. Je l’ai serré tout contre moi me rappelant ton odeur et c’est comme si tu avais été un peu avec moi. Je sais que c’est bête mais par les temps qui courent, cette nuit a été l’une des meilleures depuis bien longtemps. J’ai dû ensuite me faire une raison et cacher la lettre de manière à ce que personne ne la trouve. Si jamais quelqu’un lisait tes lettres… je ne veux pas y penser tellement cela me terrifie. J’ai même envisagé de la brûler mais une part égoïste de moi n’a pu s’y resigner, pas encore, pas tant que je n’ai aucun soupçon. Je veux garder ces fragments de toi avec moi, pouvoir les lire quand les forces me manquent, quand ton absence me déchire le cœur et que je perds espoir. Parfois je caresse tes lignes avec mes doigts et ça m’apaise. Je suis désolée de t’apprendre que tu t’es épris d’une fille bien niaise mais c’est aussi l’effet que tu me fais. Je suis incapable de te résister et telle une misérable amoureuse, je chéris tout ce que tu touches, tout ce que tu fais. Si tu es fou, je suis folle aussi. Qu’il serait bon d’être fous ensemble totalement. Je crois que je pourrais faire que cela de mes journées que je ne m’ennuierais pas pour autant. Il me semble que jamais mon corps ne pourrait se lasser du tien, jamais mon esprit ne pourrait se lasser du tien.

Je suis triste de lire que tu souffres. Ta pauvre sœur… Je ne la connais pas très bien mais dans mon cœur, elle est comme ma sœur parce que c’est la tienne et que j’aime tout ce qui compte pour toi. As-tu des pistes d’où pourrait-elle être ? Si tu en as, n’hésite pas à les suivre, à la chercher. Je te connais et je sais que ça te tourmente. Peut-être que tu refuseras de partir à cause de nous, à cause de moi mais si jamais je représente ton seul frein alors il te faut partir. Je te l’ai dit, je t’attendrai toujours et je ne veux pas être la responsable du fait que tu ais perdu ta sœur ou que tu ne puisses pas l’aider. Je t’aime beaucoup trop pour ça.

L’image de toi brûlant toutes les boutiques m’a fait doucement sourire. Ce n’est pas de la moquerie mais de la tendresse. C’est aussi ton côté fougueux que j’aime. Il exprime aussi ton amour que je ne peux que le chérir mais très vite l’inquiétude prend le dessus mais je me rassure en voyant que toi-même tu as su te raisonner. Ne les laisse pas gagner. Nous valons mieux que ça, tu vaux mieux que ça. Peut-être que je suis naïve mais en lisant que tu m’aimes pour ce que je suis à l’intérieur et pas juste pour ma beauté, j’y crois. Tu me fais me sentir tellement belle encore une fois pas en beauté mais en tant que personne. Et après je me dis que c’est sûrement l’amour qui te rend aveugle mais si c’est pour moi, je crois que je ne peux que l’apprécier.

Ce week-end j’ai assisté à un de ses brunchs entre bonnes familles de plus mortellement ennuyeux. Heureusement qu’il y avait du champagne, tu sais comme j’aime les bulles. Elles sont au moins une bonne compagnie. On m’avait mis à la table des tantes veuves ou bien ennuyées par leur vie. J’ai dû encore parler chiffons et me réjouir de ma jeunesse et de mon futur mariage. Elles veulent tous avoir des scoops, récolter quelque chose alors qu’elles n’ont plus l’âge pour être demoiselles d’honneur. Heureusement ma mère les a fait taire, les remettant à leur place. Ma mère a toujours été une incapable mais je dois bien reconnaître que toutes ces années à pavaner dans la bonne société lui apportent quelques lueurs de lucidité. Ma plus grande peur est sûrement de finir comme elle. Mais je t’ai toi et Hendry alors je me dis que c’est impossible.

Voilà que j’arrive à la fin de ma lettre attendant déjà avec impatience ta réponse avant même de l’avoir déposée. Ne sois pas long mais ne prend pas trop de risque, je saurai taire mon impatience mais jamais ô grand jamais je ne pourrais me remettre s’il t’arrivait quelque chose.  

A toi, rien qu’à toi
ay
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: épistolaire-nous (nathaelys)

Revenir en haut Aller en bas

épistolaire-nous (nathaelys)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» notre blog a nous bmistes et lovelygirl
» Pêche de nuit, nous avons eu chaud.
» le premier rasemblement que nous avons organisé
» NOUS AVONS PERDU NOTRE CHIEN
» un de chez nous sur le magazine "les routiers"

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
VIPERA EVANESCA :: all time-turner and owl box :: flashback-