AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez| .

Élégance des habitudes (aelys)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar
SPELLS : 253
IDENTITY : Jomily (emy)
FACE & CREDITS : Aaron Johnson; (signa) Bizzle, (avatar) Vinyles Idylles, (gifs signa) Chandelier (gif profil) Kidd
MULTINICKS : none

AGE : 27 years old
BLOOD STATUS : purity
CIVIL STATUS : probablement fiancé. There are as many kinds of love as there are hearts.
JOB : assistant alchimiste à la pomme empoisonnée
HOGWARTS HOUSE : slytherin.
MAGIC WAND : bois de sycomore, coeur de croc de dragon, 30,01 cm, prédisposée aux sortilèges informulés
PATRONUS CHARM : ours polaire : Froideur, Empathie, Force
SPECIAL CAPACITY : chuchoteur
MARAUDER'S MAP : allée des embrumes - manoir nott
POINTS RP : 545

LA MALLE DU SORCIER
RP BILINGUE : Oui, mais par soucis de temps seulement les paroles.
COLOR OF MY LIFE : darkcyan
INTO THE MAGIC BAG AGO :

MessageSujet: Élégance des habitudes (aelys) Lun 17 Avr - 0:21



"Élégance des habitudes"

La parole humaine est comme un chaudron fêlé où nous battons des mélodies à faire danser les ours, quand on voudrait attendrir les étoiles.Flaubert



Après-midi traditionnelle au manoir étranglé des Nott. Le père et l'oncle discutaient longuement et lentement. Leurs mains vieillies fendaient l’air pour illustrer les propos et leur souffle rauque envahissait l’air de la grande salle à manger. De sombres mines et d’obscurs costumes, toujours. Seuls ses propres cheveux détonaient dans la paysage, mais il ne s’agissait de rien de plus qu’un sortilège. Une fantaisie de plus qui l’avait amené à transformer le corbeau en pie, teintant ses cheveux noir de jais, de blanc cireux. Autrefois, il arborait l’émeraude ou le bleu royal. Le commencement : une élaboration de potion qui avait mal tourné, puis il y avait pris goût. Légère extraversion qu’il s’octroyait. Utile pour embrumer les esprits. Les bougies flottaient dans l’air et ravivaient la tapisserie aux portraits mouvants. Elles prenaient soin de ne pas éclairer le visage de Soledad, une ombre trop douloureuse pour être regardée en face. Des descendances sur du papier usé. Il ne cherchait pas à les regarder, leur regard, à la fois trop irréel et vivant à la fois, le rendant incapable de les déchiffrer. L’incapacité, l’impossible, frustrait le dernier fils de Jeremiah Nott au plus haut point. Droit et rigide dans l’un des fauteuils de velours près de la fenêtre, il observait le dehors. L’odeur de l’hydromel aux épices écœurait son sens mais il s’y est déjà trop habitué. Manoir trop vaste, bois poussiéreux et carreaux grisés. Il surplombait le jardin défraichi et les statues verdies par Nature.  D’un léger revers de main, il amena un vin de sureau à la table, impatient de s’en délecter. Les Yaxley étaient présent aujourd’hui, s’ils n’avaient pas été cousins, on aurait trouvé un mariage à organiser, mais ça c’était déjà fait. Azariah bu une gorgée de son breuvage, satisfait du réconfort qu’il y trouva. Son regard bleuté se posa sur la blondeur d’Aelys, présente elle aussi en cette après-midi livide. « Veux-tu te joindre à moi, cousine ? », lui demanda-t-il en guidant d’un nouveau geste un verre vide sur la table à leur côté. « Au moins, nous pourrons survivre une réunion de famille de plus. » Sa voix teintée d’ironie ne trompa personne. Il ne les comptait plus. Plus jeunes et plus naïfs, ils riaient. Parcourant les longs couloirs du manoir, frôlant quelques vases, abîmant leurs chaussures vernies. Ils jouaient à se cacher dans les recoins, se faisaient peur pour de faux. Ils ne voyaient pas ces portraits déchirés tout en haut de l’arbre, n’entendaient pas les messes basses de leurs mères. Alors, se gavant de sucette à la citrouille et de bonbons à la menthe, ils continuaient de dévaler les marches de la bâtisse sans penser à la chute. Le vrai n’était que trop présent désormais. Il les rattrapait trop tôt, trop vite..  Il pensa au mariage prochain de sa cousine. Son père à lui  n’était pas encore trop pressé de lui préciser qui lui serait promis. Il avait déploré les fiançailles de Coré, elle demeurait le seul être au monde avec qui le mariage n’aurait pas fatalement connu une issue désolante. « Ton oncle parle des Rosier. A croire que toute leur vie n’est qu’une élaboration minutieuse de notre futur, n’est-ce pas ? » Il but encore. Il y a autant de cœurs que de formes d’amours. Tolstoï le disait bien. Il se confondait dans la citation. L’amour d’un père, illustré par un respect équivoque, silencieux et chaste. L’amour d’une sœur et d’un frère, infini qui surpassait tous les autres, pour qui les folies étaient permises. Le seul qui pourrait consumer son esprit.  S’il croyait à l’âme sœur et aux liens invisibles qui liaient les êtres, il demeurait certain de n’avoir jamais connu telle chose. Si bien qu’il s’en indifférait, ostensiblement. Le cas échéant, son discours aurait pu être autrement. Ô il savait très bien que les cœurs s’enflammaient impunément. Il pouvait en témoigner. Il n’avait besoin de rien, c’était d’une facilité excessive pour les avertis et les méticuleux. Peut-être qu’il avait brisé des cœurs mais personne ne devait donner son amour ostensiblement. Le respect et la loyauté était la forme d’amour la plus noble à ses yeux. La seule qui soit méritée et raisonnée. Il n’avait que faire de la passion, chose insipide, irréfléchie et égoïste. Des élans démesurés, une perte du contrôle de soi, de l’émoi. Tout ce qui l’insupportait. Rien que cela ne lui évoquait que de la faiblesse d’esprit. Et ça il ne le tolérait pas.
 

Code by Sleepy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
SPELLS : 594
IDENTITY : melaluly (mélanie)
FACE & CREDITS : suki waterhouse, faust (av) laurie d'amour (image profil)
MULTINICKS : none

AGE : vingt-quatre ans
BLOOD STATUS : aussi pur que possible, cause de ses privilièges comme de ses tourments
CIVIL STATUS : fiancée, instrument d'une ambition qui n'est pas sienne. subir et consentir voilà ce qui lui reste mais son coeur a décidé de lutter pour son véritable amour nathanaël
JOB : médicomage, elle sauve tous ceux qui peuvent l'être avec le sentiment d'être utile, à défaut de savoir comment se sauver elle-même
HOGWARTS HOUSE : la patience mêlée à l'intelligence ne pouvait aboutir qu'à serdaigle
MAGIC WAND : vingt-trois centimètres, bois d'if, symbole de sa sagesse contient en son cœur une aile de fée. sa baguette est prédisposée aux soins de guérison.
PATRONUS CHARM : un cygne, majestueux et élégant. d'une beauté pure mais d'un caractère fort, il lui correspond bien.
MARAUDER'S MAP : ste mangouste
POINTS RP : 1380

LA MALLE DU SORCIER
RP BILINGUE : jamais essayé en réalité, paroles oui.
COLOR OF MY LIFE : lightseagreen
INTO THE MAGIC BAG AGO :

MessageSujet: Re: Élégance des habitudes (aelys) Lun 17 Avr - 16:29



"Élégance des habitudes"

La parole humaine est comme un chaudron fêlé où nous battons des mélodies à faire danser les ours, quand on voudrait attendrir les étoiles.Flaubert



Elle sirote son verre alors qu’elle s’ennuie ferme à cette tablée. Coincée entre une de ses tantes et une petite cousine capricieuse, Aelys maudit de s’être assise pendant quelques secondes à cette place. Son mariage imminent est au cœur de la conversation. Sa tante cherche à connaître à tout prix la date sûrement pour la transmettre à toutes ses amies. Après tout leur monde de luxure ne vit que pour les cancans et potins. Aelys sait très bien comment cela fonctionne, elle-même les véhiculent dans son intérêt. « Nous hésitons encore entre deux dates. Avec la situation actuelle, mon futur époux a pas mal de responsabilités et nous avons de grandes familles qu’il faut rassembler. Mais soyez assurée ma tante que vous serez dans les premières prévenues. » Elle termine son verre d’une traite. « Mon verre est vide. Excusez-moi ma tante. » Aelys s’éclipse et ne se retourne pas. Hors de question qu’elle se fasse de nouveau piéger. Que ces fêtes de famille sont ennuyeuses ! Tout le monde est là uniquement pour se montrer et obtenir des choses. Il ne s’agit que de faux-semblants, d’apparence et de complotage. Il n’y a pas une personne qui n’a pas des idées derrière la tête. Tu parles d’une famille ! On ne se rassemble pas par plaisir d’être ensemble, non on se montre, on négocie et on cherche à favoriser sa place. Aelys ne sait pas où se trouve Hendry à l’heure qu’il est mais sans aucun doute en train de prendre part à ce jeu. Les Yaxley ont beaucoup à faire lorsqu’il s’agit de favoriser leur place dans la bonne société. Aelys joue son rôle aussi en souriant à tous ceux qu’elles croisent. Ce n’est pas un hasard si elle porte cette magnifique robe en dentelle émeraude qui la compresse et qui occulte quelque peu sa respiration. Elle se doit d’être magnifique en toute occasion surtout lors de ce genre d’événement.

Aelys s’apprête à gagner le bar quand quelqu’un l’interpelle. « Veux-tu te joindre à moi, cousine ? Au moins, nous pourrons survivre une réunion de famille de plus. » Elle sourit et ne se fait pas prier. « Mais volontiers très cher cousin. » Aelys est assurée avec Azariah de ne pas parler chaussure, robe ou discussions inutiles auxquelles bon nombre de femmes la cantonnent. « Ton oncle parle des Rosier. A croire que toute leur vie n’est qu’une élaboration minutieuse de notre futur, n’est-ce pas ? » Aelys ne peut s’empêcher de lever les yeux au ciel avant d’attraper la première bouteille devant elle et de se servir à boire. « Oh non je t’en prie, pas toi aussi. Parle-moi de tout ce que tu veux sauf de mon mariage. On dirait que c’est la seule chose intéressante chez moi. Et en retour je te promets de ne faire aucune remarque sur ta couleur de cheveux. » Elle lui assène un sourire moqueur mais qui se veut tout de même chaleureux. Après tout, c’est le style d’Azariah et elle le respecte. Même si elle a demandé de ne pas en parler, elle ne peut s’empêcher de revenir sur sa remarque. « Si mon oncle veut tellement se lier avec les Rosier il n’a qu’à prendre mon futur époux comme maîtresse. Il aura toutes les occasions d’être très proche d’eux. » Quel ton cynique et amer entend-t-on dans la bouche de la si belle poupée. C’est qu’elle a du mordant et puis elle sait très bien à qui elle parle. « Tu imagines le scandale ? Voilà qui nous changerait un peu. » En effet voilà qui ferait causer dans les salons un petit moment.

Code by Sleepy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
SPELLS : 253
IDENTITY : Jomily (emy)
FACE & CREDITS : Aaron Johnson; (signa) Bizzle, (avatar) Vinyles Idylles, (gifs signa) Chandelier (gif profil) Kidd
MULTINICKS : none

AGE : 27 years old
BLOOD STATUS : purity
CIVIL STATUS : probablement fiancé. There are as many kinds of love as there are hearts.
JOB : assistant alchimiste à la pomme empoisonnée
HOGWARTS HOUSE : slytherin.
MAGIC WAND : bois de sycomore, coeur de croc de dragon, 30,01 cm, prédisposée aux sortilèges informulés
PATRONUS CHARM : ours polaire : Froideur, Empathie, Force
SPECIAL CAPACITY : chuchoteur
MARAUDER'S MAP : allée des embrumes - manoir nott
POINTS RP : 545

LA MALLE DU SORCIER
RP BILINGUE : Oui, mais par soucis de temps seulement les paroles.
COLOR OF MY LIFE : darkcyan
INTO THE MAGIC BAG AGO :

MessageSujet: Re: Élégance des habitudes (aelys) Jeu 20 Avr - 14:03



"Élégance des habitudes"

La parole humaine est comme un chaudron fêlé où nous battons des mélodies à faire danser les ours, quand on voudrait attendrir les étoiles.Flaubert



Une évidence pour des personnes habituées à se côtoyer poliment durant des heures. A chaque fois, on revêtait ses beaux atours, on embrassait ses cousines, serrait la main de nos oncles le plus fort possible. Un rapport de force nécessaire, apparemment, dans les grandes familles. Oui, grande. Il savait très bien qu’à force de mariages entre familles bien placée dans le cercle des sorciers de sang-pur, leur sang s’était retrouvé mêlé et re-mêlé. Il était tout à fait possible que des Nott-Yaxley aient été déjà mariés dans le passé, au-delà de ses propres parents. Il observait cette pauvre Aelys, harassée de toutes parts, par les tantes et les oncles. Pauvre poupée au milieu des vautours. Beauté fragile qu’on voulait lacérer. C’était pas la vie de se faire traiter comme cela. Mais c’était la leur. A son grand soulagement, sa cousine vint s’installer à sa table. Un sourire s’échappa de sa gorge quand elle lui fit une réflexion sur ses cheveux. « J’essaye d’imiter ta blondeur, voilà la raison », plaisanta-t-il en souriant toujours. Il bu une nouvelle gorgée du liquide, examinant Aelys. Il voyait qu’elle était gênée par ces interrogatoires de misère. Insupportable fardeau qu’elle se devait de contenter constamment. Il comprenait la lourdeur imposée sur ses frêles épaules et sur celles des femmes de sang-purs, considérées comme rien de plus qu’une marchandise. Alors, que les hommes, eux étaient voués à tous les exploits. « Tu es intéressante pour un tas d’autres choses, Aelys. C’est notre fardeau n’est-ce pas ? Pour l’instant j’y échappe mais qui sait ce que mon paternel complote dans mon dos, après tout c’est comme cela que cela doit être. Je ne m’en soucie pas. » Il déclarait cela avec parcimonie, certain d’être dans le vrai, heureux de faire ce qu’il fallait pour sa famille, en dépit de tout.
« L’essentiel dans tout ça, c’est que tu sois respectée. Le reste n’a pas d’importance. » Il n’eu pas besoin de dire que l’amour n’a pas d’importance. Douloureuse constatation d’un fait établi. Il pouffa de rire suite aux dernières remarques de sa cousine. « Tu vois que tu es intéressante. » Le rire n’était pas monnaie courante dans la vie des familles de sang-pur. La plupart des parents étaient austères et froids, un cliché qui semblait se vérifier souvent. Ils riaient beaucoup étant enfant, puis enfin en grandissant, les rictus s’effaçaient et laissaient place aux visages de marbre. Alors, ils se complaisaient dans les plaisirs restreints et les courtoisies faciles. Et ils se permettaient entre eux, de se laisser aller, aux confidences et aux plaisanteries. « En effet. Mais ils ne pourraient pas ensuite créer une autre génération de Yaxley-Rosier qu’ils marieraient ensuite à nos enfants. » Pour la première fois depuis longtemps, il se prit à penser à Maebh. Il l’aurait gardé. Il se serait marié avec une autre mais aurait gardé cette pauvre Maebh. A la manière de ces rois qui épousent des princesses et qui font leur vie avec leur maitresse. Rien n’avait jamais été ambigu, ils avaient su tout deux que les Lindley n’étaient pas assez haut placé dans la sphère des sang-purs pour qu’il puisse se retrouver fiancés. Heureusement, que personne n’ait fait cette erreur, lourd fardeau qu’il aurait eu à porter. D’avoir souillé le sang parfait des Nott. Il ne l’aurait jamais accepté. « Ce qui compte après tout, c’est la pureté de notre sang. », déclara-t-il droit dans les yeux. « Tant que nos actes restent purs, eux aussi. » Une nuance, infime nuance qu’il se permettait de confier à sa cousine. La pureté totale, il ne reconnaissait que cela.

 

Code by Sleepy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
SPELLS : 594
IDENTITY : melaluly (mélanie)
FACE & CREDITS : suki waterhouse, faust (av) laurie d'amour (image profil)
MULTINICKS : none

AGE : vingt-quatre ans
BLOOD STATUS : aussi pur que possible, cause de ses privilièges comme de ses tourments
CIVIL STATUS : fiancée, instrument d'une ambition qui n'est pas sienne. subir et consentir voilà ce qui lui reste mais son coeur a décidé de lutter pour son véritable amour nathanaël
JOB : médicomage, elle sauve tous ceux qui peuvent l'être avec le sentiment d'être utile, à défaut de savoir comment se sauver elle-même
HOGWARTS HOUSE : la patience mêlée à l'intelligence ne pouvait aboutir qu'à serdaigle
MAGIC WAND : vingt-trois centimètres, bois d'if, symbole de sa sagesse contient en son cœur une aile de fée. sa baguette est prédisposée aux soins de guérison.
PATRONUS CHARM : un cygne, majestueux et élégant. d'une beauté pure mais d'un caractère fort, il lui correspond bien.
MARAUDER'S MAP : ste mangouste
POINTS RP : 1380

LA MALLE DU SORCIER
RP BILINGUE : jamais essayé en réalité, paroles oui.
COLOR OF MY LIFE : lightseagreen
INTO THE MAGIC BAG AGO :

MessageSujet: Re: Élégance des habitudes (aelys) Mer 10 Mai - 10:09



"Élégance des habitudes"

La parole humaine est comme un chaudron fêlé où nous battons des mélodies à faire danser les ours, quand on voudrait attendrir les étoiles.Flaubert



L’essentiel c’est d’être respecté dit-il. Voilà qui semble mené à une vie bien fade si tout ce qui compte c’est le respect. Le respect ne fait pas vibrer, il complet un instant mais ça ne reste que de la poudre aux yeux. Le respect est froid, triste même quand on comprend qu’il mène tout droit à une vie monotone et routinière. Aelys a du mal à se dire qu’il faudrait se contenter de cela. Il faut davantage la faire rêver pour qu’elle accepte. Tâche d’autant plus difficile qu’elle a déjà pleins d’étoiles dans les yeux grâce à un homme. « Tu vois que tu es intéressante. » Sourire franc. Aelys a toujours apprécié les compliments, ce qui semble bien normal. On ne peut pas dire qu’elle en reçoive beaucoup dans sa famille – excepté son frère bien aimé – si ce n’est pour la complimenter sur sa beauté. « En effet. Mais ils ne pourraient pas ensuite créer une autre génération de Yaxley-Rosier qu’ils marieraient ensuite à nos enfants. » Logique implacable. En à peine une minute, Azariah avait redonné un caractère sérieux à la conversation. Le sourire d’Aelys s’était déjà effacé pour laisser place à un visage neutre, la parfaite couverture en tout circonstance. Aelys avait repris sa représentation, celle de la fille parfaite, la jolie fille Yaxley dont on était tous d’accord pour dire qu’elle ferait une parfaite mariée. Femme au foyer, voilà dont tout ce dont on attendait d’elle ? Avait-elle une meilleure vie à attendre que ces poules élevées pour pondre des œufs tous les jours et finir à l’abattoir ? Certes la métaphore était forte mais dans l’idée, n’est-ce pas la même chose ? Bien sûr Aelys a toujours voulu des enfants mais pas qu’ils soient la seule chose qui la définisse. Peut-être est-ce égoïste mais elle se choisit d’abord. Elle veut s’épanouir avant tout. « Ce qui compte après tout, c’est la pureté de notre sang. Tant que nos actes restent purs, eux aussi. » Le voilà le fameux sujet si cher à la famille : la pureté du sang. Sujet qui lui est cher à elle aussi. On le lui a bien enseigné mais… car oui il y a un mais, elle ne peut que tout remettre en question. Chaque jour au quotidien des personnes, des actes, des choses la poussent à remettre en question l’affirmation centrale de son éducation.

Bien sûr pour commencer, il y a Nate. L’homme, la personne qu’elle aime le plus au monde, est un sang-mêlé. Comment pourrait-elle être d’accord avec le fait qu’elle lui soit supérieure en tout point ? Elle qui l’aime si fort et qui a toujours du mal à se convaincre qu’il est amoureux d’elle, encore aujourd’hui. Et puis il y a toutes ces personnes qu’elle rencontre à l’hôpital, qu’elle soigne. Plus les jours passent et moins voit-elle de différences. Au fond ce qui est le plus difficile c’est que « cette différence » n’est aucunement palpable. Il faut croire et se contentait de cela. Difficile pour une femme de science… Beaucoup plus simple pour la poupée des Yaxley qui ne ferait jamais rien pour contrarier son frère ou le fantôme de son père qui semble toujours roder sur sa famille. Et là encore, parce qu’elle est intelligente, Aelys répond en bon soldat qu’elle fait. « A-t-on déjà mélanger les torchons et les serviettes ? » Les métaphores ont toujours été des outils redoutables qui vous sortent de toute situation et qui vous font paraître intelligents et raffinés. Du raffinement, Aelys en a à revendre. « Mais en attendant cher cousin, ce n’est pas toi qui verra des années de travail et d’entretien ruinées en seulement l’espace de neuf mois pour le maintien de notre rang… » La grossesse… voilà quelque chose qui l’effrayait au plus au point. « Le moment venu. » Oh oui, Aelys n’avait aucune envie que cette « phase-là » soit précipitée surtout si par malheur, elle se retrouvait bien mariée à Elias. Des frissons lui parcoururent le dos à cette pensée. Elle ne voulait pas l’imaginer mais le sort avait tendance à jouer contre elle et Nathanaël.

Code by Sleepy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
SPELLS : 253
IDENTITY : Jomily (emy)
FACE & CREDITS : Aaron Johnson; (signa) Bizzle, (avatar) Vinyles Idylles, (gifs signa) Chandelier (gif profil) Kidd
MULTINICKS : none

AGE : 27 years old
BLOOD STATUS : purity
CIVIL STATUS : probablement fiancé. There are as many kinds of love as there are hearts.
JOB : assistant alchimiste à la pomme empoisonnée
HOGWARTS HOUSE : slytherin.
MAGIC WAND : bois de sycomore, coeur de croc de dragon, 30,01 cm, prédisposée aux sortilèges informulés
PATRONUS CHARM : ours polaire : Froideur, Empathie, Force
SPECIAL CAPACITY : chuchoteur
MARAUDER'S MAP : allée des embrumes - manoir nott
POINTS RP : 545

LA MALLE DU SORCIER
RP BILINGUE : Oui, mais par soucis de temps seulement les paroles.
COLOR OF MY LIFE : darkcyan
INTO THE MAGIC BAG AGO :

MessageSujet: Re: Élégance des habitudes (aelys) Dim 2 Juil - 22:33



"Élégance des habitudes"

La parole humaine est comme un chaudron fêlé où nous battons des mélodies à faire danser les ours, quand on voudrait attendrir les étoiles.Flaubert



Le crépuscule l’enveloppait et trouvait foyer dans son corps souffrant sans qu’il ne puisse lutter. D’une atroce manière. Lui, désireux d’apprécier les moments doux et les discussions aisés. Mais pour toujours torturé à l’intérieur. Impossible de s’arracher au tumulte des pensées et de celles des autres. Les lacérations dans sa chair, les écorchures sur son cœur invisibles aux yeux qui gravitaient dans sa sphère. Doué pour prêcher le faux et démonter les arguments. Et là-dedans, il y avait un certain amour. Un amour du mensonge. Il permettait, en dépit de tout, de rendre la vérité plus luisante. Marquée au fer rouge. Alors, il se permettait les futilités et les déblatérations familiales. Le mariage, le sang et le respect. Des notions obscures qui prenaient toute la place. « A-t-on déjà mélangé les torchons et les serviettes ? » Non. Effectivement. Et il était d’avis que cela ne change jamais. Aelys faisait partie de ces anges qui ne devaient pas être souillés par la pègre. L’immaculé des peaux, le rouge du sang. Et il pensait encore à Maebh. Jamais il ne la reverrait. Jamais plus. Elle demeurerait morte. Mais il voulait la garder. Une incroyable ambiguïté qui le contredisait sans cesse, sans répit. « On l’a déjà fait, mais au risques et périls de certains. Je ne comprends pas qu’on puisse se laisser aller de pareilles largesses. » Il appuya sa phrase d’un haussement de sourcil. Il était vrai qu’il ne comprenait pas. Il ne tolérait rien. Quelques membres de leur famille avaient proprement été reniés par le passé. Il encourageait la démarche. Comment pouvaient-ils être aussi bêtes ? Seule une stupidité extrême pouvait attester d’actes de la sorte. Hors, il savait que l’éducation avait tout à voir là-dedans et que sa propre sœur avait eu un tel pouvoir sur lui qu’il lui aurait été impossible, même s’il l’avait voulu de se soustraire à cela.

« Mais en attendant cher cousin, ce n’est pas toi qui verra des années de travail et d’entretien ruinées en seulement l’espace de neuf mois pour le maintien de notre rang… » Il se mit à rire tout en finissant son verre. Les échos des conversations parvenaient encore à ses oreilles et il était plus que reconnaissant de passer sa soirée à discuter avec Aelys plutôt qu’avec les autres. « Effectivement. Ce n’est pas moi, fort heureusement. » Il s’avança sur sa chaise et planta ses yeux dans ceux de sa cousine. « Mais. Tu n’es obligé de rien. Tu le sais cela, n’est-ce pas ? », lui demanda-t-il un peu plus bas. La blonde était une forte tête mais il ne pouvait pas s’empêcher d’avoir peur pour elle. Peur qu’elle disparaisse dans son mariage. Effacée au profit d’un mari trop présent. Décideur des affaires, tête de proue de sa petite famille. Hors, s’il savait qu’Aelys faisait ce qui était son devoir, il restait certain qu’elle n’était et ne serait jamais une suiveuse. Comme un frère, il craignait qu’elle souffre, que le poids des responsabilités fassent oublié la fille qu’elle était. Elle, qui devait exister au-delà de sa future robe de mariée et de la future progéniture au sang si parfait. Le paternel toussa un peu. De son souffle rauque. Il le fixa un instant, le regard pensif. Il aimait ne pas être une femme.  Car leur statut était trop ingrat, il déplorait le travail acharné jamais reconnu. Il peinait sa mère, pilier du foyer, pilier de son père qui, parce qu’elle avait trop longtemps parcourut l’ombre et les abysses de la maisonnée, avait disparue. Rayon de soleil dans leurs âmes d’enfant. Lumières qui aujourd’hui ne pouvaient être ravivées que par quelques maléfices au plafond grisé, poussiéreux et toilé, de l’immense manoir Nott.

 

Code by Sleepy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Élégance des habitudes (aelys)

Revenir en haut Aller en bas

Élégance des habitudes (aelys)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Mémoire sur les habitudes alimentaires et la GRS
» Les habitudes des cyclistes
» Vos habitudes de balade !
» Prévention de l'Hypertension - Alimentation, Hydratation, Habitudes de vie
» Enquête .... c'est pour un sondage m'sieur dam'

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
VIPERA EVANESCA :: all time-turner and owl box :: flashback-