AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez| .

HOLY GHOST (achilleon)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar
SPELLS : 326
IDENTITY : pandora. (lola)
FACE & CREDITS : william jagnow par bé(bou)
MULTINICKS : /

AGE : vingt-sept ans et la trentaine qui approche trop vite, l'avenir plus incertain encore que le passé.
BLOOD STATUS : sang-mêlé, souillé. le mensonge d'un père qui l'importe peu mais qui reste amer pour les autres.
CIVIL STATUS : seul, un point dans la foule et des mains qui le frôlent, des yeux qui le bercent. ça lui suffit, ça lui fait déjà assez peur comme ça.
JOB : tueur à gages sous couverture, officiellement pour Lord Voldemort... Officieusement, c'est pas trop ça. il travaille en fait pour Gabriel Lafaye, démon d'une lumière malsaine, qui le guide vers un monde plus pur, malgré les doutes. Tuer pour un monde meilleur et sauver les plus méritants, il ne juge pas, il exécute.
HOGWARTS HOUSE : on l'a envoyé chez gryffindor il y a déjà de longues années, et, même s'il ne l'a pas compris au début et qu'il était la honte de sa famille, il sait maintenant qu'il peut faire preuve de courage.
MAGIC WAND : mesurant trente centimètres, taillée dans le bois d'un tilleul argenté et renfermant un croc de dragon, sa baguette est préposée aux sortilèges offensifs.
PATRONUS CHARM : un lynx brillant d'une lueur timide apparaît au bout de sa baguette, lorsqu'il le désire.
SPECIAL CAPACITY : métamorphomage, il change d'apparence, mais aussi d'âme, parfois, souvent. se travestissant sous les traits des autres mais parfois dépassé par les émotions d'étrangers qu'il imite à la perfection, il se perd, mais finit toujours par triompher. achilles est un magicien des ombres, maître des illusions.
MARAUDER'S MAP : partout et ailleurs, jamais le même, toujours une ombre.
POINTS RP : 983

LA MALLE DU SORCIER
RP BILINGUE : yes sir.
COLOR OF MY LIFE : #996600
INTO THE MAGIC BAG AGO :

MessageSujet: HOLY GHOST (achilleon) Mer 26 Avr - 17:52

Une grande inspiration,
Une grande expiration.
Ça marchait toujours. C'est ce que tu lui disais. La nuit quand les ombres écrasaient sa cage thoracique, quand les rêves morbides comprimaient l'air que tu voulais lui partager. Respirer à fond et s'accrocher à tes bras s'il le voulait.
Inspiration,
Expiration.
C'est ce que tu lui disais de faire quand une crise pointait le bout de son nez, quand tu le sentais trembler. Quelque chose que tu ne pensais plus jamais revivre, épave abandonnée dans la mer déserte.
Inspirer.
Expirer.
Et maintenant c'était toi qui devait te calmer face au mirage. A l'agneau vaporeux apparu dans la pièce-pénombre. Maintenant c'était toi qui avait le souffle coupé, la poitrine en miettes. Le cœur déjà arraché, tu pensais t'être habitué,
Tu avais tort.
Parce que l'agneau était là.
Au début, tu t'es frotté les yeux. Parce que tu pensais que ca y était, c'était le point final. Tu devenais fou. A le voir partout, à entendre parfois sa voix dans tes songes le soir. Souvent, tu pensais à lui, mais tu devais relever le menton, serrer les poings plus fort, les dents. Mordre. Cesser d'être faible. Kyeon avait disparu, et tu préférais le penser mort.
Parce que s'il était parti sans laisser de traces,
S'il était parti en te laissant derrière,
Ça aurait été pire.
"Je te trouverai."
Tu refusais de penser que tu en avais été incapable.
Tu as pourtant bien cherché, cogné aux portes, sorti ta langue de serpent, plané dans les hautes sphères. Rien. La chimère avait disparu, alors tu as imaginé son corps en miettes.
Et le fantôme de l'agneau devant toi, pourtant si réel, devait être faux.
Mais tes yeux ne te trompaient que rarement, et toi, maître des apparences, tu savais distinguer le vrai du faux. Le fantôme était réel. Et il était en vie. Encore. Quelque part.
Avant même que tu n'aies eu le temps de te poser les questions nécessaires, celles qui tournaient à mille à l'heure dans ta tête, l'animal commença à s'échapper vers la fenêtre ouverte, même au mois de décembre. Vers le monde qui avait sûrement bouffé ton Kyeon, recraché, transformé.
Inspirer, expirer,
Tu t'étais juré de le trouver.
Alors t'as couru. T'as même pas pensé à mettre de cape, les poils se hérissant, le gel hivernal sous tes vêtements trop légers. T'as couru pour suivre le mirage, t'as couru jusqu'à lui. Dans la rue, bousculant les passants maussades. Dans les ruelles, renversant les poubelles. T'as couru jusqu'à une benne, t'as soulevé des ordures, t'as retenu ton souffle,
Et t'es tombé la tête la première dans de l'herbe gelée.
Londres et la guerre semblaient trop loin. Ici, il y avait des collines, des champs. Des agneaux dont un argenté qui se reposaient, juste à côté de toi. Et à quelques mètres, une cabane bancale dont sortait de la fumée. Une lumière vacillante à la fenêtre. Une promesse derrière les murs.
Et ton pauvre cœur fatigué cognant aussi fort que ton poing contre le bois.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
SPELLS : 464
IDENTITY : ALEX.
FACE & CREDITS : CLUNNIS.
MULTINICKS : LL, BZ, VK, SB, DL, TS.

AGE : 23 YEARS OLD.
BLOOD STATUS : CHIMERA.
JOB : FIGHTER FOR THE GOOD IDEAL.
HOGWARTS HOUSE : 2COOL4SCHOOL
MAGIC WAND : BW, TF.
PATRONUS CHARM : LAMB.
SPECIAL CAPACITY : SEER.
MARAUDER'S MAP : ON THE RUN.
POINTS RP : 1286

LA MALLE DU SORCIER
RP BILINGUE : absolutely.
COLOR OF MY LIFE : black, pour tous mes comptes.
INTO THE MAGIC BAG AGO :

MessageSujet: Re: HOLY GHOST (achilleon) Ven 28 Avr - 20:07

Les gouttes de sang éclatent à tes pieds. Tu refermes la main sur ta plaie et tu cours chercher de quoi stopper l'écoulement. Tu serres un peu des dents, en cherchant dans tous les tiroirs, de la salle de bain à la cuisine, puis tu tombes sur ta baguette, entre quelques couteaux, dans le compartiment à vaisselle de ces foutus Moldus loin d'ici à l'heure qu'il est. Elle t'appelle, tu n'as qu'à l'attraper et elle soignera tes blessures. Mais tu refermes en déglutissant, en fermant les yeux, en essayant d'oublier. En essayant de te retenir. Tu refoules ta magie, encore. Tu t'empêches de faire du mal à qui que ce soit. Quoi de bon peut bien sortir de tout ça ? Jamais rien de bon n'a éclos du bout de ta baguette. Pas même cet agneau à la con qui n'a pas su faire son travail. Tu te rends compte que tu n'as plus mal, tu regardes l'intérieur de ta main.
Il n'y a rien.
Rien que les lignes de ta vie qui tremblent quand tu comprends la supercherie. Voilà pourquoi tu ne pouvais pas lire ton avenir, quelques minutes plus tôt. Tu n'as pas réussi à te couper. Il n'y a pas une sale goutte de ton hémoglobine sur le sol, les tapis, tes chaussures. Rien. Tu vérifies le salon, où tu t'étais installé pour le rituel, et où tu avais posé la lame qui allait te permettre de percer à jour ce que le futur te réserve ou ce que tu as omis de voir par le passé. Ce n'est même pas qu'elle est immaculée : c'est qu'elle est inexistante. Sur la table basse : ta baguette. Tu fermes les yeux pour te concentrer, mais tu fulmines. Tu retournes à la cuisine, rouvres ce putain de tiroir et y vois le couteau qui scintille parmi les autres. Tu le refermes avec rage.

Tu retentes ta chance en cherchant un grand bol dans l'un des placard. Tu remplies ce récipient de céramique noire d'une eau glacée. Le bol est plein et tu l'emmènes en vitesse sur la table basse en bois vernis, renversant un peu de l'eau par terre. Tu cours piquer les cinq bougies d'un chandelier posé sur une cheminée et tu les allumes à la suite à l'aide du feu qu'elle garde. Tu les poses sur la table, attrape un morceau de bois brûlé encore chaud, au bord du foyer, et commence à dessiner un pentacle sur le parquet. Tu es accroupi en face de ton dessin et te relèves pour reprendre les bougies, les places, te relèves pour prendre le bol et le poser au milieu. Il n'est pas là. Tu files à la cuisine, rouvres le placard. Il t'attend. Sec. Tu te retournes encore, et les bougies sont éteintes, rangées sur leur socle, posées sur le linteau. Le feu crépite encore. Le sol n'a jamais connu le contact de ta craie ardente.
Tu auras beau essayer, tu n'y arriveras jamais. Tu ne pourras jamais lire en toi. C'est presque comme s'il n'y avait rien à lire. C'est presque comme si tu n'avais jamais vécu. Et si tu n'existes pas, et si rien de tout ça n'est vrai, alors aucun prophète ne peut te dire quel sort t'est réservé. On ne peut rien prédire à un fantôme.

Et dans cette baraque, tu n'es plus que ça. Tout est si vivant, tout est si présent. Ils te regardent, heureux, sur leur photo de famille au dessus de la cheminée. Le cadre d'or, le cadre parfait. Tu t'assieds sur le canapé encore chaud et tu scrutes leur sourire. Ils semblent même le faire avec les yeux. Cette famille est heureuse. Tu as pu voir d'autres photos dans l'album qui dormait sur la table de chevet de la chambre des parents. Tu ne sais pas où ils sont, tu as passé tant de temps à te demander ce qui leur est arrivé. Tant de tant à te demander pourquoi certaines pochettes en plastique de l'album ne contenaient aucune photo, comme si elles avaient été retirées. Pourquoi d'autres étaient déchirées, recollées. Tu as passé tant de temps à essayer de ne plus penser à Gabriel, à Carter et Hailey. Tant de temps à essayer d'oublier Achilles. Parce que tu es lâche et dangereux. Parce que tu ne tiens pas tes promesses et que tu l'as tué ou tu le tueras ou peut-être même qu'à l'instant même, il meurt à cause de toi. Il meurt un millier de fois. T'en as marre de rien savoir. T'en as marre de plus rien voir. Tu te sens inutile, tu te sens usé. T'as deux yeux mouillés et le troisième fermé. Tu sais pas où il est, tu sais pas qui tu es, tu as beau chercher, chercher. Tu as beau essayer de t'accrocher aux souvenirs. Tu te rappelles le contact des quatre lettres gravées sur la couverture de l'album.
B, O, R, A.
Tu retournes à la cuisine qui sentait bon le citron, quand vous faisiez des tartes pendant vos vacances au chalet. Maintenant, ça ne sent plus que le fer et le bois. Plus personne n'est venu ici depuis longtemps. Plus personne ne viendra. Ce n'est qu'une cabane en montagne qui s'étend sur une soixantaine de mètres carrés uniquement. Personne ne s'est arrêté là pendant trois mois. Personne n'a répondu à ton appel. Alors t'es ici, seul, là où tu ne pensais jamais retourner. Seul à manger la même chose, tous les soirs. Des soupes et du pain. Tu commences à couper tes légumes et -,
on frappe et ton sang cesse de circuler. Ta tête se tourne doucement vers la porte. Ton souffle s'accélère, tu poses ton couteau et te diriges doucement vers l'entrée. Ta main rencontre le métal froid de la poignée mais tu ne la tournes pas, ton oreille se pose sur le bois vieilli. Tu l'entends, de l'autre côté. Tu l'entends, son cœur battre, gronder. Son souffle se cogner contre la porte.
“I could recognize him by touch alone, by smell; I would know him blind, by the way his breaths came and his feet struck the earth. I would know him in death, at the end of the world.” ― Madeline Miller
Le souffle court, ― Achilles ?



—  don't you tell me what you think that i could be. i'm the one at the sail, i'm the master of my sea.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
SPELLS : 326
IDENTITY : pandora. (lola)
FACE & CREDITS : william jagnow par bé(bou)
MULTINICKS : /

AGE : vingt-sept ans et la trentaine qui approche trop vite, l'avenir plus incertain encore que le passé.
BLOOD STATUS : sang-mêlé, souillé. le mensonge d'un père qui l'importe peu mais qui reste amer pour les autres.
CIVIL STATUS : seul, un point dans la foule et des mains qui le frôlent, des yeux qui le bercent. ça lui suffit, ça lui fait déjà assez peur comme ça.
JOB : tueur à gages sous couverture, officiellement pour Lord Voldemort... Officieusement, c'est pas trop ça. il travaille en fait pour Gabriel Lafaye, démon d'une lumière malsaine, qui le guide vers un monde plus pur, malgré les doutes. Tuer pour un monde meilleur et sauver les plus méritants, il ne juge pas, il exécute.
HOGWARTS HOUSE : on l'a envoyé chez gryffindor il y a déjà de longues années, et, même s'il ne l'a pas compris au début et qu'il était la honte de sa famille, il sait maintenant qu'il peut faire preuve de courage.
MAGIC WAND : mesurant trente centimètres, taillée dans le bois d'un tilleul argenté et renfermant un croc de dragon, sa baguette est préposée aux sortilèges offensifs.
PATRONUS CHARM : un lynx brillant d'une lueur timide apparaît au bout de sa baguette, lorsqu'il le désire.
SPECIAL CAPACITY : métamorphomage, il change d'apparence, mais aussi d'âme, parfois, souvent. se travestissant sous les traits des autres mais parfois dépassé par les émotions d'étrangers qu'il imite à la perfection, il se perd, mais finit toujours par triompher. achilles est un magicien des ombres, maître des illusions.
MARAUDER'S MAP : partout et ailleurs, jamais le même, toujours une ombre.
POINTS RP : 983

LA MALLE DU SORCIER
RP BILINGUE : yes sir.
COLOR OF MY LIFE : #996600
INTO THE MAGIC BAG AGO :

MessageSujet: Re: HOLY GHOST (achilleon) Lun 1 Mai - 21:59

Les secondes te paraissaient des heures, le bruit à l'intérieur de la maison digne des nombreux ouragans brisant les barrières à l'intérieur de ton crâne. Toi, d'ordinaire si calme, tu te sentais trembler, guidé par tant de questions, exploser, presque. Les masques des autres que tu t'étais habitué à porter n'avaient plus de poids réel quand ton véritable visage affrontait les conséquences de ce qu'il y avait derrière cette porte.
Parce qu'il y avait les autres,
Et il y avait Kyeon.
Il y avait toujours eu les autres et puis Kyeon planète, Kyeon tornade, entré dans ta vie pour tout briser, recoller, saccagé encore.
Et puis, le silence, la peur, le doute, la perte. La certitude de l'avoir perdu. La solitude. Car tu étais entouré, des autres et de tes propres masques. Mais il n'y avait plus Kyeon. Le manque comme un précipice au bord duquel tu ne cessais de tanguer.
Kyeon Bora, l'ombre de tes journées. La lune vermine des ciels gris. Kyeon que tu pensais disparu à jamais.
Tu sursautes presque quand tu entends, reconnais sa voix. Tu songes à tes visions, celles de plus en plus fréquentes, de sa voix dans tes songes, de sa silhouette dans les rues bondées, de son odeur quand toi non plus tu n'arrivais plus à respirer. Cette fois, c'était réel. Plus besoin de te pincer. L'agneau avait disparu, et il n'y avait que toi, le vent dans les herbes près de tes chevilles, le souffle court de l'autre côté de la porte.

Tu pourrais courir, et ne jamais revenir. Ça serait plus simple. Après tout, s'il a disparu comme ça, c'est peut être qu'il ne voulait plus te revoir. Ni toi ni les autres. Peut être que tout serait plus simple, si tu faisais demi-tour, si tu tentais d'oublier.
Mais tu avais déjà essayé, de l'oublier. Même quand il était encore à tes côtés.
Ca n'a jamais marché.

Un long silence.
Ta main contre le bois, qui se pose comme elle le ferait sur sa joue.
Si t'osais.
Un murmure.

"S'il te plaît, ouvre-moi."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
SPELLS : 464
IDENTITY : ALEX.
FACE & CREDITS : CLUNNIS.
MULTINICKS : LL, BZ, VK, SB, DL, TS.

AGE : 23 YEARS OLD.
BLOOD STATUS : CHIMERA.
JOB : FIGHTER FOR THE GOOD IDEAL.
HOGWARTS HOUSE : 2COOL4SCHOOL
MAGIC WAND : BW, TF.
PATRONUS CHARM : LAMB.
SPECIAL CAPACITY : SEER.
MARAUDER'S MAP : ON THE RUN.
POINTS RP : 1286

LA MALLE DU SORCIER
RP BILINGUE : absolutely.
COLOR OF MY LIFE : black, pour tous mes comptes.
INTO THE MAGIC BAG AGO :

MessageSujet: Re: HOLY GHOST (achilleon) Mar 2 Mai - 14:06

C'est lui. C'est lui derrière le bois. C'est lui qui n'attend plus que tu lui ouvres. La porte, le cœur, les bras. Tes mains tremblent à y penser, à songer simplement au contact de sa peau contre la tienne, alors que tu ne touches pour l'instant que la rouille de la poignée. Ton cœur rate un battement, il en rate toujours un. Tu tournes la poignée et il n'y a personne. Tes pupilles élargies vibrent en contemplant les collines au loin. Les agneaux qui traînent là, l'herbe qui danse sous le vent. Le vide, surtout. Car ce n'est que ça. Un grand vide, un grand froid. Tu dois te rendre à l'évidence, tu ne le verras plus. Tu ne verras plus personne. Peut-être qu'à l'instant même, tu es mort. Condamné à revivre tous les jours des souffrances bien réelles. Tu n'as pas de famille, tu n'as pas de Gabriel, de Carter ou de Hailee. Tu n'as pas d'Achilles. Tu ne les as plus. Tu ne les auras plus jamais. L'espoir te rend fou, l'espoir te fait croire à l'impossible. Tu t'imagines capable de lire ton propre futur ! Tu t'imagines capable de l'y voir, peut-être, en vie et heureux. Tu t'imagines qu'il est là, fait de murmures. Mais c'était que le vent et ton imagination qui te joue des tours. Tu ne dors plus assez. Tu penses trop à lui. Tu restes là, yeux baissés, à l'entrée. Qu'est ce qui se passerait si tu fermais la porte ? Te rendrais-tu compte que rien de ceci n'est réel, que tu n'es même pas dans ce chalet ? Que tu n'es que coincé dans tes visions altérées par tes sentiments ? Qu'il s'agit là de ton enfer ? Petit à petit, tu t'y consumes. Tu te laisses dévorer par les flammes cruelles et illusoires des grands manques. Ils te manquent tous. Il te manque, lui.

Tu fermes les yeux, des perles salées glissent le long de tes joues. Tu les rouvres et la porte est fermée, ta main est sur la poignée, tu n'as pas bougé d'un pouce. Tu n'as plus les frissons que tu avais ressenti pourtant en ouvrant la porte et en laissant le froid glisser à tes pieds. Tu ressens simplement des picotements dans la main et tu te rends compte qu'elle saigne. Les gouttes tombent depuis la poignée pour s'écraser sur le sol. Tu te rends compte que l'eau du robinet n'a cessé de s'écouler, que le bol et les bougies sont bien là où tu les avais laissés. Tu n'es pas fou. Tu as bien fait toutes ces choses. Ton cœur palpite à vive allure. Tant pis pour la douleur, tu ouvres la porte en grand. Et il est là.

Il est là, en chair et en os. En une fraction de seconde qu'il faut pour le reconnaître, tu tombes dans ses bras. Et tout ceci est bien trop réel. Tes pleurs rencontrent le creux de son cou et tu peux y entendre son pouls affolé. Tu trembles. T'es qu'un oiseau fragile, blessé, dans les mains d'un enfant. Il te sauve. - Je t'ai retrouvé, Achilles. J'ai tenu ma promesse.



—  don't you tell me what you think that i could be. i'm the one at the sail, i'm the master of my sea.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
SPELLS : 326
IDENTITY : pandora. (lola)
FACE & CREDITS : william jagnow par bé(bou)
MULTINICKS : /

AGE : vingt-sept ans et la trentaine qui approche trop vite, l'avenir plus incertain encore que le passé.
BLOOD STATUS : sang-mêlé, souillé. le mensonge d'un père qui l'importe peu mais qui reste amer pour les autres.
CIVIL STATUS : seul, un point dans la foule et des mains qui le frôlent, des yeux qui le bercent. ça lui suffit, ça lui fait déjà assez peur comme ça.
JOB : tueur à gages sous couverture, officiellement pour Lord Voldemort... Officieusement, c'est pas trop ça. il travaille en fait pour Gabriel Lafaye, démon d'une lumière malsaine, qui le guide vers un monde plus pur, malgré les doutes. Tuer pour un monde meilleur et sauver les plus méritants, il ne juge pas, il exécute.
HOGWARTS HOUSE : on l'a envoyé chez gryffindor il y a déjà de longues années, et, même s'il ne l'a pas compris au début et qu'il était la honte de sa famille, il sait maintenant qu'il peut faire preuve de courage.
MAGIC WAND : mesurant trente centimètres, taillée dans le bois d'un tilleul argenté et renfermant un croc de dragon, sa baguette est préposée aux sortilèges offensifs.
PATRONUS CHARM : un lynx brillant d'une lueur timide apparaît au bout de sa baguette, lorsqu'il le désire.
SPECIAL CAPACITY : métamorphomage, il change d'apparence, mais aussi d'âme, parfois, souvent. se travestissant sous les traits des autres mais parfois dépassé par les émotions d'étrangers qu'il imite à la perfection, il se perd, mais finit toujours par triompher. achilles est un magicien des ombres, maître des illusions.
MARAUDER'S MAP : partout et ailleurs, jamais le même, toujours une ombre.
POINTS RP : 983

LA MALLE DU SORCIER
RP BILINGUE : yes sir.
COLOR OF MY LIFE : #996600
INTO THE MAGIC BAG AGO :

MessageSujet: Re: HOLY GHOST (achilleon) Mar 2 Mai - 21:00

Il n'y a pas de compte à rebours dans ta tête, pas d'alarme qui hurle quand tu aperçois son visage déchiré. Pas le temps de reprendre ton souffle, car ses bras sont déjà autour de toi, ses larmes qui baignent ta carotide comme celles d'un gosse blessé. Il a mal, tu le sens, tu l'as déjà vu pleurer, mais ce n'est plus comme avant. Avant, tu étais là pour le protéger, toujours. Maintenant, tu réalises le vide qu'a laissé vos absences. Tu pourrais être en colère, lui poser des tas de questions. Des reproches qui brûlent le bout de ta langue. Mais tu le serres plus fort, et tu prends une grande inspiration, déjà drogué à son odeur, le palpitant dérapant du manque de lui. Tu ne pensais plus jamais le revoir. Et tu en veux à ta rancoeur de ne pas tenir plus que ça, mais tu l'effaces d'un trait comme la craie usée sur le tableau noir de ton esprit. Il n'y a plus que Kyeon, et ses larmes, et sa lumière.
Je t'ai retrouvé.
Tu as l'impression de vivre.
Et tes mains trouvent ses joues où elles frôlent les larmes sans les effacer. Sans oser vraiment appuyer sur la peau de peur de faire disparaître le mirage. De peur de te retrouver seul avec le nuage de fumée et tes visions à nouveau.

« Je... »

Il y a ses yeux qui brillent encore, et toi qui ne trouve rien à dire. Les mots qui se bousculent dans ta gorge et la cage thoracique qui craque un peu plus à chaque battement de cœur. Tu n'as jamais été bon avec les mots, à part quand il s'agit de calmer ses peurs. Cette fois, tout est différent, après la bataille, le champ de mines se tait. Alors tu sors ta baguette de la poche de ton jean usé, un filament bleu-argenté à son bout. Le lynx court pour se lover une seconde contre ses jambes, avant de rejoindre son agneau pas encore disparu, brillant d'une lueur disparate. La protection que tu espères encore offrir. Mais les mains qui tremblent un peu. La peur incertaine de l'avenir, et les questions du passé. Où t'étais passé ? Pourquoi t'es parti ? Pourquoi tu m'as laissé ?
Tes bras ne le quittent pas, sûrement parce qu'inconsciemment, l'idée d'être séparé de sa peau même un instant serait comme une déchirure. Comme deux pantins ridicules, vous marchez jusqu'à l'intérieur de la maison, porte refermée et ton souffle court trop près du sien quand tu poses ton front contre son front. La tête te tourne. Tu fermes les yeux. C'est le moment où tu te pinces, là ?
Ta main qui effleure la sienne et récolte quelques gouttes du liquide vermeil. Le regard inquiet, tout de suite, évidement. Toi mieux que quiconque sait qu'il peut parfois être un danger pour lui même.

« Je pensais ne plus jamais te revoir. »

Phrase clichée, mi-reproche mi-louange. Mais c'est vrai. Tu commençais presque à t'habituer à son absence, à ce gouffre béant dans a poitrine. Maintenant vous voilà, souffles mêlés en écho et son sang contre ta paume.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
SPELLS : 464
IDENTITY : ALEX.
FACE & CREDITS : CLUNNIS.
MULTINICKS : LL, BZ, VK, SB, DL, TS.

AGE : 23 YEARS OLD.
BLOOD STATUS : CHIMERA.
JOB : FIGHTER FOR THE GOOD IDEAL.
HOGWARTS HOUSE : 2COOL4SCHOOL
MAGIC WAND : BW, TF.
PATRONUS CHARM : LAMB.
SPECIAL CAPACITY : SEER.
MARAUDER'S MAP : ON THE RUN.
POINTS RP : 1286

LA MALLE DU SORCIER
RP BILINGUE : absolutely.
COLOR OF MY LIFE : black, pour tous mes comptes.
INTO THE MAGIC BAG AGO :

MessageSujet: Re: HOLY GHOST (achilleon) Mar 30 Mai - 3:51

Tu fermes les yeux et vos lèvres se touchent. Non,
vos fronts, mais tu penses à sa bouche pour une raison simple. Trop simple. La plus simple des choses du monde. L'amour. Tu l'aimes, tu l'aimes, tu l'aimes. Tu dois te l'avouer, s'il t'a tant manqué, s'il t'a manqué plus que les autres, c'est parce que tu l'aimes. Tu as eu si peur de le perdre, si peur de l'avoir tué, et finalement tu te rends compte que ce n'est pas parce que c'est Achilles, c'est parce que c'est aussi l'homme qui calme tes démons, l'homme qui les connaît et qui ne frémit pas devant eux, l'homme au centre de toutes tes visions, l'homme que tu ne veux plus jamais perdre de vue. Cet homme que tu decouvres et redecouvres sous de nouveaux visages chaque jour, mais au coeur que tu entends, que tu vois, et qui reste inchangé. Tu l'aimes et tu ne peux le lui dire. Car tu ne voudrais rien gâcher, rien gâcher de ce moment aux airs de feux d'artifice. Les émotions explosent dans le ciel de vos regards. Ils pétillent et se retrouvent et se disent à quel point ils avaient manqué l'un à l'autre, sans qu'aucun mot ne soit nécessaire. Vos souffles entremêlés suffisent pour expliquer ce besoin de l'autre. Vous respirez enfin le même air et le monde semble déjà se remettre à tourner. Le temps s'écoule dans le sablier comme le sang le long de ta main et de la sienne. Tu es en vie. Il est en vie. Vous etes ensemble et plus rien autour importe.

C'est fou à quel point il peut tout faire exister, et la minute d'après, tout faire disparaître. Tu inspires est le monde entier est autour de toi. Tu expires et il n'y a plus que toi au creux de ses bras.Tu lui prends les joues, laissant sur l'une d'entre elles ton sang, et sur son front un baiser. Tu brises l'étreinte pour rejoindre la cuisine où tu passes ta main sous l'eau, puis ton visage. Tu te retournes et tout est encore réel, il est là, dans la pièce, avec toi. Un rire s'échappe quand tu le regardes, un rire automatique qui est plus l'extension sonore d'un sourire qu'un rire en soi. -J'ai cru te perdre, j'ai cru t'avoir perdu. Tes mots sont saccadés, tes lèvres tremblent encore sous l'émotion. Tu ressens à nouveau les choses, tu aurais tout donner pour ressentir quoi que ce soit, et voilà que tu ressens tout à la fois. Tu le regardes, bien trop longtemps peut-être,
avant de te retourner et dire Tu veux un thé ? Une tisane ? Une bière, j'aurais bien besoin d'une bière. Avant de retourner à l'évier pour repasser, encore, ta main couverte de rouge sous l'eau.



—  don't you tell me what you think that i could be. i'm the one at the sail, i'm the master of my sea.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
SPELLS : 326
IDENTITY : pandora. (lola)
FACE & CREDITS : william jagnow par bé(bou)
MULTINICKS : /

AGE : vingt-sept ans et la trentaine qui approche trop vite, l'avenir plus incertain encore que le passé.
BLOOD STATUS : sang-mêlé, souillé. le mensonge d'un père qui l'importe peu mais qui reste amer pour les autres.
CIVIL STATUS : seul, un point dans la foule et des mains qui le frôlent, des yeux qui le bercent. ça lui suffit, ça lui fait déjà assez peur comme ça.
JOB : tueur à gages sous couverture, officiellement pour Lord Voldemort... Officieusement, c'est pas trop ça. il travaille en fait pour Gabriel Lafaye, démon d'une lumière malsaine, qui le guide vers un monde plus pur, malgré les doutes. Tuer pour un monde meilleur et sauver les plus méritants, il ne juge pas, il exécute.
HOGWARTS HOUSE : on l'a envoyé chez gryffindor il y a déjà de longues années, et, même s'il ne l'a pas compris au début et qu'il était la honte de sa famille, il sait maintenant qu'il peut faire preuve de courage.
MAGIC WAND : mesurant trente centimètres, taillée dans le bois d'un tilleul argenté et renfermant un croc de dragon, sa baguette est préposée aux sortilèges offensifs.
PATRONUS CHARM : un lynx brillant d'une lueur timide apparaît au bout de sa baguette, lorsqu'il le désire.
SPECIAL CAPACITY : métamorphomage, il change d'apparence, mais aussi d'âme, parfois, souvent. se travestissant sous les traits des autres mais parfois dépassé par les émotions d'étrangers qu'il imite à la perfection, il se perd, mais finit toujours par triompher. achilles est un magicien des ombres, maître des illusions.
MARAUDER'S MAP : partout et ailleurs, jamais le même, toujours une ombre.
POINTS RP : 983

LA MALLE DU SORCIER
RP BILINGUE : yes sir.
COLOR OF MY LIFE : #996600
INTO THE MAGIC BAG AGO :

MessageSujet: Re: HOLY GHOST (achilleon) Dim 2 Juil - 13:58

Il inspire quand tu expires, le monde autour de toi n’est plus qu’un brouillard épais. Les visages que tu croises ou que tu empruntes disparaissent et il ne reste que lui, lui à t’en couper le souffle, lui qui revient comme le fantôme que tu espérais chasser, ou revoir. Tu ne sais plus. Tu ne sais plus rien quand il est aussi près de toi, c’est beaucoup d’un coup, peut-être même un peu trop. C’est sûrement pour ça que ton souffle se coupe lorsqu’il caresse ta joue, lorsque les lèvres chimériques se posent sur ton front. Sûrement pour ça que tu te prends à vouloir les embrasser,
Juste comme ça,
Juste pour vérifier s’il est bien réel.
Et brusquement il quitte tes bras et tu voudrais le retenir, mais tu ne fais rien sinon regarder autour de toi, les murs et lui, les meubles et lui, lui surtout. Tu ne reconnais même pas les rares photos sur les murs. Il ne peut pas être rentré à la maison, il a fui, tout simplement, tu ne sais pas pourquoi et ça te frustre, t’énerve un peu, toute la rancœur et l’incompréhension accumulée qui bout sans déborder –pour l’instant.
« Je veux bien une bière, oui. »
Tu l’as retrouvé et tu n’arrives pas à lui en vouloir. Surtout quand le liquide vermeil suinte de sa peau pour se dissoudre sous l’eau, réveille tes instincts de protection. Car tu n’étais plus là pendant un temps, et que maintenant tu pouvais t’occuper de lui à nouveau. Même si visiblement, il n’avait pas besoin de toi. Mais pourtant tu n’as pas rêvé ses larmes contre ton torse, ses mots qui laissaient penser qu’il t’avait cherché en vain –comme toi. Tu ne rêvais plus cette fois, et quand tu t’approches dans son dos, que tes lèvres se posent sur sa nuque et que tu respires son odeur, tu sais. Tu ne rêves pas, tu ne rêves plus. Il est là avec son lot de questions et de choses laissées en suspens, avec la peur qui te rongeait et le soulagement. Il est là. Tu soupires doucement lorsque ta main vient rejoindre la sienne pour la tirer vers toi.
« Qu’est-ce que tu t’es fait ? »
La coupure est profonde, et tu sors ta baguette. Tu as toujours été assez doué pour les sorts de soin, assez bon en tout d’ailleurs, à l’école du moins. Et tu profites d’avoir le regard posé ailleurs pour demander, lâcher les mots qui te brûlent la gorge depuis des semaines maintenant.
« Pourquoi t’es jamais revenu ? »
Pourquoi tu m’as laissé ?
Tes lèvres pincées ne regrettent pas la question,
Elles essayent juste de retenir un « tu m’as manqué, comme si j’en crevais ».
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
SPELLS : 464
IDENTITY : ALEX.
FACE & CREDITS : CLUNNIS.
MULTINICKS : LL, BZ, VK, SB, DL, TS.

AGE : 23 YEARS OLD.
BLOOD STATUS : CHIMERA.
JOB : FIGHTER FOR THE GOOD IDEAL.
HOGWARTS HOUSE : 2COOL4SCHOOL
MAGIC WAND : BW, TF.
PATRONUS CHARM : LAMB.
SPECIAL CAPACITY : SEER.
MARAUDER'S MAP : ON THE RUN.
POINTS RP : 1286

LA MALLE DU SORCIER
RP BILINGUE : absolutely.
COLOR OF MY LIFE : black, pour tous mes comptes.
INTO THE MAGIC BAG AGO :

MessageSujet: Re: HOLY GHOST (achilleon) Mar 4 Juil - 1:35

Ton sang se mêle à l'eau glacée. Bientôt, tu ne sens plus tes doigts trembler. Tes poils s'hérissent jusque ta nuque. Tu es rendu immobile, les secondes coulent, mais tu restes là, à regarder dans le vide, comme pour une éternité. Une éternité pour te rendre compte que tout cela est bien réel, qu'il est là, juste là, si près. Trop près. Une éternité pour te dire qu'il n'est pas mort, pas encore. Tu ne l'as pas tué. Il respire, et bientôt son souffle touche ton cou et te redonne la vie. Pas besoin de baiser dans ce conte-ci. Tu sors de ton sommeil de 100 ans par sa simple présence. Tous tes sens s'éveillent, l'air glisse enfin jusque tes poumons. L'eau s'arrête, toutes les choses reprennent leur cours. Tes pupilles humides rencontrent sa paume tiède qui se glisse derrière ta main, puis remontent le long de son bras, longent sa nuque pour finir dans ses yeux qui examinent ta plaie. Il sort sa baguette pour te soigner. Tu n'as jamais été bon pour ça, tu n'as jamais étudié tous ces petits enchantements utiles, tu n'as jamais mis les pieds à l'école - à part quand elle n'avait plus rien à voir avec un lieu pour étudier. Tu as tant de choses à apprendre des autres et pourtant tu te fermes, tu t'isoles là, dans cette maison où l'on t'a maintes fois traité comme un pestiféré, où l'on menaçait de te laisser si tu faisais encore un de tes tours diaboliques. Tu t'étais libéré d'eux, comme l'animal sauvage se libère de ses chaînes. Tu as tué tes braconniers. Et pourtant, tu as retrouvé la cage et tu t'y clapis. Tu voudrais refuser de son aide, mais tu en as terriblement besoin. Tu ne te rends pas compte à quel point tu as besoin de lui. Le reste du monde peut bien s'écrouler, tant qu'il te tient la main.

Cela te rappelle toutes les fois où il t'a sauvé de tes cauchemars, toutes les fois où il t'a ramené à la réalité. A lui. Tes yeux, les trois, ne connaissent qu'une vérité. Ils doutent de tous les autres phénomènes. Ils te plongent dans un solipsisme. Et cette vérité, ce n'est pas que tu penses, donc que tu es. C'est qu'il te panse, à l'instant, depuis toujours, à jamais, il guérit tes plaies. Il les referme, il te renforce. Il fait tout ça pour toi, sans jamais rien demander en retour. Et tout ça pour quoi ? Parce que "c'est normal", parce qu'il veut pas que t'aies mal. Que tu t'en fasses, du mal. La seule vérité qui existe, c'est bien que lui, il vit. Et tu ne peux t'empêcher de voir cette vie s'envoler entre tes doigts. Ce corps partir en fumée quand tu le tiens. Ton visage déformé par le chagrin se refléter dans son regard vitreux, vide. Et il te demande pourquoi. Pourquoi tu l'as laissé. Pourquoi tu ne l'as pas cherché plus tôt. Pourquoi tu as attendu si longtemps. Seul. Dans cet état. Je... je ne pensais pas que ça marcherait. Je ne pensais pas que tu me retrouverais avec le... avec le patronus. Je... je pensais que c'était fini. Que tu... Que tu n'avais pas survécu. (Je pensais que c'était comme ça que je t'avais tué. En t'abandonnant, au lieu de rester à tes côtés comme j'aurais dû. En te forçant à rester quand tu voulais venir.) Le soir de... le soir de l'attaque, je, je t'ai vu... Je t'ai vu mourir (Cette nuit-là et toutes celles d'avant, quand tu me serrais dans tes bras, je me voyais te serrant le cou. Quand tu me tenais contre ton cœur, pour calmer le mien, je me voyais te l’arracher à main nue.) Et, et j'ai eu peur et, et je ne savais pas où aller, j'étais a- affaibli par mes visions alors, alors j'ai laissé tout le monde, j'ai laissé tout le monde. Tu t'écroules dans ses bras, tes pleurs s'étouffant sur son épaule. Tu t'en veux tellement, tellement, tellement. Tu n'as jamais été aussi fragile. Tu n'as jamais montré autant de vulnérabilité. Même à lui, à qui tu avais déjà montré tes émotions les plus dissimulées. Lui qui pensait connaître plus que le Kyeon assassin, sbire de Gabriel, ce personnage brutal et vorace qu'il s'est créé pour cacher l'oiseau aux ailes cassées qui ne vole plus, ne chante jamais. Tu pleures, pour toutes les fois où tu as retenu ces larmes, tu ne t'excuses plus d'être aussi faible. Tu te tiens face à l'homme que tu aimes et tu es voué à le tuer. Tu sais pourquoi tu l'as laissé, mais tu ne peux pas tout lui dire. Tu dois lui dire que tu l'as vu mourir, mais tu ne peux pas lui dire que c'était de ta main. Bon sang, Kyeon, toutes ces larmes sont justifiées.

Non, non, tu ne pleures pas. Tu n'as pas pleuré. Il regarde encore ta plaie et tu retiens tout ton chagrin. Il ne transparaît que par les vibrations dans ta voix. Tu t'efforces de garder un sourire, mais tu voudrais craquer. Tu ne veux juste pas gâcher ce moment, mettre de la peine entre vous. Tu le serres juste encore une fois dans tes bras, en douceur. Tu renifles et prends une grande inspiration, pour garder ton calme. Pour pas l'inquiéter. Tu te mords l'intérieur de la joue pour t'empêcher d'exploser. Je sais même pas s'il y a des bières. Et tu rigoles en levant ton regard constellé au ciel.

 



—  don't you tell me what you think that i could be. i'm the one at the sail, i'm the master of my sea.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: HOLY GHOST (achilleon)

Revenir en haut Aller en bas

HOLY GHOST (achilleon)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» GHOST WILLIAM, étalon léopard au domaine du Vallon
» 2009/11 - [Rolls-Royce] Ghost / Ghost EWB
» ghost rider,un fou ou un winner
» Nouveaux TM ghost
» Ghost Whisperer

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
VIPERA EVANESCA :: around the world :: le reste du pays :: l'écosse-