AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez| .

this is what makes us mothers (deidrissa)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar
SPELLS : 146
IDENTITY : alex sans draps
FACE & CREDITS : caitriona balfe, la parfaite (par momo & beerus)
MULTINICKS : //

AGE : quarante années se sont écoulées
BLOOD STATUS : aussi pur que son statut
CIVIL STATUS : mariée par intérêt, mère avant tout
JOB : proprio de la dame blanche, dans l'allée des embrumes (wesh ose venir si t'as pô peur)
HOGWARTS HOUSE : serpentard, évidemment
MAGIC WAND : baguette de rosier avec un coeur de cheveu de sirène de 21 cm prédisposée à la guérison
PATRONUS CHARM : autrefois, je pouvais aisément en faire apparaître un, mais c'est du passé
MARAUDER'S MAP : chez moi ⊱ à la dame blanche, dans l'allée des embrumes ⊱ quelque part où je ne devrais probablement pas être ⊱ chez les lestrange
POINTS RP : 237

LA MALLE DU SORCIER
RP BILINGUE : UNIQUEMENT LES PAROLES
COLOR OF MY LIFE : CRIMSON
INTO THE MAGIC BAG AGO :

MessageSujet: this is what makes us mothers (deidrissa) Mer 24 Mai - 1:22

this is what makes us mothers
narcissa & deidre
On aime, trop fort parfois, à en crever. Et pour nos enfants, on donnerait le monde entier...

Il y a ce bruit dans la boutique que je suis incapable de supporter. Ça fait pas très longtemps que j’ai acheté cette baraque et pourtant, elle tombe littéralement en ruine sous mes mains. Je ne me pose même plus la question du pourquoi l’ancien propriétaire cherchait à s’en débarrasser. Chaque fois que le vent souffle, et dieu sait qu’en Angleterre, il est coriace, un cric ou un crac se fait entendre. Mon cœur saute un battement à chaque fois. Et il n’y a jamais personne, lorsque je me précipite à la porte de la boutique, baguette parée à jeter un sort. Cette fois, c’est véritablement la nature qui est contre moi. Alors, j’ai décidé qu’aujourd’hui, il serait peut-être temps de réparer cette foutue planche de bois, histoire que je ne décède pas d’une syncope. Autant ne pas mettre Mère Nature en colère davantage, je préfère le faire moi-même. Eh non, Tiberias, ce n’est pas parce que je suis une femme que je ne sais pas faire de travaux pratiques. Je sais me débrouiller quand il s’agit de réparer une simple planche. Même si cet endroit me fout les boules à chaque fois, c’est ce qui me fallait pour reprendre un semblant de liberté. Une petite goutte de rien du tout, ne serait-ce que pour retrouver un sens à ma vie. Quand je suis devenue mère, je pensais que ce serait merveilleux. J’ai eu la chance de pouvoir avoir deux magnifiques filles, même si mon mari ne voulait rien savoir à l’époque. Aujourd’hui, on ne rigole plus quand il est question de passer les traditions, pourtant. Je les ai toujours aimées. Comme la prunelle de mes yeux. On tuerait pour nos enfants, je comprends mieux ma mère aujourd’hui, maintenant que j’ai les miennes. Et encore, elle n’avait que moi, à l’époque.
Mais voilà que depuis quelques mois, les choses ont largement dérapé. Évidemment, mon mari presque parfait a cru bon que c’était le bon moment de marier nos filles. Je ne le plaindrais pas d’avoir choisi les Malfoy, j’aurais probablement faire de même. Sauf que notre cœur, à nous les femmes, ne choisit pas qui on aime, malheureusement. Tiberias pensait faire une bonne affaire avec Daphne et Draco, mais il se trouve que c’est Astoria qui était dans le radar du jeune Malfoy. Je ne peux pas le blâmer, mes deux filles sont magnifiques, seulement... le moment était tellement mal choisi. Je répare cette planche et j’enfonce, comme je m’enfonce un peu à la maison. Moi-même, j’avais refusé mon mariage arrangé. J’ai haïs mes parents pour ça durant de longues années. Et me voilà aujourd’hui dans une situation semblable, c’est trop étrange... La porte d’entrée s’ouvre subitement. Pardon, la boutique est fermée pour le moment pour répara... Et je lève ma tête subitement pour reconnaître cette silhouette familière. Oh, Narcissa. Je ne m’attendais pas à avoir de visiteurs aujourd’hui. Je me relève. Narcissa étant à la base une Black et moi, une Lestrange, disons que nous nous connaissons bien avant que ces alliances ne se soient crées. Enfin, je ne la connaissais pas personnellement, c’est davantage une cousine germaine, très éloignée. Je ne peux pas t’offrir quelque chose à boire, mais tu voudrais quelque chose pour t’asseoir ? Un détail dont tu voulais parler ? Je suis affreusement désolée, je n’attendais personne... Je voulais surtout réparer cette planche de bois. Une fois installées dans l’arrière-boutique, je suis curieuse de savoir ce que sa visite signifie. En même temps, nos enfants sont dans de sacrés draps depuis tout cette histoire... Alors, parler de mère à mère ne me fera aucun mal. Il y a quelque chose en particulier qui t’amène par ici ? demandai-je, soucieuse de savoir si c’est en rapport avec elle ou simplement pour qu’on discute de tout ce qui s’est passé. On a des maris qui peuvent parfois nous donner des montagnes d’émotions. Alors, se retrouver entre femmes, je dois dire que je suis comblée, en ce moment.
Made by Neon Demon
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
SPELLS : 2033
IDENTITY : laufeyson ou tia.
FACE & CREDITS : katheryn winnick, by chloé love. pic gif by tumblr. signature sandy babe.
MULTINICKS : nest le chelou & az la guerrière.

AGE : quarante-trois ans qu'elle honore le monde sorcier de sa présence, un peu moins depuis qu'elle foule le sol de son port altier. encore dans la fleur de l'âge selon les critères sorciers, même si elle doute de parvenir au centenaire.
BLOOD STATUS : celui des black, celui qui lui a permis de se marier à un malfoy, soit le plus pur possible.
CIVIL STATUS : mariée depuis des décennies, amoureuse comme au premier jour, désespérée de retrouver l'homme qu'elle aimait, et non pas ce fantôme de lui-même. dix-sept ans qu'elle est mère, dévouée à son fils, prête à tout pour lui, chérissant le moindre de ses sourires.
JOB : mother. warrior queen. healer. protector.
HOGWARTS HOUSE : une black, future malfoy, ne pouvait être qu'un serpent. une vipère aux écailles argentées.
MAGIC WAND : depuis qu'elle a offert sa baguette originelle à son fils, elle utilise une baguette volée à un prisonnier par sa soeur. narcissa ignore de quoi elle est faite (en réalité de noyer avec un poil de centaure), mais elle mesure 23 centimètres et répond bien aux sorts de soin.
PATRONUS CHARM : étonnamment, elle est encore capable d'en produire un. et quand elle le fait, c'est une araignée qui apparaît, reflet du dévouement envers sa famille.
MARAUDER'S MAP : le plus souvent au manoir malfoy.
POINTS RP : 2091

LA MALLE DU SORCIER
RP BILINGUE : oui, uniquement les paroles.
COLOR OF MY LIFE : #9c0909
INTO THE MAGIC BAG AGO :

MessageSujet: Re: this is what makes us mothers (deidrissa) Lun 5 Juin - 21:51

Tu seras fille.

Tu seras soeur.

Tu seras épouse.

Et finalement, tu seras mère.

Et c’est sans doute cela, sa plus grande fierté, le plus grand accomplissement de sa vie. Mère, une seule et unique fois. Mais mère pleinement, du début jusqu’à la fin, jusqu’à ce qu’elle rende son dernier souffle. Et elle l’aime son fils, elle l’aime son dragon, son bébé, son prince, son héritier. Elle lui caresse les cheveux délicatement alors qu’il babille dans son landau, elle lui tient la main alors qu’il fait ses premiers pas, elle s’inquiète un peu quand Lucius le fait se percher sur un balai volant miniature, elle lui envoie des boîtes de bonbons énormes tous les jours pendant sa première année, elle est fière de lui lorsqu’il rentre dans l’équipe de Serpentard, elle pleure et crie lorsque le Lord s’en prend à lui. Elle est là, à chaque instant, et elle pense tout savoir. Elle pense être capable de déchiffrer son fils et connaître ses secrets comme elle déchiffre son mari et connait ses secrets. Mais elle se rend compte que ce n’est pas forcément le cas, ni pour l’un ni pour l’autre. Parce qu’elle n’a jamais compris ce que son fils pouvait réellement ressentir au fond de son coeur. Parce qu’elle ne sait pas ce que son mari ressent ces derniers temps. Parce que désormais, ils sont tous les trois à se cacher des secrets, tous plus ou moins lourds à porter. Le père et le fils s’éloigne, et elle s’efforce de faire le lien. Mais elle est fatiguée, et plus le temps avance, plus elle laisse la corde la reliant à son époux se détendre et se relâcher, alors qu’elle s’accroche de toutes ses forces à celle la reliant à son fils. Elle ne va peut-être pas survivre, Lucius ne va pas peut-être pas survivre, mais lui si. Lui, il ira loin, elle se le promet, chaque jour, à chaque instant, à chaque fois qu’elle voit ses yeux qui sont déjà hantés de trop d’ombres. Elle va le sauver. Un jour, il se réveillera heureux, et de l’au-delà elle se dira que, peut-être, c’est un peu grâce à elle.

C’est pour cela qu’elle s’aventure dans les rues piétonnes ce jour-là, qu’elle se dirige vers la petite boutique normalement fermée au public. Mais elle n’est pas le public, elle n’est pas n’importe qui, et elle sait très bien que Deidre ne va pas lui fermer la porte au nez. Elle l’admire cette femme, pour sa capacité à survivre comme elle le fait, pour sa capacité à rebondir et à ne pas s’enterrer dans son manoir comme Narcissa peut le faire parfois. C’est aussi la présence de femmes comme cela dans son encourage qui fait d’elle qui elle est. Être faible, cela n’est pas pour elle. Ni pour Deidre. On a tendance à penser qu’elles sont de petites choses délicates, mais il n’y a pas de plus grosses erreurs.

Elle pousse la porte, un léger sourire aux lèvres. “Oh, Narcissa. Je ne m’attendais pas à avoir de visiteurs aujourd’hui.” La blonde étire une moue d’excuse sur son visage, n’avance pas trop pour ne pas s’imposer. “Je peux revenir une autre fois, si je te dérange.” Elle aimerait évidemment discuter immédiatement, car toujours le temps est compté, mais elle n’en oublie pas ses bonnes manières. Elle la suit finalement dans l’arrière boutique, la rassurant sur le fait que tout va bien de son côté et qu’elle n’a besoin d’aucune attention particulière. Elle s’installe avec elle dans un petit fauteuil, croise ses mains sur ses jambes. “Il y a quelque chose en particulier qui t’amène par ici ?” Elle hoche légèrement la tête. “En réalité, oui. J’aimerai que l’on discute un peu de nos enfants. De ta cadette surtout, car il a été plutôt claire que ton aînée ne veut plus rien à voir à faire avec les Malfoy.” Elle dit cela d’un ton léger, à peine accusateur, car quel intérêt d’en vouloir à la mère quand le coup d’éclat vient clairement de la fille. Elle-même sait très bien que l’on ne peut pas contrôler ses enfants. “J’ai rendu visite à Astoria dernièrement, t’en a-t-elle parlé ?”
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
SPELLS : 146
IDENTITY : alex sans draps
FACE & CREDITS : caitriona balfe, la parfaite (par momo & beerus)
MULTINICKS : //

AGE : quarante années se sont écoulées
BLOOD STATUS : aussi pur que son statut
CIVIL STATUS : mariée par intérêt, mère avant tout
JOB : proprio de la dame blanche, dans l'allée des embrumes (wesh ose venir si t'as pô peur)
HOGWARTS HOUSE : serpentard, évidemment
MAGIC WAND : baguette de rosier avec un coeur de cheveu de sirène de 21 cm prédisposée à la guérison
PATRONUS CHARM : autrefois, je pouvais aisément en faire apparaître un, mais c'est du passé
MARAUDER'S MAP : chez moi ⊱ à la dame blanche, dans l'allée des embrumes ⊱ quelque part où je ne devrais probablement pas être ⊱ chez les lestrange
POINTS RP : 237

LA MALLE DU SORCIER
RP BILINGUE : UNIQUEMENT LES PAROLES
COLOR OF MY LIFE : CRIMSON
INTO THE MAGIC BAG AGO :

MessageSujet: Re: this is what makes us mothers (deidrissa) Mar 6 Juin - 20:11

this is what makes us mothers
narcissa & deidre
On aime, trop fort parfois, à en crever. Et pour nos enfants, on donnerait le monde entier...

Être née femme dans notre monde actuel, c’est déjà un défi. On nous sous-estime et le monde a déjà des préjugés à notre sujet. Surtout quand on force des mariages, c’est de pire en pire. Et moi qui pensais que les croyances changeraient avec les années, il faut croire que la génération actuelle n’est pas mieux au niveau de la liberté. Alors, tenir une boutique avec autant de force, tout le monde me dit que je n’y arriverai pas parce que je suis une femme et que je devrais rester à la maison, ce genre de préjugés. Eh bien, aujourd’hui, je ne me débrouille pas mal pour une femme d’affaires à son compte qui gère ses propres affaires. Le plus difficile à accepter, c’est qu’on a aussi d’autres occupations. Les gens ont souvent de fausses croyances à notre sujet. Pourtant, me voilà encore debout aujourd’hui et je suis en train de réparer une planche de bois moi-même. Comme c’est fascinant de voir que je peux faire des choses matérielles. Et être mère, c’est un défi de plus sur nos épaules. On donnerait tout pour que ces garnements soient heureux. Ils sont le produit de nous, des copies. Parfois, je regarde Daphne et Astoria et elles me ressemblent. Je ne leur parle pas énormément de mon enfance ou de qui j’étais, même si mon passé est assez mouvementé. Pour moi, tout s’est arrêté à mon mariage. J’aurais préféré leur faire vivre une autre vie où elles auraient plus de liberté, mais voyons où toute cette histoire vient de nous mener à nouveau. Tiberias a toujours voulu des garçons. Je sais pourquoi aujourd’hui, sûrement que j’aurais eu droit au même traitement que mes premières années, ou pas. Mais chose certaine, le fait d’avoir des filles lui a fait réaliser quelque chose que je n’avais pas vu dans mes premières années de mariage avec lui. C’est toujours la même ignoble personne que j’ai été forcée d’épouser, mais je vois bien qu’il tente tout de même de trouver une raison de pouvoir, même en ayant des filles.
Quand je vois Narcissa et Draco, je me dis parfois que les choses auraient pu être différentes. Il n’y aurait pas eu autant de cérémonie et qui aurait cru au bon vieux cliché des deux sœurs qui tombent amoureuses du beau prétendant ? Avoir deux filles a aussi ses conséquences. J’ai toujours été la seule enfant unique de mes parents, je n’ai pas eu à vivre avec ces complications, j’avais mon cousin pour m’épauler. Je le considère comme un frère, tellement je lui racontais tout. Aujourd’hui, les choses n’ont pas tellement changé, quoi que je suis très occupée et que je ne peux pas le voir aussi souvent. Accueillant Narcissa dans la boutique, je me rends compte à quel point c’est affreusement petit. Tu ne me déranges pas, seulement, j’espère que l’étroit ne te dérange pas, ce n’est pas comme à la maison. Je lui donne un sourire alors que nous nous dirigeons à l’arrière-boutique. Bien sûr, je ne suis pas surprise de sa visite, je m’y en attendais, après tout ce qui est arrivé entre nos deux familles depuis les dernières semaines. Elle et moi n’avons pas eu l’occasion de nous parler concrètement. Bien sûr, j’étais heureuse de voir que nos familles seraient réunies. Par contre, si j’avais pu, j’aurais attendu, mais il est maintenant coutume d’être marié assez rapidement dans notre monde. Et Tiberias était si fier de faire une alliance aussi importante que celle-là pour le bien de la famille. Il faut comprendre que depuis notre départ du Cercle, je sens un poids de moins sur mes épaules à jouer les espionnes. Je soupire, pas à cause de mon interlocutrice, mais bien à cause de tout le tort que cela peut nous causer à nous, les parents. Surtout nous en tant que mère. J’ai parfois l’impression qu’on doit tout régler par nous-même. Mais comme mes parents me le répétait souvent gamine, on n’est jamais mieux servi que par soi-même, suivant les situations. Je te prie de l’excuser. Les choses sont assez mouvementées avec deux filles avec un aussi fort caractère. Avec les derniers événements, rien ne s’arrange. Et avec tout ce que Draco a comme attitude, je peux parfois imaginer que ma cousine éloignée doit vivre quelque chose d’aussi intense et elle n’en possède qu’une copie comme elle. Je suis désolée d’avance si elle t'a rapporté une telle chose, mais Daphne a tendance à agir de manière très impulsive quand quelque chose ne lui plaît pas, surtout qu’à la base, c’est avec elle que Draco devait se fiancer. Un peu comme son père, j’ai envie de répondre, mais je garde mes réserves. Et je ne reproche absolument rien à cette pauvre Narcissa qui doit aussi vivre la même situation avec son fils. Entre mères, j’ai l’impression que le courant passe davantage qu’avec les pères. Il y a quelque chose de spécial. Concernant Astoria, je presse mes deux lèvres les unes contre les autres. Je dois t’avouer que je n’ai pas eu le temps de prendre de ses nouvelles depuis... En réalité depuis son exil, elle n’a pas envie de parler à personne, même pas à sa mère... Alors, je me tiens la tête occupée. Plusieurs diront que je m’obstine avec moi-même, moi je dis plutôt que je veux simplement essayer d’arranger les choses, même si je n’ai pratiquement rien à faire. Et comment ton fils prend la chose ? Enfin... surtout, toi comment tu te sens par rapport à tout ce qui est arrivé ? Je ne pensais pas entrer dans les détails. Je veux simplement m’assurer qu’il n’y a pas de froid entre nous et voir comment elle se sent. Mon instinct de mère, je vous assure.
Made by Neon Demon

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
SPELLS : 2033
IDENTITY : laufeyson ou tia.
FACE & CREDITS : katheryn winnick, by chloé love. pic gif by tumblr. signature sandy babe.
MULTINICKS : nest le chelou & az la guerrière.

AGE : quarante-trois ans qu'elle honore le monde sorcier de sa présence, un peu moins depuis qu'elle foule le sol de son port altier. encore dans la fleur de l'âge selon les critères sorciers, même si elle doute de parvenir au centenaire.
BLOOD STATUS : celui des black, celui qui lui a permis de se marier à un malfoy, soit le plus pur possible.
CIVIL STATUS : mariée depuis des décennies, amoureuse comme au premier jour, désespérée de retrouver l'homme qu'elle aimait, et non pas ce fantôme de lui-même. dix-sept ans qu'elle est mère, dévouée à son fils, prête à tout pour lui, chérissant le moindre de ses sourires.
JOB : mother. warrior queen. healer. protector.
HOGWARTS HOUSE : une black, future malfoy, ne pouvait être qu'un serpent. une vipère aux écailles argentées.
MAGIC WAND : depuis qu'elle a offert sa baguette originelle à son fils, elle utilise une baguette volée à un prisonnier par sa soeur. narcissa ignore de quoi elle est faite (en réalité de noyer avec un poil de centaure), mais elle mesure 23 centimètres et répond bien aux sorts de soin.
PATRONUS CHARM : étonnamment, elle est encore capable d'en produire un. et quand elle le fait, c'est une araignée qui apparaît, reflet du dévouement envers sa famille.
MARAUDER'S MAP : le plus souvent au manoir malfoy.
POINTS RP : 2091

LA MALLE DU SORCIER
RP BILINGUE : oui, uniquement les paroles.
COLOR OF MY LIFE : #9c0909
INTO THE MAGIC BAG AGO :

MessageSujet: Re: this is what makes us mothers (deidrissa) Sam 10 Juin - 16:44

Si semblables et si différentes à la fois. Parfois Narcissa a l’impression que tout la rapproche des autres femmes de sang-purs, celles mariées par obligation pour faire prospérer la lignée, le nom, le sang. Car après tout on leur demande la même chose. On leur demande ce même sourire de façade. On leur demande cette même grâce dans leurs mouvements, la même soumission à leur mari, la même présence effacée. On leur demande d’être des trophées dont leurs époux peuvent se vanter entre eux, savoir qui a la plus belle, celle qui aura fait les plus beaux enfants, celle qui fera se tourner le plus de regards. Elle n’était pas stupide Narcissa, elle savait qu’elle était au sommet de ce jeu-là, qu’elle attirait les jalousies des hautes sphères et que les mauvaises langues se plaisaient toujours à parler sur leur couple, sur leur famille, car la jalousie et le ressentiment leur étrennaient le coeur. Et c’était là que commençait la différence avec les autres. Car elles n’avaient aucune idée de ce que c’était que d’être elle. Que d’être à sa place. D’avoir porté le nom prestigieux des Black et épousé celui qui l’était tout autant des Malfoy. Elles ne savaient pas ce que c’était que de dompter le serpent à qui l’on avait donné sa main. Nombre d’entre elles se seraient faites écrasée par sa présence, nombre d’entre elles auraient été écrasé sous son égo aussi prestigieux que son nom. Elle avait apprit. Rapidement. Elle avait apprit à lui dire non, à le regarder droit dans les yeux et à le défier ouvertement. A lui rappeler qu’elle n’était pas simplement un trophée que l’on posait sur la cheminée. Qu’elle se pavanait avec lui à son bras autant qu’il le faisait avec elle. C’était une relation d’égal à égal, pas une hiérarchie. Non, tu ne feras ce que tu veux de mon fils. Non, il ne sera pas entièrement modelé à ton image. Oui je casserai ces assiettes qui appartenaient à ta grand-mère si je veux. Si cela te fait m’écouter. Si cela te fait comprendre que je suis sérieuse lorsque je te dis que si tu vas trop loin, je quitterai cette maison.

Qu’elles avaient été épiques, les disputes dans leur manoir. Et les réconciliations aussi. Et qu’est-ce qu’elles étaient absentes, désormais. Elle marchait sur des oeufs avec lui désormais. Elle avait peur de le briser définitivement au moindre coup d’éclat. Il n’y avait plus vraiment de relation d’égal à égal désormais, n’est-ce pas ? C’était aussi pour cela que c’était elle qui se rendait au près de Deidre, c’était à elle de prendre en charge complètement le futur de leur fils, de la famille, de la continuité du nom et du sang. Et puis en soi, aller voir Deidre ça veut aussi dire quelque chose. Parce que Narcissa elle n’est pas intéressée par le fait de parler à Tiberias. Il ne l’intéresse pas vraiment. Elle, elle préfère directement s’adresser à quelqu’un qui, elle le sait, la comprendra, comprendra ses raisons et son désir pour voir ce mariage entre leurs deux enfants. Avec Tiberias, il faudrait immédiatement marchander et négocier, comme si Draco et Astoria n’étaient que du bétail. Elle voulait éviter cela, et d’abord tranquillement parler avec Deidre. Parler de sentiments et de vie meilleure. Eviter à la jeune Greengrass un mariage arrangé malheureux comme sa mère.

Quelques convenances lorsque les deux matriarches se rencontrent, un peu de courbettes et de sourires polis, parce qu’on ne perd jamais les bonnes vieilles habitudes. Alors que quel intérêt. Narcissa a bien dépassé le stade où elle sera offensé du lieu où on l’a reçoit. Il n’y a plus besoin d’avoir de tels considérations désormais. Pas dans ces temps-là. Ces temps qui semblent trop calmes, et qui la rendent anxieuse. Elle ne sait où chercher l’ennemi. Elle ne sait vers qui se tourner. Peut-être vers la femme en face d’elle, qui lui sourit doucement et l’apaise étrangement d’un regard, qui semble lui communiquer une force de caractère dont Narcissa ne doit pas manger ces temps-ci, mais qu’elle a parfois du mal à trouver en se levant le matin. Cette discussion va très certainement lui permettre de recharger ses batteries. “Je suis désolée d’avance si elle t'a rapporté une telle chose, mais Daphne a tendance à agir de manière très impulsive quand quelque chose ne lui plaît pas, surtout qu’à la base, c’est avec elle que Draco devait se fiancer.” “Sans vouloir t’offenser, je suis finalement plutôt soulagée que ce mariage ne se soit pas fait. Dans le fond, nous savons l’une comme l’autre qu’ils n’étaient pas du tout fait pour s’entendre.” Parfois il n’est pas possible de conjuguer trop de fierté, trop d’impulsivité, trop de différences. Leur essai avait volé en éclat, et Narcissa ne pouvait qu’être soulagée que de voir Draco bien loin d’un mariage qui n’aurait pu que le rendre malheureux, finalement.

“Je dois t’avouer que je n’ai pas eu le temps de prendre de ses nouvelles depuis... En réalité depuis son exil, elle n’a pas envie de parler à personne, même pas à sa mère…” Une moue compatissante étire les traits fins de la blonde, alors qu’elle tend la main pour légèrement serrer celle de son amie, de sa cousine, si éloignée mais si proche à la fois. “Nos enfants nous en font voir de toutes les couleurs, n’est-ce pas ? Nous pensons les connaître, et finalement, nous apprenons qu’ils nous cachent bien plus de choses que nous ne pouvions l’imaginer.” Et elle, elle s’imaginait mauvaise mère, car elle ne devinait pas ces secrets, ces désirs auquel elle pouvait peut-être répondre, d’une façon ou d’une autre.

“Et comment ton fils prend la chose ? Enfin... surtout, toi comment tu te sens par rapport à tout ce qui est arrivé ?” Son visage se referme un peu, alors que son coeur se serre, comme si d’un coup tout le poids sur ses épaules se faisaient un peu plus lourd, un peu plus présent. Comment elle se sentait ? Elle n’y réfléchissait plus vraiment, ces derniers temps. Cela lui donnait simplement envie de se morfondre sur elle-même. Et ça, elle ne pouvait se le permettre. “Je suis… fatiguée. Je crois qu’il n’y a pas de mot pour décrire précisément mon état de pensée et émotionnel. Il y a tellement de choses à gérer, et j’ai l’impression de ne pas pouvoir compter sur Lucius…” Elle bat des paupières, lève un instant les yeux au ciel pour stopper les perles salées qui s’agglutinent au coin de ses cils. Elle ne veut pas craquer. Pas encore une fois. Elle s’y refuse. Elle secoue un peu la tête, et reprend le sourire de façade qu’elle a perfectionné avec les années. “Mais ce n’est pas bien important. Ce qui compte, c’est Draco. Et Astoria. Un avenir un peu plus lumineux pour eux que le nôtre.”


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
SPELLS : 146
IDENTITY : alex sans draps
FACE & CREDITS : caitriona balfe, la parfaite (par momo & beerus)
MULTINICKS : //

AGE : quarante années se sont écoulées
BLOOD STATUS : aussi pur que son statut
CIVIL STATUS : mariée par intérêt, mère avant tout
JOB : proprio de la dame blanche, dans l'allée des embrumes (wesh ose venir si t'as pô peur)
HOGWARTS HOUSE : serpentard, évidemment
MAGIC WAND : baguette de rosier avec un coeur de cheveu de sirène de 21 cm prédisposée à la guérison
PATRONUS CHARM : autrefois, je pouvais aisément en faire apparaître un, mais c'est du passé
MARAUDER'S MAP : chez moi ⊱ à la dame blanche, dans l'allée des embrumes ⊱ quelque part où je ne devrais probablement pas être ⊱ chez les lestrange
POINTS RP : 237

LA MALLE DU SORCIER
RP BILINGUE : UNIQUEMENT LES PAROLES
COLOR OF MY LIFE : CRIMSON
INTO THE MAGIC BAG AGO :

MessageSujet: Re: this is what makes us mothers (deidrissa) Dim 18 Juin - 20:37

this is what makes us mothers
narcissa & deidre
On aime, trop fort parfois, à en crever. Et pour nos enfants, on donnerait le monde entier...

Les mariages arrangés, ça n’a jamais rien réglé, si vous voulez mon avis. Dans mon cas, la chose a été une véritable catastrophe et me voilà aujourd’hui à vouloir fuir mon mari à tout prix. Tiberias et moi, on ne s’est jamais entendu sur quoi que ce soit, même pas pour élever nos propres filles. J’ai toujours été plus protectrice, surtout parce qu’elles sont nées filles et qu’il voulait absolument des garçons. Pourtant, elles lui ont bien montré qu’elles étaient dignes d’être des membres de la famille, de véritables femmes fortes. Elles me font penser à moi dans mon jeune temps. Évidemment, quand il m’a annoncé qu’il voulait les marier, je n’étais pas d’accord. Je ne comprends pas comment on peut encore faire ce genre d’alliance. C’est entièrement dans nos intérêts, je le comprends, mais quand un cœur aime, c’est parfois difficile de se détacher de nos sentiments. Je n’ai jamais été attachée émotionnellement à un homme, même une femme devrais-je avouer, au point à en perdre la tête. Alors quand le problème entre Astoria et Draco s’est présenté, il faut dire que je me suis sentie un peu mal pour Daphne qui pensait que ce serait un conte de fée. Oh, c’est loin d’être le cas, dans ce genre de situation. Simplement clarifier certaines choses avec Narcissa me fait le plus grand bien, surtout de la voir et de pouvoir lui parler sans avoir nos maris derrière nous. Suite à ses paroles, je suis soulagée de voir que je n’étais pas la seule à être en désaccord avec l’union de Daphne et Draco. Surtout avec le caractère de Daphne, je crois que finalement, ce dénouement peut jouer en notre faveur, souris-je. Astoria est plutôt réservée comme enfant. Je n’ai jamais été capable de découvrir sa coquille parce qu’elle était toujours dans l’ombre de sa sœur. Aujourd’hui, c’est encore plus le cas. J’ai vu tout son état partir dans tous les sens et elle n’a pas envie de parler à personne. Pourtant, je sais que je devrais faire plus d’efforts en tant que mère pour essayer de voir ce qui se passe dans leur tête. Cependant, une part de moi me dit que ce sont leur vie et que je ne peux pas toujours intervenir. Elles deviendront des femmes à leur tour, si elles ne le sont pas déjà. J’aimerais parfois pouvoir leur dire à quel point ce n’est pas du rejet, mais simplement de la peur. La peur de leur dévoiler ce que je ressens vraiment. J’ai été élevée dans un environnement où les sentiments sont inexistants, quasi morts. Chez les Lestrange, une branche moins violente que la principale, certes, mais aussi sanglante. Et parfois, on essaye de percer leur coquille et on s’en rend compte que c’est beaucoup plus difficile. J’aimerais parfois leur expliquer que ça ne s’améliore pas en grandissant. Nos responsabilités changent, elles évoluent. Quand on est femme, on devient subitement mère sans trop s’en rendre compte. Lorsque j’étais enceinte de Daphne, j’étais heureuse. Évidemment, je ne pensais pas que ça marcherait, vu ma relation avec Tiberias et lui qui n’arrêtait pas de louanger son futur-fils. Je voulais une fille, mais je ne pouvais le dire à personne. Au fil des années, mes deux filles sont devenues mon bien le plus précieux qui me glissent entre les mains, aujourd’hui. Daphne doit épouser Hadriel, malgré tout ce qui est arrivé entre eux et voilà qu’Astoria a finalement trouvé son bonheur avec Draco. Si j’avais pu changer le cours des choses, lorsque mon tour était arrivé, je l’aurais fait. J’aurais voulu rester seule toute ma vie. Pas besoin d’un homme pour subvenir à mes besoins. Je suis quelqu’un qui a un sale caractère quand je le veux et j’en suis parfaitement consciente. Alors, autant dire que passer ma vie à être seule, je n’aurais aucunement détesté. Mais le destin a joué autrement ses cartes à mon sujet. À crois que je suis damnée pour le reste de ma vie... À ses paroles, je comprends parfaitement l’état d’esprit de Narcissa à propos de son mari. Je ressens un peu la même chose, tu sais ? Je ne peux pas tout -pour ne pas dire rien du tout- dire à Tiberias, on ne s’est jamais vraiment entendu. Et je sais qu’elle a toujours été forte, cette femme qui est là devant moi. Depuis les dernières années, c’est de l’endurance, l’adrénaline qui nous tient en vie. Pourtant, aujourd’hui, les choses changent et éclatent les unes après les autres. La guerre est dehors et il faut choisir son camp, bref, le destin de nos enfants n’aident en rien. Je souris à mon tour. J’espère que cette fois sera la bonne, je dois dire. Ils ont l’air de bien s’entendre. Je n’ai pas eu le temps de les observer, mais si ton fils rend heureux ma petite Astoria, c’est tout ce qui compte. Puis, j’hésite un moment. Je sais que les temps sont loin d’être un cadeau pour le moral et qu’on a tous nos propres problèmes à gérer. Je pose alors une main sur la sienne. Tu sais, si jamais tu as besoin de parler, tu peux toujours venir me voir. Dans un cadre plus intime que dans la boutique j’en conviens. Je ne suis presque plus chez moi, ces temps-ci, mais tu pourras toujours me trouver dans les parages, si jamais. Et là, je parle de femme à femme. Pas la mère, pas la belle-mère ou un quelconque titre. On doit se serrer les coudes, ce n’est déjà pas facile comme situation que je lui lance un regard encourageant pour la suite des choses.
Made by Neon Demon
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: this is what makes us mothers (deidrissa)

Revenir en haut Aller en bas

this is what makes us mothers (deidrissa)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Quelqu'un est-il equipé de pot mean mothers de Supertrapp
» savon cire besoin d opinion
» Clay bar ? vous avez dit clay bar ? comme c'est bizarre ...
» Le Clay Bar: qu'est-ce?
» + George Duke + mort d'un des Mothers of Invention...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
VIPERA EVANESCA :: the great london and away :: Knockturn Alley-