AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez| .

old brothers (harron / golden trio)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar
SPELLS : 1462
IDENTITY : ASTRA (SANDY)
FACE & CREDITS : DANY LE SANG ; AILAHOZ (AVATAR) ; MYSELF (SIGNA)
MULTINICKS : ALECTO CARROW AND NYMPHADORA LUPIN.

AGE : DIX-SEPT POUR SUREMENT PAS TRÈS LONGTEMPS.
BLOOD STATUS : SANG SOUILLÉ MAIS GRAND BIEN LUI FASSE.
CIVIL STATUS : SEUL AVEC SES PENSÉES NOIRES.
JOB : ETUDIANT A LA RUE, CHERCHEUR D'HORCRUXES.
HOGWARTS HOUSE : GRYFFONDOR.
MAGIC WAND : PLUME DE PHENIX, LE MEME QUE VOLDY COMME ON DIT.
PATRONUS CHARM : UN CERF, À L'IMAGE DE CELUI DE SON PÈRE.
SPECIAL CAPACITY : FOURCHELANG, SURVIVANT AUSSI.
MARAUDER'S MAP : DANS LA NATURE.
POINTS RP : 5336

LA MALLE DU SORCIER
RP BILINGUE : uniquement les dialogues si désiré.
COLOR OF MY LIFE : indianred
INTO THE MAGIC BAG AGO :

MessageSujet: old brothers (harron / golden trio) Mar 20 Juin - 15:57



were in here together

La solitude. Ce sentiment qui a toujours fait partie de toi, qui t’as toujours collé à la peau, caché dans l’ombre de leur présence, prêt à resurgir après chaque étreinte, après chaque mots prononcés un peu trop hauts. La solitude, ça ne t’a jamais franchement fait peur. Parfois, même, tu en rêvais. Ne plus entendre ces jacassements, ne plus avoir à regarder son visage joufflu. Mais tu n’étais qu’un gamin, qu’un enfant, tu n’étais qu’un rebut de la société, qu’un orphelin qu’on a obligé. Aujourd’hui, t’es toujours le même gamin, avec plein de nouvelles failles au creux du coeur, avec plein de nouveaux rêves aux plis des yeux. Mais pourtant, tu n’aimes plus la solitude, tu n’es plus ce garçon indépendant qui se fiche d’une présence à ses côtés. T’es devenu dépendant, dépendant d’eux, de ceux qui hantent tes nuits, qui truffent des rêves comme tes cauchemars, ceux qui t’ont offert des souvenirs si merveilleux que tu pourrais te les repasser encore et encore pour oublier que dehors les cris ne cessent et que la mort est au bout du chemin. Eux seuls qui te permettent d’imaginer un avenir moins sanglant que tu le crains. Et pourtant, tu es seul alors que le froid s’empare des derniers remparts que forment tes vêtements, pour venir s’attaquer à ta peau et faire dresser tes poils. Le sol est humide et l’arbre sur lequel tu es adossé semble avoir déjà reçu sa rosée matinale. Ironie quand tu ne vois que la pénombre qui s’étend devant tes yeux. Les ombres des arbres semblent mener une danse macabre par la force du vent et la lumière faible de la lune. Elles te rendent anxieux, te prouvent que les ténèbres n’ont jamais été aussi proches de toi, n’ont jamais été aussi enclin à te posséder totalement.

En vrai, t’as peur. T’as peur de sombrer dans la folie, t’as peur que ton esprit se fusionne complètement avec celui du lord, t’as peur qu’il laisse trop profondément sa marque dans ta peau, qu’ils réussissent à changer ce qu’il y a de meilleur en toi. Parce qu’à part Hermione, plus rien ne te retient ici, plus rien ne te ramène à la réalité, plus rien ne te rappelle combien tu rêves de vivre dans un monde meilleur, combien tu es bon, en profondeur.
De ta poche chut en silence le bout de miroir ensanglanté par ton propre cruor. Tes mains l’attrapent rapidement, comme si c’était une chose rare, la chose la plus précieuse que tu possèdes. Et c’est sans doute le cas. À travers, tu n’arrives même pas à voir ton reflet, tellement la nuit noire te brouille la vue. Néanmoins, des carreaux se dessinent alors que tu plisses fortement les yeux. Tu peux les apercevoir difficilement. Ils sont au nombre de sept. Ils te rappellent un peu les murs de poudlard que tu as emprunté tant de fois. Ça te conforte un peu plus dans ton idée irrationnelle. Parfois, il est là. Tout le temps, il continue de veiller sur toi. Albus Dumbledore. Repenser à lui te brûle la gorge et forme une boule près de ton estomac. T’essaie de chasser de ton esprit ses yeux bleus dépassant de ses lunettes en forme de demi-lune.

C’est finalement une lumière singulière qui change tes idées rapidement. Tu lèves les yeux après avoir consciencieusement replacé le miroir à l’intérieur de la poche de ton jean trop usé. Cette lumière fait furieusement battre ton coeur alors que tu reconnais ses nuances bleutées. Tu manques te tomber alors que tu te relèves. La main est écorchée par l’écorce de l’arbre. Mais tu te sens mieux que tu ne l’as jamais été. Du moins, que tu ne l’as été durant ces quelques jours enfermés dans tes idées noires. C’est un patronus. Le patronus d’une biche. Élégante et haute, elle semble te montrer le chemin. Tu penses immédiatement à ta mère. Son visage reconstitué emplit ton champ de vision. Ses cheveux sont plus roux que jamais et ressemblent étrangement à la teinte singulière que prennent les cheveux de Ginny quand le soleil perce au travers. Tu dévales les pentes qui te sépare de cet animal magique, glisse contre les feuilles mortes des arbres, cours presque alors que tu l’as voit disparaître au milieu du lac glacé de la forêt de dean. Tu t’avances, avec prudence, sur l’eau figée par le gel, de peur qu’elle se cède sous ton poids. Une lumière luit au fond du puits de glace et tu te décides à balayer l’amas de poussière qui t’empêche de voir clairement l’objet de cette luminosité. Ton coeur rate un battement, ton souffle semble manqué un instant. Elle est là, sous tes doigts grelottants, l’épée de gryffondor. C’est comme un espoir insensé, un cadeau inestimable.

Tu ne réfléchis plus à rien. Tu retires tes vêtements avec hâte, oubliant que le froid te transperce, qu’il t’empêche presque de respirer. Tu ne penses qu’à une chose, l’épée entre tes mains, caresser sa lame, te sentir si puissant en pensant qu’avec elle, tous les horcruxes pourraient être réduits à néant. Tu imagines le regard d’Hermione s’illuminer, comme ça fait longtemps qu’il ne l’a pas fait. - Diffindo. La glace se coupe sous tes yeux, disparaît sur les rebords de l’eau. L’ouverture est juste suffisante pour que tu puisses t’y glisser sans trop de difficulté. Lorsque la peau de tes pieds entre en contact avec le liquide transi, tu retiens un gémissement de douleur. Mais tu n’y fais pas plus attention et sombre dans l’immensité de la lagune gelée. Tu n’as jamais été un très bon nageur mais tu bas des pieds et des mains rapidement pour pouvoir atteindre le fer de l’épée. Tu la prends entre tes mains alors que le souffle commence à te manquer. Mais il y a quelque chose qui t’empêche de remonter à la surface. Tu te sens attiré par les profondeurs alors que des doigts se nouent autour de ta cheville avec force. Instinctivement, tes doigts se détachent de l’épée pour agripper la créature de l’eau et la forcer à lâcher ta peau. Le strangulot reste trop longtemps accroché, comme une moule à son rocher. Tu peines à le faire s’échapper et quand il décide enfin de relâcher son emprise, tu n’as plus aucune force pour remonter. Tu regardes lentement la surface s’éloigner de toi, de plus en plus.

Et tu te rends compte que tes espoirs ne sont plus.
Que la pénombre t’a finalement empli.
Que tu vas mourir ici, au milieu des ténèbres de ta vie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
SPELLS : 22
FACE & CREDITS : rupert grint ©ultraviolences
MULTINICKS : nope

AGE : dix-sept ans
BLOOD STATUS : pur mais son bon sens fait qu'il est considéré comme un traître à son sang
CIVIL STATUS : cœur épris et dévasté, piétiné et humilié, il ne sait plus s'il peut encore aimer
JOB : rebelle en cavale
HOGWARTS HOUSE : gryffondor
MAGIC WAND : il utilise en ce moment une baguette en bois de cerisier, qui mesure 28 centimètres et comporte une griffe de fléreur
PATRONUS CHARM : jack russell terrier
MARAUDER'S MAP : bouge de planque en planque
POINTS RP : 286

LA MALLE DU SORCIER
RP BILINGUE : si désiré, oui, intégral ou dialogues
COLOR OF MY LIFE : steelblue
INTO THE MAGIC BAG AGO :

MessageSujet: Re: old brothers (harron / golden trio) Mer 21 Juin - 15:17



Trouble's on the outside, I know
But now, all I can think about is you

La forêt de Dean, sombre et froide, ses arbres aux silhouettes hautes et interminables. Dans le noir épais de la nuit et l'atmosphère figée de l'hiver, la forêt semble à la fois menaçante et réconfortante, comme si la traverser pouvait à la fois réserver refuge ou mauvaises surprise. Qui savait ce qui se cachait dans l'ombre, derrière les arbres, tapis dans un buisson ? Ron avait marché pendant des heures, ne sachant où il allait ou s'il revenait parfois sur ses pas. Tout ici se ressemble, et pour l'instant il n'a toujours pas trouvé ce qu'il recherche. Pourtant, ils sont ici, ça il en est certain. Peut-être se trouvent-ils juste à sa droite à l'instant même, à quelques mètres à peine de lui, mais il ne peut les voir. C'est une bonne chose, d'un côté, cela veut dire que les sortilèges de protection sont terriblement efficaces. Mais après presque quatre jours passés à les chercher, il commence petit à petit à perdre espoir.

La Roumanie avait été une idée stupide. Il n'avait rien trouvé, avait erré sans but tel un chien perdu. Il avait tenté de trouver des pistes mais les interlocuteurs étaient plus que réticents à partager leurs informations. Il savait qu'il avait fui lâchement, mais il ne pouvait se résoudre à revenir les mains vides. Et pourtant, c'est ce qu'il avait fini par faire. Que pouvait-il espérer accomplir là-bas, sans argent, sans aide, sans rien pour rallier des gens à sa cause ? Comment pourrait-il se racheter en perdant son temps ailleurs, alors que chez lui des gens mourraient chaque jour sous la tyrannie de Voldemort ? Et ses amis. Harry, Hermione. Il avait tant envie de les revoir, de les savoir sains et saufs. Il les avait trahis, il avait failli, il le savait. Mais s'enfuir avait été une trahison de plus qu'il ne pouvait pas s'excuser. Ravalant sa fierté, sa honte et sa terreur,  il était rentré au pays, pour se retrouver dans une situation presque aussi misérable. Mais un soir, alors qu'il se cachait dans une ferme moldue du Kent, l'espoir qu'il attendait était venu à lui. La lumière du Déluminateur l'avait guidé, et depuis ce jour il ne cessait de transplaner en la suivant, s'accrochant à cette illusion qu'il parviendrait à les retrouver.

Cela semble compromis pour cette nuit là, cependant. Ron sent ses jambes commencer à faiblir sous la fatigue, et décide de s'arrêter au pied d'un chêne pour se reposer. Il se déleste de son sac à dos et en sort son sac de couchage ainsi qu'une miche de pain qui commence à durcir. Il s'assoit, enroulant son duvet autour de ses épaules, et mâche pensivement le pain, s'appliquant à prendre son temps pour rationaliser au mieux ce qui lui reste. Soudain, il aperçoit une vague lumière au loin, passer furtivement entre les arbres. Ron s'arrête de manger, surpris. Il plisse les yeux et observe les arbres, se demandant s'il n'a pas halluciné. Il pense furtivement que c'est peut-être la lumière du Déluminateur, mais sa main vient trouver le petit objet qui est bien rangé dans la poche intérieure de son blouson. Son regard est attiré par une nouvelle lumière un peu plus loin et cette fois il se lève, intrigué. Il n'avait pas rêvé, il y a bien quelque chose qui se trame. Serait-ce le signe tant attendu ? Serait-ce Harry ou Hermione qui se montrerait enfin ? Il range avec précipitation ses affaires dans son sac à dos qu'il balance sur son épaule, puis se met à la poursuite de la lumière, le cœur battant à tout rompre. Il se force à refréner ce fol espoir qui lui fait tourner la tête, préférant prévenir une probable déception. Sa gorge se noue à la fois d'appréhension et d'excitation, tandis qu'il slalome entre les arbres, rattrapant discrètement la forme lumineuse qui semble glisser sur le sol, avançant sereinement dans la forêt.

Il arrive rapidement près d'un petit étang gelé, et se dissimule derrière un arbre pour observer l'étrange forme blanche qui se révèle être une sorte de biche, élégante et gracieuse, ressemblant curieusement à un patronus. Il fronce les sourcils en regardant la biche sortir du couvert des arbres et s'avancer vers la mare. Si c'est un patronus, à qui appartient-il ? Harry ? Pourrait-ce être son partonus ? Non, c'était un cerf… il n'aurait tout de même pas changé, depuis ?
Il regarde frénétiquement d'un bout à l'autre de la clairière, scrutant les arbres. Si son partonus est là, Harry ne devrait pas être loin… Il sent son cœur accélérer encore un peu, trop heureux et fébrile de peut-être enfin toucher au but. Il se passe soudain deux choses dans la même demi-seconde : en face de lui, de l'autre côté de la clairière, quelque chose semble bouger entre deux arbres. Comme un tissu qui bouge et capte la faible lumière de la lune. Mais ses yeux sont immédiatement attirés par une autre apparition, bien plus spectaculaire : à sa droite, une silhouette sort du couvert des arbres, empruntant le même chemin que la biche qui s'est arrêtée en plein milieu de la mare. Harry.

Son cœur manque un battement et il plaque sa main contre sa bouche, étouffant un rire incrédule. C'est tout simplement incroyable. Harry est là, en chair et en os, à quelques mètres de lui. C'est réel, ce n'est plus un rêve...

Soudainement, la biche disparaît, et Ron se penche un peu plus en avant pour observer son meilleur ami, curieux de voir ce qu'il va faire. Harry rejoint l'endroit où la glace a disparu et observe la glace à ses pieds, semblant voir quelque chose sous l'eau qui lui échappe. Ron fronce les sourcils et s'avance un peu plus, jusqu'à l'orée du bois, se cachant de nouveau derrière un arbre. Qu'est-ce qui intrigue Harry à se point ? Il le voit tomber à genoux et frotter la glace avant de marquer un temps d'arrêt. Puis, sous le regard stupéfait de Ron, il retire ses vêtements, attrape sa baguette et lance un Diffindo qui craque la glace devant lui. Enfin, il plonge dans l'eau sans trop d'hésitation.

L'espace d'un instant, Ron se demande s'il n'a pas rêvé ce qu'il vient de voir, s'inquiétant quelque peu pour la santé mentale de Harry. Ce qu'il a vu sous ses pieds doit être diablement important pour qu'il se jette à l'eau comme cela. Sauf que… voilà quelques secondes qu'il a plongé. Ron s'attendait à le voir refaire surface immédiatement. Sans plus attendre, il sort du couvert des arbres et rejoint en courant l'endroit où Harry s'est engagé sur la mare gelée, conscient que passer par un autre chemin pourrait se révéler être un pari risqué. Il jette son sac à dos sur le sol et se lance sur la glace, arrivant très vite auprès du trou au travers duquel il distingue une masse sombre lutter, et au-dessous d'elle, une lame brillante qu'il reconnaît rapidement comme étant l'épée de Godric Gryffondor. Ron sort sa baguette de la poche de son pantalon et plonge dans l'eau sans attendre, lançant un sort qui repousse le strangulot une bonne fois pour toutes avant d'attraper fermement Harry par-dessous les bras. Il donne un grand coup de pied sur le sol pour remonter vivement à la surface et hisser non sans mal Harry hors de l'eau, le faisant rouler sans ménagement sur le sol gelé. Pris par l'urgence de la situation et l'adrénaline, Ron ne s'était pas rendu compte à quel point l'eau était glacée, brûlant chaque centimètre carré de son corps, et l'eau alourdissant ses vêtements. L'épée, pense-t-il alors, ne se laissant pas le temps de trop réfléchir avant de replonger. C'est maintenant ou jamais ; s'il reste trop longtemps à l'air libre il n'arrivera pas à y retourner. Il replonge alors la tête sous l'eau et attrape la poignée de l'épée, puis sort aussi vite que possible, transi par le froid. Sans lâcher l'épée des mains, il s'approche de Harry, tremblant de tout son corps. « Harry, » parvient-il à articuler à travers ses dents qui grelottent, « Tu es… malade... mon vieux. »

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
SPELLS : 1462
IDENTITY : ASTRA (SANDY)
FACE & CREDITS : DANY LE SANG ; AILAHOZ (AVATAR) ; MYSELF (SIGNA)
MULTINICKS : ALECTO CARROW AND NYMPHADORA LUPIN.

AGE : DIX-SEPT POUR SUREMENT PAS TRÈS LONGTEMPS.
BLOOD STATUS : SANG SOUILLÉ MAIS GRAND BIEN LUI FASSE.
CIVIL STATUS : SEUL AVEC SES PENSÉES NOIRES.
JOB : ETUDIANT A LA RUE, CHERCHEUR D'HORCRUXES.
HOGWARTS HOUSE : GRYFFONDOR.
MAGIC WAND : PLUME DE PHENIX, LE MEME QUE VOLDY COMME ON DIT.
PATRONUS CHARM : UN CERF, À L'IMAGE DE CELUI DE SON PÈRE.
SPECIAL CAPACITY : FOURCHELANG, SURVIVANT AUSSI.
MARAUDER'S MAP : DANS LA NATURE.
POINTS RP : 5336

LA MALLE DU SORCIER
RP BILINGUE : uniquement les dialogues si désiré.
COLOR OF MY LIFE : indianred
INTO THE MAGIC BAG AGO :

MessageSujet: Re: old brothers (harron / golden trio) Jeu 22 Juin - 15:44



were in here together


C’est comme une descente aux enfers, comme sombrer dans les abîmes, comme finalement être attiré par les limbes que tu as combattus pendant trop longtemps. T’as même pas la force d’essayer de te projeter vers l’avant. Au fond, t’as peur être plus la force de rien depuis un petit moment. T’as regardé s’enchaîner les disparitions puis les morts, toutes plus douloureuses les unes que les autres. Tout d’abord, il y a eu Ron et ses cheveux roux qui s’en sont allés bien trop loin de toi. Ensuite, il y a eu ginny, le sang roulant sur son bras alors qu’elle se tenait devant tes yeux. Elle est toujours là, elle, mais elle n’est plus celle qu’elle était. Et il y a eu Fred, son regard vide entre deux tentes, la lumière de la lune qui se reflétait sur son sourire figé dans l’éternité. Il y a eu Hermione, et les nombreux sanglots que tu n’as pas pu entendre, loin de son cachot de fortune, loin d’avoir l’ouïe assez fine pour l’entendre souffrir dans l’obscurité. Aujourd’hui, c’est sans doute ton tour. Irrémédiablement et idiotement. Tu coules, comme une pierre que l’on a jetée au fond de l’eau. Tu sens la glace peu à peu figer ton corps, figer tes yeux dans cette obscurité troublée par la couleur de l’eau. Puis, il y a ce coeur, qui ralentit. Il se met à battre à l’unisson avec le bruit des vagues. D’abord rapidement, par ta chute, puis plus lentement à mesure que tu atteins les profondeurs de l’étant dissimulé sous des tonnes de glace. Voici ta tombe, celle où reposera le corps de l’enfant que l’on appelait élu, du garçon qui a survécu. C’est si ironique, comme fin, de mourir par sa propre bêtise. Tes parents doivent se retourner dans leur tombe, à leur qui est. Au moins, la seule chose qui te réconforte, c’est que tu réalises que tu vas sans doute pouvoir apercevoir leurs visages. Tu les imagines déjà, te tendant les bras ouverts, un petit sourire aux coins des lèvres. C’est pas grave, tu les imagines te murmurer. Tu vas pouvoir retrouver toutes les personnes qui ont chut pour toi. Lily et James. Sirius. Dumbledore. Maugrey Fol Oeil. Fred. Cho. De nombreuses personnes qui ont comptées pour toi et qui ne sont plus là pour t’apporter leurs soutiens. Est-ce qu’on te pleurera ? Sans doute. T’imagines déjà les larmes sous les yeux d’Hermione, le regard triste de Remus et Tonks, la folie de Ginny redoubler en apprenant la nouvelle. Le regard de Luna, sans doute perdu au milieu des astres. Et Ron, pleura-t-il ? Entendra-t-il ton nom résonner au creux d’une vieille stéréo à moitié arrachée ? Sans doute pas.

Tu fermes les yeux, parce qu’ils te brûlent si fort que tu te laisses aller à la douce portée que te procurent les bras imaginaires de l’eau qui t’accueille avec gentillesse. Tu jettes un dernier regard à l'eau transie qui forme le haut de ton caveau, et tu sembles apercevoir une ombre au travers. Ton coeur se remet à battre subitement, comme s’il était certain que rien n’était terminé encore, alors que ton esprit c’est déjà fait à l’idée et a même accepté la possibilité de ta mort imminente. Des vaguelettes bougent rapidement ton corps qui se déplace un peu plus vers la droite. Tu regardes l’air remonter avec hâte à la surface, n’ayant toujours pas conscience qu’un corps vient te rejoindre dans l’eau glacée. Elles font presque la course pour retourner à la surface. Tes pensées divaguent alors que des bras musclés t’empoignent avec force pour te remonter à la surface. Au final, tu ne penses plus à rien. Tu fermes les yeux lors de ta remonter, n’arrivant pas à croire que tu es sûrement sauvé. Lorsque tes deux genoux touchent le sol, tu tousses. Rapidement et en t’en étouffer. De l’eau s’écoule de ta bouche bleue et entrouverte. Tu respires, trop vite, à plein poumons. Tu respires.

Mais entre tes doigts, il n’y a rien. Que du vide. Que de l’air. Tu te laisses choir, le dos contre le sol glacé. L’épée est perdue, sans doute à tout jamais. Tu as égaré l’épée. Tu as encore perdu, comme d’habitude.

Quelque chose se mouve au bas de tes pieds. Tu redresses ton corps sur tes avants bras afin d’apercevoir la chose qui forme une houle sous tes doigts. T’as l’impression d’avoir bu de l’eau, trop d’eau, alors des hallucinations tourmentent ton esprit. Tu ne voies qu’une silhouette floue, et te dépêches de rejoindre la rive pour poser tes lunettes sur ton nez. - Hermione ? Personne ne répond. Tu fais volte-face, et tu hallucines, sûrement. Parce que ce que tu as en face de toi, c’est lui. Ses cheveux roux dégoulinent au creux de son cou. Ses iris bleutés sont encrés dans les tiens, un air interrogateur sur le visage. Et il l'a, au bout des doigts. La lame brillante de l'épée réfléchie avec la lumière de la lune. - Harry. Ça brise l’air. Comme ça. Boum. Comme un vieux souvenir qui est resté accroché dans tes pensées. Comme la voix d’un défunt qui s’élève tard le soir. - Tu es… malade... mon vieux. C’est bien lui, face à toi. Ton ami. Ton meilleur ami. Ton frère. Ronald Weasley. - Ron ? C’est étrange de reprononcer son nom. - C’était toi ? Ça sonne comme soulagement dissimulé, comme une marque euphorie pure qui traverse ta voix grelottante. Tu te relèves avec hâte et te dépêches d’enfiler ton jean sec et froid. - C’est toi aussi qui as envoyé la biche ? Tu ne comprends plus, tu ne comprends plus rien. T’as autant envie de le serrer contre toi que de l’envoyer valser. Pourtant, tu ne peux pas contrôler la joie immense qui t’a empli lorsque tu as aperçu son visage. - Je croyais ne plus jamais te revoir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
SPELLS : 22
FACE & CREDITS : rupert grint ©ultraviolences
MULTINICKS : nope

AGE : dix-sept ans
BLOOD STATUS : pur mais son bon sens fait qu'il est considéré comme un traître à son sang
CIVIL STATUS : cœur épris et dévasté, piétiné et humilié, il ne sait plus s'il peut encore aimer
JOB : rebelle en cavale
HOGWARTS HOUSE : gryffondor
MAGIC WAND : il utilise en ce moment une baguette en bois de cerisier, qui mesure 28 centimètres et comporte une griffe de fléreur
PATRONUS CHARM : jack russell terrier
MARAUDER'S MAP : bouge de planque en planque
POINTS RP : 286

LA MALLE DU SORCIER
RP BILINGUE : si désiré, oui, intégral ou dialogues
COLOR OF MY LIFE : steelblue
INTO THE MAGIC BAG AGO :

MessageSujet: Re: old brothers (harron / golden trio) Sam 22 Juil - 23:53



Trouble's on the outside, I know
But now, all I can think about is you

« Ron ? C'était toi ? » Sa voix n'a pas changée, toujours la même. C'est idiot, mais ce simple fait le rassure au fond de lui. Depuis combien de temps ne l'avait-il plus entendu prononcer son nom, à part dans des cauchemars où il lui criait combien il le haïssait ? Cette fois-ci c'est bien réel, et la voix de Harry ne semble exprimer rien d'autre que de la surprise, voire même, Ron ose le croire, de la joie. « Eh oui, » dit-il en levant les bras à moitié, esquissant un sourire qui doit plus ressembler à une grimace. Il le regarde se rhabiller prestement, sentant les gouttes d'eau glacées perler de ses cheveux et de ses vêtements, grelottant dans la nuit. Jamais le froid, aussi prenant soit-il, ne lui avait paru sensation plus étrangère. Face à son ami enfin retrouvé et la perspective d'une réunion, ou celle plus effrayante d'un possible rejet, son corps transi par le froid passe aisément au second plan de ses préoccupations. « C'est toi aussi qui a envoyé la biche ? » La biche. Ron l'avait presque oubliée après tout cela. « Non, » répond-il sans attendre, aussi intrigué par cette question que anxieux à l'idée que leur conversation ne s'arrête. « Au début j'ai cru que c'était toi, mais toi c'est un cerf, je me trompe ? » Il ramasse son sac à dos, et se rapproche de l'endroit où Harry finit de rhabiller. « Je croyais ne plus jamais te revoir, » dit alors Harry, et Ron sent sa gorge se serrer. Il baisse les yeux, incertain de savoir s'il pourra soutenir le regard de son ami et y voir toutes les répercussions de sa fuite. De sa trahison. De son abandon. Pourtant, la joie qu'il a cru entendre dans la voix de Harry lui donne de l'espoir, et le courage de croiser de nouveau son regard, ses yeux qui le fixent de derrière ses fameuses lunettes rondes. Qui sait ce qu'il a vécu depuis la dernière fois que Ron a aperçu ses cheveux emmêlés entre deux paupières à moitié fermées ? Qui sait ce qu'il a pu voir, ce qu'il a dû combattre, les amis qu'il a vu tomber, les souffrances qu'il a dû endurer ? Et Ron n'était pas là, caché, loin, perdu dans les méandres brumeux de son esprit ravagé par la haine. Ron n'était pas là où il aurait dû être, aux côtés de Harry, et de Hermione. « Je suis désolé, Harry, » dit-il avec sincérité, l'étendue de son désarroi évidente sur son visage expressif. « Je n'aurais pas dû partir, j'ai... j'ai été lâche. Et égoïste. Je ne voulais pas... je ne sais pas ce qui m'a pris. » Il baisse de nouveau les yeux, observant la lame de Godric Gryffondor qu'il serre toujours dans sa main droite comme s'il s'agissait du bien le plus précieux au monde. Ce qui est peut-être le cas d'ailleurs, au vu du sacrifice que Harry avait été prêt à faire pour se la procurer. Ce qui est évident, c'est qu'il ne méritait pas cette épée, pas après ce qu'il a pu faire. A lui. A elle. A sa famille. A tous ceux qui l'aiment, et tous ceux qui se battent pour la liberté. Après une seconde de réflexion, il retourne l'épée et la saisit par la lame, tendant le pommeau en direction de Harry, comme un présent. « Tiens, prends la. Elle est à toi. »

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: old brothers (harron / golden trio)

Revenir en haut Aller en bas

old brothers (harron / golden trio)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» 1960 Pontiac - The Golden Indian - Alexander Brothers
» Photo Benpiks (Brothers Lefrançois, J.Gautier, V. Boclaud)
» GOLDEN BANANA - Part 2
» Two brothers alu pour ... 424 euros !!!!
» Pédales Candy X de Crank Brothers, qu'en pensez-vous?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
VIPERA EVANESCA :: around the world :: le reste du pays-