AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez| .

to you i'll give the world (dracissa)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar
SPELLS : 2049
IDENTITY : laufeyson ou tia.
FACE & CREDITS : katheryn winnick, by chloé love. pic gif by tumblr. signature sandy babe.
MULTINICKS : nest le chelou & az la guerrière.

AGE : quarante-trois ans qu'elle honore le monde sorcier de sa présence, un peu moins depuis qu'elle foule le sol de son port altier. encore dans la fleur de l'âge selon les critères sorciers, même si elle doute de parvenir au centenaire.
BLOOD STATUS : celui des black, celui qui lui a permis de se marier à un malfoy, soit le plus pur possible.
CIVIL STATUS : mariée depuis des décennies, amoureuse comme au premier jour, désespérée de retrouver l'homme qu'elle aimait, et non pas ce fantôme de lui-même. dix-sept ans qu'elle est mère, dévouée à son fils, prête à tout pour lui, chérissant le moindre de ses sourires.
JOB : mother. warrior queen. healer. protector.
HOGWARTS HOUSE : une black, future malfoy, ne pouvait être qu'un serpent. une vipère aux écailles argentées.
MAGIC WAND : depuis qu'elle a offert sa baguette originelle à son fils, elle utilise une baguette volée à un prisonnier par sa soeur. narcissa ignore de quoi elle est faite (en réalité de noyer avec un poil de centaure), mais elle mesure 23 centimètres et répond bien aux sorts de soin.
PATRONUS CHARM : étonnamment, elle est encore capable d'en produire un. et quand elle le fait, c'est une araignée qui apparaît, reflet du dévouement envers sa famille.
MARAUDER'S MAP : le plus souvent au manoir malfoy.
POINTS RP : 3302

LA MALLE DU SORCIER
RP BILINGUE : oui, uniquement les paroles.
COLOR OF MY LIFE : #9c0909
INTO THE MAGIC BAG AGO :

MessageSujet: to you i'll give the world (dracissa) Sam 24 Juin - 19:52


TO YOU I'LL GIVE THE WORLD

Elle n’en pouvait plus d’être enfermé. Elle tournait en rond dans le manoir depuis ce matin, et c’était comme si les murs ne faisaient que se rétrécir. Elle avait besoin d’espace, de sortir, de voir du monde. Elle avait besoin de compagnie. C’était comme si elle était devenue une mère célibataire ces derniers temps, tellement elle ne pouvait pas compter sur son mari pour être un soutien autant moral qu’émotionnel. Même dormir dans le même lit que lui ne lui donnait pas l’impression d’être réellement entourée. Son fils, quant à lui, avait beau toujours errer dans le manoir lorsqu’il ne travaillait pas ou n’était pas en train de rôde elle ne savait où, ce n’était pas comment avant. Rien n’était plus pareil qu’avant, de toute manière, et elle se détestait pour constamment se rappeler cela. Rien ne serait plus jamais pareil, elle devait se faire une raison. Le passé ne comptait plus, et le présent plus vraiment non plus. Seul la préparation de l’avenir avait de l’importance. Alors son existence, sa vie de tous les jours, elle la portait comme un fardeau. Car elle voulait voir le temps avancer plus vite, la guerre se terminer, et ce peu importe son issue. Elle voulait pouvoir avoir un avenir certain, qui ne pourrait pas être brisé en milles morceaux par un mouvement de baguette, par un caprice d’un seigneur qui aurait pourtant dû lui être naturellement inférieur. Elle en avait assez, de survivre, elle en avait assez de se faire un sang d’encre dès que Draco quittait le manoir, elle en avait assez de courir désespérément derrière un mari la délaissant pour rien - car les résultats de son acharnement n’arrivaient pas.

Tout semblait en suspend, ces temps-ci. Comme si le temps avait décidé de s’arrêter, la guerre de se suspendre. Le calme avant la tempête, se disait-elle souvent. Peut-être était-ce l’occasion de profiter du peu de vie qu’il lui restait. Peut-être était-ce le dernier moment de répit qu’elle aurait avant un long moment. Miraculeusement, le Lord semblait avoir leur existence, et elle ne pouvait que prier Morgane qu’il continue ainsi. Qu’il les oublie. Elle ne voulait plus devoir subir son acharnement sur les siens. Elle en avait plus qu’assez. Cela la faisait se sentir si impuissante, si inutile. Elle détestait cette sensation. Elle n’avait jamais été inactive, dans sa vie, contrairement à ce que beaucoup pensaient. Ce n’était tout simplement pas dans ses gênes. Et voir ceux qu’elle aimait souffrir sans pouvoir rien y faire, cela la tuait à petit feu.

Elle sortait, ce soir. Elle allait au Ministère, elle allait attendre son fils, et elle allait passer une soirée normale avec lui, comme si tout allait bien. Elle fermait les yeux, pour une fois, sur la situation actuelle, elle faisait l’autruche. Elle voulait vivre un peu, et tant pis si c’était égoïste. Elle était la dernière des égoïstes, ces temps-ci, elle pouvait bien se le permettre un peu. Et, pour l’amour de Salazar, que son fils pouvait lui manquer. Elle avait beau le voir tous les jours, lui adresser la parole, elle avait l’impression de voir ce lien invisible la liant à lui s’effilocher, se briser même, et jamais elle ne survivrait à cela. Elle ne pourrait plus vivre, sans lui.

On ne lui lança que quelques regards, au Ministère, et elle fit bien attention de ne laisser son regard tomber sur personne. Aucune de ces personnes ne l’intéressait. Seulement celle qui ne tarderait pas à sortir du département des Mystères. Elle était bien trop au-dessus de tous les autres pour leur accorder la moindre attention. Heureusement, assez rapidement, la chevelure blonde si caractéristique de ses hommes entra dans son champ de vision, et elle s’approcha du garçon qui avait grandit bien trop vite à ses yeux - littéralement, d’ailleurs, car elle avait besoin de légèrement lever les yeux désormais pour rencontrer les siens, et ce malgré ses talons. Elle lui offrit un doux sourire, ses mains gantées liées entre elles. “Bonsoir Draco. J’ai pensé que nous pourrions dîner en ville tous les deux, ce soir, qu’en dis-tu ?” Elle était légèrement stressée, car elle avait peur de le voir refuser, de le voir la rejeter. Elle n’aurait pas le coeur à le forcer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
SPELLS : 122
IDENTITY : sharingan (benji.)
FACE & CREDITS : lucky fuckin' blue smith - (avatar;odistole) (signature;FRIMELDA)
MULTINICKS : nada.

AGE : dix-sept années de survivance dans la fosse aux loups, flirtant avec le danger et le silence.
BLOOD STATUS : l'or pourpre est pur, sans la moindre faiblesse.
CIVIL STATUS : greengrass, my sweet love.
JOB : gardien de la salle de la mort, un job pépère pour le prince malfoy.
HOGWARTS HOUSE : le vil serpent vert & argent.
MAGIC WAND : l'enfant roi utilise la baguette de maman ( bois de vigne, d'un cheveu de vélane et mesure vingt centimètres. ]
PATRONUS CHARM : il n'en possède pas et n'a jamais eu la chance de pouvoir en créer un.
SPECIAL CAPACITY : chevelure blonde presque platine, le regard lâche et l'ambition dévorante, malfoy tout simplement.
MARAUDER'S MAP : le fessard entre deux chaises.
POINTS RP : 317

MessageSujet: Re: to you i'll give the world (dracissa) Dim 2 Juil - 11:45

to you i'll give the world
dance with the devil



Dans la pénombre, l'héritier patientait. Le visage angélique masqué par l'absence de lumière, le costume sombre ornant son corps fétiche, la silhouette déambulant comme un spectre hantant les couloirs sans le moindre but. Malfoy, gardien de la porte de la mort. Un travail généreusement arrivé entre ses mains, le pouvoir et l'arrogance coulant dans ses veines. Le nom qu'il portait lui ouvrait une porte, puis l'autre, sans le moindre effort. La crinière platine figée sur sa caboche, Draco attendait avec impatience la fin de son service, raclant sa gorge avec insistance depuis qu'il consommait cette merde qui lui faisait perdre pieds. La main dans une poche, il patientait dans la pénombre une nouvelle fois, évitant le contact avec la lumière comme une créature vampirique. Malfoy semblait fatigué. Fatigué de courir après une vie qu'il ne désirait plus. Il voulait juste être seul, sombrer librement dans une folie destructrice, sentir son corps détruire ses songes, son âme partir en fumée avant de n'être qu'un tas de cendres. En vérité, le lionceau à la crinière platine n'en pouvait plus de porter le costume de l'héritier idéal, il n'en pouvait plus d'être le larbin du seigneur des ténèbres, de ressentir cette peur dévorer ses tripes. Draco était fatigué, ses joues creuses et ses cernes noires parlaient en son nom, parce qu'il n'avait pas la force, ni même l'envie de parler de ses troubles. Une course contre la montre qu'il ne pouvait pas remporter, abandonnant avant d'apercevoir la ligne d'arrivée présente à l'horizon. On oubliait trop souvent qu'il n'avait que dix-sept ans, qu'il n'était encore qu'un enfant, les lippes scellées au sein de sa mère, déambulant entre les testicules de son père.

L'heure était venue pour lui de quitter son lieu de travail. La main dans la poche, le regard méprisant et le visage figé sans la moindre expression, il se hissait hors du département des mystères pour rejoindre la sortie. Le creux de ses lèvres retenait un sourire abstrait, laissant l'atmosphère lui infliger quelques sensations, qui viennes et s'en vont. Il fermait les yeux le temps d'un instant, voyant le visage délicieux de sa sucrerie. Draco l'aimait à en crever, elle était un poison, elle lui faisait du mal. Une nuée verte et argent détraquant son être, lui faisant parfois regretter ses choix, ses décisions. Il le savait. Il ne pouvait pas l'aimer et être mangemort, ce n'était pas compatible. L'héritier ne voulait pas prendre le risque de perdre la jeune femme, doux trésor, unique clef de son palpitant. Parfois, il voulait prendre sa main, fuir loin de toute cette merde, vers un horizon bien plus fort, bien mieux dessiné. Lorsqu'il était en sa compagnie, Malfoy était invincible, il sentait son cour battre, sa respiration exister et son être sublimé. Le silence était son arme, la lâcheté sa munition. Amour muet, solitaire. Jamais il ne laisserait le sentiment fuité, s'échapper entre les courbes de sa princesse, entre les douceurs de son visage angélique. Il était son prince, la source de ses larmes et de ses ecchymoses, c'était bien mieux comme ça. Le lâche dont elle était amoureuse, une rose douce mais épineuse.

Une silhouette platine, semblable à la sienne venait briser ses songes, comme d'un revers de la main. Sans la moindre interrogation, il venait déposer un baiser muet sur le front de sa génitrice, avant de foutre le camp d'une manière vive, par pudeur. Il restait de marbre face à sa demande, mais dans le fond il était heureux de passer un moment en sa compagnie. « Pourquoi pas.» lâchait-il comme si son être s'en moquait, sans la moindre envie. L'héritier fuyait le regard de sa mère sans la moindre explication, le sourire ne se dessine plus, du moins pas pour le moment. Il ne pleurait pas, il nageait dans l'abysse, seule. La main droite terrée dans le fond de sa poche, il plaçait sa carcasse au côté de sa reine, avant de l'accompagner dans une foulée jumelle. Tournant le dos au venin qui lui brûlait le dos, le temps d'une nuit accusatrice.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

to you i'll give the world (dracissa)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» World Mini Raids / Route 66 // 1 an après : page 23
» World Séries by Renault : Magny Cours 2010
» [Blog] New DS World
» Maillots internationaux (World Cup 2010)
» world carp classic

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
VIPERA EVANESCA :: the great london and away :: les dédales londoniens :: les boutiques et les ruelles-