AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez| .

(A1) y a toi, y a l'amour et y a moi.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar
SPELLS : 1435
IDENTITY : DIVALEX.
FACE & CREDITS : LUCAN BY LAURA.
MULTINICKS : VILLAGE PEOPLE.

AGE : SIXTEEN YEARS OLD.
BLOOD STATUS : HALFBLOOD.
CIVIL STATUS : W/NEVILLE.
JOB : REBEL.
HOGWARTS HOUSE : RAVENCLAW.
MAGIC WAND : SPRUCE AND UNICORN TEAR.
PATRONUS CHARM : HARE.
SPECIAL CAPACITY : BANSHEE.
MARAUDER'S MAP : FAR AWAY.
POINTS RP : 4851

LA MALLE DU SORCIER
RP BILINGUE : yep !
COLOR OF MY LIFE : black, pour tous mes comptes.
INTO THE MAGIC BAG AGO :

MessageSujet: (A1) y a toi, y a l'amour et y a moi. Sam 14 Mai - 17:52

LA VALSE A MILLE TEMPS
(suite de sonnet 130)

Elle ferme la porte derrière elle, se languissant déjà de l’avoir quitté quelques temps plus tôt. Se languissant déjà de ses bras, de leurs tours dans son petit appartement. Elle a les joues roses d’avoir trop aimé d’un coup, d’avoir consumé comme un grand brasier tout l’amour qu’il lui offrait, tout en restant cette pauvre fille hagarde qui ne sait pas aimer. Pas un baiser, rien de ça entre eux. Ils ne sont qu’amis. Un rire, oh, un de ses beaux rires qui viennent du cœur et qui lui fait se mordre sa lèvre inférieure. Elle a le dos à la porte encore, son père est à la cuisine. Elle ajuste le jasmin dans ses cheveux en tournant sur elle-même, comme sur le rythme de cette musique qui les avait fait tourbillonner dans un océan de tendresse. Une de ces étendues entre deux terres où l’on trace des tranchées, entre deux terres où l’on se fait généreusement la guerre. Elle n’est alors plus qu’un être de l’eau, ne fait plus la différence entre l’orque et l’orgue. Elle n’est en fait plus que musique, plus que notes dansantes, plus qu’une passante, une passion, irréelle, dans sa propre maison. Elle sautille en retirant ses chaussures et enfilant ses chaussons. Elle sourit à son père, qui prépare le diner. Il se fait déjà tard, combien de temps est-elle restée au Chaudron Baveur, à danser, danser, et danser encore ? A parler à Neville, à essayer de lui remonter le moral ? Combien de temps, est-elle restée en apnée pour survivre dans le bleu de ses yeux ? Dans son regard pourtant assassin qui lui avait déjà tiré dans le cœur. Pan ! Elle chavire, elle tombe et rit. Son père la relève et elle tourne sous son bras, puis court vers les escaliers pour rejoindre sa chambre. « Tout va bien ma Luna ? » Elle s’arrête en plein milieu des marches. « On ne peut mieux ! »  Elle claque la porte de sa chambre fait trembler les coquillages qui imitent alors le bruit des grelots. Elle défiche sa baguette et ZOUM ! Tout s’enchante et chante autour d'elle.

Au premier temps de la valse,  elle tombe sur un crayon noir.

Elle file devant son miroir, se dessine une petite barbe et s'attache les cheveux. Elle prend ses airs et d’une autre voix, dit à son propre reflet « M’accorderais-tu cette danse ? »

Cacophonie féérique, elle voit le mannequin sur la glace polie, celui qui porte la robe qu’elle a confectionné pour le mariage de Bill et de Fleur. « Luna Lovegood, tu es resplendissante. » Changement de rôle. « Oh, merci, toi aussi Neville. Tu vois, j’ai mis du jasmin, rien que pour toi. » La fleur de son amortentia. Oh, grande folle, elle ne le sait pas. Elle sait qu’il aime ce parfum et laisse maintenant la musique guider ses pas. Une valse à trois temps, toc toc toc, font ses chaussons. Une valse à trois temps, tac tac tac, le père émince les oignons. Toc toc toc, tac tac tac, une valse à trois temps, elle tourne et s’envole. Une valse à trois temps, le chant d’un rossignol. Elle siffle, les coquillages claquent. Une valse à quatre temps, tictac tictac, le soleil meurt à l’horizon. Une valse à quatre temps, auront-ils le temps pour leurs émotions ? Il ne faut pas en demander autant au temps, danser seulement.
Danser seulement.

Au deuxième temps de la valse, elle tombe simplement sur son lit.

« Je te propose, Luna, qu’on danse à jamais. » « Pour toujours, Neville ? » « Pour toujours. »
« A vingt ans nous serons toujours là, à nous tenir si fort dans nos bras. A vingt ans encore, je sentirai ton parfum, je me mettrai à genoux et demanderai ta main. A vingt encore, nous nous marierons, sous un soleil d’or, et nous inviterons :
Colin, Harry, Ronald et même Hermione ! Laisse-moi te montrer d’abord comment ça fonctionne. Car pour vivre à deux, il faut se tenir ainsi, oui, voilà comme ça c’est mieux, c’est le succès garanti.
Et au mariage de Fleur, sous le signe de l’amour, nous danserons nous aussi, à pas de velours.
Car tu es douce et gentille et tu me comprends.
Allez, Luna, relevons-nous, on reprend !
»
« Luna, à qui parles-tu ? » Paroles étouffées.
Dans trois ans.
Imaginez-les, à danser encore à vingt ans, quand la guerre est passée, sur une valse à trois temps. Oh une valse à vingt ans, c’est beaucoup plus charmant. Toc toc toc, font ses chaussons, toc toc toc, le mannequin à l’unisson. Les coquillages encore plus vite claquent. Tac tac tac, une valse à cent temps.
Tac tac tac, une valse à cent ans. Oh, une valse pour la vie. Neville a promis.
Tac tac tac, la valse s’entend depuis tout en bas, le père arrête de préparer le repas.
Elle, non, elle tourne encore, regardez-là sourire, pleine de bonté et d’amour. Lovegood prend tout son sens et il n’en reste à elle plus qu’un, seulement l’ouïe pour écouter la cadence.
Elle n’arrêtera jamais sa danse. Pas même quand… Toc toc toc à sa porte, le père attend, toc toc toc, qu’elle arrête sa valse à trois temps. Métamorphose, le rythme s’enflamme, une valse à mille temps qui fait vibrer son âme ! Elle tourne et tourne et tourne et tourne et PAF !

Au troisième temps de la valse, elle tombe encore, la bouche en cœur.

Elle tombe amoureuse, elle le croit bien. Elle se relève et relève le mannequin. « Oh, Neville, j’aimerais tellement te dire, que je ne veux pas être simplement ton amie. Je veux profiter de ce que tu as à m’offrir, de cette chance unique dans une vie. J’aimerais penser comme toutes ces filles, avoir le courage de la belle Ginny, pouvoir te dire entre les deux yeux que je n’avais rien vu d’aussi fabuleux. J’aimerais tellement te dire simplement que je t’aime, sans avoir à passer par des paniers de chrysanthèmes. J’aimerais tellement te dire que tu es le plus beau, le plus brave et le plus intelligent, et que je t’aimerai pour tout l’reste du temps.
Si seulement je ne me posais pas tant de questions. Si seulement je pouvais montrer facilement cette émotion…. Je crois bien que je vais te faire de la peine.
Mais Neville, ça fait qu’deux ans, on s’connaît à peine…
La valse mettra le temps de patienter trois ans, pour que tu aies vingt ans, pour que j’aie vingt ans. Et là seulement, nous pourrons pleinement
Passer de meilleurs amis à meilleurs amants.
On ira à Paris, la capitale de l’amour et je lance le pari qu’on dansera sous sa tour,
A dans trois ans, quand je serais prête, pour cette valse de trois temps qui nous fait tourner la tête.
»



— She was a wild, wicked slip of a girl. She burned too brightly for this world [ EB ].
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

(A1) y a toi, y a l'amour et y a moi.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Hidalgo, un amour de Fjord
» affiches film "un amour de coccinelle"
» Lui et moi c est une sacree histoire d amour !
» Harley, mon amour de cheval !
» Message d'amour

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
VIPERA EVANESCA :: Weasleys' Wizard Wheezes :: animations-