AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez| .

﹛A1﹜une valse a cent ans.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Invité
Invité

MessageSujet: ﹛A1﹜une valse a cent ans. Lun 16 Mai - 17:54


○ ◇ ○
qui s'offre encore le temps de s'offrir des détours
du côté de l'amour, comme c'est charmant, une valse à quatre temps



HOGWARTS, 1990.


Je suis seule, mais je t'aperçois.

Elle avait regardait son reflet, pensant que cela allait devoir suffire et laissant les traces de ces dernières journées s'effacer derrière une fine couche de maquillage. Une veine tentative. Rien ne pourrait dissimuler ce qu'elle pensait ou ressentait, en tout cas pas aux yeux de son amour, son coeur, sa raison de sourire. Cela n'avait pas de sens, ça n'en avait jamais. Et elle n'en avait pas besoin. Pourquoi faire? L'amour n'a pas besoin d'être logique, simplement d'exister, d'être là. Et il était là. Aussi présent qu'une personne et tout aussi fort. A quoi bon essayer de justifier l'impossible, d'y accorder de l'importance, quand tout ce qu'on désire se trouve en face de nous. Pas besoin de réponse quand on ne pose pas la question. Il était là, aussi beau que la lumière du soleil et tout autant aveuglant. Elle ne voyait rien d'autre, ne le voulait pas, pire, elle craignait que cette soudaine vision, qu'elle vivait un peu comme une apparition, ne lui soit retiré, arraché, comme un jouet donné à un enfant le matin de Noël.

Mais il ne partirait pas.
Jamais.

On ne peut pas perdre une moitié de soi, simplement l'égarer.

Délicatement, lentement, elle s'était approché, incapable d'ôter ses yeux de lui et il avait sourit comme si elle était sa vie.

Nous comptons tous les deux un, deux, trois.

Et ils tournaient, dansaient riaient, comme si c'était la première fois, ou peut être la dernière. Mais ils s'en fichaient. Ce soir, comme tous les autres soirs, elle n'avait d'yeux que pour lui. Ils valsaient, bougeaient, tanguaient dans tous les sens, se laissant emporter par la douceur d'une mélodie et se délectant de leur proximité bien trop souvent effacé. Elle n'en demandait pas plus que de rester là, dans ses bras, sentant ses mains sur ses hanches. Ce n'était jamais assez. Ça ne le serait jamais. On ne pouvait jamais recevoir assez d'amour. Il en fallait toujours plus, encore et toujours.


Au troisième temps de la valse, il y a toi, y a l'amour et y a moi.

Ca devrait être suffisant. Ressentir tout ça, c'était un peu comme avoir l'occasion de vivre à cent à l'heure. De ralentir le temps, ou de l'accélérer. Mais on ne peut pas. C'est trop dur. Trop lent. Trop rapide. Alors on s'habitue à ce rythme, on essaie de l'oublier, mais pas seulement. On s'en imprègne, on joue avec. Un peu comme si on savait que tout avait une fin, que c'était bientôt terminé. Trop tôt. Trop tard. C'est toujours comme ça non? La vie s'en fout, la vie s'en va, la vie revient. Mais l'amour lui, il est toujours là. Caché derrière un sourire, une larme, un regard. On se dit que c'est fini mais on y croit pas.

Au premier temps de la valse toute seule tu souris déjà.

Parce que parfois on n'a pas le choix. C'est tu m'aimes ou casse toi.

Alors, la sorcière dansait comme si demain n'existait pas. Après tout, pourquoi pas. On ne sait jamais ce qui arrivera.
Revenir en haut Aller en bas

﹛A1﹜une valse a cent ans.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» (dept 70) VALSE Trait comtoise sauvé par aladin (eric) (2009)
» liquidation moins 50 pour cent a la couronne
» DODGE environ 30 pour cent du chiffre d'affaires CHRYSLER
» Offre d'ACHAT GROUPE - Livre: 100*100 Cent Alfas p/ Cent Ans
» Valse des Vounes, TF et Audmoreau (Octobre 2011)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
VIPERA EVANESCA :: Weasleys' Wizard Wheezes :: animations-