AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez| .

(animation deux) zira's still around

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Invité
Invité

MessageSujet: (animation deux) zira's still around Sam 11 Juin - 12:03




trouble is, i know it's petty,
but i hate to let them live.


Chut mon tout petit.
Rêve, envole-toi.
Un jour quand tu seras grand, tu deviendras roi.


La reine s’avance, les pions tombent. Un sourire sur les lippes, la lionne savoure. L’homme qui lui fait face a perdu, comme à chaque fois. La lionne gagne, elle dévore tout sur son passage. Les échecs sont son royaume, elle ne peut perdre la partie. Elle le regarde, étincelle victorieuse dans ses prunelles, elle se frotte les pattes, ses griffes grincent contre la table. Prédatrice effroyable, victoire habituelle. La lionne est puissante, redoutable, il n’est qu’une proie perdant la vie à chaque coup. Une nouvelle pièce s’avance, elle jubile. Echec et mat, mon ami, souffle-t-elle, goûtant du bout des lèvres son nouveau triomphe. Il se lève, la salue, reconnait ses talents. Et il quitte la pièce. Le sourire sur les lippes, étirant son visage félin, la lionne reste seule dans la grande pièce, jouissant du nouveau couronnement qu’on vient de lui offrir. Mais la porte s’ouvre, une âme vient se perdre entre ses griffes, la solitude de la reine s’envolant au loin. Il s’agit du petit prince, portrait rajeuni de celui qui fut autrefois roi, joyau précieux de la reine. Ses pas dessinent un tracé sûr, rapide. Et le lionceau prend place face à la royale lionne. Elle ne cesse de sourire, il baise sa joue d’un souffle tendre. La lionne et le lionceau, la mère et le fils. La reine et le prince. Une valse létale qui se danse entre eux depuis qu’il a l’âge de manier une baguette. Les fiers royaux, dignes enfants de Serpentard, manigances et mensonges berçant leurs jours sans lendemain. Une marque sur le bras du lionceau, abomination que la mère refuse de voir. Dessin obligé, mais soumission mensongère. Elle sait, tout comme il sait, que cette trace n’est que faux-semblant. Des sourires emplis de promesse d’un avenir où les corps de leurs ennemis, ces impurs indignes, tapisseront le sol de leur château, où le sang bâtard des autres abreuvera la pierre de l’ancien roi. Elle sait, il sait. Ensemble ils dessinent le destin de leur royale famille, prédateurs terribles qui ne connaissent pas la pitié. Tous trembleront lors du couronnement, où l’anneau doré viendra orner la chevelure de ténèbres du lionceau. La lionne sait, elle rêve, elle prépare. Leur jour arrivera, bientôt, plus vite qu’on ne peut le penser. Agneaux dociles, faibles proies soumises au maître imposteur. Mais l’agneau sortira de son costume, et le lionceau triomphera, sa lionne de mère à ses côtés.

Son dernier soupir dans le noir,
C'est mon chant d'espoir.


Brutus poignarda autrefois le grand César. L’histoire tend alors à se répéter, des siècles après, après que le sable du temps ait coulé, après que des morts aient rejoint le royaume du bas et que des naissances aient réjouis des milliers d’êtres, après que des amours interdits se soient finis en tragédie et d’autres courtois furent chantés, après que des prophéties se soient réalisées, après l’avènement de milles héros et la chute de ces mêmes gens. L’histoire tend alors à se répéter, et la lionne s’en délecte d’avance. Folle prédatrice, ses griffes acérées et ses crocs mordants attendent impatiemment de goûter au sang de l’Imposteur, pantin ridicule au nom infâme et sans aucune consonance ancestrale. Elle rôde dans l’ombre, attend son tour. Son roi a été tué il y a bien longtemps, mais son nom restera, elle y veille sagement. Son roi sera vengé, ses rêves exaucés. C’est pour lui qu’elle s’est lancée dans cette folle quête, c’est pour leur amour, leurs baisers et leurs joies, plaisirs qui lui sont désormais refusés. Leurs lionceaux à ses côtés, la lionne usera de ses crocs, abîmera ses griffes s’il le faut, mais l’Imposteur tombera. La bataille sera sans pitié, jubile-t-elle, la mélodie des grognements, le contre-point des hurlements. Et les corps qui tombent, les impurs qui se voient retirer le privilège de la vie, les traîtres qui soufflent une dernière fois. Et eux, élite dorée, fine fleur couronnée, ils se tiendront droits, le menton haut tels les royaux qu’ils sont destinés à devenir. La lionne sourit, elle jubile, ses rêves lui procurant une jouissance inconnue. Elle sait qu’elle sortira de l’ombre, que le lionceau l’aidera à faire le pas. Elle sait que ses griffes lui serviront de poignard, que se crocs déchireront parfaitement la chair de l’ennemi. Et, en écho au grand Brutus, elle fera tomber le ridicule César.
Revenir en haut Aller en bas

(animation deux) zira's still around

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» 14 ans!!! le premier deux roues!!
» "Les diverses techniques d'animation des leurres durs"
» Tourne sur deux cylindres
» Animation d'un Twist.
» Jigs : Quelle animation ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
VIPERA EVANESCA :: Weasleys' Wizard Wheezes :: animations-